Gregory Cherwonik est l'un des membres de la plus célèbre de team de pirates de films, j'ai nommé IMAGiNE.


Ce groupe de pirates chevronnés a diffusé sur la toile de très nombreux films, dont la plupart étaient encore diffusés au cinéma. Des héros pour les téléchargeurs compulsifs... des criminels pour les ayants droit et la justice.

Chaque membre d'IMAGiNE risque entre 23 mois et 5 années de prison pour ce crime. À 53 ans, le sysop d'IMAGiNE a été jugé et vient donc d'entamer sa peine de 40 mois de prison. Avant de partir derrière les barreaux, il a pris le temps de rédiger une longue lettre qu'il a envoyée à Torrentfreak et dans laquelle il donne sa propre vision des choses, sur le piratage, le partage, et la justice.

Je vous livre en intégralité, le contenu de son courrier. Bonne lecture.

Bon, si vous lisez ceci, je suppose que je dois être en prison.

Enfermé pour violation de copyright, un crime sans victime dont je n’ai jamais tiré profit. En fait, j’ai même dû payer un bon millier de dollars en dons et en location de serveurs, sans même compter le temps passé à coder pour une douzaine de projets. Ah oui, au fait, je suis Spunky… la plupart d’entre vous me connaissent par mon véritable nom Greg Cherwonik - merci au Département de la Justice des États-Unis de le répandre sur internet. J’ai un petit discours de départ à faire avant de rejoindre les limbes de la vie carcérale.

IMAGiNEz si Chris Dodd et la MPAA n’existaient pas… nous payerions encore 5 dollars pour un film. Peut-être qu’alors, ce ne serait pas si grave quand j’emmène ma famille au cinéma et que le film est foireux. S‘ils n’extorquaient pas (oui, je dis extorquer, ce n’est pas comme ça qu’on dit quand on a « BESOIN » de payer quelqu’un en échange de sa protection ?) autant d’argent des studios de production.

Après tout ça, le PARRAIN de cette mafia gagne 1,5 million annuels, pas mal pour quelqu’un qui corrompt les politiciens et achète les enquêtes du Département de la Justice avec des millions et des millions de dollars. Si Hollywood sortait en salle des films de qualité, et laissait de côté les navets en direct-to-video et diffusion télé, je pense qu’on ne s’en porterait pas plus mal. Si les sociétés de production sortaient les films en première diffusion sur internet pour, mettons, 30 dollars, je pense qu’ils seraient agréablement surpris du résultat. La plupart des gens ne veulent rien de plus que de payer un prix raisonnable pour voir un film chez eux.

IMAGiNEz si les Départements de la Justice, de l’intérieur, et de l’immigration travaillaient effectivement à la sécurité de nos frontières ? Après tout, c’est ce pour quoi ils sont supposés exister, pas pour l’interprétation tordue du Patriot Act que certains alliés politiques de la MPAA ont utilisé. Je ne vois toujours pas le rapport : sécurité intérieure, immigration et mesures douanières… Piratage de films… quel est le lien ? Je ne suis pas, et n’ai jamais été un terroriste. Mais quand ils sont venus m’arrêter chez moi, et ont tenu ma famille en otage, un des agents a eu les couilles de demander à mes enfants « Pourquoi est-ce que votre père est un terroriste ? » ; qu’est-ce que c’est que ce délire ?
S’ils sécurisaient simplement nos frontières, pouvez-vous IMAGiNEr combien d’argent ils économiseraient à certains États, et même au gouvernement fédéral lui-même ? Pas besoin pour l’agence de sécurité dans les transports de contrôler les vols intérieurs, s’ils faisaient correctement le boulot à l’international, il n’y aurait pas de problème.

Ce qui est sûr, c’est que notre droit au respect de la vie privée a été fortement érodé depuis le siècle dernier. On en est à un point où je sens que quelque chose doit changer dans ce pays. Je peux vous garantir que je ne suis pas seul à penser que nous ne sommes plus le « pays de la LIBERTÉ ». Mon emprisonnement par exemple ; en valait-il la peine ? NON. Rien ne vaut de perdre sa liberté. Le referais-je ? Hmmm je ne sais pas. J’en ai tellement appris. Sans ça, je n’aurais jamais appris le HTML et le PHP. Ces deux langages que j’ai utilisés pour le site que j’ai fait pour le club de robotique dont j’ai été le mentor. Ils ne voudraient probablement pas d’un criminel comme mentor, les gamins. Dommage, j’ai vraiment aimé travailler avec eux.

Eh bien voilà, je vais purger ma peine. Comme dirait un de mes DJ préférés : "C’est bon d’être important, mais il est plus important d’être bon".

Le Piratage, une infraction fédérale ?

Ça me dépasse comment ça s’est passé. Les infractions fédérales étaient toujours les crimes les plus graves. Dites-moi depuis quand copier un peu de son ou de vidéo est tombé dans cette catégorie. J’imagine que si vous achetez suffisamment de politiciens et « donnez » autant de millions aux bonnes agences gouvernementales, vous pouvez obtenir ce que vous voulez.

Ajoutez à cela quelques avocats payés des mille et des cents pour déformer les termes du Patriot Act au passage, et voilà ! PIRATER est une infraction fédérale. C’est déjà assez contrariant de se faire qualifier de terroriste devant ses gamins (j’imagine que c’est leur façon de justifier leurs méthodes), mais ensuite il y a ce maximum de 5 ans pour la première infraction. Qu’est-ce que c’est que ces conneries, ça veut dire qu’une personne sans condamnation antérieure peut se faire enfermer 5 ans pour distribuer un film ?

Quelque chose va vraiment mal dans ce pays, franchement, depuis quand est que les États-Unis ont ce pouvoir absolu ? Un pays qui peut étendre ses lois sur les autres pays pour leur livrer de prétendus criminels à ce qu’ils appellent justice ? Il suffit de voir le cas de Richard O’Dwyer, cet étudiant britannique extradé aux États-Unis pour répondre de violation de copyright. Une accusation de mise à disposition de matériel « contrefait », ce qui n’est pas illégal au Royaume-Uni. Honte à la justice britannique de ne pas résister une telle agression. Est-ce que les États-Unis vous donnent autant d’argent et de soutien ? Où était-ce Chris Dodd qui a distribué la payola ? Ensuite il y a eu le fiasco MegaUpload, où ça en est ? Même les juges américains disent que ça ne tiendra pas, et pourtant Kim Dotcom n’a pas récupéré sa propriété et est toujours en liberté sous caution ? J’imagine qu’ils s’acharnent à essayer de trouver un juge qui veuille bien pencher en leur faveur. Je suppose que vous pourriez dire que je suis un peu amer, après tout c’est ma liberté (ou ce qu’il en reste) dont il est question ici.

J’ai cinquante-trois ans, j’ai travaillé toute ma vie. J’ai eu des démêlés avec la justice une fois, quand j’avais une vingtaine d’années. Ah oui, quand ils vous acquittent, ou classent sans suite, ils vous renvoient vos empreintes digitales et vos photos anthropométriques… Vous ne les croyez quand même pas, si ? Ils les ont toujours, de la même façon que quelle que soit l’issue de cette affaire, ils auront toujours mon ADN. Il y a eu une présomption d’innocence dans ce pays. Vous vous attendiez à ce qu’on respecte votre vie privée. Il était nécessaire de fournir des preuves afin d’effectuer une perquisition. Plus maintenant. Les États-Unis sont en passe de devenir un État policier, et effraient leurs citoyens en les persuadant que c’est pour leur sécurité. D’ici peu vous verrez des gens enfermés pour écrire des articles comme celui-ci, ce sera la prochaine étape.

Les droits, le gouvernement les reprend. Ils ont déjà jeté aux ordures le 4e amendement, et votre droit au port d’arme… ce ne sera pas pour dans très longtemps. Vous serez peut-être autorisés à avoir l’arme, mais l’obtention de munitions sera limitée. Espérons que le monde ait sa crise cette année, une météorite, un supervolcan, la peste, une éruption solaire, la crise économique. Peu importe quoi pourvu que ça réveille les habitants de ce pays. Peut-être qu’alors, ils réaliseront que le gouvernement est géré par et pour les grandes entreprises, et non les gens. Depuis quand ceux qui travaillent pour vous font trois fois plus que vous ?

Et maintenant, je me retrouve condamné pour violation de copyright. Je me dis j’ai une chance raisonnable d’obtenir la libération conditionnelle. Après tout, contrairement à mes précédents camarades, j’ai un travail, un travail où je suis le patron, un travail dans une entreprise qui a réellement besoin de mon savoir et mes compétences. J’ai donné à la société, trois ans en tant qu’entraineur à la Little League Baseball et les deux dernières années à animer un club de robotique local. J’ai par ailleurs une mère âgée et une sœur partiellement invalide qui dépendent de moi pour des choses de vie quotidienne qu’elles ne peuvent pas faire. Peut-être que je pensais que, parce que j’apporte le principal revenu de ma famille, ou parce que je supporte les artistes, possédant plus de 450 DVD et Blu-ray, je pensais réellement que j’avais une chance.

Mais j’ai ensuite entendu les mots sortir de la bouche des juges… Je dois penser aux victimes ??? Qu’est-ce que c’est que cette connerie ? Est-ce que c’est Chris Dodd qui se cache derrière tout ça ? La MAFIAA a-t-elle effectivement corrompu le système judiciaire ? Je sais qu’ils ont acheté des parlementaires et des agences gouvernementales fédérales d’application de la loi. VICTIMES, vraiment ? Mais si, c’était le juge qui crachait cette propagande merdique dont Dodd est si fier. Laissez-moi vous éclairer, ce n’est pas parce que c’est dit dans un DVD et par un gars incapable de voir une opportunité à deux mètres que c’est vrai.

Je n’ai jamais entendu parler d’un bon film abandonné par manque de financements, à vrai dire je n’ai jamais entendu parler non plus d’un film merdique abandonné par manque de financement. Je vais vous dire, j’ai même payé pour voir des films passablement merdiques. Donc vous voulez vraiment parler de victime ? Je suis une victime, comme la plupart d’entre vous. En plein milieu de la récession américaine, la MPAA hausse le prix du billet de 20 %, et ce, après avoir atteint un record de vente l’année précédente.
Il n’y a rien qui m’exaspère plus que de gâcher mon argent durement gagné dans un film ou un DVD merdique. Au moins, avec le torrent, je peux voir si le film vaut la dépense avant que j’aille le voir ou que je l’achète. Donc dites-moi encore qui est la victime ici ?

J’ai cherché et cherché encore dans toutes les études indépendantes une seule qui serait même vaguement d’accord avec l’idée que le Piratage n’est pas un crime sans victime. Vous savez quoi, il n’y en a pas. J’en ai trouvé quelques-unes qui suggèrent même que le Piratage aide les artistes et les ventes de billet de cinéma. Les années où IMAGiNE était actif et diffusait son travail, la MPAA faisait des records au box-office. Maintenant, ils sont venus nous mettre à terre, et qu’est-ce qu’il arrive, les pires ventes d’entrées en 20 ans. Ces études ont peut-être l’explication.

Je ne vais même pas m’étendre sur le fait que cette connerie de violation de copyright devrait être une affaire civile, pour commencer. Pensez juste aux millions de dollars dépensés durant toutes ces années par la MPAA pour combattre le Piratage. Tout cela parce qu’ils n’ont pas la perspicacité ou la capacité d’innovation pour adopter les nouvelles technologies. La corruption de tous ces députés et sénateurs, je suis désolé d’y avoir participé. Gaspiller toutes ces centaines de milliers de dollars à la sécurité intérieure juste pour pouvoir se cacher derrière le Patriot Act et nous attraper, bandits que nous sommes. Mais ce qui me fait vraiment chier est que la Justice est censée être aveugle, mais j’ai l’impression qu’elle arrive quand même à sentir le poids de l’or dans sa balance.

Ils affirment que la violation de copyright n’est pas un crime sans victime, et je suis en fait plutôt d’accord avec cette idée. Le seul problème étant que je ressens les victimes comme étant les personnes poursuivies en vertu des lois fédérales. Nous sommes les victimes de la décision Citizen United ; qui a pu permettre de considérer des entreprises comme des personnes. Les entreprises sont composées de personnes, mais elles ne peuvent être considérées comme des personnes elles-mêmes. Je suppose que c’est une façon pour nos politiciens de recevoir plus d’argent de groupement d’intérêt pour remplir leur compte en banque.

Le plus gros problème que je vois avec Citizen United c’est qu’il ne s’agit pas réellement de citoyens, mais plutôt d’une sorte de gros bonnet assis à son bureau voulant quelque chose, quelque chose que quelques millions de dollars pourront acheter. Voyez-vous, Washington n’est plus le « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Je ne suis pas sûr de quand c’est arrivé, mais à un moment dans ces 30 dernières années les entreprises ont commencé à dicter des lois, des lois qui à mon avis rendent légal de corrompre nos législateurs sans aucune répercussion.

On a tous pu le constater. Ça s’est d’abord fait dans des bureaux, à l’abri des regards indiscrets. Mais maintenant que c’est quasiment légal, ça se fait au grand jour. Le versant regrettable de l’histoire est que Nous, le Peuple de ce GRAND pays laissons cela arriver comme si de rien n’était. Dois-je rappeler à chaque citoyen que ce pays a été fondé sur la phrase « Pas de taxation sans représentation », qui était l’une des notions majeures de la révolution américaine ? Je suppose que c’est la faute de notre génération, nous étions soit trop défoncés, ou trop affairés à notre travail pour remarquer ou s’en soucier. Les jeunes d’aujourd’hui sont trop affairés dans leurs « smartphones » (est-ce que quelqu’un d’autre trouve ça drôle que ces trucs rendent en fait débiles ?) à un point qu’ils ne remarquent plus rien du tout.

Espérons que rapidement, les citoyens de ce pays vont se réveiller et exiger le changement – oh attendez, certains le font déjà… Quelle est la prochaine étape si rien ne change ? L’action, mais cela nécessite un pays uni ; uni pour une cause. J’ai ce tee-shirt, dont le slogan dit « Le gouvernement est le problème, pas la solution », pensez-y.

Greg Cherwonik

Source

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Pinterest Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin