Skip to content
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Avec la disparition de Firefox Send qui permet d’envoyer des fichiers sur un serveur pour ensuite disposer d’une URL à partager, comme WeTransfer, les clones de Firefox Send pleuvent partout sur la toile.

Mais aujourd’hui, je vous explique comment mettre en place votre propre clone de Firefox Send sur votre serveur pour offrir à votre famille, vos amis ou vos collègues, un moyen simple et sécurisé de partager des fichiers en ligne.

Pour cela il existe 2 projets. L’officiel de Mozilla qui malheureusement n’évolue plus. Et Send qui est un fork réalisé par Tim Visée dont je vous ai déjà parlé puisqu’il a développé un client en ligne de commande Firefox Send (et du compatible avec son fork) qui s’appelle ffsend.

Pour installer Send, rien de plus simple. Il vous faut NodeJS et si vous voulez faire ça sérieusement, un petit compte Amazon S3 (optionnel) pour le stockage. Sinon, c’est stockage local.

Pour les dépendances, installez npm (sous mac c’est : brew install npm / sous Ubuntu c’est : apt install npm). Et cross-env : npm install cross-env.

Ensuite, clonez le repo comme ceci :

git clone https://github.com/timvisee/send.git

Ensuite, placez-vous dans le répertoire send et lancez les commandes suivantes :

npm install
npm start

Une version de dev sera alors lancée est accessible en local sur le port 8080 : http://localhost:8080

Et une fois que vous avez fait vos modifs dans le code et dans la configuration, vous pouvez compiler les assets et lancer une version de prod :

npm run build
npm run prod

A vous de jouer !


Ringover, le service de téléphonie avancée pour votre entreprise

Pour tous ceux qui ont eu la joie de découvrir le télétravail ces derniers mois, cela a parfois dû se traduire aussi par de plus nombreuses réunions ou rendez-vous via visioconférence ou appels téléphoniques, parfois sur des services différents en fonction des intervenants. C’est parfois assez contraignant d’installer tel logiciel pour telle personne, telle messagerie pour une autre, etc. Ringover permet aux entreprises de faciliter la vie de leurs employés et de tout regrouper au sein d’un seul et même outil : téléphonie avancée (incluant SMS et fax), visio HD (partage d’écran & co) et messagerie collaborative.

Outre le fait d’unifier toute la communication de la boite, le service a un autre gros avantage à mes yeux c’est qu’il est très facile à utiliser pour tout le monde, même le moins à l’aise avec la technique va s’y retrouver. Vous pourrez effectuer vos appels (illimité vers 110 destinations) directement depuis votre navigateur (Chrome, Firefox & co) et l’interface est plutôt ergonomique et intuitive :

L'interface du service de VoIP Ringover
L’interface Ringover : un tableau de bord clair et intuitif facile à prendre en main

L’autre gros point positif de la solution c’est qu’elle vous permet d’intégrer vos éventuels logiciels métiers (intégrations CTI : Zendesk, Zoho, Salesforce, Hubspot …), vous pourrez donc récupérer des stats en temps réel pour connaître les performances et le niveau de productivité. Un cas concret pourrait être d’avoir une fiche client qui remonte automatiquement lorsque ce dernier appelle. En fonction des résultats de chacun, il sera donc possible de proposer des sessions de coaching si besoin (parce que ce n’est pas évident pour tout le monde au départ).

Exemple de tableau des différentes stats disponibles chez Ringover
Votre section d’appels (ou vous pouvez voir toutes vos stats : temps passé, derniers numéros, …)

Pour des utilisations plus poussées, il est possible d’utiliser des webhooks ou l’API publique. Cela vous permettra de déclencher des actions spécifiques comme le routage d’appels spécifiques vers un contact précis ou de récupérer différentes informations en envoyant des demandes à l’API. Pour les devs qui ont envie de bidouiller, n’hésitez pas à jeter un oeil sur cette page.

Ringover fonctionne aussi bien sur un ordinateur que sur un smartphone (iOS et Android), permet la synchronisation et la création d’équipes, donc s’adapte à vos circonstances (si vous êtes souvent en déplacement et/ou que vous gérez plusieurs projets avec des teams différents par exemple). Mais comme je le rappelle souvent, sachez faire la distinction entre temps de travail et vie privée, ne vous laissez pas déborder si vous l’installez sur votre téléphone perso 😉

Vos visioconférences avec Ringover de partout dans le monde, supporte le partage de slides

Parmi les fonctionnalités qui peuvent vous intéresser :

  • numéro virtuel (un numéro de téléphone non lié à un poste physique)
  • création d’un numéro vert ou d’un numéro spécial 08
  • plusieurs numéros sortants dispo
  • standard téléphonique 100% cloud
  • envoi de messages vocaux par mail

Ringover s’adresse en priorité aux entreprises à partir de 19€/mois par collaborateur et propose une version de test de 7 jours, profitez-en pour vous ce que ça donne en situation concrète !

N’hésitez pas également à jeter un oeil sur leur blog, il regorge d’articles intéressants sur les sujets du télétravail, du support client ou encore de la VoIP. Bon call 😉

Si vous voulez tester les performances de votre site web, il existe des tas d’outils pour faire ça mais mon préféré reste WebPageTest. Mais si vous voulez proposer ce genre de service sur votre propre serveur ou avoir un outil dédié à l’évaluation des performances de vos sites web et réservé uniquement à vous, j’ai ce qu’il vous faut.

Ça s’appelle Websu et une fois installé sur une machine, ça permet de générer des rapports de vitesse de chargement à partir de n’importe quelle URL afin d’optimiser ensuite au mieux vos applications web. Websu utilise le moteur de Chrome pour réaliser le chargement des pages ainsi que Lighthouse de Google pour générer les rapports.

Websu est « programmable » pour générer des rapports automatiquement à intervalle régulier (par heure, jour, hebdomadaire, mensuel…etc.) afin de suivre l’évolution des perfs. Avant d’installer Websu, vous pouvez tester la démo ici avec votre site.

Pour le déployer, il y a plusieurs méthodes, mais la plus rapide et la plus simple c’est d’utiliser docker. Ouvrez un terminal et entrez les commandes suivantes :

git clone https://github.com/websu-io/websu
cd websu
docker-compose up -d

Une fois déployé, vous pourrez accéder à l’interface web via le port 8000 :

http://localhost:8000

Et pour ceux qui voudront utiliser l’API, vous pouvez la tester avec un petit curl et ensuite vous référer à la documentation disponible ici.

curl -d '{"url": "https://www.google.com"}' localhost:8000/reports

Quand j’étais petit, j’ai eu la chance d’avoir un.e GameBoy (lol) et mon premier jeu évidemment, c’était Tetris. J’ai toujours ce jeu d’origine et cette GameBoy que je ressors de temps en temps.

D’ailleurs, Tetris c’est très bon pour recâbler votre cerveau et limiter le stress post-traumatique. On pouvait même jouer à deux avec le Cable Link. Mais maintenant, c’est difficile de trouver des potes qui emmènent leur GB originale partout avec eux.

L’heure est au jeu en ligne mes amis, et ça Stacksmashing l’a bien compris puisqu’il s’est amusé à connecter la GameBoy, au travers de son port Link à … Internet ! Magique !

Pour cela, il a utilisé un adaptateur USB <> GB Link à 15$ ainsi qu’un Raspberry Pi Pico soudé dessus. Il a ensuite développé un serveur pour mettre en relation les joueurs… Et paf, ça marche !

Stacksmashing s’était également amusé à miner du Bitcoin avec la Gameboy, à reverse la Game Genie, à mettre Doom sur une Nintendo Game & Watch.

Ça vous donne envie ?


Vous connaissez sans doute Sci-Hub dont je parle souvent ici, qui permet de trouver et d’accéder gratuitement à des publications scientifiques. Vous ne le savez peut-être pas, mais la plupart du temps, le travail de chercheurs payés avec nos impôts n’est pas accessible gratuitement. Il doit être diffusé dans des « publications » plus ou moins sérieuses afin d’y être validé par une communauté de scientifiques, ce qui est très bien sauf que ces publications sont quasiment toutes payantes. Difficile donc d’y accéder.

Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire le livre d’Audrey Dussutour qui parle du Blob mais également des problématiques rencontrées par les chercheurs notamment avec cette nécessiter de publier, publier et encore publier…

Ni animal, ni plante, ni champignon, le blob est une masse jaune à la texture spongieuse et aux capacités étonnantes ! Sans bouche, sans yeux ni estomac, cet organisme unicellulaire parvient néanmoins à voir et à digérer. Découpé en morceaux, il cicatrise en deux minutes, est capable de se reproduire (il présente pas moins de 720 sexes), de communiquer, de résoudre des énigmes et d’avoir différentes personnalités alors même qu’il n’a pas de cerveau. Dénué de membres, il se déplace et adapte sa taille à son environnement. Ses seuls ennemis sont la sécheresse et la lumière, qu’il fuit en « hibernant ». Derrière ses allures d’ovni, cette espèce promet des avancées scientifiques majeures : réponses sur les origines de l’intelligence, solutions pour prolonger notre longévité, traitement du cancer, découverte de nouveaux médicaments, amélioration de nos réseaux de transports… Nous n’avons pas fini d’entendre parler du blob !

Le Blob.

Le site créé en 2010 par Alexandra Elbakyan est bloqué dans pas mal de pays donc si vous n’y avez pas accès, pensez à changer de serveurs DNS.

La mission de Sci-Hub est donc d’ouvrir l’accès à ces ressources afin de permettre à tous, peu importe leur pays et leurs revenus, de pratiquer la science et la médecine, d’enseigner et bien sûr d’apprendre. C’est très noble et c’était également l’un des combats du très regretté Aaron Swartz.

Alexandra Elbakyan est d’ailleurs reconnue comme l’une des personnes qui a le plus contribué à disséminer la science et la littérature scientifique dans le monde. Toutefois les autorités américaines ne l’aiment pas vraiment et tentent depuis plusieurs années de salir sa réputation, notamment en l’accusant d’être une espionne russe.

Il y a quelque temps, le compte Twitter officiel de Sci_Hub a été bloqué par Twitter suite à une plainte déposée en Inde de la société de publication Elsevier. Et le 7 mai dernier, Alexandra Elbakyan a révélé sur son Twitter que le FBI surveillait ses comptes Internet depuis plus de deux ans.

Le site Sci-Hub lui-même est gelé depuis décembre 2020 puisqu’aucune nouvelle publication scientifique n’y a été postée. Ça sent donc le sapin pour Sci-Hub.

Heureusement, la communauté Reddit est là et est en train de s’organiser pour sauver le soldat Sci-Hub. Comment ? Et bien en collectant les archives du site et en les rendant disponibles pour toujours sur le web notamment grâce au peer to peer.

Il existe 850 fichiers torrents de SciHub contenant chacun 100 000 articles scientifiques, soit un total de 85 millions d’articles scientifiques à sauvegarder. Cela représente 77TB de données. Pour arriver à leur objectif, les internautes ont prévu d’agir en 3 étapes :

  • Étape 1 : Trouver 85 « datahoarders » pour stocker et disperser chacun 1 To d’articles, soit 10 torrents au total. Ils proposent ensuite aux internautes de télécharger 10 torrents aléatoires de cette collection puis de les charger dans un client Bittorrent et de les laisser en diffusion aussi longtemps que possible.
  • Étape 2 : Les volontaires doivent ensuite contacter 10 amis pour leur demander de récupérer un seul torrent aléatoire (100 Go). Cela représente 8 500 seeders.
  • Étape finale : Une fois la donnée sauvegardée, les initiateurs du projet souhaitent le développement d’un Sci-Hub open source afin de décentraliser le service et rendre celui-ci intouchable. Il existe des projets de ce type ici sur GitHub.

Un beau projet qui s’il se déroule comme prévu permettra de sauvegarder toute cette science retenue dans les griffes des entreprises qui retiennent en otage cette connaissance pour se faire toujours plus d’argent.

Pour suivre Alexandra Elbakyan, c’est par ici.


Si je vous dis émulation, vous pensez forcement jeux vidéo rétro sur PC ou console. Mais l’émulation, ça va bien au-delà… On peut bien sûr émuler des machines anciennes sans forcément qu’il y ait une histoire de jeux vidéo. Encore mieux, on peut même émuler du PC.

Oh mais wait, à quoi ça sert d’émuler un PC quand on a déjà un PC ? Et bien c’est super cool car ça permet de découvrir ou de redécouvrir les premiers PC et le matériel qui les équipait. Que ce soit un Atari PC3, un Compaq Deskpro ou un Tandy 1000 SL/2 utilisant un processeur 8088, le Commodore PC 30 III, l’IBM PS/2 Model 50 sur un proc 286, le Packard Bell Legend 300 SX, l’AMI 386SX Clone basé sur le 386SX ou les générations ultérieures en 486, Socket 5 ou 7, il est possible de redécouvrir leur BIOS et regoûter à leurs performances d’origine.

Comment ? Et bien grâce à PCem, un outil qui permet d’émuler tout ça, et de choisir spécifiquement la config de vos rêve en terme de CPU, de mémoire vive, de disque dur, d’affichage (Coucou la 3DFX Voodoo 3 ou le S3 Virge/DX), le son d’une SoundBlaster d’époque, d’un vieux lecteur de CD-Rom, d’une souris série à 2 boutons, ou d’une carte réseau Novell NE2000…

PCem interface

Une fois la config choisie, à vous d’installer un OS sur votre PC d’époque. Vous pouvez vous rendre sur ce site qui propose des vieux systèmes d’exploitation à télécharger et sur lesquels booter : Atari DOS, MS DOS, Linux, Windows…etc. Y’en a pour tous les goûts.

cartes graphiques anciennes

Évidemment, utiliser PCem, au delà de pouvoir goûter à ce qu’était réellement un PC dans ses jeunes années, permet bien sûr de lancer nativement toute sorte de jeux et d’utilitaires de la même époque. Archive.org propose d’ailleurs beaucoup de ces logiciels, donc à vous de faire vos petites courses.

Packard Bell BIOS
Installation de Windows 95

Honnêtement je me suis régalé avec PCem surtout parce qu’en ce moment, avec les Webosaures, on s’amuse à redécouvrir de vieux OS en live sur Twitch. Et pour ça c’est l’outil idéal.

PCem est dispo sous Linux et Windows en cliquant ici et comme les ROMs ne sont pas disponibles sur le site officiel, je vous invite à toutes les télécharger en clonant ce dépôt Git maintenu spécialement pour l’occasion.

git clone https://github.com/BaRRaKudaRain/PCem-ROMs.git

Alors, ça vous branche ?


Mes gazouillis

Installez un clavier russe (ou ukrainien) pour vous protéger des ransomwares https://t.co/yY35KoFhHs #kbn
50 Ideas That Changed My Life - David Perell https://t.co/XCNgMaaLFi #kbn