Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Je ne sais pas pour vous, mais quand j’ai envie de me détendre, je peux me mettre à cuisiner, à écrire sur le blog, à faire un peu de musique sur FL Studio ou jouer à reverser quelques crackmes.

Je faisais pas mal de reverse engineering quand j’étais ado, ça remonte un peu, et j’étais clairement rouillé. Et en septembre, je m’y suis remis un peu. Les outils ont changé, les crackmes se sont complexifiés, mais la démarche intellectuelle reste la même. Et c’est clairement un gros kiffe de comprendre comment fonctionne un algo et essayer de l’apprivoiser, le détourner ou le contourner.

Alors évidemment, pour apprendre il existe de nombreuses ressources un peu partout sur la toile et principalement en anglais et surtout, il y a Root Me qui permet de se lancer directement sur des challenges avec un niveau de difficulté croissant.

Et si le sujet vous intéresse et que vous voulez vous y mettre, il existe un livre au format PDF, qui s’appelle « Reverse Engineering for Beginners« , disponible dans plusieurs langues dont le FRANÇAIS et qui vous permettra d’apprendre les bases du reverse engineering. Comprendre le code assembleur, savoir chercher les trucs qui comptent dans le code, les bons outils pour bosser et pas mal d’exemples et d’études de cas.

C’est un contenu assez long (+1000 pages) mais les vacances de Noël arrivent dont vous allez bientôt avoir un peu de temps devant vous.

Bonne lecture !


Medhi de la chaine Fouloscopie a réalisé une vidéo intéressante sur les liens entre la science et le jeu vidéo. Plus exactement comment le jeu vidéo pouvait aider la science à progresser.

C’est vrai que ce serait dommage de s’en priver. Surtout quand on fait les calculs et qu’on apprend que l’Humanité a passé x millions d’années sur tel ou tel jeu vidéo. Toute cette activité humaine aide déjà et pourrait aider encore plus la recherche, c’est certain.

Puis je me dis que quelque part, tout ce temps passé sur des jeux à entrainer sa mémoire et ses réflexes, est ce que ça ne contribuerait pas aussi à l’évolution de l’être humain ?

Avec ce qu’on sait maintenant sur l’épigénétique, c’est-à-dire la transmission par les gènes de caractéristiques acquises durant la vie, peut-être que sur le long terme, grâce à tous les gamers, nous serons en tant qu’espèce, de plus en plus intelligents et vifs d’esprit. Cela dit, on aura peut-être disparu avant de le savoir.


J’ai attendu un petit peu avant d’en parler, car le créateur de ce jeu cherchait un moyen de le proposer sans avoir à débourser trop d’argent pour l’héberger, et je pensais honnêtement que ça allait fermer. Pour le moment, il a trouvé une solution temporaire avec Bittorrent ainsi qu’un sponsor alors il a l’air de souffler. Du coup, j’ai ressorti mon article en brouillon.

Car oui, AIDungeon est un jeu à succès depuis quelques jours et le fait qu’il utilise du machine learning n’y est pas étranger.

En effet, AIDungeon est un jeu de rôle totalement textuel comme à la belle époque sauf que tous les textes sont générés par une « Intelligence artificielle ». C’est comme ça que c’est présenté, mais en gros, c’est un modèle GPT-2 utilisé par moteur de deep learning OpenAI.

Et c’est super, car ça permet de jouer à une véritable aventure, qui n’a pas de fin (à part le mort de votre personnage dans le jeu, mais vous pouvez recommencer) et qui surtout est tout le temps différent, car généré.

Évidemment, faudra écrire en anglais, mais AIDungeon dispose d’un énorme potentiel. Sa communauté ne cesse de croitre et d’aider son créateur, mais surtout, le jeu génère des aventures uniques que les joueurs peuvent ensuite partager. C’est très inspirant et cela pourrait même servir de base à l’écriture de livres, pourquoi pas.

Pour y jouer, cliquez ici puis rendez-vous dans le menu « Outils »-> « Paramètres » -> « Thème » -> « Dark » pour basculer en affichage mode sombre (c’est plus cool, mais pas obligatoire).

Ensuite, cliquez sur « Exécution » -> « Tout exécuter ».

Patientez le temps que les fichiers se téléchargent et que le jeu s’initialise. Ça ne le fera qu’une fois. Et ensuite, vous êtes paré pour l’aventure !

Après je me demande avec l’arrivée de ces univers générés et dont l’enchainement est unique pour la plupart des joueurs, si nous ne perdons pas un peu le côté « J’en parle avec mes potes et on discute de solutions et des possibilités de telle ou telle mission/énigme/problème « . Mais c’est sûr qu’en termes de continuité, on n’est pas prêt de s’ennuyer.

Personnellement, je ne pense pas que vous arriverez à égaler mon aventure qui était absolument dingue ! Ahahaha.

Vous pouvez soutenir son créateur sur Patreon ici. Celui-ci a pour projet de développer une application qui permettra à chacun de jouer aussi bien sur ordinateur que sur mobile, sur abonnement, en hébergeant le modèle de données dans le cloud.

Quand au jeu c’est par ici pour y jouer.


À découvrir

Vous connaissez sans doute la fonctionnalité « Recherche par image » de Google. Celle-ci permet de trouver des images similaires à celle que vous uploadez. Par exemple, si j’uploade une photo de moi en train de manger une glace, Google va me renvoyer des tas de photos de gens, surement des hommes barbus, qui mangent une glace.

C’est donc ce qu’on appelle de la reconnaissance d’image. Mais avez-vous déjà testé de la reconnaissance faciale ? Là on n’est pas sur le même délire et Google ne propose pas vraiment cela pour le moment.

Quand je fais une recherche par image sur ma tête, Google associe mon visage à un mot qui est Gentleman (ils sont sympas quand même) ainsi qu’à un tas d’autres critères que je ne vois pas et me propose des tas de photos d’autres gentlemans avec des lunettes et une barbe, mais qui globalement ne me ressemblent pas, hormis le fait qu’ils soient tous beaux gosses comme moi ^^.

Peu de chance donc si quelqu’un vous prend en photo en douce, qu’il puisse remonter jusqu’à vous grâce à Google.

Par contre, sur Yandex, le moteur de recherche russe, ce n’est pas la même histoire. Ici pas de recherche par image, mais une recherche par visage. Et c’est là toute la nuance.

Oui, sur Yandex, ce qu’ils proposent c’est vraiment de la reconnaissance faciale. Comme ce qu’ils ont à la NSA quoi. Sauf que là c’est en accès libre et c’est très efficace.

Et là c’est chaud… Parce que cela signifie que n’importe qui obtenant une photo de vous, sans avoir votre nom, peut éventuellement trouver d’autres sites où vous apparaissez et potentiellement obtenir votre identité.

Voilà un effet concret de la reconnaissance faciale. Bon, bien sûr, ça marchera mieux avec ceux qui ont une forte présence en ligne avec plein de photos d’eux. Mais autrement, Yandex vous fournira de beaux sosies à embaucher pour aller bosser à votre place.

Vive mes clones, spéciale dédicace à Acontios.

Et malheureusement, pas grand-chose à faire contre cela… À moins d’esquiver tous les appareils photo, de ne jamais poster une photo de vous sur le net, ou encore de demander à une autorité bienveillante de vous offrir une reconstruction faciale à grand coup de LBD. Bah quoi, c’est la mode en ce moment 😉

Sacrée époque.


Si vous me lisez depuis longtemps, vous connaissez sans doute IFTTT qui permet de créer des workflows avec des services web ou votre smartphone pour par exemple automatiquement publier sur Facebook n’importe lequel de vos tweets, sauvegarder dans Evernote ce que vous mettez de côté sur Feedly ou recevoir des alertes météos quotidiennes ou des alertes sur le passage de l’ISS sur votre smartphone. C’est très fourni comme service donc à vous d’aller creuser un peu.

Pour les plus érudits, vous connaissez aussi sans doute Zapier qui est un service payant, mais qui permet de faire comme IFTTT, mais en encore plus poussé sur encore plus de services et outils tiers.

Mais ce que vous ne connaissez sans doute pas, c’est Titanoboa. Comme je vais souvent à Paléopolis, car j’adore les dinosaures, je sais que le Titanoboa est une espèce de serpent qui a vécu il y a 60 millions d’années environ et qui pouvait mesurer jusqu’à 12 mètres et peser quelque chose comme 2 tonnes. De quoi faire un sacré paquet de bottes.

L’un des derniers Titanoboa que j’ai vu passer dans mon jardin.

Mais ce que je ne savais pas, c’est que Titanoboa, c’est aussi un clone libre de Zapier. Bon je vous préviens tout de suite, c’est beaucoup plus velu et austère que les 2 solutions commerciales que je vous ai présenté juste au-dessus. Mais c’est beaucoup plus puissant puisque cela permet de créer des workflows complexes pouvant servir à des plateformes en ligne, du traitement big data, de l’automatisation IT, de la transformation de données…etc.

Les workflows peuvent être lancés de manière séquentielle ou en parallèle et chaque étape de votre workflow peut être évaluée et rejouée en cas d’échec si besoin. Il y a une interface graphique (un IDE), mais vous pouvez aussi tout gérer à partir des API.

C’est clairement un outil destiné à des gens qui ont des workflows multiples à mettre en place et qui ont besoin de souplesse et de fonctionnalités leur permettant de modifier ou rejouer les workflows rapidement.

Si cela vous intéresse, c’est par ici que ça se passe.


Mes gazouillis

Un autre twitcher qui se fait swater. Y’a vraiment des raclures dans ce bas monde. Force à @XEWER 💪 #kbn https://t.co/eqmx3misOg
Sacrée enquête de ⁦@lemondefrhttps://t.co/Sh0rlhtjj4 #kbn