Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

La pub dans les applications mobiles, ça suce

Rien n’est gratuit en ce bas monde de la mobilité… Même la plupart applications « Freeware » qu’on retrouve sur l’Android Market sont truffées de publicité. Pas de mal à cela puisque faut bien bouffer, mais une étude (PDF) réalisée par des chercheurs de l’Université de Purdue avec la participation de Microsoft a montré que la publicité dans les applications consommait énormément de batterie.

Grâce à un outil baptisé Eprof et développé pour l’occasion afin de déterminer la consommation de chaque module d’une application Android, les chercheurs ont réalisé un benchmark sur un Nexus One Android 2.3 avec les applications Angry Birds, Free Chess, le navigateur par défaut d’Android, MapQuest et l’application du New York Times.

D’après les résultats, les modules utilisés par les applications pour afficher de la publicité, sont très gourmands en énergie. Par exemple, sur toute l’énergie consommée par Angry Birds, 70% l’est par la publicité à l’intérieur de l’application. Pour le New York Times, c’est 15% d’énergie qui passe dans la pub…etc.

Cela s’explique par la réception et la rotation des bannières, mais aussi l’envoi de données de tracking en tâche de fond, qui fait tourner le CPU et la 3G.

Mais ce n’est pas tout. Eprof a permis de détecter que des bugs dans des applications comme Facebook provoquaient un « vidage » de la batterie plus rapide en empêchant le CPU d’entrer en sommeil, même après avoir quitté l’application.

Je ne pense pas qu’un AdBlocker Android suffira à lui seul à réduire vraiment la consommation de mémoire, mais ça peut se tenter. La seule et unique solution c’est que les développeurs améliorent et débuggent leur code pour éviter ce genre de problème. J’imagine d’ailleurs que ce souci n’est pas propre aux applications mobiles et qu’une app PC ou Mac est capable de sucer la batterie d’un ordi portable en moins de 2…

Source et photo



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !