Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Comment convertir une partition Ext3 vers Ext4

Oyé oyé, l’ext3, célèbre système de fichiers utilisé dans toutes les distributions linux classiques va se voir remplacer prochainement par son successeur, l’ext4 !

En developpement depuis juin 2006 et arrivé à terme le 21 Octobre 2008, le support de l’ext4 a été intégré au kernel 2.6.28… et intégré à Ubuntu 9.04. Ext4 n’est qu’une évolution intermédiaire en attendant Btrfs mais on ne va pas cracher dans la soupe…

On va donc passer en revue les nouveautés puis après je vous expliquerai comment convertir vos partitions ext3 vers ext4… (pour les aventuriers).

Les nouveautés majeures de l’ext4 sont :

  • Un support de volume allant jusqu’à 16 EB (exabytes, ou exaoctet, ce qui représente 1 024 pétaoctets ou 1 152 921 504 606 846 976 octets)
  • L’ajout de la date de suppression (dtime) et de la date de création (crtime)
  • Le support de la nanoseconde dans l’enregistrement des dates
  • Support des dates jusqu’au 25 avril 2514 (préparez vous pour le bug d’avril 2514 !!)
  • Le nombre maximum de fichiers est passé à 4 milliards (je n’ai pas les chiffres pour l’ext3)
  • Et le nombre de sous-repertoires possibles est passé de 32 000 à 64 000
  • Le support de gros fichiers jusqu’à 16 TB
  • …etc

Intéressé ?

Sachez qu’une fois que vous aurez exécuté ces commandes, votre système de fichier ne sera plus « montable » en ext3. Ext4 en est à ses début, et il n’est surement pas sans bug… Bref, conservez quand même votre /boot sur une partition ext3 et sauvegardez vos données avant de faire une maxi boulette !!

Je vous déconseille vivement de faire les manips ci-dessous sur votre machine mais par contre, vous pouvez toujours vous amuser dans une machine virtuelle !!

Pour commencer, vous devez avoir le support d’Ext4 dans votre kernel. Recompilez votre noyau avec le patch ext4 ou si vous êtes sur Ubuntu, Fedora, Debian ou Ark Linux, allez voir là. Une fois que votre kernel est ext4 compatible, on va convertir le système de fichier ext3 existant en ext4. Par exemple, pour convertir ma partition /dev/sdb1 en ext4 :

cd /

umount /dev/sdb1

tune2fs -O extents,uninit_bg,dir_index /dev/sdb1

fsck -pf /dev/sdb1

Ensuite pour monter cette nouvelle partition, c’est très simple :

mount -t ext4 /dev/sdb1 /votre_chemin

ce qui donne :

mount -t ext4 /dev/sdb1 /partage

ou encore :

mount -t ext4 /dev/disk/by-uuid/VOTRE-PARTITION-UUID /partage

Et maintenant, le truc le plus risqué, booter sur un système ext4 (/boot). Ouvrez le fichier /boot/grub/menu.lst et rajoutez le paramètre rootfstype=ext4 à la fin de la ligne relative à votre kernel.

Exemple :

title Ubuntu 8.10, kernel 2.6.28.1-vmware-guest-server
root (hd0,1)
kernel /boot/vmlinuz-2.6.28.1-vmware-guest-server root=UUID=8c2da865-13f4-47a2-9c92-2f31738469e8 ro quiet splash rootfstype=ext4
initrd /boot/initrd.img-2.6.28.1-vmware-guest-server
quiet

Sauvegardez et fermez le fichier puis tapez la commande :

sudo update-grub

afin de mettre à jour votre grub.

Ensuite, il faut mettre à jour votre /etc/fstab afin de monter votre partition en ext4 au démarrage :

UUID=41c22818-fbad-4da6-8196-c816df0b7aa8 /partage ext4 defaults,errors=remount-ro,relatime 0 1

et pour finir, rebootez !!

sudo reboot

Croisez les doigts et si tout s’est bien passé, vous serez sur un système de fichier ext4 !! Félicitations 🙂

[photo]



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !