Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Comment les auteurs du hack de Coincheck ont réussi à blanchir 550 millions de dollars de NEM

Le 26 janvier dernier, des cybercriminels ont dérobé via la plateforme Coincheck, environ 550 millions de dollars en NEM, une cryptomonnaie très appréciée en Asie et notamment au Japon. (Je vous vois venir, rien à voir avec le nom en lui-même…)

Coincheck a bien sûr été négligent puisque ses NEM étaient stockés dans un wallet logiciel accessible depuis le net (hot wallet) alors que la règle est plutôt de conserver ce genre de grosse somme dans plusieurs cold wallet (déconnectés et sur des supports physiques non alimentés).

Et d’après les services de renseignement de Corée du Sud, ce vol aurait été organisé par des hackers de Corée du Nord. Ces derniers auraient envoyé un email contenant un malware, à des employés de Coincheck, obtenant ainsi accès aux ordinateurs de la société.

Les vols massifs de cryptomonnaies arrivent de temps en temps, mais souvent, les cybercriminels se retrouvent bloqués au stade du blanchiment. Toutefois les hackers de Coincheck ont pensé à tout puisqu’ils ont mis en place sur le darknet, une plateforme d’échange automatisée, permettant d’échanger des Bitcoins contre du NEM avec une réduction de 15% sur le tarif. Autant dire que les gens se sont jetés sur la bonne affaire.

Résultat, une grande part des NEMs volés ont été blanchis rapidement, avant même que la Fondation NEM ne puisse marquer au fer rouge les crypto adresses des criminels, ce qui aurait eu pour effet de bloquer leurs comptes. En effet, ce système de marquage baptisé Mosaic est plutôt lent et il faut 2 à 3 minutes pour tagger chaque compte. Les voleurs ont simplement utilisé ce temps de latence afin de transférer les NEMs entre différents comptes, pour ensuite les placer sur des plateformes d’échange, échappant ainsi au marquage.

Ce serait donc environ 100 millions de dollars qui ont été récupérés en Bitcoin via ce site web et qui sont probablement en train d’être converti en billets verts via divers moyens anonymisants.

De son côté Coincheck a promis qu’il rembourserait les clients spoliés à auteur de 400 millions de Yens, mais pour le moment, le site reste fermé. Hmm.

L’enquête se poursuit, mais la piste nord-coréenne semble être privilégiée par les enquêteurs. D’ailleurs, le site utilisé pour blanchir les NEMs a disparu affichant simplement la photo suivante de Kim-Jong-Un entouré de billets. On appréciera l’humour.

Cela laisse donc à penser que l’intégralité des NEMs a été blanchie. De son côté, le NEM a perdu environ 75% de sa valeur et la fondation en charge a refusé la possibilité d’un hard fork.

N’empêche, ils sont détendus les Nord-Coréens. La question qu’on peut se poser maintenant c’est « A quoi va servir cet argent ?« 

D’ailleurs vous feriez quoi avec 550 millions vous ?

Source



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !


Rejoindre la discussion sur Korben Communauté