Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Hadopi, dealer de bons sites de DDL

Aaaah, ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé d’HADOPI et de ses idées formidables pour changer le monde. Et je vous avoue que ça ne m’a pas vraiment manqué… J’ai dû me lasser de ce vol long-courrier au-dessus d’un nid de coucou.

Dans son dernier rapport, Mireille Imbert-Quaretta explique comment elle compte lutter contre le streaming illégal et les sites de téléchargement direct.

Rien de vraiment nouveau à l’horizon… Il s’agit de super fliquer les hébergeurs du monde entier (mouhahaha), de kicker les solutions de financement de ces sites (mouhahahah) et de discuter avec les moteurs de recherche pour que ces sites n’apparaissent plus dans leurs résultats.

Un subtil mélange de bon sens moyenâgeux et de surveillance généralisée des Internets puisque le DPI est encore de la partie. Pire, comme Mireille semble aimer les contes de fée, elle suggère même de demander aux fabricants d’OS (Microsoft, Apple, Google…etc.) d’intégrer ce module de flicage des Internautes pour justement éviter que des derniers puissent le désactiver.

Mega-Arf !

En gros, elle veut « impliquer les industriels » du monde entier dans le dispositif franco-français de contrôle du net. Ce qui me rassure, et ce qu’elle ne sait pas encore, c’est que tout ceci ne pourra pas se faire. Je savais les Français nombrilistes en ce qui concerne leur position dans le monde, mais à ce point, ça dépasse tout ce que j’avais imaginé… Espionner les connexions de tous les Internautes pour savoir si éventuellement, quelques-uns dans le lot téléchargent illégalement des films, c’est une grave atteinte à la vie privée.

Et s’imaginer que les Microsoft va commercialiser un « Windows spécial France » avec son module de flicage intégré, c’est gonflé Mais ce qui fait le ressort comique de ce rapport, c’est surtout de croire que si ça se fait (On ne sait jamais, sur un malentendu), les gens vont accepter d’installer ce mouchard sur leur ordinateur. J’veux dire, les OS clean ça existera toujours. Et même des Windows clean, ça continuera d’exister (achetables à l’étranger, ou patchables pour retirer le mouchard).

Quant aux hébergeurs, je doute que leur statut soit modifié au niveau de l’Europe, juste pour faire plaisir à quelques illuminés déconnectés des réalités. Enfin, en ce qui concerne les solutions de paiement, même si Hadopi arrive à faire pression sur eux, les webmasters de ces sites se rabattront sur d’autres solutions de paiement ou au pire sur Bitcoin.

D’ailleurs, voici en avant première, une vidéo de la première réunion qui réunira Hadopi, les fabricants d’OS, les régies pubs, les moteurs de recherche et les hébergeurs…

Bref, après le fiasco sur le P2P, le fiasco sur le téléchargement direct risque d’être tout aussi divertissant. Sortez le popcorn les amis !

M’enfin, moi ce que je préfère dans ce rapport HADOPI, c’est surtout l’annexe qui commence à la page 134 qui va permettre à tous les Français de faire le plein de bons films illégalement… Merci Mireille !

Source



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !