Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Les tarifs du cybercrimel

La Russie serait-elle le marché mondial du cybercrime ? C’est en tout cas ce que laisse entendre Wired UK qui a mené sa petite enquête. D’après leur interview de Trend Micro (éditeur d’antivirus), le marché russe du cybercrime est plus que mature et à chaque besoin, y compris de niche, on trouve une « réponse », sous la forme d’un malware, d’un botnet voire même d’un hacker qui loue ses services.

La tendance du marché se concentre sur le mobile et plus particulièrement Android avec une prévision pour l’année prochaine de plus de 250 000 menaces dissimulées pour la plupart dans des applications en libre téléchargement.

Ce qui est intéressant dans cet article que je vous invite à lire, ce sont surtout les tarifs actuels sur ce marché Russe underground :

  • Chiffreur standard (Pour cacher du code malicieux dans un fichier inoffensif): $10-$30
  • Bot SOCKS (Pour contourner les firewalls): $100
  • Une attaque DDoS : $30-$70 pour la journée, $1,200 pour le mois
  • Spam Email : $10 par tranche de 1 million d’emails
  • Spam email en utilisant une base client : $50-$500 par tranche de 1 million d’emails
  • Spam par SMS spam: $3-$150 pour 100 à 100 000 messages.
  • Bots pour un botnet: $200 pour 2 000 bots
  • Botnet DDoS : $700
  • Code source du célèbre ZeuS : $200-$500
  • Rootkit pour Windows (pour installer des drivers vérolés): $292
  • Piratage de compte Facebook ou Twitter : $130
  • Piratage de compte Gmail : $162
  • Piratage de boite mail pro : $500
  • Scans de vrais passeports : $5 pièce
  • Ransomeware (logiciel qui verrouille l’accès à vos fichiers et qui demande une rançon pour les libérer) : $10-20
  • Pack d’exploits non ciblés : $25
  • Pack d’exploits ciblés : $10-$3000
  • Trafic web : $7-$15 pour 1 000 visiteurs en provenance des États-Unis et d’Europe.

Finalement, c’est pas si cher que ça !

Lire l’article de Wired

Photo