Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Quand la NSA pirate Google et Yahoo!

Décidément, il ne refroidit pas l’ami Snowden. Chaque semaine de nouvelles révélations tombent et cette dernière est encore plus hallucinante que tout ce qu’on a vu ces derniers mois. Un nouveau document top secret appartenant à la NSA vient d’être publié par le Washington Post.

Il montre que la NSA a mis sur écoute les connexions physiques (fibres optiques) que Google utilise pour relier ses propres datacenters. Cette opération fait partie du programme baptisé MUSCULAR et n’est ni plus ni moins qu’un espionnage en règle d’entreprises privées américaines par leur propre gouvernement. À noter que les Anglais collaborent sur le projet MUSCULAR avec les Américains.

Dans le slide révélé par le journal américain, on comprend que la NSA cible le réseau interne de Google qui n’est pas chiffré et que le point central où se joignent le « cloud Google » et « L’Internet public » avec un petit smiley qui dit « SSL ajouté et retiré ici » a été l’un de leurs points d’entrée. À noter que Yahoo est aussi concerné par cet espionnage.

GOOGLE-CLOUD-EXPLOITATION1383148810

D’après les premiers retours, Google ne semble pas informé de cette activité douteuse initiée par son gouvernement. Le Washington Post avant de publier ce document s’est d’ailleurs rapproché de 2 ingénieurs de Google qui d’après le journaliste, n’ont pas pu retenir leurs insultes à l’encontre de la NSA lorsqu’ils ont vu le smiley sur la partie concernant le certificat SSL que l’agence de renseignement américaine s’est offert.

À proprement dit, on ne sait pas exactement à quel endroit la NSA intercepte les données des entreprises américaines, mais le Washington Post a imaginé plusieurs scénarios que je vous laisse découvrir ci-dessous. Pour simplifier les choses, disons que la NSA se branche directement à l’intérieur du réseau (privé) de Google en piratant les fibres optiques privées ou en accédant en douce aux data centers (partagés ou non) utilisés par le géant de Mountain View.

Dans le document daté de début janvier, on peut y lire qu’en à peine 30 jours, la NSA a collecté 181 millions de textes, photos et vidéos directement en les piochant dans les réseaux privés des boites. Comme ces liaisons et ces data centers sont situés hors sol américain, la NSA s’autorise tous les pouvoirs pour pirater impunément la propriété de Google, Yahoo …Etc.

 

NSA_private_Google_1030a

C’est très très moche…

J’ai l’impression que plus les jours passent, plus on se rend compte que la NSA n’a plus aucune limite. Jusqu’à présent, la NSA forçait les entreprises américaines à collaborer en leur refusant même le droit de communiquer sur ces demandes. C’était déjà mal digéré par les géants de l’Internet US, mais maintenant que des preuves font état d’un piratage et d’un espionnage actif à l’insu même des sociétés mettant en péril leur business et la confiance que les clients leur accordent, je doute que ces dernières laissent passer ça…

J’espère vraiment qu’elles ne laisseront pas passer ça… Mais comme d’habitude, affaire à suivre…


pCloud – Une solution de stockage en ligne complète

Intègre un outil qui permettra de chiffrer et protéger par un mot de passe vos fichiers les plus sensibles

pCloud propose à la fois de la synchro et du stockage, ce qui vous permet d’étendre le stockage de votre ordinateur jusqu’à 2 To sans avoir besoin de bouffer l’ensemble de votre disque dur. Et bien sûr vos fichiers restent accessibles de manière transparentes via l’explorateur de fichiers ou le Finder.

Vos données sont également versionnés pour éviter les écrasements malheureux et si vous supprimez un dossier ou un document, vous pourrez toujours le récupérer sans problème dans la corbeille pCloud.

Pour découvrir ce service c’est ici