Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

On vaut mieux que ça

En réaction au projet de loi de El Connerie Khomri, des vidéastes du web ont décidé de réagir et on lancé une initiative baptisée « On vaut mieux que ça« . Ils proposent aux gens de relayer les abus dont ils ont été victimes en tant que salariés, mais aussi d’informer autour de soi du projet du gouvernement en utilisant le hashtag #OnVautMieuxQueCa.

L’idée pour le gouvernement, c’est de tirer sur une corde déjà usée afin de transformer les salariés du privé en salariés précaires. Et ça soulève beaucoup de questions…

Comment faites-vous quand vous avez un prêt sur 25 ans pour une baraque et que d’un coup, l’entreprise baisse votre salaire ? Et ces astreintes qui vous obligent à rester à la maison, à côté du téléphone et qui seront décomptées de votre temps de repos ? Et quand vous vous ferez virer en mode plan social alors que l’entreprise se porte bien ? Et quand vous serez obligé de bosser 46h par semaine, sans être payé plus alors que vous devrez quand même assumer la rallonge financière pour faire garder vos gamins après l’école ?

Naitre, bosser et mourir. Déprimant comme programme non ?

Ça et tout le reste, c’est expliqué sur le site loitravail.lol qui est tout sauf « lol » et c’est accompagné de la pétition que je vous invite à signer.

Ce qui est intéressant là dedans, c’est de voir que le gouvernement patauge dans la semoule pour contrer ces protestations sur le net. Déjà, pour montrer l’exemple ils ont mis leur meilleure stagiaire (oui oui pour de vrai) aux commandes du compte Twitter @LoiTravail et La Ministre du « Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social » s’est même amusée à répondre en mode « noyons le poisson » sur la pétition. Comment voulez-vous croire quelqu’un qui n’initie aucune discussion, lève le drapeau du 49.3 et après vient bullshiter sur les réseaux sociaux ? Moi j’appelle pas ça faire du dialogue social mais plutôt « sortir les rames en mode galère ».

Je sais qu’en l’état, cette initiative « On vaut mieux que ça » n’a pas l’air très violente en terme de protestation, et qu’une révolution avec décapitations à la clé est beaucoup plus sexy pour les plus motivés d’entre-vous, mais sans aller jusque là, ça permettra au moins d’informer un max de monde sur cette loi et ça engendrera de nouvelles initiatives individuelles ou collectives. En tout cas, je trouve ça bien de voir que ces Youtubeurs font leur part et agissent à leur niveau.

Tous les gens avec qui je parle, de tous horizons et de toutes conditions en ont jusqu’à la nausée des politiques et les discours anti-gouvernement et anti-politiques se tendent beaucoup plus qu’avant. C’est le désespoir qui gagne du terrain, car chacun commence à prendre conscience que la solution ne sera pas et n’a jamais été dans les prochaines élections.

Reste LA question sans réponse pour le moment : On fait quoi et quand ?


Réponses notables

  1. PhiliP says:

    Pour introduire les débats qui, j’en suis sûr, vont voir les thèses des abstentionnistes débouler, je tiens à rappeler, afin de les circoncire avant même qu’elle ne se fassent jour, et ceci afin d’épargner à tout le monde des débats stériles ou hypocrites, qu’il suffirait qu’UNE SEULE personne exprime son vote pour qu’une élection soit validée ! Comptez sur le candidat pour être celle là !

  2. J’essaye de m’intéresser à ce nouveau projet de loi, et c’est assez difficile de s’y faire une idée. Je pense que tout le monde est d’accord pour réformer la loi du travail en France, mais comment? Pour me faire l’avocat du diable, je suis tombé sur cet article: http://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires/le-seul-defaut-de-la-loi-el-khomri-elle-favorise-l-embauche?PageSpeed=noscript

    Alors justement ne faut-il pas alléger les choses pour les employeurs afin d’embaucher plus? Question con et classique, mais qui reste sans réponse pour moi…

  3. JiaJo says:

    “Comment faites-vous quand vous avez un prêt sur 25 ans pour une baraque et que d’un coup, l’entreprise baisse votre salaire ? Et ces astreintes qui vous obligent à rester à la maison, à côté du téléphone et qui seront décomptées de votre temps de repos ? Et quand vous vous ferez virer en mode plan social alors que l’entreprise se porte bien ? Et quand vous serez obligé de bosser 46h par semaine, sans être payé plus alors que vous devrez quand même assumer la rallonge financière pour faire garder vos gamins après l’école ?”

    • A aucun moment il est dit qu’une entreprise va pouvoir baisser ton salaire comme il lui semble, sur une simple décision, c’est un accord global, cela fait écho à l’affaire Smart, qui avait soit la possibilité de faire fermer l’entreprise et mettre tout le monde au chomage… soit accepter de baisser un peu les salaires, pour pouvoir relancer la machine.
    • Pour l’astreinte, outre que cela ne concerne pas grand monde, tout d’abord ca toujours été ainsi, l’astreinte a toujours été décompté du temps de repos, la différence aujourd’hui c’est que avant il y avait la regle des 11h de repos successifs… donc tu as 11h de repos, on t’appel au bout de 3h… avant le compteur redémarrait a 11h, maintenant il te restera le solde, donc dans mon ex, 11-3= 8h. Mais je rappel que l’astreinte est un mode choisi par le salarié, qu’il a une compensation salariale ou en terme de repos,…
    • a aucun moment une entreprise (et je parle bien d’entreprise ciblée et non pas de groupe, ce n’est pas parcequ’un groupe va bien financièrement qu’il doit garder une entreprise qui va très mal, faut etre logique aussi) qui se porte bien pourra licencier… a aucun moment, il faut que l’entreprise cumul plusieurs mois successif de problèmes importants financiers pour pouvoir licencier… et je rappel 2 choses pour cela, si il faut attendre qu’une entreprise s’écroule pour licencier, ce n’est pas 10 ou 20% de l’effectif qui se retrouvera (non pas à la rue, mais avec un chomage payé pendant 2 ans) mais 100%… a toujours vouloir trop protéger on créé la situation catastrophique de la France.
    • Sur les 46h ou 60h la situation est exactement la meme qu’avant… il faut l’accord de l’administration.

    Vraiment il faut arreter de se sourcer uniquement sur des sites d’opposants, mais juste prendre le temps de lire le texte actuel, celui qui est retravaillé donc, et arreter de tout caricaturer, on risque pas d’avancer dans ce pays, si quand on propose la moindre modification la chasse aux sorcières commence, rempli de mensonges et de caricatures.

  4. sfx says:

    Ils me font rire ces salariés à se plaindre !

    Qu’ils se sortent les doigts et se créé leur propre emploi !

    C’est ça l’avenir, l’auto-entrepreneuriat !

    Mais non, c’est plus facile de glander 35h dans une boite que de prendre le risque d’être freelance !

  5. sfx says:

    Et alors ?

    Sérieusement, je parlais avec des potes hier et on discutaient du fait que le nouveau modèle de boite qui se dessine c’est une boite sans salarié, une boite qui n’a que des freelances réguliers qui travaillent quand il y a un projet.

    C’est un peu le modèle dans le monde du graphisme, je me demande pourquoi ne pas l’étendre à d’autres professions ?

    C’est un win-win, le patron ne payent des gens que quand il y a du boulot et le freelance est plus en sécurité qu’un salarié car en cas de perte ou de faillite d’un de ses clients, il ne perd qu’une partie de ses revenus alors que le salarié si sa boite fait faillite ou dégraisse, il perd tout.

  6. sfx says:

    @Iceman

    Je ne suis pas vraiment d’accord, avec le bon réseau de freelances tu vas avoir une qualité de travail bien meilleur qu’avec des salariés, sans parlé de la flexibilité d’un freelance. Mince bosser le WK me parait normal, les jours fériés aussi, je ne vois pas pourquoi ça pose un soucis, c’est la nouvelle économie, il faut être bon, réactif et flexible.
    En contre partie le freelance a une relation bien meilleur avec ses clients, car il est sur le même pied que ces derniers.

    Tu peux très bien être freelance et venir travailler au sein de l’entreprise.

    Après ce n’est pas applicable partout, je te l’accorde.

    Je suis moi même freelance, j’ai des périodes de “glande” et d’autres de rush ou je vais enchaîner les journées de 12h de boulot, et bien, pour rien au monde je ne redeviendrais salarié, même pour 3x mon salaire.

    La liberté de choisir mes clients, mes projets, le respect des clients, pouvoir travailler dans de bonnes conditions, apporter une vrais valeur ajoutée,… Je n’ai jamais retrouvé ça quand j’étais salarié :/.

  7. sfx says:

    @kolzeq

    Je ne peux que plussoyer !

  8. Quand on lit les commentaires de la vidéo Youtube, on comprend que ce n’est pas un grand élan et la révolution !!!

    Je n’ai pas envie d’en dire + pour ne pas m’énerver mais ce commentaire résume bien ma pensée : #ViteUnHashtagPourSauverLeMondeEtJeRetourneDevantLaTéloche

    Et les intervenants de la vidéo ne sont pas très hétéroclites donc sans intérêt !

  9. MZ_ says:

    Une initiative intéressante pour sauver (ce qu’il nous reste de) notre démocratie : https://laprimaire.org

    C’est une primaire citoyenne, mise en place pour l’élection présidentielle de 2017. L’idée est de présenter un candidat qui nous représente vraiment, et de voter pour lui, au lieu de voter par dépit pour un des cons qui arrivera à passer le premier tour…
    En fait, ça revient à pirater l’élection de 2017 :wink:

    Le projet semble crédible, n’hésitez vraiment pas à aller voir ! (ça se passe là pour ceux qui suivent pas : https://laprimaire.org)

  10. Bonjour,

    Ca serait bien que les politiques soient rémunérés au prorata des objectifs et des promesses de campagne atteint… et surtout plus payer à vie, genre actuellement je sais pas combien de salaire de président, de ministre et j’en passe que nos impôt paye a vie …

    Peut-être que ça les ferai réfléchir à deux fois avant de sortir de la merde.

    Pour avoir fait de la formation en alternance, il est pas rare de voir des postes uniquement occupés que par des stagiaires successifs, ce qui est illégale mais qui contrôle? et après on s’étonne qu’il y ai du chômage …

    ++

  11. nwl says:

    j’en ai marre aussi de les entendre.
    Ils attendent tout des politiques, ils sont obligés de venir se plaindre pour qu’on les aide.
    Leur discours englobe le monde du travail en général, l’état ne peut pas intervenir dans tous les problèmes du quotidien.
    La plus part des problèmes ne viennent pas de l’état mais des relations de travail entre les personnes.

    Après c’est toujours possible d’aller vers un état qui prend en charge la vie de ses citoyens de A à Z mais il faudra faire des compromis.
    Nous avons voté pour l’Europe et pour son mode de fonctionnement, maintenant il faut appliquer les règles.
    François Hollande est pro-européén et il applique le programme européen, il n’y pas de tromperie, c’est le programme prévu.

  12. @sfx Si tu aimes bosser le weekend et les jours féries, tant mieux pour toi, mais pourquoi vouloir imposer ça à tout le monde? Si tu aimes être freelance, tant mieux pour toi, mais pourquoi en faire “un nouveau modèle de boîte”? Pour rappel, l’économie, c’est pas uniquement des mecs en costard, ou derrière un ordinateur, ou les deux, donc ce qui vaut pour toi ne vaut peut-être pas pour toute l’économie française (cf post d’@Iceman).

    Cette page de commentaires ressemble à un gros regroupement de trolls, à croire que le lectorat de Korben se dégrade autant que ses posts.

  13. JiaJo says:

    Zut je commencais a etre d’accord avec toi sur le principe, et l’histoire de dire “n’applique pas a tous ce que tu veux pour toi” c’était bien parti… et voila que tu arrives avec ton idiotie de mot “troll” pour juste qualifier tout propos qui ne va pas dans ton sens… Tu vois tu ne peux pas demander a quelqu’un, de ne pas vouloir appliquer a tous ce qu’ils veulent… et en meme temps ne vouloir que des gens qui sont d’accord avec toi.

  14. Makake says:

    Au début du XIXème siècle, il y avait, au Royaume-Uni, un grand débat pour ou contre la limitation du temps de travail des enfants à 12 heures par jour. Il est intéressant de relire les débats de l’époque, le patronat (et de nombreux députés) prétendaient que les enfants devaient être libres de travailler autant qu’ils le voulaient, de négocier librement leur salaire avec leur patron, et que d’autre part, la limitation du temps de travail des enfants serait une catastrophe économique, une utopie bien-pensante, qui pénaliserait terriblement l’industrie britannique, et donc au premier chefs les enfants eux-mêmes. Il y avait même des philanthropes pour proposer de construire des usines entièrement dimensionnées pour les enfants de moins de 6 ans (évidemment, eux aussi voulaient travailler !). Lisez les arguments du patronat de l’époque ! ce sont exactement les mêmes que le MEDEF actuel.

    Ça vaut vraiment le coup de se replacer dans les débat de l’époque, qui sont très actuels:

    Et l’intérêt, du coup, c’est qu’on peut voir les effets de cette politique libérale, menée sans entraves entre 1750 et 1850, dans la première puissance mondiale de l’époque, le pays le plus riche et le plus industrialisé, à une époque où les syndicats n’existaient pas, les socialistes encore moins, et où la couleur rouge n’évoquait que la monarchie britannique. Un siècle d’utopie libérale ! Eh bien cette utopie est parsemée d’épidémies (“fièvres” indéterminées, tuberculose, choléra, etc.) et de famines terribles (dans les années 1850, 1 million de morts de faim en Irlande, 100 000 en Écosse), et a mené la population à des conditions de vie largement inférieures à celles du Moyen-Âge (sur le plan statistique: individus plus petits, espérance de vie plus faible, etc.) ! Et pendant tout ce temps, les riches prospéraient. Je trouve incroyable qu’il y ait encore des défenseurs de cette idéologie, et qu’ils aient autant l’oreille des dirigeants dans un régime qui se prétend démocratique. Ces idées sont un échec, elles n’ont jamais eu d’autre effet que d’enrichir les riches au détriment des autres !

    Plus près de nous, le patronat avait promis la création de plein d’emplois en échange:

    • de la fin de l’autorisation administrative de licenciement (1986)
    • de la réduction de la TVA dans la restauration
    • du CICE
      … pour en citer trois qui me viennent à l’esprit… mais c’est toujours la même histoire: le patronat promet toujours la lune, mais je ne me souviens pas d’une seule mesure qui ai eu le moindre effet sur l’emploi. Pourquoi ne fait-on jamais d’audit des concessions au patronat ? Pourquoi la presse ne rappelle-t-elles jamais les promesses non tenues ?
  15. JiaJo says:

    Si tu te considères comme un enfant de 6 ans, libre à toi, il me semblait qu’entre temps, dans nos sociétés moderne on a défini un age approximatif ou on passe de l’enfance à l’age adulte, et ou l’on défini que l’enfant n’est pas apte à prendre des décisions seuls… cela fait que nos sociétés modernes précisent qu’il n’est pas possible pour un enfant de moins de 16 ans (en gros suivant les pays) il lui est interdit de coucher avec un adulte, interdit de boire de l’alcool, de conduire une voiture, de travailler,… Donc si tu te compares à cela, je vais te remettre tous ces interdits… dans le cas contraire, si t’estimes que tu n’as plus 6 ans, et que par conséquent tu es capable de choisir de boire ou non, de fumer ou non, de conduire ou non, de coucher avec qui tu veux ou non,… alors t’es capable de travailler ou non, de la facon dont tu veux ou non…

    Ne parle pas de libéralisme alors qu’a priori tu ne connais pas le sens, a part celui qui t’es souflé par les tes potes syndicalistes.
    Je rappel ici, que le CICE (et par la toutes les subventions), les réductions spécifiques de TVA, les métiers réglementées (taxis,…) sont le premier combat des libéraux. Nous (je suis donc libéral vous l’aurez compris) sommes en total opposition à l’intervention de l’Etat dans l’économie, donc par définition meme contre les subventions, c’est meme notre principal combat. Il y a 150 Milliards par an de subventions aux entreprises donc autant d’impots à la charge du citoyen et des travailleurs.

    Tu parles du patronat, comme si je parlais du salariat… cela ne veut rien dire, mais surtout tu parles du patronat qui n’en est pas un, puisque tu parles du MEDEF, qui est le seul a etre à table avec les dirigeants de notre pays. ces gens représentent 5% des entreprises (comme les syndicats salariés représentent 5% des salariés)… elle est loin la démocratie. Pour le MEDEF, si on veut etre précis, ce sont des salariés dirigeants, ils ne prennent pas de risque personnel, ne mettent pas d’argent dans leur entreprise, on des primes de licenciement,… ce sont des salariés… donc pas des patron. Donc parler de patronat est une bétise monumentale, mais c’est tendance de transformer n’importe quel mot pour en faire sien et le faire combattre dans son camp.

    Et pour les concessions du patronat (du vrai, donc des entreprises dirigés par des fondateurs ou des repreneurs)… eux dans la majorité absolu, payent 65% d’imposition des entreprises (on est 2eme derrière l’Italie) la moyenne Européenne est à 40%… donc tu vois, toi salarié ou toi patron, tu travail 65% de ton temps pour l’Etat, et 35% de ton temps pour toi et ta boite… pour les concession, je pense qu’elles sont suffisantes non ?

    Arretez d’employer des mots que vous ne maitrisez pas (libéralisme par exemple) ou parler du patronat pour parler du MEDEF… les patrons n’insultent pas les salariés en disant qu’ils sont tous CGTistes… il y a aussi des travailleurs, on peut meme les estimer a 95% de salariés travailleurs. Et chez les dirigeants il y a 5% de profiteurs du système, adoubé par l’Etat (donc le MEDEF) et 95% des patrons sont des travailleurs. Si nous arrétions juste d’écouter les profiteurs qui disent nous représenter, je crois qu’on s’en sortirait beaucoup mieux.

  16. nopppp says:

    Bosser aux rates et à la demande, ça ne marche pas avec tous les boulots.

    De plus, si je reprends ton exemple du graphisme, ce système à tendance à privilégie les personnes qui ont les moyens financiers et le réseau adéquat pour se lancer comme indépendant. Ce n’est pas un Win-Win, c’est une compétition, on n’y entre pas tous avec les mêmes chances. Et si cela ne te touche pas aujourd’hui, peut-être que demain, une agence de télétravail chinoise te bouffera tes “clients/patrons”, car tu comprends : ils font mieux que toi pour 3 fois moins cher !

    Dans mon secteur on a été partiellement remplacé par des Indiens. Pourquoi ? Car ils sont indéniablement meilleurs que nous. Est-ce que par soucis socio-économiques j’ai envie d’une banlieue comme Dharavi ? Non.

    Être salarier, c’est aussi faire partie d’une entreprise, bosser pour son avenir, faire valoir des qualités humaines, travailler en équipe, offrir des garanties qui se transforment en avantages, produire des richesses locales. Mais quelqu’un a joué au con avec les paramètres et, aujourd’hui, on ne regarde plus que ces dysfonctionnements. Pourtant, je connais autant d’indépendants qui se plaignent que de salarier, la différence, c’est qu’ils se croient au contrôle.

    Et puis, tu imagines, si demain tout le monde devenait indépendant ? Tu crois franchement que l’on voudrait travailler avec un casse-couille comme toi ?
    Le beure, l’argent du beure et un mec sympa qui vous la tartine :slight_smile: On va vous apprendre à lécher nos culs.

    Cependant, toute cette histoire, ça me rappelle le projet “Reboot la France”. Quand ça a commencé à devenir intéressant, personne n’a désiré prendre de responsabilités et c’est retombé comme un flan.

Continuer la discussion sur Korben Communauté

15 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants

Découvrez un article au hasard