Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

— Article en partenariat avec Surfshark

Ce n’est pas la première (ni la dernière) fois que je fais un article pour vous parler de Surfshark VPN sur mon site. Mais si c’est le cas, c’est qu’il y a de nombreuses bonnes raisons de le faire. Régulièrement cités parmi les services VPN les plus fiables, ils sont aussi plutôt novateurs et proposent des options qui deviennent régulièrement des standards. L’une des dernières en date étant l’innovation Nexus.

Exclusivité Surfshark, Nexus permet de connecter l’ensemble du parc de serveurs (+ de 3200) en un seul réseau qui couvre quasiment la planète entière. Le premier bénéfice étant de rendre votre connexion plus stable et rapide. Finis d’être connecté à un serveur unique dont les performances vont être dégradées s’il est surchargé. Par effet cascade le second avantage est donc d’améliorer votre confidentialité. Puisque les informations transitent via plusieurs serveurs, cela fragmente la surveillance possible et renforce donc votre protection. Cette nouveauté sera déployée totalement d’ici fin 2023.

Surfshark Nexus

En attendant vous bénéficiez toujours des fonctionnalités déjà présentes :

  • chiffrement de bout en bout (algo AES 256 GCM)
  • utilisation de protocoles sécurisés (WireGuard, IKv2/IPsec …)
  • mode camouflage (cache à votre FAI que vous utilisez un VPN)
  • bouton kill switch (empêche vos données de fuiter lors d’une déconnexion sauvage)
  • le split tunneling
  • la protection lorsque vous vous connectez à un Wi-Fi public
  • rotation d’IP (sans déconnexion)
  • pas de conservations des logs
  • blocage des pubs, cookies et autres malwares
  • etc.

D’autres nouveautés sont encore prévues dans les prochains mois, parce qu’on peut toujours faire mieux. Comme par exemple la génération automatique d’une nouvelle adresse IP pour chaque site que vous visitez (sans devoir déconnecter/reconnecter l’outil). Si la fonction MultiHop est déjà disponible (elle permet de mettre un serveur supplémentaire entre vous et le site auquel vous vous connectez), elle disposera bientôt d’une option pour l’automatiser dans certains cas.

Exemple de MultiHop automatique

Vous voulez tester le service pour pas cher ? Il est encore temps de profiter de l’offre Black Friday 2022 ! Cette dernière dure jusqu’au 27 novembre et vous permet de ne payer que 2.05 € par mois (en prenant l’abonnement 2 ans + 2 mois offert). Pour 26 mois cela ne vous reviendra même pas à 54€ au total, hors TVA, soit 84% de rabais. Ce qui fait toujours bien plaisir en pleine période d’inflation. Un prix quasi imbattable pour un VPN de ce calibre.

Si vous êtes du genre à passer pas mal de commandes sur différents e-commerces, vous pourrez récupérer cette somme assez facilement. Comme vous le savez, les prix de certains produits, des billets d’avions ou de trains, d’un service de location … sont parfois dépendants de votre lieu de connexion. Avec Surfshark il suffit de tester depuis différents pays pour comparer les tarifs et prendre le plus intéressant pour vous. Et avec des serveurs dans plus de 100 localisations, il y a de quoi faire des tests et des comparaisons (sortez votre tableur Excel ;)).

Vous pouvez même partager le prix de l’abonnement avec plusieurs membres de la famille puisque le nombre d’appareils supportés est illimité ! Votre enfant n’a que 8 ans ? Pas d’excuses, il faut lui apprendre les dures réalités économiques. S’il veut continuer à regarder Adibou ou Pokémon, faut raquer ;p. Alors que d’autres solutions vont (parfois) jusqu’à 10 ou 12 appareils, Surfshark vous permet de protéger absolument tout et tout le monde. L’ordinateur fixe, les 2 laptops, les 4 téléphones portables, la console de salon, le routeur et les équipements de la maison (Smart TV & Co) … tout sera pris en charge.

Et surtout, en plus d’être très abordable, Surfshark est un VPN parmi les plus fiables actuellement sur le marché. On ne compte plus les distinctions et prix qu’ils ont reçus ces 2 dernières années. Si vous n’êtes pas encore convaincu, profitez de l’essai gratuit de 7 jours (sur Android, iOS et macOS).

Découvrir Surfshark VPN


Fermez les yeux un instant et imaginez : Vous êtes instagrameur ou meuse de haut niveau et vous venez de prendre une jolie photo pour faire la pub d’une crème blanchissante. Seulement, voilà, la lumière n’est pas top.

Vous décidez alors d’arrêter votre carrière de rage.

Mais attendez, pas si vite ! Il est maintenant possible de sauver votre photo grâce à l’outil Relight de Clipdrop. Son fonctionnement est assez simple : vous uploadez votre photo, et vous placez autant de sources lumineuses que vous voulez ensuite sur celle-ci.

Vous choisissez alors la couleur de la source lumineuse, sa distance par rapport au sujet de votre image et son rayon.

Ainsi, vous pouvez passer d’une photo sous-exposée comme celle-ci

A une photo plus lumineuse comme celle-là :

Cool non ?

Je ne doute pas qu’on puisse faire la même chose avec un outil pro comme Photoshop, mais là, pour les débutants comme moi, c’est parfait !


— Article rédigé par l’ami Remouk (DansTonChat) – Merci à lui —

Sortez vos poulets en plastique avec une poulie au milieu, car c’est le retour d’un monument, que dis-je, d’une légende du jeu vidéo : le fameux et fabuleux Monkey Island. Surtout que Ron Gilbert, le créateur de la série, revient 30 ans après son départ pour réaliser ce sixième épisode ! Return to Monkey Island nous fait la promesse de répondre au cliffhanger laissé en suspend à la fin du deuxième opus, mais aussi de nous dévoiler le véritable secret de l’île aux singes. 🙈

Le jeu reprend directement après la fin de Monkey Island 2: LeChuck’s Revenge, donc là dessus, on ne nous a pas menti. 🙂 Fort heureusement pour ceux qui n’ont pas suivi ou ne connaissent pas cette licence, un scrapbook permet de se (re)mettre à jour, avec dessins et explications sur les personnages et évènements importants de la série. Dispo dans le jeu mais aussi en ligne, c’est mignon, rigolo, et bien pensé !

Ce qui frappe en premier lieu, c’est l’univers graphique, très différent de ce qu’on a pu voir auparavant. Faut dire que chaque jeu propose un style artistique unique, et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Mais lorsque le jeu fut annoncé et les premières images dévoilées, nombre de trolls se sont indignés (à tel point que Ron Gilbert a cessé toute communication). J’étais sceptique mais une fois dans le jeu, franchement, à part quelques points particuliers, c’est magnifique. Tout est très lisible, coloré, détaillé, super bien animé…

Ajoutez à cela un habillage sonore enchanteur avec d’excellentes musiques, et on est embarqué direct dans l’ambiance ! On retrouve le thème principal de la série, évidemment, mais pas que. 😉 Les arrangements sont super réussis, j’ai adoré !

Enfin bref, on est là pour vivre une aventure de pirates et résoudre plein d’énigmes. Qu’en est-il de ce côté là ? Eh bien, je suis désolé pour le manque de suspense mais c’est encore une réussite. 🦜 L’interface est bien foutue, accessible et ergonomique. Il y a un mode « facile » pour les personnes qui ne connaissent pas trop ce genre de jeu, c’est une bonne idée mais attention, ça enlève certaines énigmes et donc certaines parties de l’histoire. Je conseille de jouer en mode « difficile ».

L’histoire est vraiment très bien écrite, c’est super drôle et prenant. Le rythme énigmes / dialogues / découverte de nouveaux lieux m’a semblé équilibré, avec toujours une certaine liberté dans l’ordre d’appréhender les choses. On est jamais totalement coincé devant un truc sans savoir quoi faire, on peut toujours aller voir ailleurs et avancer d’une manière ou d’une autre.

Au pire, y a un système d’aide intégré au jeu, qui donne quelques indices sans jamais dévoiler la solution. Vraiment mieux que d’aller chercher la soluce sur le web, c’est bien dosé, vraiment nickel !

On sent l’attention porté à chaque détail, et ce, sur chaque aspect. Les nouveaux venus sont accueillis aux petits soins, et les vieux de la vieille apprécieront les multiples références faites aux anciens jeux. Je pense que chacun peut y trouver son compte.

Non franchement j’ai été conquis de bout en bout, pour les plus radins le jeu est actuellement disponible sur le Xbox Gamepass, mais vous pourrez aussi le trouver sur Steam (compatible Windows, Mac et Linux), Nintendo Switch, Playstation 5, Xbox Series X/S… Pour moins de 25€ je ne peux que vous le conseiller !


Il y a pleins de raisons pour lesquelles les gens font des fautes. Certains n’ont pas accroché avec l’école, d’autres sont dyslexiques, d’autres encore sont tête en l’air et ne font pas attention. Enfin, certains écrivent en français alors que ce n’est pas leur langue maternelle. Force à vous tous !

J’ai beau retourner les choses dans tous les sens, les gens ne font pas exprès de faire des fautes d’orthographe ou de grammaire. Ce n’est pas un plaisir pour eux, surtout qu’en général, le premier contact qu’on a avec quelqu’un, qui plus est par Internet, se fait via l’écrit.

Et si le message est bourré de fautes, l’autre en face a vite fait de ranger celui qui lui écrit dans un tiroir mental étiqueté « teubé » ou assimilé alors que ce n’est pas forcément le cas.

Sachez-le, quand vous faites des erreurs à l’écrit, vous vous démarquez négativement, et cela même si vous avez de bonnes raisons « techniques » de massacrer l’orthographe. C’est triste mais c’est comme ça.

Du côté du lecteur, même si on peut être très tolérant sur les raisons qui poussent à commettre des fautes, c’est aussi très « douloureux ». Lire un texte plein de fautes, c’est buter sur chaque mot. L’expérience n’est pas agréable. Pire, quand on est censé lire un article rédigé par un journaliste, un professionnel, on se dit qu’on est vraiment tombé sur des amateurs. Pourtant, les coquilles existent, j’en sais quelque chose.

Alors que faire ?

Plusieurs options :

Soit on s’en fout et on espère qu’un jour, les gens arrêtent de juger négativement ceux qui font des erreurs dans leurs messages.

Soit on se sort les doigts et on s’équipe. D’abord de connaissances en orthographe et en grammaire. Les règles sont simples, il suffit de rebosser un peu le sujet. Une fois adulte, on trouve ça beaucoup plus sympa. Et surtout, on trouve un bon correcteur orthographique.

Par exemple, je ne jure que par Antidote dont je vous ai déjà parlé ici. Mais il en existe d’autres gratuits, certes limités dans leur version de base mais indispensable pour mettre un petit coup de lustrage sur vos textes.

Je pense bien sûr à BonPatron qui est le boss du game depuis 1795, et plus récemment le service Merci-app qui se présente sous la forme d’une extension pour Chrome, Firefox et Edge et qui permet d’un seul clic de contrôler l’orthographe et la grammaire de base de tous vos messages.

Ce n’est pas grand-chose en apparence mais ce sera suffisant pour à la fois envoyer des messages corrects et surtout apprendre de vos erreurs. L’outil est également capable de contrôler la cohérence de vos espacements et d’obtenir des stats sur vos écrits.

Si cela vous tente, vous pouvez bien sûr tester l’outil directement sur son site, avant d’installer l’extension. Vous pouvez ainsi contrôler jusqu’à 5000 caractères.

En tout cas, depuis que j’utilise ce genre d’outils, je fais beaucoup moins de fautes, et surtout je gagne un temps de dingue en relecture.

Pensez-y !


— En partenariat avec Surfshark

Vous connaissez tous le VPN de Surfshark qui permet de naviguer sur Internet en masquant son point d’origine et en protégeant sa vie privée et sa sécurité lorsqu’on utilise des réseaux wifi publics.

Mais Surfshark, c’est un peu plus que cela, puisqu’au travers de son offre Surfshark One, l’outil propose une suite complète de sécurité qui comprend :

  • Le VPN Surfshark en illimité
  • Alert – Un système d’alerte en cas de fuite de mots de passe
  • Search – Un moteur de recherche qui respecte votre vie privée

C’est de ce dernier dont je vais vous parler aujourd’hui. Si vous utilisez déjà Surfshark pour surfer, vous n’aurez rien de plus à installer pour profiter de l’antivirus. Celui-ci est intégré au logiciel et ça permet d’alléger votre machine en ayant un seul outil qui fait tout.

Notez que pour le Black Friday, vous pouvez profiter d’un an d’Antivirus + du VPN Surfshark (et ses services associés Alert et Search) pour seulement 2,32 $ par mois avec 2 mois offerts soit un abonnement à l’année ramené à 28,70 $, ce qui fait environ 27,7 euros.

Disponible sous Windows, macOS et Android, l’antivirus Surfshark est vraiment très facile à utiliser. Comme vous pouvez le voir sur les captures écran, l’interface est plutôt limpide et épurée à destination des débutants et des gens qui ne veulent plus se prendre la tête avec un antivirus lourdingue. Au contraire, Surfshark a mis un point d’honneur à rendre son antivirus très léger aussi bien pour votre RAM que pour votre processeur même lors des scans approfondis.

Au niveau des fonctionnalités, l’antivirus propose tout le nécessaire que nous sommes en droit d’attendre d’un antivirus. Tout d’abord, il est possible de lancer des analyses manuelles de vos disques dès que vous en ressentez le besoin. Mais le mieux c’est encore de programmer tout cela, avec des analyses régulières (par exemple 1 fois par semaine), ce qui permet de tout simplement l’oublier tout en restant protégé.

Évidemment, il sécurise et surveille votre ordinateur avec une surveillance en temps réel, là où d’autres antivirus (gratuits la plupart du temps) se contentent d’un scan passif.

Et si vous téléchargez un fichier sur lequel vous avez un doute, vous pouvez également le glisser-déposer sur l’outil pour que celui-ci analyse son contenu.

Concernant le moteur de l’antivirus, ce dernier repose sur le célèbre Avira et peut prévenir les attaques de type Zéro Day (exploitant des failles nouvelles non corrigées) grâce au système Surfshark Cloud Protect qui mutualise toutes les détections de virus à l’échelle de tous leurs clients.

Alors bien sûr, c’est un antivirus encore jeune, mais solide puisqu’il repose sur un moteur déjà bien éprouvé. De plus, Surfshark est connu pour fournir un service de qualité, que ce soit pour son VPN ou les autres produits de la gamme Surfshark One.

L’avantage avec l’antivirus Surfshark, c’est que si vous utilisez déjà leur VPN, vous n’aurez rien à installer de plus (il faut juste prendre l’abonnement Surfshark One). Et si vous hésitiez à choisir un VPN ou un Antivirus, grâce à l’offre de Surfshark, vous pourrez combiner les deux sans alourdir votre machine.

Je vous invite à en découvrir plus en cliquant ici.


Mes gazouillis

Ça y est, Adobe accepte les images faites avec de l'IA générative (par contre, ils le signaleront à leurs clients).… https://t.co/xJzPZyPPxr
La pub personnalisée sur Facebook, Instagram et WhatsApp vient d'être déclarée illégale par le Conseil européen de… https://t.co/OGL0lYyNcN