Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Petit conseil aux geeks qui voyagent

Vous l’avez tous lu dans la presse, un de nos cousins Québécois risque jusqu’à 25 000 dollars d’amende et une peine de prison, car il a refusé de donner à un douanier, le mot de passe de son téléphone portable à l’aéroport d’Halifax.

Ça aurait pu être vous, ça aurait pu être moi. Depuis le 11 septembre 2001, de toute façon, les voyageurs n’ont plus vraiment de droits et doivent se soumettre à tous les excentricités des lois sécuritaires. Les agents des douanes canadiennes ont parfaitement le droit d’examiner les objets électroniques que les personnes transportent et c’est pour cela que les appareils doivent être allumés et fonctionnels.

C’est le cas au Canada, mais dans d’autres pays comme les États-Unis et même si ça ne m’est jamais arrivé, sur le principe c’est pas cool.

Alors que faire ? Dire « Amen, cher douanier, vous pouvez regarder toutes mes photos perso et lire mes emails ! »

Ou dire « Va te faire foutre douanier voyeur, j’te connais pas et j’veux pas que tu t’intrusionnes toi-même dans ma vie privée ! »

J’avoue l’option 2 est celle que je préfère, mais elle est risquée, car entraver le travail d’un douanier peut vous coûter cher même si les Droits de l’Homme et le respect de la vie privée est à priori en votre faveur. Dans tous les cas, résister vous gâchera vos vacances ;-).

Alors que faire ? Et bien personnellement, je ne me prends plus la tête quand je voyage. J’essaye tout d’abord de voyager léger, c’est à dire sans ordinateur. Ça fait déjà ça de moins à trimballer. Mais si je ne peux pas faire autrement, j’embarque un vieux Chromebook que je réinitialise juste avant de partir et que je connecte sur un compte Google bidon.

Une fois les douanes passées, je peux alors recharger mes datas via le net, en prenant soin de passer par mon petit VPN d’amour. Et si vous avez besoin d’aller plus loin que ce que permet ChromeOS, y’a même moyen d’installer Linux dessus après coup. Et j’évite d’embarquer des clés USB avec un OS bootable du genre de Tails, car là, c’est suspect à mort ;-).

En ce qui concerne le téléphone portable, c’est pareil. Comme c’est un Android, je le réinitialise avec le même compte Google bidon que j’utilise pour le ChromeOS. Le téléphone reste fonctionnel même si rien n’est configuré dessus à part une boite mail et mes contacts. Et si votre stress, c’est de ne pas pouvoir regarder des films sur votre téléphone ou votre ordinateur, franchement, y’a rien qui vous en empêche. Vous pouvez soit les récupérer en 4G / Wifi (avec VPN) dans les zones de transit soit embarquer avec dans l’avion et réinitialiser votre ordinateur lorsque vous débarquez, avant la douane.

L’idée n’est pas d’être NSA-Proof ou Forensics-Proof. C’est juste de pouvoir dire « Oui Monsieur Relou, je vous donne mon mot de passe sans problème » et se plier aux exigences des exigeants sans entraver le travail de n’importe quel glandu.

Bref, ça vaut que ça vaut, à vous de voir maintenant.