Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Petit point sur le rachat de Github par Microsoft

J’ai écris ce matin un super long article sur le rachat de Github par Microsoft, prenant bien le temps de développer tous mes arguments. Malheureusement, suite à un crash de ma machine + auto-sauvegarde non fonctionnelle (ce que je n’avais pas vu) et bien j’ai tout perdu comme un couillon. Erreur de noob. Ouin.

Donc, comme ça m’a un peu dégouté, mais je vais quand même vous faire un résumé qui sera un peu plus brut de décoffrage, moins bien tourné, moins sourcé et argumenté mais tant pis.

Microsoft rachète Github. Ca fait hurler dans les chaumières parce que c’est « Microsoft ».

La communauté Github

Je comprends l’émoi mais il ne faut pas oublier le contexte :

  • Que Github est aussi une boite commerciale
  • Que Github est centralisé
  • Que Microsoft finance très fortement le logiciel open source depuis des années que ça n’a pas l’air de trop stresser la majorité des contributeurs open source
  • Que les employés de Microsoft sont les plus gros contributeurs sur Github, loin devant Google
  • Que Microsoft est avant tout une boite de dev qui conçoit des outils et des services pour les dev. (Azure, Visual Studio, et une tonne de SDK…)
  • Que Microsoft aussi publie masse d’outils open source
source

Alors que va faire Microsoft ?

  • Laisser Github en l’état (peu probable) ?
  • Reproduire le drame Sourceforge avec Github (possible) ?
  • Intégrer Github (en conservant la marque ou pas) dans son panel de services pour les dev (fort probable) ?

Après si quelques développeurs se barrent du service, je pense que ça ne va pas trop inquiéter Microsoft qui de toute façon va pouvoir continuer à adresser un marché de professionnels qui ont des gros besoins techniques pour leurs équipes de devs.

Sur le coup, on peut dire que Microsoft a bien joué car ils récupèrent un outil aux fonctionnalités incontournables pour compléter leur gamme de services, tout en mettant la main sur une communauté ultra riche de développeurs, et une bibliothèque de codes tout aussi riche.

Maintenant les options qu’ont les développeurs qui utilisent Github :

  • Ne pas migrer et voir ce qui va se passer. (ce que la majorité va faire je pense)
  • Migrer sur un autre service commercial comme Gitlab ou équivalent (ce qui est en train de se passer…) mais je trouve ça un peu dommage car c’est tout aussi centralisé. Donc si Gitlab se fait racheter dans 2 mois, rebelote.
  • Passer sur un gitlab géré en mode associatif comme Framagit. C’est cool mais ça n’empêchera pas la centralisation.
  • S’auto-héberger avec un script open source comme celui de Gitlab, ce qui est cool mais on aura alors de la fragmentation et on perdra ainsi le côté « bibliothèque de codes » de Github

Enfin, la dernière option serait qu’émerge un Mastodon du Git qui offrira à la fois de la décentralisation mais aussi la possibilité de retrouver les contenus via des moteurs de recherches ou des sites. Cela pourrait par exemple se faire sur une base de Mango, un git décentralisé utilisant IPFS…

Ce serait l’idéal, c’est sûr.

Disons donc que les options pour ceux qui veulent fuir Microsoft restent pour le moment assez standards.

Heureusement, la résilience est une chose magnifique et je suis certain que dans quelques mois, tout le monde se sera un peu calmé sur le sujet à part une poignée d’anti-microsoftiens bloqués et en boucle depuis 1998.

Voilà pour le résumé express avec pas mal de listes à la place de jolies phrases et moins de pincettes. Mais globalement, ça résume bien ma pensée sur tout ça. Je comprends parfaitement les inquiétudes de certains utilisateurs de Github mais on reste dans une configuration assez simple d’une boite privée qui achète une autre boite privée.

Heureusement, Internet est grand et chacun trouvera rapidement son bonheur.

En tout cas, j’ai hâte de voir comment tout ceci va évoluer.


Réponses notables

  1. git est décentralisé en lui-même, le problème c’est tout ce qui tourne autour (Issues, wiki…) qui en font une véritable forge logicielle. Déjà pour tout ce qui est issues il y a différentes solutions pour les intégrer dans git. Et il ne faut pas oublier fossil qui remplit tous ces critères de “distributivité”.

    Un git utilisant secure scuttlebutt peut-être ?

    Ou si on ne veut pas se taper un gourmand Ruby on Rails, Gitea, Gogs ou Pagure. Pour ce qui est de la fragmentation, selon le langage ce n’est pas vraiment avec Github que tu vas trouver la bibliothèque de tes rêves mais avec le moteur de recherche du gestionnaire de paquets du langage (npm pour Node+JS, PyPI pour Python, CPAN pour perl et plus encore sur Libraries.io).

  2. tjiho says:

    Il y a bien moins de données personnelles sur Github que chez les autres GAFAM. Les seuls données personnelles pourrait être L’IP de l’ordinateur qui fait les commits et le mail de utilisateur.
    Donc si la critique du rachat est une critique pour le respect de la vie privée, il faudrait en supprimant son compte Github, supprimer son compte Facebook, supprimer son compte Google, supprimer son compte Amazon, etc…

  3. Oui il est vrai…
    Mais j’avais oublié l’essentiel. Il y a des services payants sur GitHub. Des boîtes y ont des repos privés. Certainement avec de la propriété intellectuelle. C’est peut-être là que se situe le vrai problème.

  4. Oui j’utilise aussi un peu VS Code depuis environ 1 an et je le trouve très bien aussi.

Continuer la discussion sur Korben Communauté

5 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants


Vous connaissez sans doute VMware pour ses solutions de virtualisation notamment en mantière de serveurs. A l’heure où de plus en plus de données sont créées et traitées à l’extérieur de tout datacenter centralisé, grâce à une stratégie multi-cloud, le spécialiste de la virtualisation est devenu un acteur impossible à manquer.


Vous connaissez sans doute VMware pour ses solutions de virtualisation notamment en mantière de serveurs. A l’heure où de plus en plus de données sont créées et traitées à l’extérieur de tout datacenter centralisé, grâce à une stratégie multi-cloud, le spécialiste de la virtualisation est devenu un acteur impossible à manquer.