Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Powerbeats pro ou l’art du mouvement

Les Beats Powerbeats pro sont les premiers intra TWS (True Wireless), en gos ça veut dire qu’il n’y a pas de fil, de la marque.Si Beats a déjà des intra dans leur catalogue, en la personne des Powerbeats 3 WL par exemple, là on coupe le cordon, on s’émancipe et surtout on recolle au peloton de tête, que peuvent être Jabra, Bose, ou même sa maison mère Apple avec ses Airpods. 



Alors les intras, on aime ou on aime pas, enfin plus qu’une affaire de goût c’est surtout une affaire de confort. Car si les intras sont hyper pratique pour tout ce qui touche à la réduction de bruit, il faut quand même supporter avoir les oreilles « bouchées ». A la base les intras très peu pour moi mais ces Powerbeats ont une force, qui est aussi leur faiblesse…leurs embouts.


Ces embouts rendent les intras supportables voir confortables, mais à l’opposé, la réduction de bruit n’est pas optimale. En fait, quand vous les mettez, l’embout (en fonction de celui que vous allez utiliser) ne s’enfonce pas complètement. Pour avoir testé des Bose SoundSport in-ear, qui rentraient parfaitement dans les oreilles, là pas du tout. L’avantage qui en découle c’est que je les supporte mieux que les autres intras, la faiblesse, c’est qu’une partie du bruit ambiant filtre quand vous faîtes du sport.

Et c’est là qu’on touche au nerf de la guerre de ces écouteurs, c’est qu’ils sont conceptualisés, littéralement, pour le sport.



La forme elle-même des écouteurs est un appel à combattre sa procrastination. Ils sont massifs (SPOILER, ça a son importance vous verrez quand on parlera autonomie), dotés d’un arceau qui vient coulisser derrière l’oreille et sont disponibles en quatre coloris, crème, noir, bleu navy et kaki. Tous d’un plastique mate magnifique.



Avec ce gros machin dans les oreilles, on se dit qu’on a l’air con avec dans pas mal de situation, mais certainement pas pendant une séance de sport. Avec les powerbeats dans les oreilles on est le badass de la piste d’athlétisme.
Côté contrôles, sur les écouteurs vous trouverez des boutons physiques pour switcher les chansons, gérer le volume et le play/pause. Par contre, comme il faut cliquer sur le bouton, forcément vous avez l’embout des écouteurs qui rentre un peu plus plus dans l’oreille à chaque pression et là on retrouve le côté désagréable des intras.


Côté boîte de chargement, elle est énorme, mais là aussi, ça a sans doute son importance pour son autonomie, car elle permettrait 24h de recharge en plus pour les écouteurs. Ceci dit vu la taille des écouteurs, il faut bien une boîte de cette taille pour les caler dedans. Mais avec cette boîte, on retrouve tout de suite l’orientation sport. Quand on va à la salle ou en extérieur, on amène très souvent son sac de sport avec soi, donc ranger le boîtier n’est pas un problème. Mais sans sac, abandonner l’idée d’emporter avec vous le chargeur.



Ces Powerbeats sont brandés Beats mais ils portent le sceau d’Apple, ça se sent et ça se voit.ça commence par la présence du port lightning sur le boîtier de recharge, donc oubliez l’idée d’utiliser votre câble de smartphone (usb-c ou micro usb).
Ça continue avec l’intégration de la puce H1 pour le Fast Pair (appairage rapide) et la capacité de switcher entre différents appareils de la pomme avec ses écouteurs, passer de l’ipad à l’iphone se fait de manière quasi instantané et la connexion à Siri se fait en un clic.
Truc chelou, il n’y a pas de charge sans fil contrairement aux air pods 2 par exemple.

Bref l’affiliation à Apple s’arrête là.

Notez que sous Android vous pourrez quand même parfaitement profiter de ces Powerbeats. Le fast pair est actif, les contrôles répondent parfaitement et via l’application dédiée vous pourrez monitorer la durée de charge restante des écouteurs. Autre point, il n’y a aucun soucis avec la transpiration, par contre je n’ai pas testé sous la flotte, j’avais clairement la flemme à ce moment là.



Côté son, b’hein c’est du bon gros classique Beats. C’est bon, ça envoie et les basses sont bien là. Entre nous, ça me convient parfaitement, j’écoute pas mal de rap donc c’est tout bon. C’est vrai que les casques Beats ont leurs détracteurs, à cause du son justement mais ces écouteurs ne sont pas faits pour les mélomanes, ils sont faits pour les sportifs et par ce biais, ils répondent peut être à l’utilisation la plus universelle possible. Du bon son, du bon volume et un port tout terrain.
Que l’on soit mélomane ou pas as-t-on besoin de plus pour écouter sereinement de la musique pendant qu’on bouge, au sport ou tout simplement en marchant dans la rue, ou même avec un podcast dans les oreilles dans les transports en communs. Ne pas se préoccuper de savoir s’ils vont tomber ou glisser c’est déjà un gros kif.
Dernier point, le micro intégré est très bon, les appels sont intelligibles à souhait.



Enfin, the big part, le gros morceau, le truc qui vaut à lui seul les 200 € de la bête…..l’autonomie. Leur autonomie est à l’origine de mon coup de foudre avec les Powerbeats. Les écouteurs sont marqués à 9h d’utilisation consécutive, je ne sais pas si je les ai atteint, mais je les ai utilisé toute une journée, musique, appels, videos youtube et le tout en switchant du smartphone au MAC et ils n’ont pas tremblé d’un pouce. D’expérience, je n’ai vu que les Creative Outlier Air capables de rivaliser et ils sont bien moins cher.


Alors oui ils sont chers, 249€, est-ce que ça les vaut…b’hein je me suis remis au sport sérieusement, j’aime le bon son grave et fort et j’aime être en confort quand je fais du sport en musique; alors pour moi l’équation est simple c’est oui.
Mais, ça reste un investissement et la raison d’être de ces Powerbeats c’est le mouvement. Si vous dépassez pas une séance de sport par semaine, passez votre tour et prenez moins cher, genre les Creative, mais si votre corps moonwalk toute la semaine et que vous voulez vous faire plaisir, vous ne serez pas déçu. 


Periode 😉


IoT, réalité virtuelle, intelligence artificielle… Comment tirer le meilleur parti des datas ?

Le volume des datas en circulation explose…

20 milliards d’objets connectés prévus en 2020, 1,7 mégabytes de données créé chaque secondes par chaque individu sur Terre et 7,7 milliards d’abonnements à un téléphone mobile dans le monde en 2017 ont été enregistrés.
Les donnees circulent partout et leur flux est de plus en plus important. Je vous invite à aller checker cette infographie sur les datas c’est très intéressant.

En Savoir +



Rejoindre la discussion sur Korben Communauté