Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Retour sur l’Imagine Cup 2013

Il y a quelques semaines, Microsoft m’a proposé gentiment de suivre la finale de l’Imagine Cup qui a eu lieu du 8 au 12 juillet à St Petersburg. J’ai accepté avec grand plaisir, car je suis l’Imagine Cup de loin chaque année, et là, c’était une excellente opportunité d’aller voir comment ça se passait sur place directement. Surtout que cette année, la France a eu 3 équipes finalistes (cocorico !)

Maintenant que je suis rentré de vacances, je vais donc vous raconter tout ça… car aller en Russie, ça se mérite… Hé oui, surtout en s’y prenant 3 semaines avant (autant dire à la dernière minute).

Mission Visa

Car oui pour mettre les pieds en territoire Russe, il faut obtenir un Visa. Si vous passez par un Tour Opérateur, c’est plutôt simple, car c’est lui qui gère tout. Il existe aussi des boites spécialisées qui font tout le boulot à votre place. Mais en ce qui me concerne, le délai était trop court pour que je passe par un truc de ce genre.

J’ai donc décidé d’obtenir un Visa par moi-même. Tout d’abord, direction le site VHS-France où j’apprends que les visas pour la Russie se retirent uniquement à Paris, Marseille ou Strasbourg. Habitant Clermont-Ferrand, j’ai senti à ce moment-là que ça allait être une mission à la Pékin Express.

Je cible d’abord Paris. C’est ce qu’il y a de plus proche… 3h30 de train. Je contacte VHS et on me répond qu’il n’y a plus de possibilité de faire une demande de visa en express avant plusieurs semaines *après* mon départ supposé en Russie. Ouin…

Pendant ce temps-là, je commence quand même à rassembler les documents et croyez-moi ce n’est pas simple. Tout d’abord, il faut obtenir une lettre d’invitation officielle de la part de Microsoft Russie avec tampon et signature du directeur.
Ensuite, il faut fournir une attestation d’assurance (maladie, rapatriement et tout le bordel). Heureusement, tout ceci se fait très rapidement via le site Inter Mutuelle Assistance.
Puis il faut aller sur ce site russe et générer un papier de demande de visa sur lequel il faut mettre pleins d’infos sans se tromper, signer au stylo bille noir sans déborder du cadre et coller une photo de 4,5cm sur je sais plus combien avec fond blanc, identique à peu de choses prêtes à celle que vous avez sur le passeport.

Pensez surtout à bien faire la tronche sur la photo, ça plait mieux aux douaniers.

Enfin, une fois que vous avez toutes ces pièces, vous pouvez demander un RDV via le site VHS. Comme ce n’était plus possible pour Paris, j’ai tenté Marseille. Et ô miracle, une date de dispo en juin (la seule).

Bref, je me lève à 4h du mat, et j’y vais. Un vrai périple depuis Clermont-Ferrand, mais peu importe… J’avais rendez-vous à 14h.

Une beauté froide me reçoit… Je flippe un peu qu’il manque un document ou qu’il y ait une couille dans le potage et évidemment, ça ne manque pas : La lettre d’invitation de Microsoft manque d’informations.
Plus exactement :

  • La mention du visa dont j’ai besoin (BUSINESS)
  • Ce que je viens faire là bas exactement (en tant que blogueur)
  • Et évidemment, le courrier était adressé à l’ambassade de Paris et non pas celle de Marseille donc ça ne collait pas.

Zèle ou psychorigidité de mon interlocutrice, je n’en sais rien, mais c’est la panique ^^

J’appelle Microsoft France en stress… MS France appelle MS Russie… et le délire continue… Apparemment, cette lettre type a été donnée par plein d’autres invités à l’Imagine Cup mais il faut croire que je suis tombé sur une fonctionnaire russe qui fait bien son travail contrairement à ses collègues de Paris qui doivent traiter tout ça un peu par-dessus la jambe ^^.

Le temps passe… le temps passe… 14h, 15h, 16h… Ce qui me laisse le temps de me rendre compte que c’est quasiment pour tout le monde la même chanson. Il y a toujours un truc qui déconne ou un papier à modifier. Heureusement, il y a un ordinateur en libre service qui permet de réimprimer les pièces manquantes.

Enfin, vers 16h30, j’obtiens une réponse de MS Russie avec la lettre d’invitation corrigée… Je pense l’affaire réglée, mais non, non, non… Il faut bien sûr que les hautes instances vérifient mes pièces justificatives avant d’obtenir mon visa. Date de récupération du Visa : Le 5 juillet à 15h. Soit 3 jours avant le départ. Chauuuuud mais j’aime le challenge.

Si je vous raconte tout ça, ce n’est pas pour faire mon râleur de base (j’avais le temps et de la lecture), mais c’est juste pour vous dire de vous y prendre bien à l’avance et de prévoir quelques aller-retours. Sachez aussi qu’ils gardent votre passeport durant tout ce temps… Je ne sais pas comment ça se passe si vous avez un voyage de prévu durant cet intervalle, mais j’imagine que vous devez demander un second passeport à la préfecture.

Breeeef, arrivé en Russie, je m’étais dit que le passage de la douane allait être coton, surement beaucoup plus que ce que j’avais vécu à l’Ambassade en France, mais finalement non. C’est passé comme une lettre à la poste, et je me suis rendu compte que finalement, cette galère prévoyage était nécessaire pour que l’entrée dans le pays se fasse sans encombre. Un mal pour un bien si vous préférez.

Imagine Cup

L’Imagine Cup pour ceux qui n’auraient jamais entendu parlé de cet événement est un concours mondial de développeurs autour des technologies Microsoft. Durant toute l’année, des équipes ont été sélectionnées grâce à leur projet pour représenter leur pays lors de cette finale à St Petersburg.

Cette année, il y a 3 catégories majeures pour les compétiteurs :

  • Games (Jeux vidéo)
  • World Citizenship (Projets citoyen)
  • Innovation (Projet technologiquement innovant)

Infographic

Au total, c’est un peu moins de 90 équipes qui étaient présentes lors de cette finale. Je n’ai pas pu toutes leur parler par manque de temps, mais voici les équipes que j’ai croisées et leurs projets qui ont retenu mon attention dans ces différentes catégories.

Innovation

GreenMust (Maroc) : Il s’agit d’un service web couplé à une application mobile qui donne des conseils écolo et qui offre des bons d’achat en échange de produits à recycler.

Fresco (Palestine) : C’était plutôt bluffant. Il s’agit d’une technologie qui permet d’utiliser des objets ou des surfaces pour contrôler des applications sous Windows 8. L’appareil est USB et ne laisse rien voir puisqu’il se présente sous la forme d’une boite noire. Néanmoins, ça fonctionne bien et c’est vraiment impressionnant.

Imagine the World (Chine) : L’équipe chinoise a fait aussi un truc de malade. Il s’agit d’un système à destination des enfants handicapés mentaux. Grâce à un tracking de la main (kinect), de la tête (avec une LED), une captation des ondes cérébrales et une modélisation du jeu et de la main du joueur en 3D, ils arrivent à adapter la difficulté d’un jeu en fonction de la stimulation et de l’attention des enfants. Le but est de permettre à ces enfants de mieux apprendre grâce à la technologie.

Team Buzzlers (Bahrain) : Cette équipe a mis au point une app Windows 8 baptisée Bundle qui permet de créer des fiches (pour une personne, une société, un centre d’intérêt) qui regroupera toutes les ressources web que vous y mettrez. Profils sociaux, documents, liens vers blogs…etc. Honnêtement, n’étant pas dans la cible, je n’ai pas compris pourquoi une telle application me serait utile, mais elle a été bien exécutée.

CoLinked – (Angleterre) : Ils font partie des gagnants de l’Imagine Cup 2013. Cette équipe a mis au point SoundSynk une application mobile qui permet de jouer une même musique simultanément sur tous les appareils présents dans une même pièce. Par exemple, vous faites une fiesta, et tous les invités ont installé SoundSynk. Et bien pas besoin de sono puisque tous les mobiles de vos invités serviront de haut-parleur. Je n’ai pas pu voir l’app en action malheureusement, mais j’ai bien discuté avec l’un des créateurs et apparemment, ils ont géré le décalage du aux latences réseau, ce qui permet d’éviter un effet d’écho désagréable. Hâte d’essayer cette application en tout cas. Encore bravo à Jonathan et à son équipe !

KeyStroke (Liban) est une app qui analyse la façon que vous avez de saisir votre mot de passe. Ainsi, même si on vous vole un mot de passe, il sera impossible de se connecter à votre compte si le voleur ne tape pas de la même façon que vous. Je ne connais pas la recette secrète, mais j’imagine que ça prend en compte le débit de la frappe, la pression des touches…etc.

MASKed Ninjas (Egypte) : Cette team a mis au point Videolator, un système qui permet grâce à son mobile de détecter des zones précises (titre, photo…etc.) sur un format papier (emballage, journal, magazine…) et de jouer des vidéos en ligne en rapport avec le sujet. C’est plutôt génial, car ça permet de donner un petit côté de réalité augmentée à n’importe quel support physique.

https://www.youtube.com/watch?v=ltL59Uo7oC4

Ask Design (Algérie) a mis au point Two Keys, une application qui permet à des personnes handicapées de piloter leur ordinateur uniquement avec 2 touches. On peut ainsi déplacer la souris sur les axes X,Y et lancer rapidement des applications.

World Citizenship

WiseTeam (Tunisie) :  L’équipe tunisienne a mis au point Drive Alive, une solution qui permet de prévenir l’endormissement au volant. Cette application permet au conducteur de poids lourds de mieux gérer son temps de conduite et de connaitre (via le cloud) son planning, ses trajets et les services et lieux pour se reposer.

Hateya (Belgique) : Les Belges m’ont impressionné lors de cette compétition. Ils ont mis au point une solution embarquée dans la veste et le casque qui permet aux pompiers de revenir sur leur pas lorsqu’ils explorent un bâtiment. Le système enregistre tous les déplacements à l’aller et affiche le chemin de retour. Cela évite que les professionnels du feu ne se perdent dans un bâtiment trop vaste ou rempli de fumé. Leur système est aussi capable de prendre en charge des plans numériques obligatoires pour les entreprises en zone SEVESO et fonctionne sous la forme d’un réseau mesh avec les autres pompiers présents afin de transmettre et recevoir les infos même dans les zones non couvertes en réseau.

DSC04023

Kernel (Côte d’Ivoire) : Le projet Neformily est un projet qui m’a impressionné. Apparu bien avant Google et ses Glasses, Neformily se compose d’une paire de lunettes, d’une caméra et d’une application mobile qui permet à des personnes atteintes d’Alzeihmer d’enregistrer et d’obtenir des informations sur les gens rencontrés dans la rue. Est-ce que je les connais ? Où l’ai-je rencontré ? Comment s’appellent-ils ? Qu’avons-nous en commun ?

La caméra WiFi de Neformily utilise un système de reconnaissance faciale (ce que ne font pas les Google Glasses) et l’application permet aussi de prendre des rendez-vous, de s’en rappeler, de savoir où l’on se trouve pour rentrer chez soi, ou encore de jouer à des jeux pour faire travailler sa mémoire. NeoFormily utilise la bibliothèque OpenCV.

Ki-Breath (France) : Ki-Breath est lui aussi un projet vraiment impressionnant et je regrette qu’il n’ait pas gagné. Ki-Breath est un système composé d’un Kinect et d’un spiromètre (appareil servant à mesurer le souffle) et de mini-jeu qui permettent à des enfants atteints de la Mucoviscidose, d’effectuer leurs exercices respiratoires du matin, seul et avec moins de souffrance. Ces exercices sont pénibles, surtout pour de jeunes enfants et Ki-Breath est une révolution puisqu’il permet en se déplaçant et en soufflant dans le spiromètre de déplacer les petits personnages du jeu et donc d’effectuer ces exercices quotidiens avec plus de fun et moins de douleur. L’équipe de Ki-Breath méritait vraiment de gagner, car ils ont réalisé un travail absolument formidable autour de cette techno et je leur souhaite d’aller jusqu’au bout.

Nudge from Cyprus (Chypre) : Nearfieldcare est une solution qui utilise le NFC et qui permet aux services de secours de scanner une puce (dans un bracelet ou sur une carte) afin de connaitre immédiatement votre nom, vos antécédents médicaux, votre groupe sanguin…etc. afin de vous secourir le plus efficacement possible même si vous êtes dans l’incapacité de communiquer.

Code 8 – (Uganda) : Les Ugandais ont mis au point une application Windows Phone qui s’appelle Matibabu et qui permet de diagnostiquer la malaria chez une personne, sans faire de prise de sang. Pour cela, l’application utilise un petit appareil appelé un Matiscope qui permet de pratiquer une analyse des globules rouges grâce à la Solution de Mie (analyse de la diffusion de la lumière par des particules sphériques). Comparé à un test sanguin traditionnel, l’appareil proposé par Code 8 est plus économique et utilisable à l’infini.

Merado (Kazakhstan) : La team Merado a mis au point une app baptisée Edible qui permet de connaitre la composition des aliments, simplement en scannant le code-barre ou en effectuant une recherche avec le nom du produit. Cela permet de savoir si tel ou tel aliment contient des OGM ou un composé auquel vous êtes allergique.

Games

Seven World (France) : Kameon est un jeu de plateforme 2D dont le héros est un petit lézard qui doit sauver sa princesse. Le gameplay est sympa parce qu’on peut sauter, rouler, taper, le tout sous Windows 8. Le jeu a été conçu pour fonctionner aussi bien sur tablette que PC et vos parties sont automatiquement sauvegardées et synchronisées entre tous vos appareils grâce au cloud Windows Azure de Microsoft.

Banzaï Lightning (France) : Les gagnants de la catégorie jeux vidéos ont vraiment fait un boulot formidable. Leur jeu s’appelle Seed et il s’agit d’une petite graine de force vitale qui doit réveiller les piliers de la Terre. Dans le jeu, vous pouvez uniquement sauter et utiliser un grappin, mais les niveaux évoluent en complexité et vous devrez être de plus en plus malin et rapide pour y arriver. Le travail graphique sur les décors est hallucinant et l’ambiance du jeu fait bien planer. Je vous en reparlerais bientôt, c’est promis !

NLife (Ukraine) : Le jeu OnQuests a un pied dans la réalité puisqu’il s’agit d’une plateforme qui permet à chacun de créer ses propres quêtes et de les partager avec ses amis. L’objectif est d’apprendre de nouvelles choses en s’amusant.

 

Je n’ai malheureusement pas pu faire connaissance avec toutes les équipes, car il y en avait tellement. Mais j’espère vous avoir fait découvrir quelques beaux projets. D’ailleurs, si vous voulez voir les autres équipes participantes, elles sont toutes listées sur le site de l’Imagine Cup.

En ce qui concerne les gagnants, voici ceux qui ont remporté la compétition dans le secteur du jeu :

en Inovation :

en projet Citoyen :

Je vous laisse découvrir tout ça. D’autres catégories plus spécifiques comme Windows 8, Windows Phone, Windows Azure…Etc. étaient aussi à l’honneur. Vous retrouverez tout ça ici.

L’année prochaine

A la fin de la remise des prix, Steve Ballmer par écran interposé nous a fait une grosse annonce… L’Imagine Cup de l’année prochaine aura lieu à Seattle, sur les terres de Microsoft ! Ça va envoyer du lourd je pense !

J’ai été très heureux de participer à cette édition. Rencontrer des étudiants de toutes les nationalités, avec la même passion et partageant les mêmes délires, j’ai adoré ça. J’ai d’ailleurs été à chaque fois surpris par la qualité des projets qui pourraient pour certaines faire l’objet de véritables startups et être rapidement commercialisés. J’ai rencontré des gens très sympas comme Wassim, Benjamin, Mohamed… ainsi que dans les équipes francophones (Maroc, Côte d’Ivoire, Belgique, Tunisie…etc.), mais aussi de pays plus lointains que je n’aurai peut-être jamais eu la chance de côtoyer ailleurs que là bas. En tout cas, c’était très enrichissant, technologiquement et humainement.

Groupphoto_02_Print

Saint Petersburg

Alors concernant St Petersburg, je ne peux pas dire que j’ai vraiment visité la ville. On s’y est promené et j’ai vu quelques trucs comme l’Ermitage, mais malheureusement, nous logions dans une section de la ville où les ponts qui se relève vers 1h du mat, nous empêchant de faire la fiesta toute la nuit à l’extérieur de cette zone. Donc pour une fois, j’ai été plutôt sage profitant de l’hôtel et de son centre aquatique de dingo durant les heures de pause. La visite du Grand Palais de Peterhof et de ses jardins était aussi un bon moment.

symbole

Le symbole du séjour

N’empêche, la ville a l’air plutôt jolie et j’espère pouvoir y retourner un jour avec ma douce pour visiter ses rues et ses musées.

Merci à David et Microsoft pour cette expérience très enrichissante !