L’impact de l’Intelligence Artificielle sur l’économie


Laurent Alexandre est chirurgien et entrepreneur et il réfléchit à des sujets comme le transhumanisme et l'intelligence artificielle. Je ne connais pas le monsieur donc je vous laisserai seul juge de son intervention au Sénat. Mais de prime abord, après l'avoir attentivement écouté, même si son discours semble alarmiste, il est, je pense, très juste.

Toutefois, j'inscris ce manque de vision et d'anticipation de notre société dans tout le reste... Exactement comme nous n'avions pas anticipé le développement du web, du téléphone portable ou encore celui des énergies renouvelables. Avant, nous étions peut-être des leaders dans tout un tas de domaines... mais maintenant nous sommes principalement des suiveurs. Et même "suivre", nous avons du mal. On veut régler le problème du chômage, de la pauvreté, du réchauffement climatique, des flux migratoires et j'en passe... Mais il n'y a aucune vision à long terme, aucun choix de société qui est fait, aucun risque qui est pris. Uniquement des patchs sur des patchs, sur des patchs.

On s'en remet totalement aux Américains, sans se dire que nous aussi, nous pourrions faire nous-même les choses, prendre le lead ou au moins anticiper ces évolutions futures majeures. C'est regrettable.

Et avec l'IA comme le dit le monsieur, on est déjà largement dépassé par les Asiatiques et les Américains et si on ne fait rien, notre avenir en tant que société risque d'être sévèrement compromis.

Bref, j'ai trouvé ça intéressant. A vous de vous faire votre propre avis maintenant.

Publié le mercredi 8 février 2017 par Korben Catégories Mots-clés

Notable Replies

  1. Quand on voit les « handicapés du mulot » qui nous viennent de l’ENA pour diriger
    ce pays, ouaip ! on peut vraiment être inquiet :cold_sweat:.

  2. markham says:

    Après trop compter sur l'ia pour resoudre les pb, c'est s'assurer de devenir une idiocratie

    https://www.developpez.com/actu/99889/Un-developpeur-est-licencie-apres-avoir-automatise-ses-taches-de-programmation-pendant-six-ans-il-decouvre-qu-il-ne-sait-plus-ecrire-un-bon-programme/

    Sans compter qu'une ia corrompu par un hacker , et c'est le meilleur moyen de détruire une entreprise.

    Bref on est coincé par d'une part une machine qui boostera le travail a accompplir
    a l'instar de l'arriver du thf dans le mileu de la bourse :

    et notre utilité d'humain.

  3. Neltus says:

    Personnage sans doute intéressant, mais en l'occurrence son discours me semble un peu exagéré.

    Déjà il parle d'IA mais ne définit pas clairement ce que c'est. De quels procédés parle-t-on ? J'ai l'impression qu'on ne parle ici principalement que de "big data", "data mining" et autres technologies à base de microprocesseurs traditionnels. L'utilisation du terme IA est donc clairement abusif, dès lors qu'à ma connaissance nous sommes encore très loin de disposer d'une IA "forte", seule IA au sens propre du terme.

    A partir de là, tout le reste n'est pas très convaincant. C'est une évidence que de dire que le marché du travail évolue au rythme des découvertes technologiques, et ce depuis la première révolution industrielle en Europe. Ce n'est pas une raison pour alarmer tout le monde et prédire l'apocalypse. Les gens qui nous gouvernent connaissent tous ces arguments, et s'ils n'agissent pas pour défendre notre souveraineté technologique/économique, c'est qu'il y a une volonté politique derrière, volonté qu'ils n'ont pas forcément au fond d'eux-mêmes, mais qui peut leur être imposée par un contexte géopolitique contraignant.

  4. Diki says:

    Bonjour @Neltus,
    Je partage entièrement ton opinion sur le sujet de l'IA ! :wink:

    Depuis de nombreuses années, il semblerait que nos "penseurs" compétents dans la mise en œuvre de procédés de "vulgarisation" aient traduit l'IA sous forme de "branlette intellectuelle unilatérale"... :joy:

    Penchons d'abord sur les "origines" qui fondent nos bases élémentaires intellectuelles et collectives. L'IA est né de quoi ? L'IA naît d'une expérience humaine partagée et expérimentée... A titre d'exemple, PROLOG est encore aujourd'hui une référence en matière d'IA car elle a pu construire une "histoire", un "vécu" partagé et expérimenté par une communauté de Scientifiques et de Chercheurs...

    Ci-dessous j'ai posté un lien intéressant qui démontre en partie comment une "IA" se manifeste d'elle-même autour d'un projet collectif et intellectuel. Certaines personnes trouveront dans le contenu de cet article quelque chose de "basic" ou de "vague/flou" ou d'abstrait... Personnellement, je crois que nous sommes directement ou indirectement confrontés, nous espèce humaine", à nos propres origines que nous tentons tant bien que mal de superposer sur un calque de notre réalité à l'aide "d'outils de prédiction"... (confusion faite souvent entre le Big Data et l'IA !)

    Lien: http://fr.slideshare.net/Jean_Rohmer/la-rsolution-de-problmes-avec-un-ordinateur-jean-rohmer

    Il y a quelques temps de cela, j'ai eu la chance de tomber sur un reportage TV super intéressant traitant de l'origine de l'intelligence humaine (rapprochement à faire avec l'article posté en amont). L'idée des Chercheurs en charge d'une expérience simple était de comparer les séquences comportementales entre singes et humains à l'aide d'une petite boite en plexiglass translucide. A l'intérieur avait été placé une gourmandise qu'il fallait attraper, pour ce faire le but était d'appuyer sur un loquet permettant à une main de s'y introduire pour récupérer la gourmandise. Simpliste comme expérience mais très révélatrice !

    Le jeune singe a été meilleur que le jeune humain (même âge,12 ans) puisqu'il a réussi à ouvrir la boite avec seulement 3 tentatives (avec sa main).

    L'objectif de cette expérience a été de démontrer que l'humain acquiert une "intelligence spécifique" à sa nature propre en testant des séquences répétitives avec sa main . C'est donc grâce à une action répétée que l'humain parvient à adapter, corriger, améliorer, enrichir, évoluer et apprendre l'expérience collective et intellectuelle, ce qui n'est pas le cas du singe qui lui ne fait que reproduire un schéma "tribal" transmis de "façon visuelle" par sa communauté.

    Au final, je pense que de fait l'IA suit la même approche intellectuelle que le "l'intelligence humaine", il en est de même pour la "Réalité Virtuelle" qui n'est qu'une extension de notre propre "Réalité Humaine"...

  5. Le problème est moins dans la quantité d'emplois que dans la qualité de ces emplois.

    Prenons un exemple très simple :

    Tous les acteurs (politiques, médias ; etc...) ont véritablement une érection devant les premières voitures sans conducteur. Pour autant, dès que le déploiement de ces véhicules sera satisfaisant, on passera aux camions sans chauffeur. Je passe sur les avantages écologiques, financiers, sécuritaires de l’affaire pour me fixer sur celui que l’on oublierait facilement : l’absorption économique d’une main d’œuvre peu qualifiée. En effet il est possible pour certains « djeun » non qualifiés, au prix d’un permis poids lourd, de s’insérer dans le monde du travail.
    Demain cette option ne sera probablement plus possible. Et je suis sûr que l’on peut trouver beaucoup d’autres exemples.

    Les emplois à faible valeur ajoutée vont être de plus en plus rares. Cela amplifiera une fracture sociale qui se dessine déjà aujourd’hui. On voit bien que si ce pays compte plus de trois millions de chômeur, certains métiers peinent déjà à recruter.

    C’est bien notre société qui devra se redessiner, mais je ne vois pas comment conserver les petits métiers à tâches répétitives ou ne demandant pas un talent intellectuel particulier (création par exemple). Même sans qualification, on pourra toujours essayer de devenir un artiste, mais tout le monde n’a pas le talent nécessaire (encore :weary: ).

    .

  6. Diki says:

    Par principe aujourd'hui une "machine sert à contrôler le travail d'autres machines", et en aucune façon elle ne sert au remplacement du ratio "productions / cotisations" humaines... Personnellement je trouve cette idée de remplacer l'homme par la "machine" complètement aberrante ! :grin:

    Pourquoi ? Comme je l'ai évoqué plus haut je me cite:

    Question pour un Champion ! :

    Qui va financer nos systèmes sociaux, la "machine" !?! (retraites, sécurité sociale, pôle emploi, cotisations OPCA/formation...)

    A court terme, la perte d'emploi générée par le transfert de l'automatisation des tâches entrenera du chômage, c'est un fait établi. Jusqu'à preuve du contraire, appliquons le principe du contradictoire, les "machines" ne cotisent pas ! :grin: Or, si nous observons bien la création d'emplois, d'après la théorie du déversement de Sauvy, cela induirait de nouveaux emplois et de nouvelles cotisations, mais cela ne compensera JAMAIS la perte d'emploi générée initialement, à moins que ces "grands penseurs" aient une idée de génie pour absorber par un "procédé mécanisé rétroactif" le delta des cotisations (humains/machines), ce dont je doute fortement ! :wink:

    Ma conclusion est simple, tout ceci se résume à une "branlette intellectuelle unilatérale"

Continue the discussion tech.korben.info

15 more replies

Participants