Chers Youtubeurs français,

Depuis très longtemps, je ris à vos conneries et j’apprends des tas de trucs grâce à vous. Et lorsque j’ai croisé certains d’entre vous ces dernières années, vous m’avez toujours donné l’impression d’être dans la vie comme dans le tube. Comme beaucoup d’internautes, je me sens proche de vous et j’éprouve même parfois une pointe d'envie quand je vois votre aisance face à une caméra ou votre talent de mise en scène et de montage.

Et pourtant, je ne voudrais pas être à votre place, même pour tous les pouces verts du monde.

En tout cas, pas en ce moment.

Car maintenant que vous êtes devenus des rockstars, tous les yeux sont braqués sur vous. Même si vous me paraissez tout à fait "normaux", à moi qui vis et respire « Internet » depuis des années, vous êtes des ovnis pour la plupart des gens, et plus particulièrement pour ces médias nés de la TV ou dans le papier, qui s’interrogent chaque jour sur cette « folie Youtube ».

Nous, sur Internet, on vous connaissait déjà depuis un moment, mais c’est en 2013 que les médias mainstream vous ont découvert. Au début, ils étaient curieux… Vous étiez de jeunes boutonneux qui étaient passés sous leur radar et qui s’étaient fait une notoriété seuls, dans leur chambre, avec une simple webcam et un peu d’humour. Ils ne comprenaient pas comment vous aviez pu devenir "connus" sans passer par eux.

Capture d'écran 2015-11-10 11.35.00

Vous les intriguiez vraiment car ils ont découvert ensuite que certains d’entre-vous avaient une audience de malade, et commençaient à intéresser certaines marques, des chaines de TV…etc.

Capture d'écran 2015-11-10 11.46.38

Tout était beau et tout était rose. Vous avez donné de nombreuses interviews, vous avez communiqué autour de votre passion, vous avez fait des voyages, du cinéma, de la télévision, du spectacle et naturellement, vous avez gouté à ce succès bien mérité.

Puis c’est en 2014 que ça a commencé à déconner. Vous faites un métier nouveau et vous êtes des pionniers. Par conséquent vous êtes (enfin, certains d’entre vous) tombés dans tous les pièges. Partenariats foireux, publicité déguisée, mauvaise gestion de votre image…etc.

J’imagine que vous avez mille justifications pour toutes ces boulettes. Un network malhonnête, un partenaire commercial avec qui vous avez été trop sympa, une opé acceptée un peu trop vite ou simplement la connerie de croire que plus c’est gros, plus ça passe. Puis vous gagnez de l’argent et malheureusement, en France c’est mal vu. Pire, vous gagnez de l’argent avec la pub ce qui pour beaucoup de personnes dans les médias ou ailleurs, est synonyme de haute trahison car apparemment, ça lobotomise les enfants qui vous regardent et ça remet en cause votre sincérité. Perso, je vois plus de pubs sur Gulli et dans les médias qui vous flinguent que dans vos vidéos (je parle des pubs en règle avec la loi hein ;-)).

Capture d'écran 2015-11-10 12.02.35

Et à aucun moment, je ne vous ai vu mépriser vos fans ni perdre votre âme malgré ce qu’en disent vos détracteurs. Vous avez grandi, vous vous êtes professionnalisé et vous avez commencé à apprendre de vos conneries même s’il reste encore beaucoup de choses à régler. Après tout, vous êtes des êtres humains, jeunes, débordés, qui avancent là où personne n’a encore mis les pieds, et forcement, vous faites parfois des erreurs. Finalement comme nous tous.

Capture d'écran 2015-11-10 12.47.58

Mais trop tard. Vous êtes célèbres, vous faites des millions de vues, tout le monde pense que vous êtes riche et cerise sur le gâteau, vous récupérez tous les budgets publicitaires qui étaient jusqu’alors réservés aux gros médias. Bref, vous êtes très énervants donc vous devez ramasser beaucoup plus que les autres pour expier tous vos péchés.

On vous observe de très près, on vous soupçonne, on vous accuse de tous les maux, on remet en cause votre déontologie, on vous met tous dans le même sac et évidemment, dès que vous faites un pas de côté comme c’est le cas en ce moment avec ces histoires de publicité à moitié cachée, on ne vous rate pas. C’est le prix à payer et j'espère que vous réglerez vite ce gros problème vis à vis de la loi.

Capture d'écran 2015-11-10 12.11.46

Votre job n’est pas simple : Harcelé d’un côté par des médias condescendants, obsédés par vos revenus et de l’autre côté, insultés par des anonymes qui vous détestent parce que vous symbolisez une certaine forme de réussite.

Capture d'écran 2015-11-10 12.38.11

Quand vous passez à la télévision, on vous méprise et on ricane de vous. Lorsqu’on vous interviewe, la première question qu’on vous pose c’est « Combien tu gagnes ? ». Puis lorsque vous osez faire autre chose qu’une vidéo sur Youtube, on vous fusille en première page avec un plaisir non dissimulé.

Capture d'écran 2015-11-10 11.40.10

Mais vous faites ce que vous aimez le plus au monde et c’est ça qui compte, non ?

Quand je vois tout ce que vous vous ramassez dans la gueule, je pense qu’on peut dire que vous êtes des guerriers.

En l’espace de quelques années, vous avez appris les métiers d’humoriste, d’acteur, de monteur, de réalisateur, les métiers de la publicité, du marketing, de la gestion de communauté et bien sûr à gérer tous les aspects, bons ou mauvais, de la notoriété. Et tout ça, sans montrer le moindre signe de dépression ou de burn out. Vous êtes à la fois des célébrités et des artisans du web et je vous tire mon chapeau.

Vous méritez largement ce qui vous arrive et ce n’est pas le fruit du hasard ou de la chance. Vous avez travaillé dur pour en arriver là et si vous rencontrez du succès aujourd’hui, c’est uniquement grâce à vous, à vos amis, aux anonymes qui vous regardent chaque jour et non pas grâce à une sur-exposition dans les médias comme tant et tant de peoples fabriqués de toute pièce.

Capture d'écran 2015-11-10 12.26.30

Alors pourquoi continuer à jouer à ce jeu ? Pourquoi aller à la télé ? Pourquoi répondre à toutes ces questions débiles posées par des has-been ?

Vous êtes actuellement les reines et les rois du net et vous n’avez jamais eu besoin des anciens médias, pour exister. Alors par pitié, arrêtez de jouer leur jeu et de répéter ces vieux schémas. Continuez à leur piquer des budgets et des audiences, continuez à soulever les foules, continuez à nous faire marrer...

...Et au diable tout le reste.