Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Vous aimez les cryptomonnaies ❤️ Korben.info, alors cliquez ici pour me soutenir ! Merci !

Vous en avez marre des services cloud propriétaires qui exploitent vos données perso ? Vous rêvez d’héberger vous-même vos apps préférées mais vous avez peur de pas avoir les compétences ? Alors j’ai ce qu’il vous faut les amis !

Ça s’appelle Ethibox, et c’est une solution très pratique pour déployer facilement vos applis open source sur votre propre serveur ! Vous choisissez votre app dans leur catalogue qui en compte plus de 40 (des classiques comme Nextcloud, WordPress, Mastodon…), vous cliquez sur installer et hop, quelques minutes plus tard c’est prêt !

Pas besoin d’être un gourou de l’administration système, il gère tout : dépendances, configuration, mises à jour…

C’est un outil open source dont vous trouverez les sources ici et il vous faudra quand même un minimum de connaissances pour choisir votre hébergeur, gérer son nom de domaine, faire gaffe à la sécurité et la maintenance… Rien d’insurmontable et la communauté du projet est là pour aider. Toutefois, côté Ethibox.fr, ils ont un forfait payant où ils s’occupent de tout si ça vous branche.

Et pour l’installer dans un Docker :

docker run --name ethibox -p 3000:3000 ethibox/ethibox

Comme ça, vous allez pouvoir installer Nextcloud pour votre stockage/partage de fichiers, Framadate pour vos sondages, Wallabag pour sauvegarder mes articles ^^… Et pourquoi pas également un MediaWiki pour vos notes, Commento pour les commentaires de votre blog, peut-être même un Mastodon ?

A vous de jouer !

A tester ici !



Si vous faites un peu de code Python, vous connaissez peut-être Ruff, un outil de contrôle pour la qualité de code pour Python >= 3.7 qu’on appelle aussi un linter.

Je l’utilise depuis le début de l’année dans mon Visual Studio Code et il est capable de faire le même job que tout un tas d’autres outils, comme Flake8, isort et même Black. Du coup, vous pouvez remplacer tous ces outils par Ruff, ça fait toujours ça en moins.

Une des fonctionnalités que je préfère dans Ruff, c’est l’autofix. En gros, quand il trouve une erreur dans votre code, il peut la corriger tout seul, comme un grand. Et quand il ne peut pas, il vous mets des explications super claires pour que vous puissiez comprendre ce qui se passe.

Puis faut dire que c’est hyper rapide aussi. Normal, les dev ont utilisé Rust, un langage de programmation connu pour ça afin qu’il analyse votre code en un temps record. On parle de 10 à 100 fois plus rapide que les autres linters du marché. Autant vous dire que ça dépote !

L’outil check plus de 500 règles différentes pour s’assurer que votre code il est au top et vous pouvez le configurer comme vous voulez, activer ou désactiver des règles, changer des paramètres… etc. Bref il s’adapte au plus près de votre façon de coder.

Y’a pas à hésiter et pour l’installer, c’est simple. Il suffit d’allez sur le site de Ruff ou sur la marketplace de Visual Studio Code pour le télécharger ou tout simplement avec cette commande pour ceux qui aiment la ligne de commande :

pip install ruff

Votre code vous dira merci et vous, c’est sûr, vous allez adorer !


Vous êtes un développeur spécialisé dans l’open source et vous cherchez peut être à maximiser l’impact de vos projets en établissant une stratégie de lancement ?

Difficile de savoir par où commencer… Mais avec Gitroom, vous allez pouvoir organiser tout ça en programmant à l’avance tous vos contenus en un seul endroit. Publications sur les réseaux sociaux (Twitter, LinkedIn, Reddit et compagnie), articles de blog pour Dev.to, Hashnode ou Medium et annonces sur GitHub, le tout en respectant un timing parfait.

C’est un vrai bonheur pour les adeptes de l’organisation, tout ça dans une interface facile à utiliser qui vous permettra également de suivre en temps réel les tendances sur GitHub pour ajuster votre planning en conséquence. Vous recevez même des notifications quand votre projet cartonne et grimpe dans le classement des repos les plus populaires.

Mais Gitroom ne s’arrête pas là puisque vous pouvez aussi collaborer avec votre équipe directement sur la plateforme, comme ça, fini les échanges de mails sans fin et les documents perdus dans les méandres de Google Drive. Vous assignez des tâches, vous commentez, vous validez, le tout au même endroit.

Gitroom propose un généreux plan gratuit qui vous donne accès à l’essentiel des fonctionnalités et si vous voulez passer à la vitesse supérieure, les tarifs restent très abordables.

En plus, c’est open source ! Eh oui, vous pouvez héberger vous-même votre instance et profiter de toutes les fonctionnalités gratuitement. C’est pas beau ça ?

Bref, c’est l’outil qui manquait cruellement dans l’écosystème open source pour démocratiser et faciliter les lancements de projets. Avec son approche innovante et sa philosophie collaborative, Gitroom a tout pour devenir le compagnon indispensable des développeurs et des mainteneurs de projets.

Merci à Lorenper pour cette découverte de qualité.


Vous êtes un accumulateur compulsif de liens intéressants, d’articles à lire plus tard, de notes en vrac et d’images inspirantes ? Ça tombe bien, moi aussi et j’ai trouvé un super outil pour assouvir notre soif de collectionnite aiguë sans nous noyer dans le bordel : Hoarder !

C’est quoi Hoarder ? Et bien c’est une app open source et auto-hébergeable qui permet de sauvegarder en deux clics tout et n’importe quoi : des liens avec prévisualisation automatique, des notes de texte et même des images. Bon OK, je sais, y’a déjà 15000 apps de bookmarking et de prise de notes, alors pourquoi s’emballer pour Hoarder ?

Et bien parce qu’elle coche toutes les cases du cahier des charges de l’accumulateur exigeant :

  • 🔍 Une recherche full-text puissante pour retrouver en deux secondes la perle rare enfouie sous des tonnes de bookmarks.
  • 🏷️ Un étiquetage automatique par IA pour classer et organiser le bordel sans effort. Hoarder analyse le contenu et lui colle des tags pertinents. Magique !
  • 🌙 Un mode sombre (indispensable ^^).
  • 💾 La possibilité de tout héberger soi-même sur son serveur, pour garder le contrôle sur ses données.
  • 📱 Des apps mobiles (en plus du web) pour « hoarder » aussi depuis son smartphone.
  • 🆓 Tout ça gratuitement et avec une bonne tronche bien moderne, merci le design material.

Pour centraliser votre bordel numérique, c’est l’idéal. Vous pourrez sauvegarder tous les articles et threads Twitter intéressants que vous croisez, prendre des notes quand une idée vous traverse l’esprit (un jour peut-être ? ^^) et bien sûr y stocker tous les memes les plus drôles pour les ressortir au bon moment.

Le créateur de Hoarder, Mohamed Bassem, est un ingénieur système qui voulait garder la main dans le dev web tout en se faisant plaisir. Il utilisait Memos, une autre app de prise de notes, mais il lui manquait des features essentielles comme la prévisualisation des liens et le tagging automatique. Plutôt que de râler, il a retroussé ses manches et pondu sa propre solution. Respect.

D’ailleurs, Hoarder s’inspire beaucoup de Mymind, un produit commercial similaire, mais en y ajoutant la dimension auto-hébergement qui est primordiale pour les paranos de la vie privée dont je fais partie. Les alternatives open source comme Shiori ou LinkWarden ne proposent pas (encore) le tagging automatique par IA.

Et sous le capot, ça tourne avec des technos bien sexy comme Next.js, tRPC, Meilisearch et OpenAI.

Pour l’installer, c’est très simple : tout est packagé pour tourner facilement avec Docker et Docker Compose. Il vous faudra aussi une clé d’API OpenAI (pour le tagging) mais c’est optionnel et peu coûteux. Tous les détails sont dans la doc.

Vous pouvez aussi tester une démo en ligne si vous voulez vous faire une idée avant d’installer. Allez, je vous laisse, j’ai un paquet de liens à sauvegarder moi ! 😉

Merci à Lorenper pour l’info !


Vous cherchez un moyen simple et efficace d’analyser vos données stockées dans des fichiers CSV ? Ça tombe bien puisqu’il y a un service qui s’appelle WhatTheDuck et qui vous permet d’exécuter des requêtes SQL directement sur vos CSV, le tout depuis votre navigateur web. Plutôt cool, non ?

Le concept est simple : vous uploadez vos fichiers CSV sur le site (vous pouvez en charger plusieurs d’un coup), puis vous écrivez vos requêtes SQL dans l’éditeur prévu à cet effet. Et là, magie, WhatTheDuck exécute vos requêtes et vous affiche les résultats ! Vous pouvez même télécharger le résultat de votre requête au format CSV.

L’interface est super intuitive et l’éditeur SQL dispose de la coloration syntaxique pour vous aider à écrire vos requêtes sans vous planter. C’est l’outil idéal pour faire des analyses de données rapides sans avoir à installer tout un environnement sur votre machine. Imaginons par exemple que vous ayez un fichier CSV qui contient les ventes de votre boutique en ligne…. vous pouvez en quelques clics avoir les stats des produits les plus vendus, calculer votre chiffre d’affaires par mois ou encore lister les clients qui ont passé le plus de commandes. Les possibilités sont quasi illimitées !

WhatTheDuck supporte un sous-ensemble du langage SQL, ce qui est largement suffisant pour faire des requêtes basiques. Si vous êtes un pro des bases de données, vous trouverez peut-être l’outil un peu limité, mais pour la plupart des utilisations c’est juste ce qu’il faut.

Autre exemple : vous avez récupéré un gros fichier CSV qui liste tous les restos de votre ville avec leurs coordonnées et le type de cuisine. Plutôt que de vous farcir tout le fichier à la main, vous pouvez utiliser cet outil pour filtrer les données et trouver en deux secondes tous les restos italiens dans votre quartier. Pratique pour organiser votre prochaine pizza party !

Seul petit bémol, il faut que vos fichiers CSV soient bien formatés pour que ça fonctionne. Il faut que votre fichier ait une ligne d’en-tête qui liste les noms des colonnes. Mais bon, c’est généralement le cas donc ça ne devrait pas poser de problème.

Bref, je vous laisse explorer toutes les possibilités offertes par What The Duck. C’est gratuit et open source, donc n’hésitez pas à jeter un oeil au code si vous êtes curieux de voir comment c’est fait.

Un grand merci à Lorenper pour m’avoir fait découvrir ce petit bijou

Happy SQL !