Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Edito du 05/05/2020

Hello les amis,

J’espère que ça se passe bien pour vous et que le confinement ne vous tape pas trop sur la tête. Ici, ça roule. J’avance sur la production de mes prochaines formations, j’écris des articles que je programme pour le futur, j’enchaine les réunions en visioconférence puis quand tout ça me saoule, je vais arracher des trucs dans mon jardin, je bidouille sur Ableton ou je viens raconter des conneries sur Twitter 🥳.

60 jours de confinement pour ma part (oui j’avais de l’avance) et je ne vois pas le temps passer. J’ai l’impression que ça ne fait qu’une semaine que je n’ai pas mis le nez dans le grand monde. À voir si c’est un symptôme du confinement ou le début de la folie ;-).

(suite…)

Vous connaissez tous sans aucun doute, Audacity, le logiciel libre qui permet de retravailler tout ce qui est du domaine de l’audio.

Mais pour un besoin encore plus ponctuel, sans rien installer, je vous invite à tester AudioMass, un éditeur audio 100% web que vous pouvez même installer chez vous en local.

AudioMass propose tous les outils traditionnels de ce genre d’application. Lecture, enregistrement, découpage, insertion de silences, mais également de nombreux effets comme de la compression, de l’égalisation, du reverb, du reverse…etc.

Pour installer Audiomass, téléchargez ou clonez le dépôt Git qui se trouve ici, puis via un terminal, lancez la commande suivant si vous avez Go :

go run audiomass-server.go

Sinon, avec Python :

python audiomass-server.py

Puis avec votre navigateur, accédez à l’adresse suivante :

http://localhost:5055/

Et voilà ! Tout simple et super pratique !





Nouvel épisode de notre émission hebdomadaire avec l’ami Rémi de DansTonChat ! Et cette semaine nous revenons avec un 3e Quizosaure histoire de jouer tous ensemble (comme environ chaque mois dorénavant).

Et comme nous aimons bien tester de nouvelles choses régulièrement le jeu de cette semaine est différent des 2 premiers. Nous avons appelé ça « Le choix multriple » car l’idée était de classer 3 options autour d’un même sujet. En gros choisir notre choix le plus important (à garder), le plus inutile (celui qui disparait) et celui qui se trouve un peu entre les 2 (à utiliser quelques fois).

Si le principe est, a priori, assez simple, cela a généré beaucoup de réflexions et de pistes à explorer. Bref ça nous a bien retourné le cerveau. Parfois on a l’impression qu’un choix coule de source, mais en creusant un peu c’est totalement différent. Et ça a permis de voir avec nos abonnés qu’il y a plein de manières d’aborder les problématiques. Il y a parfois eu de vraies surprises.

Si vous deviez choisir entre Donkey Kong, Tetris et Pac Man ? Lequel garderiez-vous pour y jouer tous les jours ? Le monde du jeu vidéo pourrait-il se passer de l’un d’entre eux (et tous les jeux qui en ont découlé) ? Et entre les format PNG, HTML et CSS ?

Une quinzaine de choix cornéliens (ou pas) à faire au total. Ce qui est certain c’est que le monde serait bien différent si tout ce que nous avions jeté à la poubelle n’avait jamais existé ! Peut-être en bien, peut-être en mal. Qui saaaaaaaaaait 😉

Nous suivre sur nos réseaux (InstagramTwitterFacebookTwitch) ou au format podcast.

À très vite pour la prochaine émission des Webosaures !


Les CSS c’est parfois la prise de tête. Mais c’est quand même bien pratique ! La développeuse Diana Smith, connue également sous le pseudo de CyanHarlow s’est essayé à l’art via CSS !

Et qu’est ce que ça donne ? Et bien voilà quelques-unes de ses oeuvres.

Et si vous allez gratter un peu dans le code de la page, vous ne verrez aucune image ni SVG, mais uniquement de la feuille de style. Quelle classe ! (roh roh)

Son projet s’appelle Pure CSS et utilisent donc uniquement du HTML et du CSS. Pour leur réalisation, elle s’est fixé quelques règles que voici :

  • Chaque élément doit être tapé au clavier
  • Elle ne peut utiliser que l’éditeur de texte Atom et les outils développeurs du navigateur Google Chrome.
  • Et pas de SVG !

C’est mieux que le sudoku pour se détendre !

Et pour la cross compatibilité, vu le niveau, ça sera propre dans Chrome et le résultat ne sera pas garantie dans d’autres navigateurs. Pire, dans Internet Explorer, cela pourrait entrainer une déchirure dans la paroi de l’Univers.

Vraiment impressionnant !


À découvrir

Sur mon site je vous ai déjà parlé de nombreux outils permettant de jouer et transformer vos fichiers vidéo ou audio.

MystiQ Video Converter est un logiciel libre supplémentaire à mettre dans votre arsenal, et cela que vous soyez utilisateur de Windows (7 et plus), macOS (toujours en bêta) et surtout Linux (avec des paquets pour distribs Fedora, Ubuntu, Arch ou encore Debian) .

Le logiciel vise tout le monde et principalement ceux qui n’aiment pas se prendre la tête avec des millions d’options et une interface compliquée. Ici c’est propre et intuitif. Et si vous êtes plutôt dans la catégorie utilisateur avancé, vous pourrez mettre en place une série de préréglages pour vous aider à convertir des fichiers multimédias en quelques clics.

Interface convertisseur Mystiq

En gros MystiQ est une surcouche graphique (basée sur le framework Qt) pour FFmpeg, il supporte donc de nombreux formats audio et vidéo qui pourront être convertis les uns vers les autres (MP4, MP3, MOV, WEBM, MKV, OGG, WAV, ASF, FLV, 3GP, M4A …). Lors de la conversion, vous pouvez choisir la meilleure qualité possible ou la meilleure compression, selon vos besoins.

Convertir une vidéo ou un audio avec MystiQ

Il propose aussi quelques fonctionnalités assez simples : extraire la piste audio d’une vidéo et la retravailler légèrement (le taux d’échantillonnage par exemple), ajouter des sous-titres sur vos vidéos, faire pivoter ou agrandir l’image, la passer en noir et blanc … pas de quoi casser une patte à un moustique, mais c’est toujours top de faire de la petite bidouille sans passer par un second soft.

Et comme le logiciel est présent sur GitHub sous licence GPL v3, vous pouvez lui filer un petit coup de pouce si vous en avez envie. Allez, je vous laisse jouer avec ça.


Loki n’est pas uniquement le frangin de Thor (le Dieu). C’est également un réseau permettant à ses utilisateurs de communiquer ou de réaliser des transactions de manière privée, sécurisée et anonyme via Internet au travers d’un système décentralisé.

Loki serait-il le frère de Tor (le réseau) ?

Loki combine un réseau transactionnel privé, des services nodes qui récompensent ceux qui les font tourner, mais également un routeur en onion baptisé Lokinet. Loki est également une cryptomonnaie qui utilise un principe hybride PoW / PoS, similaire à la façon dont DASH est sécurisé en PoW, mais récompense ses masternodes via un principe de PoS. Pour visiter la blockchain Loki, c’est sur l’Explorer qui se trouve ici.

En installant ce qu’il faut sur votre machine ou vos serveurs pour faire fonctionner Lokinet, vous contribuerez ainsi au bon fonctionnement du réseau, mais vous aurez également accès au réseau Loki assez similaire sur le fonctionnement à Tor, sauf que les hidden services en .onion sont remplacés par des SNApps en .loki. Bref, vous voyez l’idée.

Le tuto pour Linux est ici, celui pour macOS est là et si vous êtes sous Windows, bah…non rien. 😂

Mais Loki c’est également une application nommée Session qui est tout simplement une messagerie décentralisée, anonyme et privée qui vous permet de communiquer sans craindre ni interception ni censure. Session retire toutes les métadonnées sensibles que promènent en général les applications de messagerie. Donc pas de numéro de téléphone exigé, par d’empreinte numérique, totalement open source, résistant totalement à la censure, et une synchronisation entre plusieurs de vos appareils.

Notez que comme Session ne stocke ABSOLUMENT RIEN, il n’y aura jamais de fuite de données personnelles. Il y a aussi un bug bounty en cours sur le projet. De quoi être serein pour sa vie privée.

Session vous permettra de discuter avec vos contacts en toute sécurité, mais vous pourrez également rejoindre ou créer des groupes, un peu comme sur Telegram, sauf que ce sera pas monitoré par une société ou une puissance étrangère. Niark niark niark. Et bien sûr, toutes les communications sont chiffrées de bout en bout et sans aucune métadonnée.

Dispo sous format client Desktop pour macOS, Linux et Windows, Session est également disponible sur mobile avec des versions pour Android (APK) et iPhone

Si cela vous tente, pour communiquer sans entrave ou pour monter votre groupe de discussion privé, vous pouvez télécharger Session ici.


Mes gazouillis

Analyser une attaque avec les logs d’Apache2 https://t.co/dDWqUQtqtE #kbn
« Vivre à la campagne, c'est sortir d’un système qui n’est bon pour personne » #kbn https://t.co/HYrgkN39AP