Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Découvrez le projet Decentraland ($MANA)

– Article en partenariat avec LiteBit . Cet article n’est en aucun cas un conseil en investissement, mais simplement la présentation d’un projet technique autour de la blockchain –

Hello les amis, aujourd’hui je vais vous présenter Decentraland, un projet crypto qui tourne autour du métavers. C’est l’un des principaux concurrents à The Sandbox, dont j’ai déjà parlé, et dans une moindre mesure Enjin Coin. Allez c’est parti pour cette nouvelle addition à ma longue série d’articles sur les blockchains (Harmony, Solana, Ape Coin …).

Présentation du projet

Historiquement Decentraland est l’un des projets crypto les plus anciens sur le thème des métavers, il a été lancé en version publique début 2020, mais est en phase de développement depuis 2015. Ce qui en fait l’un des « vieux » du game. L’idée c’est de permettre aux joueurs d’acheter une parcelle de terrain qu’ils pourront exploiter par la suite. Il en existait 90 601 sur la carte originelle pour être précis.

Pour se faire une idée, lors de la version bêta (2017) la parcelle valait 20$, aujourd’hui ça se marchande dans les millions. On parle quand même d’une crypto qui est dans le Top 50 depuis assez longtemps, elle fait partie du paysage.

Il repose sur la blockchain Ethereum (en 2015/2016 c’était un peu la seule option valable) et se joue via un navigateur web. J’ai lu qu’ils pensaient migrer vers Polygon, blockchain layer 2 qui repose sur Ethereum avec des frais de transactions inférieurs, par contre j’avoue ne pas savoir ou ça en est. Le projet évolue sans cesse et a déjà ajouté de nouvelles possibilités pour devenir un monde virtuel 3D décentralisé complet, il intègre par exemple depuis longtemps la technologie des NFTs (voir ci-dessous). Métavers, NFT, GameFi … vous avez tous les buzzwords du moment, mais le projet était là avant leur existence 😉

Petite spécificité de Decentraland, l’équipe a annoncé avoir brûlé les clés privées du smart contract, le projet est donc aux mains des utilisateurs (via la DAO du projet).

Le token MANA

Si au début Decentraland n’avait qu’un token, le $MANA, il a depuis ajouté un second à son offre, le $LAND.

Le $MANA est le token utilitaire qui permet en priorité d’effectuer toutes vos transactions sur la plateforme : acheter/vendre votre terrain ou des objets (via le marketplace), de spéculer, etc. Il permet aussi d’obtenir un droit de vote dans la gouvernance du projet, donc d’émettre votre avis sur les évolutions futures. Le token assez classique que vous connaissez.

Le $LAND, de son côté, est un token sous forme de NFT qui valide que vous êtes bien détendeur d’une parcelle. La preuve de propriété du terrain sur votre adresse blockchain en somme. Lorsqu’une parcelle est mise aux enchères, les $MANA nécessaire à son achat sont brûlés, ce qui en fait un token déflationniste.

À vous de voir ce que vous faites ensuite, soit vous garder vos tokens sur la plateforme ou les places de marchés en ligne, soit vous les stockez sur Metamask ou, mieux, sur un hardware wallet (Ledger, Trezor …). Comme d’hab je vous recommande ces derniers si vous visez le long terme.

Pourquoi Decentraland est un projet intéressant ?

Les joueurs de Decentraland peuvent effectuer de nombreuses actions comme acheter ou vendre des parcelles de terrains, explorer de nouvelles zones, communiquer avec les autres joueurs, personnaliser son avatar, participer à des jeux, effectuer des paiements, interagir avec des applications, marchander des NFTs, etc bref les solutions sont multiples.

Et pas que pour les particuliers comme vous et moi, aussi (et surtout ?) pour les entreprises et personnalités qui veulent faire parler d’elles ou proposer des expériences différentes à leurs clients/fans. Beaucoup de noms connus s’y sont implantés, c’est le cas par exemple de Samsung, Atari, Dolce & Gabbana, Adidas. Ou encore Sotheby’s, qui y tient maintenant des ventes aux enchères virtuelles et La Barbade (le pays) qui y a ouvert la première ambassade virtuelle au monde. On n’arrête pas le progrès ma bonne dame.

Les développeurs pourront aussi y trouver leur bonheur puisqu’il est possible de proposer des expériences virtuelles (visuelles, audio …), des animations, etc et cela gratuitement. Mais pas de panique pour les personnes non-dev, il est tout de même possible de faire des choses grâce à un outil d’édition proposé par la boite.

Parmi les nouveautés attendues, ils vont bientôt proposer un client desktop et les royalties pour les créateurs de contenu. Si vous êtes doué …

Par contre il faut aimer le style graphique un peu type Minecraft. Même si ça s’améliore au fil du temps; comparé à Sandbox on est toujours un cran en dessous je trouve. Idem en termes d’activité et nombre de joueurs, j’ai testé le jeu il y a quelques mois et c’était un peu le désert.

Quel est le cours du MANA ?

Où acheter des MANA ?

C’est facile : à peu près partout. C’est l’avantage avec les anciens projets, ça se trouve quasi sur toutes les plateformes d’achats du moment, de Coinbase à Binance et passant par Upbit ou LiteBit. Vous savez que ce sont mes partenaires et je vous ai déjà expliqué les raisons qui ont fait mon choix. Sécurité, fiabilité, expériencité expérience … que demander de plus ?

Et le choix commence à vraiment être sympa puisqu’il y a maintenant 78 cryptos disponibles depuis les ajouts récents du stablecoin USDC (un gros manque jusque là), de la crypto Audius ou encore de Ziliqa. La fonction de staking a aussi pris du poids avec la possibilité de gagner des intérêts sur vos Cardano, BNB ou encore MATIC.

Acheter Decentraland sur la plateforme LiteBit !

La trousse à outil nécessaire pour approfondir : le blogla documentationle whitepaper (lien PDF)

À bientôt pour la présentation d’un autre projet crypto !

Redact est une application disponible sous macOS, Windows et Linux qui va vous permettre de faire un bon ménage dans les services en ligne que vous utilisez. En effet, cet outil vous permet de supprimer toutes les vieilles données de vos services préférés : Discord, Reddit, Twitter, Facebook, Instagram…etc.

Vous pouvez vous demander pourquoi faire ça ? Et bien à titre personnel, je pratique l’auto-nettoyage de mon compte Twitter parce que je vois ça comme une plateforme de l’éphémère et de l’instantanéité. Je recommande à tous de le faire car cette plateforme est remplie de débiles aimant sortir du contexte des messages datés +10 ans pour créer des polémiques.

Par contre, je ne nettoie pas mon Instagram car j’aime m’y replonger de temps en temps.

Il y a plus de 40 services supportés et pour chacun d’entre eux, vous pouvez paramétrer tout ce que vous voulez faire disparaître, en fonction de certaines dates, de certains mots-clés ou de certains types de contenus (likes, commentaires, photos, messages privés…etc.)

L’ensemble de vos choix est également programmable pour qu’une suppression soit déclenchée par Redact tous les 3 mois, tous les 6 mois, tous les ans…et ainsi de suite.

Là où l’outil est super bien pensé, c’est qu’il propose un mode « preview » qui vous permettra de voir quel est le contenu qui sera supprimé. Cela vous assure d’avoir fait les bons choix lors du paramétrage initial.

Pour une utilisation personnelle, Redact est gratuit. Par contre dans un cadre pro, il faudra passer en payant.

L’outil est disponible sous macOS, Windows, Linux et Android sur ce site.


Si vous connaissez le concept de gestionnaire de mots de passe, vous savez qu’un mot de passe maître à retenir permet ainsi de verrouiller l’ensemble de vos mots de passe.

Mais dans certains cas précis, vous n’avez peut-être pas envie de « stocker » un mot de passe. Et hors de question de le retenir. Heureusement il existe des solutions comme Spectre.

Semblable sur son fonctionnement à Lesspass, Spectre est un algorithme qui à partir d’un nom et d’un secret (phrase de passe…etc.) et le nom d’un site, de générer un mot de passe.

Ensuite, pour retrouver ce mot de passe, il faudra entrer à l’identique les données (nom, secret, site). L’outil ne conserve rien, ne demande aucune donnée personnelle, n’envoie rien sur Internet, ne nécessite pas de backup et est totalement open source / libre. Ainsi, pas de leak possible de vos mots de passe, et pas de risque que le service « gestionnaire de mdp » tombe comme ça pourrait être le cas avec un Lastpass ou autre.

Voici comment ça fonctionne :

Vous pouvez l’utiliser pour tester en passant par le site Spectre, mais si vous voulez vraiment l’utiliser pour de vrai, je vous recommande les clients disponibles pour macOS, Windows, Linux, Android et iOS.


Si votre activité professionnelle est au point mort, peut-être occupez-vous tout votre temps à créer des GIFs animés pour briller sur Twitter ?

Si oui, j’ai un super outil pour vous. Il s’agit de Gifcurry, un éditeur vidéo libre qui permet de charger une vidéo, d’en sortir un extrait, de le modifier pour ensuite l’enregistrer au format Gif ou vidéo.

Fonctionnant sous Linux, macOS et sous Windows (si vous gérez la ligne de commande), GifCurry vous permet de recadrer, couper, ajouter du texte, modifier la durée, changer la taille, régler le nombre d’images par seconde, modifier le nombre de couleurs, activer le tramage, importer des sous-titres et bien sûr enregistrer votre création sous forme de GIF ou de vidéo.

Pour l’installer sous Linux, vous devrez avoir GTK+, GStreamer, FFmpeg, et ImageMagick.

Vous devrez également télécharger l’AppImage ou les binaires. Ou si vous utilisez Snap, vous pouvez aussi entrer les commandes suivantes dans votre terminal :

snap install gifcurry
sudo snap connect gifcurry:removable-media
gifcurry

Pour macOS, il faudra télécharger ce script et le lancer comme ceci :

chmod +x gifcurry-mac-install-script.command
./gifcurry-mac-install-script.command

Je vous ai déjà parlé de nombreuses fois de Tor, ce réseau chiffré qui permet de surfer sur Internet en contournant les blocages, la censure et dans une certaine mesure de protéger votre identité. Je dis bien « dans une certaine mesure » car en fonction de ce que vous faites et de votre configuration, il est encore possible de déterminer votre identité.

Les gens pensent souvent à tort qu’utiliser Tor est complexe et demande beaucoup de configuration. Mais c’est faux car il existe des navigateurs accessibles à tous qui à la fois vous permettent de passer par le réseau Tor mais également de protéger votre identité (en intégrant par exemple un bloqueur de tracker).

Tor est utilisé par des tas de gens à travers le monde. Il y a bien sûr des dissidents politiques, des personnes souhaitant communiquer avec leur famille à l’extérieur de leur pays, des gens qui font du business et qui n’ont pas envie de se faire espionner, ou encore des gens soucieux des traces qu’ils laissent en ligne.

L’objectif de cet article est donc de vous présenter les principaux « Navigateurs Tor » user-friendly pour que vous puissiez surfer facilement sur le web normal et le dark web en protégeant au mieux votre identité.

Tor sur un ordinateur (PC ou Mac)

Ici, pas de blabla, la référence c’est le navigateur officiel proposé par Tor : Le Tor Browser. Disponible sous Windows, macOS et Linux, ce Firefox a été configuré et patché pour passer au travers du réseau Tor et cela même si vous êtes dans un pays qui bloque Tor. Cela est rendu possible grâce au mode bridge proposé lors du lancement initial. Il intègre également des extensions protégeant la vie privée comme HTTS Everywhere ou encore NoScript.

Attention toutefois à ne pas ajouter de plug-ins ou d’extensions à votre Tor Browser car ces derniers pourraient compromettre votre identité. Le téléchargement en p2p type Bitorrent est également déconseillé car cela peut mener à la découverte de votre adresse IP et cela alourdit également le réseau.

Tor Browser est téléchargeable ici

Tor sur votre smartphone Android

On peut également surfer via Tor sur un smartphone Android. Toute d’abord avec un portage officiel de Tor Browser que vous pouvez télécharger ici au format APK ou directement sur le Google Play Store.

Tor sur votre iPhone / iPad

Et si vous êtes dans l’écosystème Apple, le navigateur de référence s’appelle Onion Browser. Il est open source, passe par le réseau Tor (connexions chiffrées) et protège à la fois votre vie privée et l’historique de ce que vous faires en ligne. Il y a également de nombreux paramètres que vous pouvez régler.

Comment tester si ça fonctionne ?

Pour tester l’efficacité de votre installation Tor ou de votre navigateur, il existe de nombreux sites qui vérifient toutes les fuites de données que vous pourriez rencontrer, de l’empreinte de votre navigateur en passant par votre IP ou votre géolocalisation.

Evidemment, ce que je vous ai présenté ici n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il y a de nombreuses façons d’implémenter Tor, par exemple via une passerelle Raspberry Pi…etc. Si ça vous intéresse, dites-le-moi et je vous ferai un tuto.

Amusez-vous bien et surfez couverts !


Le saviez-vous ? Tous les jeudis à partir de 12h30, on se retrouve (Korben et Remouk) sur Twitch pour enregistrer un podcast en direct : les Webosaures ! Ça parle de web, de tech, d’informatique, mais vu par les vieux dinosaures grabataires que nous sommes.

L’émission de la semaine dernière était un peu spéciale car nous sommes revenus sur les consoles de jeux vidéo que l’Histoire aura qualifié de GROS FAIL. De bons et de mauvais souvenirs en perspective. 😀 Il est possible de l’écouter sur votre appli de podcast préférées, ou alors de voir le replay vidéo sur Youtube !

Pour rappel, ça se déroule en live sur notre chaîne Twitch (@webosaures), chaque jeudi à partir de 12h30. 🤓


Mes gazouillis

Découvrez le projet #Decentraland ( $MANA ) https://t.co/ca4IhjwhKc #kbn #crypto
⚡️ Si vous cherchez un #emploi dans la tech, il y a de nouveaux #jobs sur https://t.co/KFFgnnIajK ! Ne manquez… https://t.co/LD4L45gwQ8