Skip to content
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Qui se souvient de l’iPhone premier du nom ? Et de l’iPhone 3G ?

Et vous vous souvenez aussi de la tronche d’iOS à l’époque ? Et de son design « skeumorphique« , c’est-à-dire imitant graphiquement des matières comme le cuir ou le métal ?

Ah c’était une autre époque…

Et bien ça vous dirait de redécouvrir l’une des premières versions d’iOS, à savoir iOS 4 sorti le 21 juin 2010 ? Le développeur Zzanehip a redéveloppé en SwiftUI, l’ensemble d’un des premiers OS pour iPhone avec son look particulier et toutes ses applications de l’époque qui sont aujourd’hui devenus des classiques.

Ce projet baptisé Old OS Project est distribué ainsi que ses sources sous licence Creative Commons ici.

Compilé sous la forme d’une app .IPA, OldOS est installable sur un iPhone rooté uniquement… À moins de rejoindre via Testflight le programme beta de l’application.

Toutefois, à l’heure où j’écris ces lignes, les testflight sont pleins. Heureusement, il existe un service baptisé airport.community qui vous permettra d’accéder à un kiosque d’app en beta sur testflight et donc d’installer OldOS en passant par ce lien.

OldOS reste bien sûr un projet d’étudiant, mais c’est un excellent moyen de mesurer tout le progrès effectué depuis plus de 10 ans sur le système d’exploitation d’Apple. Et ça vous replongera à une époque pas si lointaine où les smartphones commençaient à se répandre parmi la population.

Puis surtout c’est grave cool ! (et un bon prétexte pour découvrir tout l’écosystème d’apps alternatif de Airport)

Amusez-vous bien !

Merci à Laurent pour le partage.


Comment bien se mettre en valeur pour réussir à vendre au mieux ses prestas sur Fiverr

— Article en partenariat avec Fiverr —

Je vous ai déjà dit que depuis l’explosion du télétravail l’an dernier, certaines sociétés ont vu un intérêt à acheter des prestations sur des plateformes comme Fiverr. Pas besoin de rencontrer des freelances en direct, rapidité, etc. Et du coup nombreux sont les freelances qui y ont aussi proposé leur travail, histoire d’avoir une rentrée d’argent potentielle supplémentaire.

Mais justement, comment sortir un peu du lot et bien se mettre en avant ?

1) Soignez votre image et soyez cohérent

Bon ok, rien de sensationnel pour ce point, pourtant certains passent encore à côté. C’est bien sympa d’avoir un logo et une description « décalée » (rigolote ou autre), mais pensez à comment vos clients potentiels vont vous percevoir. Soyez en accord avec votre cible (cela implique d’utiliser un bon français, de savoir être précis et concis, etc.) et engagent (pensez peut-être à éviter le selfie en mode thug life, sexy et/ou dépressif).

Exemple de profil

Un client doit comprendre en quelques secondes qui vous êtes, vos compétences, ce que vous proposez (portfolio), votre approche du problème et pourquoi il devrait vous faire confiance à vous plutôt qu’à quelqu’un d’autre.

2) Tirez le meilleur parti de vos « gigs »

Pensez déjà à bien les nommer. Comme dans un moteur de recherche classique, Fiverr va proposer des prestations aux chercheurs en fonction des mots demandés. Plus vous saurez anticiper et serez précis sur ce que ces derniers vont chercher, plus de chances vous avez de sortir haut dans les résultats. Et pour améliorer encore ce point, mettez le mot principal en lettres capitales pour attirer l’attention directement dessus lorsque le visiteur scanne les résultats.

Soignez vos descriptions : soyez court, mais précis et explicatif du travail que vous allez fournir. Pensez à la mise en page (section en gras, italique, faire des listes …) et puisque le site vous permet parfois d’ajouter des fichiers PDF, tirez-en profit.

Exemple de mise en page sur Fiverr

Dans le même esprit, n’hésitez pas à proposer plusieurs gigs différentes autour d’un même sujet, avec chaque fois des petites spécificités. Par exemple si vous créez des logos vous pourriez penser à des gigs centrées sur des logos d’entreprises, des logos minimalistes, des logos de team e-sport, des logos vintages, 3D, immobilier, etc.

Vous pourriez aussi penser à ajouter une petite vidéo expliquant et présentant votre gig, cela convertit. Pas besoin d’une superproduction non plus et petite astuce : si vous n’avez pas les compétences directes pour le faire … pensez à passer commande sur … Fiverr (vous y êtes déjà lol).

3) Travaillez vos réseaux

Cette étape n’est pas obligatoire, mais pourra apporter un petit boost intéressant. Faire repérer son travail est parfois compliqué au milieu de milliers d’autres freelances, donc attirer des gens depuis l’extérieur va aider. Selon votre travail vous pourriez privilégier plutôt Pinterest, Facebook, YouTube ou encore Twitch. Voir même tenir un blog ou un site, que vous optimiserez SEO pour récolter des visiteurs ciblés.

Le souci c’est que ça va vous demander du temps, mais on n’a rien sans rien. Et pour capter ses premiers clients et avoir de premières notes sur Fiverr, cela peut aider. Pensez aussi à intervenir sur les forums communautaires, après tout si un client cherche une information il risque de passer en priorité sur les forums de Fiverr pour trouver sa réponse, et s’il vous y voit ça lui donnera peut-être envie de découvrir votre profil.

4) Les notations

Parce que justement votre note sur Fiverr fera une grosse différence. Plus vous vendez de gigs et plus les retours des clients sont bons, plus votre niveau augmentera. Ce qui donnera confiance à de futurs clients, etc. De plus vous grimperez dans les résultats du moteur interne au site. Le cercle vertueux. En recevant plus de commandes directement depuis Fiverr, vous pourrez passer moins de temps sur vos réseaux (ou jouer sur les 2 en parallèle selon votre temps et vos objectifs).

Les avis et notations sur Fiverr

Autre astuce pour gagner des points : offrez plus que la demande de départ. Si on vous demande un logo, proposez-en 2 ou faites des déclinaisons de coloris, etc. Le surplus de travail vous vaudra peut-être un meilleur avis du client. N’oubliez pas qu’une commande ponctuelle peut se transformer en relation business long terme si le commanditaire est « soufflé » par votre travail, votre motivation et que l’entente est cordiale. Et il est toujours plus intéressant de conserver un client qui passera 5 ou 10 commandes, que de trouver 5 ou 10 nouveaux clients à une seule commande.

5) La communication

Point essentiel et qui coule de source : soyez facile à vivre. Quel que soit le client, son état d’esprit (ou le vôtre) … soyez toujours le plus pro et posé possible. Offrez un support impeccable, soyez rapide dans vos réponses. Non seulement cela évitera que le client aille voir ailleurs (il contacte p-e plusieurs prestataires en même temps), mais cela le rassurera aussi sur votre sérieux et votre envie de travailler avec lui.

6) Surveillez votre concurrence

Regardez ce que proposent les autres freelances dans votre domaine, leurs prix, leurs packages, etc. Cela pourrait non seulement vous permettre d’avoir de nouvelles idées à ajouter à vos offres, mais aussi de voir s’il y a un manque quelque part ou encore de présenter les choses sous un angle différent. Et aussi de voir ce qui marche bien, les tendances du moment, etc.

6) Proposez vos services en plusieurs langues si possible. Pas besoin d’être totalement bilingue ou trilingue, mais si vous maitrisez un minimum d’autres langages n’hésitez pas. Cela vous ouvrira d’autres marchés.

7) Testez vos tarifs

Vous allez peut-être commencer avec des tarifs plus bas que ce que vous voudriez, histoire d’obtenir vos premières commandes plus facilement, recevoir de bonnes notes, etc. Mais ensuite à vous d’adapter vos prix et vos offres en fonction du temps que vous voulez travailler et de vos besoins. Monter vos prix va sans doute limiter les clients potentiels, mais peut-être que quelques-uns vous suffiront. Vous avez le choix entre travailler plutôt sur la quantité ou la qualité.

Vous pouvez aussi proposer une gig entrée de gamme très peu chère (pour attirer le chaland), et d’autres gigs complémentaires à un prix supérieur. Exemple typique : installation d’un WordPress à prix donné + des modules de sécurisation, optimisation SEO …. bien plus chers. Si un client ne prend que l’entrée de gamme, cela vous servira pour votre note globale (la culpabilité de vous avoir « sous payé » ça vaut bien une bonne note ?), et s’il prend une presta complète vous aurez un prix moyen plus intéressant. 


Le dernier conseil que je pourrai donner c’est de réellement vous y mettre. Si vous cherchez un complément de revenu, vous pouvez y réfléchir tant que vous voulez, vous ne saurez pas si une solution est préférable à une autre avant de les tester 😉

Lancez-vous avec Fiverr !

Si vous me lisez depuis longtemps, vous connaissez forcément Patrick Wardle d’Objective-See qui propose sur son site d’excellents outils pour renforcer la sécurité de son Mac.

Son détecteur de Ransomware était un must-have et c’est également un excellent chercheur en sécurité puisqu’il découvre régulièrement des failles 0day chez Apple.

Et aujourd’hui, j’aimerais vous présenter l’un de ses derniers outils : LuLu.

LuLu est un firewall (pare-feu) gratuit et open source qui bloque les connexions sortantes inconnues, protégeant ainsi votre vie privée et votre Mac. En effet, aujourd’hui la plupart des malwares communiquent avec l’extérieur, donc rien de mieux que se surveiller ses connexions sortantes pour découvrir si un logiciel exfiltre de la donnée sans votre autorisation. D’ailleurs, contrairement à ce que la plupart des gens s’imaginent, le firewall intégré à macOS surveille uniquement les connexions entrantes et pas les sortantes. Donc LuLu vient parfaitement compléter le pare-feu de macOS.

Le nom LuLu est issu de la langue hawaïenne dans laquelle ce mot signifie « protection », « bouclier » ou encore « paix ». Et comme les outils sont développés sur l’île de Maui, la boucle est bouclée.

C’est joli ! J’aimerais bien rendre visite à Patrick Wardle, du coup.

Ce petit firewall se loge dans la barre de menu et sait se faire discret.

Ainsi LuLu est capable de vous alerterdès que nouvelle connexion est initiée. Évidemment il y a tout ce qu’il faut en termes de liste de blocage pour approuver ou rejeter cette connexion et les alertes sont suffisamment détaillées pour trouver le processus fautif et sa destination.

Histoire de ne pas trop vous embêter, LuLu peut approuver automatiquement tout ce qui a déjà été certifié par Apple et également les outils déjà présents sur votre système. Vous pouvez également y ajouter des URLs ou IP manuellement.

Et comme vous pouvez le voir sur les captures écran, il a tout ce qu’il faut pour remplacer le célèbre logiciel payant Little Snitch en matière de gestion des règles de filtrage (Apple / programmes tiers ./ …etc.). Il supporte évidemment le format Regex pour les règles de filtrage.

Une option de monitoring vous permet également de voir les connexions en cours. Ainsi vous saurez exactement quel logiciel se connecte à quoi. Et ça c’est super tranquillisant quand on tient à sa sécurité et à sa vie privée.

Bref, un outil qui sait se rendre vite indispensable. Vous pouvez le télécharger ici.

Merci à Halprr pour l’info !


Je testais un système d’exploitation Chinois basé sur ChromeOS quand soudain, celui-ci me demande de justifier de mon identité à l’aide de mon numéro de téléphone.

Argh !

Et heureusement, Sam sur Twitch m’a envoyé l’adresse d’un super service qui permet de recevoir ce genre de SMS temporaire sur des numéros de téléphone « poubelles » fait pour ça.

Le test de l’OS Chinois a été un échec mais au moins, grâce à Sam, j’ai donc découvert Messengo, un service qui permet d’envoyer des SMS par Internet mais surtout qui permet d’en recevoir !

Ainsi, vous avez une liste de numéros en 06 pour la France mais également des numéros belges, américains ou canadiens. Vous en choisissez et hop, vous verrez tous les SMS qu’il reçoit…

Donc ceux des gens qui utilisent le service et vos SMS également. Cela veut donc dire de ne pas louper votre coup et être sûr que les infos contenues dans le SMS ne soit pas trop personnelles sinon, on pourrait les voir.

Je suis halluciné quand même de voir que certains utilisent ces numéros temporaires qui ne leur appartiennent pas pour y mettre de la double authentification. Si le numéro Messengo changent, ils perdent l’accès à leur compte (ou au mieux doivent le réinitialiser…). C’est fou !

En tout cas, ça peut dépanner quand on veut tester un service en ligne sans forcement lui donner toutes ses données personnelles. Bref, à tester.

Dans le même style vous avez également ces 2 services là aux noms imbouffables : Service 1 et Service 2.

Évidemment, comme toujours, ne faites rien d’illégal avec ce service car ce n’est pas anonyme et vous iriez directement en prison pour minimum 300 ans.


Cet article n’est en aucun cas un conseil en investissement, mais simplement la présentation d’un projet technique autour de la blockchain.

Le youtubeur Coffeezilla, spécialisé dans le démasquage de fraudeurs et autres arnaques a mis en ligne une vidéo très intéressante sur la cryptomonnaie Tether.

Tether (USDT) est l’une des plus anciennes cryptomonnaies de type stable (stablecoin) basée sur une blockchain dont les jetons en circulation sont adossés à un montant équivalent de monnaies fiduciaires telles que le dollar, l’euro ou le yen, conservé sur un compte bancaire.

C’est actuellement la 3e cryptomonnaie au classement avec capitalisation de bientôt 63 milliards de dollars.

Dans sa vidéo, le youtubeur nous explique que même si officiellement le Tether est garanti à 1:1, c’est-à-dire que pour chaque Tether émis, un véritable dollar existe, rien ne prouve que c’est le cas. Et évidemment, plus il avance dans son enquête notamment en revenant sur le pedigree des gens derrière Tether (et de Bitfinex pour le coup, je vous laisse regarder la vidéo) et sur leurs actions, plus ça commence à puer.

C’est assez édifiant… Pas de preuve que les dollars soient réellement présents dans les caisses, aucun audit publié malgré les promesses, des chiffres délirants, les mouvements d’argent suspects…etc.

Le Tether serait-il une fraude encore plus massive que celle de Bernard Madoff ?

Nous n’avons pas la réponse, mais les autorités (New-Yorkaise du coup) se sont penchées sur le problème et l’affaire a été évacuée avec le paiement d’une amende de 18,5 millions de dollars et l’interdiction d’exercer toute activité commerciale dans la juridiction new-yorkaise. Et Tether et Bitfinex ont noyé le poisson des conclusions du procureur avec un gros mensonge.

Too big to fail ? Énorme scam ? Ou simplement du FUD infondé ? Nous le saurons bien assez tôt malheureusement.

En attendant, faites attention à vous et faites vos propres recherches.

Pour ma part, je pense qu’un crypto-dollar ou un crypto-euro stable et géré par une banque centrale sera le seul moyen sérieux (et encore…) d’avoir un stablecoin à grosse capitalisation. Mais si un jour Tether éclate, ça va faire mal, même à ceux qui n’ont pas de Tether dans leur portefeuille…

Je vous invite à regarder cette vidéo. C’est en anglais, mais les sous-titres traduits automatiquement en français ne sont pas trop mauvais.

Merci à Real Sparke pour le partage !


Perso, j’ai parfois du mal avec les visages. Je trouve tellement toujours des similitudes physiques entre les visages des gens, que j’ai l’impression que n’importe quel inconnu est un ami de 30 ans. Oui, tout le monde se ressemble.

Même moi je ressemble à d’autres (coucou Pierre)… Bref, c’est pour moi une preuve incontestable qu’on est dans une simulation informatique et que nous ne sommes que des NFTs générés aléatoirement à partir de quelques modèles communs, comme n’importe quel cryptokitty. Merci fichu ADN.

Bref, tout ça pour dire que si vous voulez sortir un peu du lot en matière d’avatar sur les réseaux sociaux, rien de tel qu’une application comme Voilà AI Artist.

Cette application qui, même si rien ne le prouve, envoie peut-être votre visage dans une base de données étrangère pour en faire dieu sait quoi, permet grâce au deep learning, et notamment aux GANs (Réseaux antagonistes génératifs) de fabriquer une image de toute pièce à partir de votre visage en respectant un certain style.

Ainsi il est possible avec cette application que vous deveniez un dessin animé 2D / 3D, une magnifique peinture de la renaissance, ou encore la caricature de vous-même.

L’application disponible sous Android et iOS est gratuite pour quelques essais et après il faudra payer un abonnement de 30 $ l’année pour en profiter pleinement. Et ne me dites pas que c’est cher sachant que ça va vous permettre enfin de percer en tant que dessinateur caricaturiste sur Fiverr ;-).

Bon, je vous laisse, y’a le lobby de la Place du Tertre de Paris qui est descendu jusqu’en Auvergne pour manifester sous ma fenêtre.

Amusez-vous bien !


Mes gazouillis

GTA EPHAD #kbn https://t.co/UXgjC5JoUZ
Microsoft filed a DMCA complaint against a site that distributes the Windows 11 ISO image https://t.co/WRTcC1lbvm #kbn