Skip to content
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Forcément en tant que korbenaute fidèle que vous êtes, vous connaissez et utilisez sans doute le merveilleux navigateur Firefox de Mozilla que je soutiens depuis des années. En tous cas vous devriez. Ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’il possède un gestionnaire de mots de passe intégré qui est plutôt sympa.

Pour la petite histoire, au départ ce dernier portait le nom de « Firefox Lockbox« , mais il a été renommé « Lockwise » en 2019. Le gestionnaire est disponible aussi bien sous forme d’applications iOS et Android, ainsi que dans le navigateur par défaut (version 70 et suivantes).

Pour cela il vous suffit d’ouvrir le menu Firefox et cliquer sur « Identifiants et mots de passe« . Ce qui vous amènera sur votre centrale de contrôle.

Ou trouver le gestionnaire de mots de passe Firefox Lockwise

Vous pouvez consulter et trier vos sites enregistrés (mail utilisé et mot de passe), faire des modifications manuelles, ajouter de nouvelles entrées, voir à quelle date vous avez créé la sauvegarde … bref rien de fou fou, mais ça fera le travail si vous vous contentez des besoins basiques. Vous disposerez aussi d’un petit moteur de recherche permettant de fouiller dans vos identifiants, pratique si vous en avez beaucoup.

Niveau chiffrement c’est du classique AES 256-bit et vous pouvez débloquer votre accès via Face ID ou Touch ID. Il est bien entendu possible d’importer ou d’exporter vos identifiants depuis ou vers un autre outil du même genre.

Ce qui est également assez pratique c’est que Lockwise vous permet d’emporter vos identifiants de sites hors du navigateur, par exemple sur votre Fire TV ou vos lunettes de réalité virtuelle (Firefox Reality). Et qu’il est possible d’ajouter un mot de passe maître pour sécuriser encore plus votre coffre-fort.

Pour activer ce dernier, il faut passer par l’adresse suivante (à coller dans votre barre d’adresse)

about:preferences#privacy

Et cocher la case « Utiliser un mot de passe principal« . Pour plus de détails et autres possibilités, je vous encourage à lire cette page.

Le code est consultable sur GitHub si vous voulez creuser un peu plus le sujet.

D’autres gestionnaires de mots de passe qui pourraient vous intéresser :


Test du clavier ergonomique K860 de Logitech

Article en partenariat avec Logitech

Vous le savez, j’ai une petite passion en ce moment pour l’ergonomie du poste de travail. Et j’ai l’impression que ça intéresse de plus en plus de monde notamment grâce à l’essor du télétravail.

En effet, la plupart des gens n’ont pas forcément un bureau, un siège adapté, un écran à la bonne hauteur… et finalement après un certain temps, des douleurs peuvent commencer à se faire ressentir : les yeux, le cou, le dos, les poignets…etc.

Dans le passé, il m’arrivait de bosser des journées entières sur une chaise de cuisine en bois bien raide et je ne vous raconte pas mon dos à la fin de la semaine.

Plus récemment, j’ai commencé à ressentir des douleurs dans les poignets (canal carpien) qui se sont ensuite propagées dans la main, le bras, puis l’épaule, puis le dos… Et ça faisait tellement mal que j’ai dû arrêter d’utiliser ma souris de la main droite. Mais la main gauche quand on n’a pas l’habitude c’est galère. J’ai donc cherché des solutions et j’ai découvert un premier objet ergonomique dont je ne pourrai plus me passer aujourd’hui : la souris verticale.

Actuellement, j’utilise donc une souris Logitech MX Vertical qui m’a changé la vie, car une bout d’une semaine, toutes mes douleurs ont disparues. Donc depuis 2016 je suis peinard à ce niveau-là.

Pour donner suite à sa souris MX Vertical, Logitech a décidé de commercialiser également un clavier ergonomique baptisé ERGO K860. Je vous propose de vous faire un petit retour sur celui-ci puisque je l’utilise depuis quelques jours.

Ce clavier est recourbé en son centre, ce qui permet d’épouser l’angle naturel de vos poignets, là où un clavier plat vous oblige a tordre un peu les poignets, ce qui force également sur le canal carpien comme le ferait une souris traditionnelle comme évoquée ci-dessus.

Comme vous pouvez le voir, ce clavier est également bien séparé en 2 au niveau des touches. J’ai eu l’occasion il y a quelques années de faire un test de quelques mois sur un clavier BEPO ce qui m’a permis de taper plus rapidement sans finalement bouger mes mains.

Et ici avec ce clavier scindé en deux, je retrouve ce plaisir. Alors bien sûr ça demande un petit temps d’adaptation si on n’a pas appris à bien taper sur son clavier, mais ça en vaut la peine puisqu’après vous serez plus rapide et plus fluide au niveau de la frappe.

Par exemple, j’avais l’habitude d’appuyer sur la touche B avec mon pouce droit et là, comme le B est passé à l’ouest, je dois me réhabituer à la titiller avec mon pouce gauche. Ne vous inquiétez pas, mon cerveau est malléable et je suis déjà en train de m’y faire.

Autre chose qui va peut etre vous faire grimacer, c’est le repose-poignet. Je déteste le repose-poignet. Je trouve ça gênant et je n’en utilise pas. Sauf que là, pour ce clavier ERGO K860, et bien bizarrement, ça passe. Déjà parce que je pense que sans repose-poignet ce serait moins agréable à utiliser vu la courbure du clavier, mais également ça permet de bien se caler et donc de ne plus bouger les mains, mais seulement les doigts pour frapper les touches. Ce repose-poignet est garni de 2 couches de mousse superposée, l’une a mémoire de forme et l’autre de type haute densité pour ajouter un peu de fermeté. Le tout est recouvert d’un tissu gris résistant et facile à nettoyer pour ceux qui aiment manger du chocolat en travaillant.

Sous le clavier, il y a également des pieds d’inclinaison que vous pouvez sortir pour rehausser encore un peu plus le clavier si besoin.

Maintenant en termes de retour d’expérience, je n’avais pas de douleur particulière sur les poignets, mais je constate que me frappe est plus rapide, que je bouge plus les mains donc que je gagne un peu en performance. Je vais bientôt devenir le Tibo Inshape du clavier et pouvoir assurer grave les sous-titres du prochain discours de reconfinement de Macron.

Voilà pour l’aspect ergonomique. Les habitués du MX Keys (le modèle plat) ne seront pas dépaysés puisque ce clavier est également sans fil (avec piles), et peut se connecter en Bluetooth ou avec le récepteur USB fourni. La techno Unifying de Logitech permet d’ailleurs d’utiliser un seul récepteur pour tous vos périphériques et ce clavier peut s’utiliser avec plusieurs appareils. Pour ma part, je le connecte à mon ordinateur, mais également à mon smartphone pour taper mes SMS. Par contre, contrairement au MX Keys, pas de rétroéclairage sur celui-ci.

Vous pouvez également configurer toutes les touches paramétrables directement depuis l’application Logi Options et ça c’est vraiment cool pour les freaks de l’optimisation.

Voilà, donc en conclusion, vous l’aurez compris, je l’ai vite adopté et j’ai été très surpris par l’aspect augmentation de ma vitesse de frappe. L’aspect ergonomique m’apporte donc un gain en termes de productivité et je pense à terme, des vacances pour mes canaux carpiens :-).

Ce clavier ERGO K860 sort aujourd’hui et vous pouvez vous le procurer en cliquant ici et Logitech propose également un pack Souris MX Vertical + Clavier ERGO pour ceux qui veulent s’équiper d’une pierre deux coups.

Je me baladais tranquillement sur le ouèb quand j’ai découvert ce projet de Microsoft baptisé Mesh (et pas Wesh), j’ai d’abord trouvé ça super étrange, car ils parlaient d’un nouveau concept de réalité : la réalité mixte.

J’ai donc cherché une définition compréhensible de ce nouveau type de réalité, mais en lisant ce que mes confrères ont écrit, ça m’a plongé dans une confusion encore plus grande.

Heureusement, j’ai fini par capter et je vais essayer de vous expliquer. Attention, ce sera très imaginé pour bien vous aider à capter ce concept qui n’est pas uniquement un bullshit marketing.

Qu’est-ce que la réalité ?

Vaste sujet. Je dirais la réalité est propre à chacun. Nous n’avons bizarrement pas tous la même réalité. Il y a la réalité que nous comprenons avec notre intelligence, notre histoire, le contexte dans lequel nous vivons… etc. Il y a également la réalité que nous percevons avec nos sens.

Par exemple quelqu’un qui serait « fou » et verrait des choses que les autres ne voient pas aurait également sa propre réalité. Maintenant est-ce qu’il est taré ou est ce que ce sont tous les autres qui ne sont pas capables de percevoir cette réalité… mystère.

Un ver de terre, une chouette, un chat ou un humain ne perçoivent pas la même réalité. Mais il y a également une réalité absolue que nous ne pouvons pas forcément percevoir avec nos sens, mais que nous pouvons percevoir avec la science couplée à notre capacité à imaginer l’univers qui nous entoure. Je pense par exemple à la physique quantique qui dépasse notre compréhension et qui, nous le savons, existe bel et bien. Évidemment nous ne pouvons conceptualiser qu’une infime partie de cette réalité absolue, car nous évoluons dans un univers limité et nous possédons des ressources technologiques, intellectuelles et sensorielles également limitées.

C’est comme ça en tout cas que je perçois la réalité.

Et les autres réalités ?

Maintenant le numérique nous a apporté également d’autres réalités qui sont plus faciles à appréhender, qui sont purement artificielles, car technologiques. Cette réalité artificielle peut-elle être qualifiée de réalité ?

Je pense que oui. Car à notre échelle humaine, finalement la VRAIE réalité n’existe pas. La réalité, c’est ce que nous souhaitons que la réalité soit. Une fois qu’on est en accord avec ça, tout roule… Car finalement, la réalité, c’est lié à nos sens, mais également à nos émotions. Et éprouver des émotions en regardant un film, en jouant à un jeu, en discutant virtuellement avec quelqu’un situé à l’autre bout de la planète…etc permet également de rendre ceci réel, tout du moins grâce à la perception que nous en avons.

Je pense que les réalités virtuelles peuvent donc être également qualifiées de réalités et non pas de sous-réalités puisque cela vient de nous. D’ailleurs, comment savoir que tout ce qui nous entoure est réel ? Peut-être que nous sommes une entité prisonnière d’une espèce de rêve et que toute la vie que nous vivons comme réelles et tous les êtres vivants avec lesquels nous interagissons ne sont qu’une réalité virtuelle de plus dont nous n’avons pas conscience.

Concernant les réalités « artificielles » au sens technologique du terme, c’est-à-dire, crées par l’Humain, il y a actuellement :

  • La réalité virtuelle
  • La réalité augmentée
  • La réalité mixte
  • La réalité étendue

La réalité virtuelle

Bon, ça vous connaissez… On enfile un casque de VR type Oculus et nos yeux et nos oreilles sont plongés dans un univers immersif. Cela peut être de la 3D, ou un film à 360° que vous regardez finalement au travers d’un écran. Environnement dans lequel vous pouvez ou non interagir à l’aide d’un pad, ou une télécommande, ou simplement grâce à des mouvements et des capteurs.

La réalité virtuelle peut aussi être un environnement neutre recouvert d’images projetées dans lequel on peut évoluer ou encore de bonnes vieilles lunettes 3D de cinéma.

La réalité augmentée

La réalité augmentée c’est un peu l’inverse de la réalité virtuelle. Là c’est le vrai monde qui vous entoure que vous observez, à travers un écran bien sûr, à la différence prêt qu’un programme vient superposer des interfaces ou des objets le plus souvent en 3D qui semblent alors s’ancrer dans le monde réel. On en a tous fait l’expérience sur nos smartphones qui sont capables de poser un petit dinosaure 3D sur notre bureau.

La réalité mixte

La réalité mixte, c’est comme de la réalité augmentée, sauf que le programme informatique qui incruste de la 3D par exemple dans le monde réel le fait en tenant compte de l’environnement réel et des interactions que l’utilisateur peut avoir sur cet environnement réel ou sur l’environnement virtuel. C’est de la réalité augmentée plus intelligente finalement puisqu’elle comprend et s’adapte à ce que vous faites ou ce qui se passe IRL.

C’est donc là dessus que travaille Microsoft avec son projet Mesh à base d’Hololens nouvelle génération. Attention l’Hololens, c’est toujours très sexy en vidéo démo, mais je vous invite à lire mon test à ce sujet.

La réalité mixte, c’est donc un savant mélange entre ce que produit l’ordinateur en termes d’objets virtuels ou d’environnement virtuel, entre l’humain qui agit sur ces objets ou ces environnements et entre l’environnement réel cette fois qui reste perçu par l’humain, mais également par les algos et avec lequel l’humain interagit également.

Pour la réalité virtuelle, on utilise des appareils immersifs alors que pour la réalité mixte, ce sont des appareils holographiques (type hololens) qui possèdent donc un écran transparent permettant à l’utilisateur de continuer à voir son environnement tout en y ajoutant des contenus numériques.

À tout cela se rajoute peut également se rajouter un son spatialisé qui rend tout cela encore plus immersif en ajoutant dans la dans le sens de l’ouïe à celui de la vue.

La réalité étendue

Alors attention, là on touche un truc qui n’en est encore qu’à ses débuts, voire qui n’a pas encore débuté. Il s’agit d’un mélange entre réalité virtuelle, augmentée et mixte… À savoir que le monde réel pourrait intégrer des objets virtuels, ou un monde virtuel, intégrer des objets et nos interactions avec ces objets pourraient avoir des répercussions dans le monde réel ou virtuel. Vous pourriez imagine mettre une pièce virtuelle dans un distributeur de boissons virtuel pour obtenir une boisson bien réelle.

Ou être autour d’une table de réunion, voir de vrais collègues qui sont vraiment là, voir les avatars d’autres collègues qui ne sont pas physiquement présent ou encore remplacer l’image de vrais collègues physiquement là par leur avatar, voire carrément les effacer de votre réalité. Ce qui peut être pratique si vous bossez avec des gens que vous n’aimez pas.

Oui je sais, ça va loin, mais c’est ce qui se prépare pour le meilleur ou le pire.

Voilà, j’espère que ce petit article sur les différents types de réalité vous aura plu. Je suis certain qu’il en existe encore beaucoup d’autres donc n’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour nous décrire votre réalité 🙂


Si vous avez d’anciennes photos de vos ancêtres (pas forcement gaulois) et que vous voulez leur donner vie, le service MyHeritage propose une fonctionnalité baptisée Deep Nostalgia qui est capable d’animer le visage de gens morts depuis bien longtemps, même avant les frères Lumière.

Vous allez voir, ça peut être un peu glauque et si c’est des gens de votre famille, ça va peut-être vous faire tout bizarre.

Petite démonstration avec mon papi Albert

Avec mon cousin Bill (toujours Aliiiiive !) :

Sans oublier Véro de la compta :

Magique non ?

Maintenant si vous avez de vieilles photos à restaurer, je vous invite à consulter cet article.

Merci à Letsar et Lorenper pour le partage.


Justine Tunney est une développeuse qui un jour, en étudiant du vieux code source, a découvert qu’il était possible d’encoder des fichiers Windows PE (Portable Executable) sous la forme de shell script unix. Cette magie s’opère grâce au fait que le shell Thompson n’utilise pas la ligne d’entête des script commençant par #!. On appelle ça aussi le shebang. « Sh » pour Sharp, à savoir le dièse, et le « bang » pour le point d’exclamation.

Justine a donc compris qu’il était possible de créer un format binaire global fonctionnant aussi bien sous Linux que macOS et Windows.

Pour aller plus loin dans sa découverte, elle a donc mis au point un projet de bibliothèque en C baptisé Cosmopolitan Libc qui permet de compiler du code dans un format exécutable fonctionnant sur tous les OS (Linux + Mac + Windows + FreeBSD + OpenBSD + NetBSD + BIOS) un peu comme ce qu’on pourrait faire avec du java, sauf que là, pas besoin d’interpréteur ou de machine virtuelle.

Voici un exemple de hello world compilé avec Cosmopolitan :

# Un petit hello world en C
printf %s '
  main() {
    printf("hello world\n");
  }
' >hello.c

Une petite compilation avec gcc et les libs qui vont bien :

gcc -g -O -static -fno-pie -no-pie -mno-red-zone -nostdlib -nostdinc \
  -o hello.com.dbg hello.c -Wl,--gc-sections -Wl,-z,max-page-size=0x1000 -fuse-ld=bfd \
  -Wl,-T,ape.lds -include cosmopolitan.h crt.o ape.o cosmopolitan.a
objcopy -SO binary hello.com.dbg hello.com

Et voilà, un petit binaire multi OS ! C’est dingue !

Sur son site, elle propose ce binaire « hello world » qui effectivement fonctionne sans modification sous Mac et Windows et que vous pouvez tester vous-même. (rendez le exécutable avec un chmod +x avant)

Elle explique tout cela sur sa page web. Et la lib Cosmopolitan est sur Github. Maintenant vous saurez quoi proposer aux développeurs qui détestent ElectronJS ;-)))

Merci à Lolilol pour l’info !


La semaine dernière, je vous faisais découvrir Gamesnacks qui est un site offrant de nombreux petits jeux vidéos jouables immédiatement dans le navigateur y compris sur mobile.

Et Guillaume, lecteur du site, m’a envoyé suite à cette actu, un lien vers FRVR qui comme son nom l’indique n’a rien à voir avec la réalité virtuelle mais propose tout simplement des tas de petits jeux très cools comme le fait Gamesnacks.

Vous y trouverez un genre de Tetris inversé, du tir au but, un digger, un jeu à la flappy bird où il faut ramasser de la thune…etc. Pas d’enjeu, pas de pub, pas d’inscription, et c’est gratuit.

Un bon complément donc pour qui veut tuer le temps 😉


Mes gazouillis

On refait le Tracks 05.03.2021 @Anna Bogen @Babor LELEFAN @clararunaway @histoire Appliquée @Korben - YouTube https://t.co/rXzgMrezaE #kbn
Né des égouts, il retourne aux égouts :) #kbn https://t.co/k7rVflyYxm