Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Edito du 10/06/2019

De retour des Geek Faeries, épuisé, mais heureux. C’était chaud avec la tempête, mais finalement, c’est vite passé et tous les geeks présents ont pu faire leurs trucs de geek comme chaque année.

J’ai recroisé les copains copines des années précédentes, j’ai pu faire de nouvelles rencontres, j’ai une fois encore appris pas mal de choses en allant vers les gens et je me suis bien amusé, ce qui est le principal. J’ai aussi pu tester ma conf sur l’addiction au smartphone et le sujet a vraiment intéressé les gens alors je suis content. C’est pas juste un effet de mode, c’est une vraie problématique qui tracasse pas mal et je suis très heureux de pouvoir apporter quelques réponses à tout ça.

Aujourd’hui j’ai ma jauge de patate qui est au plus bas mais je vais prendre un peu de repos, me remettre les idées au clair et réfléchir à la session de l’année prochaine pour proposer une nouvelle conf cool. Encore merci aux organisateurs et aux bénévoles qui ont grave assuré, avec bienveillance, courage et zénitude.

Prenez soin de vous et à très vite !

Les semaines passent comment des avions de chasse et c’est déjà l’heure des liens de la semaine. Une sélection un peu plus courte que d’habitude car j’étais pas mal occupé et en déplacement mais je pense que vous y trouverez quelques pépites.

Passez un excellent week end et bonne lecture !


Prévenir et gérer les cyber-risques un livre blanc gratuit pour tout comprendre

Préfacé par Korben

Avec l’augmentation de la présence des petites et grandes entreprises sur Internet, les risques en matière de cybercriminalité n’ont jamais été aussi élevés.Les grands groupes comme les PME sont dans le collimateur des cybercriminels et malheureusement, quand le couperet tombe, il est trop tard.La cybersécurité est donc un enjeu stratégique à ne pas négliger si l’on veut que l’entreprise perdure. Et il sera toujours plus coûteux d’intervenir après un incident que de manière préventive en anticipant les risques.

Ce livre blanc est donc un bon point de départ pour comprendre les risques auxquels vous êtes exposés et il saura vous donner les pistes pour prévenir les plus courants.

Télécharger gratuitement le livre blanc


Les amis, je manque à tous mes devoirs !!

Mardi, je l’avais noté dans mon petit cerveau : il faut ABSOLUMENT que je fasse un article sur les 15 ans du site.

Puis un coup de fil en entrainant un autre, ça m’est sorti totalement de la tête. Et c’est hier soir dans le train que je me suis rappelé que j’avais zappé mon propre anniversaire 😉

Mais après tout ce n’est pas bien important puisque finalement, je ne connais pas la date « exacte » de la création de Korben.info, anciennement en .tk. Tout ce que je sais c’est que c’est entre la fin 2003 et début 2004.

Pour la petite histoire, depuis 1997 j’ai toujours eu un site web sur lequel écrire. Alors finalement, que ça fasse 15 ans de Korben.info ou 22 ans que j’abreuve le web de mes écrits, cela ne fait pas de grande différence.

Ce qui fait la différence par contre, c’est vous ! Car oui, 15 années plus tard vous êtes toujours là. Oui, il y a des petits nouveaux, d’autres qui se sont lassés et d’autres qui me lisent régulièrement depuis 10 ans si ce n’est plus. Bravo !!! Et surtout merci…

D’abord merci pour votre gentillesse, car c’est toujours un plaisir de vous croiser sur les événements, dans les entreprises que je visite ou tout simplement dans la rue en France, mais aussi ailleurs. D’une manière générale, vous êtes tous sympathiques et bienveillants. Et heureusement pour moi.

Oui bien sûr j’ai croisé quelques personnes un peu cheloues, voire animées de mauvaises intentions, mais en 15 ans, ça ne se compte même pas sur les doigts d’une main. Autant dire que j’ai vraiment de la chance d’avoir comme soutien des gens comme vous.

Merci aussi pour vos visites quotidiennes sur le site et vos réactions dans les commentaires ou sur les médias sociaux. Cela m’apporte bien sûr le plaisir d’être lu et quelque part la joie de vous faire plaisir. Avec une astuce qui rend service, avec une petite blague qui tape dans le mille ou avec de quoi bidouiller pour tuer le temps au boulot ou ailleurs.

Surtout, cela m’a apporté la liberté. Cette liberté que je chéris par dessus tout.

La liberté professionnelle et financière d’abord car je suis mon propre boss, la liberté d’entreprendre, car j’ai pu monter quelques boites cools, la liberté au niveau de mon temps ce qui me permet de pratiquer tout un tas d’activités extrascolaires, de bouquiner, de voyager et de vivre pleins d’expériences extraordinaires. Et bien sûr du gros level up sur mes capacités personnelles au fil des ans.

Et tout cela je le dois à 2 choses :

D’abord à moi-même parce que oui j’ai bossé comme un chien pour monter et faire tenir sur la durée tout ça. Malgré les difficultés techniques, financières, la fatigue, les boulots à côté, et les enfoirés toxiques.

Et je le dois aussi à vous, car comme je le disais, vous êtes la raison principale pour laquelle je me lève le matin. Votre positivité (oui, j’ignore volontairement les râleurs ^^), ce que vous partagez avec moi, que ce soit une news, un service, un café, un merci, un free hug, un point de vue bienveillant, un sourire, un massage aux huiles… Tout cela me rend heureux et me fait grandir.

Je vous avoue que ces 15 premières années de blogging sont passées super vite. Je ne me suis d’ailleurs jamais vraiment considéré comme un blogueur puisque j’avais déjà un « blog » (des pages HTML basiques avec de la pagination sur lesquelles j’écrivais des trucs) avant que le concept même de CMS n’existe. Mais les gens aiment bien les cases, donc j’ai accepté cette étiquette de blogueur qu’on me prête. Tout comme ces étiquettes de « journaliste » ou « d’influenceur » que l’ont m’attribue parfois, ce qui me met toujours un peu mal à l’aise.

J’ai toujours eu un fort besoin d’écrire des choses, de m’exprimer librement et surtout de les partager et finalement Internet est arrivé au bon moment dans ma vie. Sans cela, je pense que j’aurai édité mon propre journal ou je serai devenu animateur radio… je ne sais pas.

Mais l’idée d’origine a toujours été celle-ci : partager les connaissances et les expériences. Je pense que garder uniquement pour soi des compétences techniques ou des connaissances et ne pas faire l’effort de les partager, c’est du gâchis et de l’égoïsme. Il n’y a rien de mieux pour renforcer une connaissance ou en acquérir de nouvelles, que de partager ce que l’ont sait avec d’autres personnes. Je vous encourage d’ailleurs tous à le faire. Réfléchissez à ce que vous aimez, à ce qui vous passionne et partager le avec bienveillance. Faites une conf, un site, des vidéos, des dessins, des ebooks, un podcast ou ce que vous voulez, mais partagez-le.

« Sharing is caring » comme disent les anglophones. Voilà l’esprit originel du blog qui perdure encore aujourd’hui et ma vision idéalisée d’Internet.

15 ans, c’est long et en même temps ça passe très vite. Bientôt 14 000 articles sur lesquels je vous invite à vous repencher au travers du moteur de recherche ou de la fonctionnalité RANDOM.

Et j’ai encore des tas d’idées et cette année, j’ai décidé de me dégager un peu plus de temps pour produire encore plus de contenus sous toutes ses formes et vous faire découvrir encore plus de trucs cools. Oui, j’ai de grandes ambitions :-).

Bref, bon anniversaire à mon site d’amour ! Et bon anniversaire à vous mes lecteurs d’amour.

De mon côté, je continue l’aventure !

Et si vous voulez suivre les coulisses du blog, il y a toujours Twitter et Instagram !

A très bientôt !


Je viens de tester Graviton, un éditeur de code open source, et comme c’est pas tout mal je me suis dit que ça pourrait vous intéresser.

L’outil est développé par Marc Espin, un développeur de 16 ans, qui nous propose une interface plutôt épurée et disponible en plusieurs langues (anglais, espagnol, italien et catalan. Le français est en cours).

Graviton est déjà multiplateformes (Windows, Linux et macOS) et propose pas mal des fonctionnalités classiques que vous pouvez attendre d’un tel éditeur : autocomplétion, mise en évidence de la syntaxe, personnalisation de l’interface, split screen …

Graviton, les parametres a choisir

Lorsque vous installez le logiciel sur votre machine, il va créer un dossier (.graviton) qui contient des données de base, telles que la configuration, les projets récents, les plug-ins, etc. Voilà à quoi ressemble l’arborescence (plutôt simple non ?) :

|-.graviton
   |-- highlights
   |-- plugins
   |-- plugins_db
   |-- themes
   |-- config.json
   |-- log.json  

Dossier qui se trouvera à différents endroits selon l’OS que vous utilisez :

  • Windows – C:UsersusernameAppDataRoaming.graviton
  • Linux – /home/username/.config/.graviton
  • MacOS- /users/username/library/applications support/.graviton

Vous allez aussi pouvoir améliorer assez facilement cette base avec des plug-ins et des thèmes. Il suffit de vous rendre dans les sous-dossiers « plugins » et « themes » et d’ajouter/supprimer ce qui vous intéresse (format JSON pour les thèmes) puis de relancer Graviton. Ez pz comme diraient les ‘ricains.

Pas d’innovations de folie donc, mais c’est efficace et pratique à utiliser. Ce sera sans aucun doute trop léger pour les purs barbus, mais pour une simple édition de code l’outil est plutôt bien adapté.

Exemple de code dans le logiciel Graviton

Graviton n’est pas non plus exempt de tout reproche : il est basé sur le framework Electron (pas le plus optimisé qui soit comparé à CudaText par exemple), ne supporte que le HTML de manière native …

Mais gardez en tête qu’il ne s’agit pour l’instant que d’une version Beta (sortie il y a tout juste quelques jours) donc tout n’est pas encore parfait et c’est bien normal.

En tous cas, n’hésitez pas à tester, contribuer (si vous pouvez) ou juste suivre l’évolution du projet sur le GitHub. Et soutenons les petits jeunes qui font des choses cools 😉


À découvrir

Si vous me suivez sur Instagram ou sur Twitter, vous avez dû voir passer cette photo il y a quelques jours :

J’ai en effet pu passer une journée complète dans les locaux de Turing 22, le nouvel espace coworking et location de bureaux à Clermont-Ferrand qui a ouvert ses portes en février dernier. C’est d’ailleurs le plus grand de la région Auvergne-Rhône-Alpes (4700 m²).

Pour la petite anecdote, Turing 22 se trouve sur les lieux mêmes des anciens bâtiments d’un gros site web historique qui cartonnait il y a quelques années : Prizee.com. Ce n’est pas un hasard puisque les 2 projets ont comme fondateur l’ami Tristan Colombet. Culture Internet niveau 74 débloqué, on dit merci qui ?

Bon, on ne va pas se mentir ce qui compte surtout dans ce genre d’espace partagé c’est l’environnement. Aller bosser, chaque jour, dans des cages à lapins ou d’immenses open-spaces de 50 personnes bruyantes qui sentent des aisselles … il y a beaucoup (beaucoup) plus fun dans la vie. Enfin j’espère pour vous.

Et c’est bien ce qu’à comprit Turing 22 avec ses offres complètement modulables selon les besoins : bureaux privés (via badges) ou partagés (de 2 à 20 personnes), salles de réunions thématiques (Lego, jungle, arcade, …), organisation d’évènements (auditorium de 98 places, salles de projection …), Phone Box (petits espaces privés pour passer ses coups de fil) … vous pourrez même travailler votre bronzage grâce aux terrasses à chaque étage et à un rooftop avec vue panoramique sur les volcans !

Turing 22 - Rooftop

Sans oublier les espaces lounges, pour discuter calmement et faire de nouvelles rencontres, les cuisines et les toilettes. C’est important les toilettes.

Surtout vu la quantité de café qu’on vous force à boire. Au moins UN par heure, c’est affreux. Si si, c’est obligé et c’est la machine à café elle-même qui me l’a dit (merci à toi, ma nouvelle meilleure amie). D’ailleurs ceux qui ne le font pas sont susceptibles de disparaitre dans des conditions mystérieuses.

Caféééééééééé ….

Plus sérieusement ce qui m’a marqué ce sont toutes les petites attentions et les multiples services disponibles. Les fruits frais (et locaux) en libre service, les viennoiseries qui apparaissent par magie au fil de la journée (pour leur disparition j’ai quelques pistes), l’accès à une salle de sport ou à une salle de repos avec fauteuils massants, la conciergerie (pressing, livraison de colis, réparation de chaussures, etc.), la possibilité de prendre des douches (pour ceux qui sentent des aisselles, CQFD), des abris couverts pour les vélos, des casiers … et bien sûr un Internet très haut débit qui dépote.

Turing 22 Espace Lounge

Café, bouffe, services, bonne ambiance, zones de calme et méga vue sur le Puy-de-Dôme… plutôt pas mal l’environnement de travail non ? J’ai bossé à Paris, je sais de quoi je parle ! #troll

Lors de ma journée de visite il y avait un « job-dating » organisé en fin d’après-midi, du coup j’ai dû m’éclipser en vitesse pour éviter de me faire embaucher contre mon gré pour une somme indécente que je n’aurai pu refuser. Parce que lorsqu’on est chef de l’Internet, on est uniquement chef de l’Internet et rien d’autre. Je ne peux pas cumuler les jobs, c’est la règle.

N’hésitez pas à jeter un œil sur tout ce que propose Turing 22, difficile de ne pas y trouver son bonheur, perso j’ai bien kiffé 😉

Vous pouvez aussi suivre l’actu du projet sur leur blog, via Facebook ou Instagram.


Je suis posé dans le train ce matin, en route pour Paris, et je me suis dit que j’allais vous faire un petit article sur les nouvelles habitudes que j’ai prises depuis janvier pour retrouver la forme et remonter un peu la pente en matière de moral et de fatigue, histoire de partager un peu mon expérience. Peut-être que cela vous donnera quelques idées. Ou peut-être est-ce vous qui me donnerez quelques astuces en plus 😉 .

Ce qu’il faut savoir c’est que ça va faire des années que j’ai la tête dans le guidon et que malgré les apparences, je subis pas mal de stress et de pression divers et variés. J’étais à fond tout le temps puis en 2017, je me suis totalement effondré.

Santé pas géniale, le poids qui a explosé (j’avais atteint mon record personnel), cauchemars, mal partout, le stress’O’mètre over 9000 et bien sûr j’étais totalement déprimé. Je ne savais plus quoi faire de ma vie et malgré tous les aspects positifs (objectivement) de celle-ci, je ne voyais que le négatif. Je me concentrais sur le boulot et le quotidien sans prendre de plaisir et en attendant que ça passe. « Ça » étant la vie.

Wo wo wo… Mais wtf!?

Vous ne le savez peut-être pas, mais l’un de mes super pouvoirs est la résilience / la capacité de pouvoir rebondir et au bout de quelques mois, je me suis mis à chercher ce qui déconnait chez moi.

C’était un long processus (1 an et demi) et il y a encore une marge de progression, mais globalement aujourd’hui je suis plutôt en forme physiquement, j’ai perdu 21 kilos, je vois la vie en arc-en-ciel et mon boulot m’éclate.

Alors qu’est ce que j’ai fait ? Et bien j’ai bossé sur moi…

Première étape, le sport. Je me suis pointé à la salle à côté de chez moi et j’ai dit au coach : « Hello, je n’ai pas envie de faire de sport, je n’en ai jamais fait, je n’aime pas ça et je n’ai pas le temps, qu’est-ce que tu me proposes ?« 

Je pensais qu’il allait me dire : « Azy, rentre chez toi »

Mais non. Il m’a dit : « J’ai ce qu’il te faut« .

Et c’est comme ça que j’ai commencé à faire du cardio, doucement, mais surement.

Toutefois parce que je suis du genre à grave me faire chier sur les machines, j’avais 2 choix :

  • Opter pour le smartphone (Musique, Netflix, YouTube…etc.).
  • Opter pour un bouquin.

Le smartphone était très attrayant, et lire un livre pendant que tu gigotes sur ton vélo elliptique ce n’est pas simple. Mais à ce moment-là, je faisais aussi une allergie à mon téléphone qui était l’une des sources principales de stress dans ma vie. J’ai donc opté pour une liseuse avec un patch WTF collé derrière et en avant Guingamp !

Et c’est ainsi que 2 fois par semaine, je me suis mis à faire ma petite séance de sport de 1h en bouquinant. Le seul truc me motivant d’y aller étant d’avancer dans mon livre. Oui, je sais c’est une méthode peu orthodoxe, mais ça a fonctionné. L’amour de la lecture est plus fort que tout.

Pour l’astuce, je combine un Kindle et ce sticker magique pour le coller sur n’importe quel appareil de sport.

Et maintenant je suis sur un mode de 2 à 5 séances par semaine en fonction de mes dispos / envies, avec un niveau de difficulté qui augmente régulièrement.

Le sport m’a permis de retrouver la forme, du souffle et m’a surtout permis de déconnecter un peu. En effet, je ne prends pas mon smartphone pendant les séances, donc je me retrouve coupé du monde ce qui me permet de souffler mentalement ou de réfléchir calmement aux choses qui comptent.

L’autre truc, que vous avez peut-être remarqué si vous me suivez sur Instagram, c’est que je me suis mis à faire la bouffe. Plutôt que d’acheter de la nourriture de merde sous vide, je maximise la bouffe bio et je minimise la viande. Je fais un peu le Green Monday, mais inversé. Et faire la cuisine a 2 vertus. La première c’est de manger mieux, donc de perdre du poids, et la seconde, c’est de débrancher le cerveau en faisant quelque chose de sympa et créatif. J’écoute de la musique et je danse dans la cuisine en épluchant les oignons et en râpant le fromage. Tout un spectacle !!

Enfin, d’une manière générale, j’ai réduit aussi drastiquement le sucre et autres cochonnerie (alcool, apéro…etc.). Et comme je ne m’interdis rien, quand je sors ou que je suis en déplacement, je n’ai aucun scrupule à flinguer le régime temporairement. Vive les frites !

Évidemment, je tracke tout ça sur ma montre et ma balance Withings pour pouvoir suivre ma progression. D’ailleurs, en ce moment, je suis à un palier niveau poids et je galère un peu à descendre en dessous, mais je n’ai aucun doute sur le fait que je vais y arriver. J’ai le temps.

Ça, c’est pour le corps. Maintenant concernant l’esprit, il faut savoir que je lisais peu depuis la fin de l’adolescence, car la vie, le boulot et le smartphone m’ont emmené loin des livres. Mais j’ai réussi à m’y remettre il y a quelques années et j’essaye de lire un maximum de choses en un minimum de temps. Les romans m’emmerdant profondément, je me consacre à des livres sur la méditation, l’entrepreneuriat, les sciences en général, la psychologie et globalement pas mal de trucs du rayon développement personnel.

Bref, j’apprends à mieux me connaitre, à mieux connaitre le monde qui m’entoure et à mieux connaitre les gens. Rien de tel qu’un livre pour s’améliorer et trouver les bonnes questions à se poser.

Après les bouquins, j’ai aussi changé un peu ma routine. J’avais l’habitude de me lever tôt (vers 5h) et je conserve cette habitude sauf qu’au lieu de me mettre à bosser comme un con directement, je prépare ma journée au calme, je bouquine et je médite un peu (enfin j’essaye du mieux que je peux). La méditation contrairement aux apparences, ce n’est pas simple et je pense que j’ai encore beaucoup à apprendre sur le sujet.

Mais cela m’a permis de mieux contrôler mes émotions. Je me sens + connecté au monde qui m’entoure et aux gens que je croise. Et surtout en cas de coup dur (stress, colère, tracas…etc.) j’arrive à calmer le jeu très très vite. Ainsi, là où avant j’aurai ruminé durant plusieurs heures voire une nuit entière un souci, j’arrive à laisser passer le truc sans m’y accrocher comme je le faisais avant.

Et évidemment, en se levant à 5h du mat, pas d’autres choix que de se coucher tôt (vers 22h) pour ne pas claquer en route.

J’ai aussi appris à ancrer toutes ces bonnes habitudes, même si tout ceci est encore en mode WIP (Work in Progress).

Niveau boulot, j’ai aussi revu ma copie. Bon, déjà le smartphone, si vous avez lu mon bouquin, vous savez ce que je lui ai fait. Mais au-delà de ça, avec le sport, la cuisine et la lecture, j’ai pu réduire un peu mon temps de travail. Et croyez-le ou non, j’abats exactement la même quantité de taf si ce n’est plus.

Et oui, je suis plus « productif « , car je sais ce que je dois faire, car je dors bien, que je suis en bonne forme physique et moins stressé.

J’ai donc pu finir d’écrire mon premier livre, j’ai des idées pour le second, je me suis remis à écrire plus sérieusement sur le blog, je continue mes conférences qui se bonifient avec le temps et surtout j’ai plein de projets pour les années à venir. J’essaye de mettre la créativité avant tout le reste car j’ai besoin de ça pour être heureux.

Voilà pour le petit feedback perso. Vous l’aurez compris, tout cela est plutôt positif, et il me reste encore beaucoup à apprendre. Bien sûr rien n’est parfait (et ne le sera) et tant mieux, car ça me permet de progresser.

J’ai remis en route la machine et la différence avec avant c’est que j’ai maintenant quelques recettes pour éviter qu’elle ne se grippe ou qu’elle tombe en panne la prochaine fois. Et surtout, je me connais beaucoup mieux et je me concentre sur les bonnes choses.

Voilà pour les nouvelles. J’arrive bientôt à Paris donc je vais vous laisser. J’espère que cela vous donnera des idées ou des envies. En tout cas, si vous avez des questions, n’hésitez pas. Et si vous avez de bons bouquins à me conseiller, allez-y aussi.

La bise !


Mes gazouillis

Les bons côtés de la fin du monde tel que nous le connaissons. #kbn https://t.co/5hYzoX3CEu
L'effet Unruh observé pour la première fois ? https://t.co/2weyHdKQH9 #kbn