Ce week-end, j'ai mangé une mygale et un cricket.

Oui pour de vrai.

Il parait que les insectes sont l'avenir de la bouffe pour l'Homme. Possible, mais va falloir bosser les recettes et la présentation


Quoi qu'il en soit, une autre piste alimentaire est en train d'être explorée et financée par la NASA qui a filé 125 000 $ à la société "Systems & Materials Research Corporation" afin de mettre au point une imprimante 3D capable d'imprimer de la bouffe.

Oui, on aborde là un sujet hautement plus sensible que d'imprimer des armes. La NASA pense d'abord à ses astronautes qui en ont marre de sucer des pompotes au soja en poudre à 400 kilomètres au-dessus de nos têtes... Mais la société qui a conçu ce prototype met en avant le fait qu'il sera possible de nourrir la population mondiale grâce à ce genre d'appareil.

Les cartouches ne contiendront pas d'encre, mais de la poudre (sucres, protéines..Etc.), de l'eau et des huiles. Ces éléments de base se conserveraient sans problème, évitant ainsi le gâchis et surtout, chaque impression serait calculée pour apporter les calories nécessaires à chacun pour tenir la journée.

Un rêve pour certains, un cauchemar pour les amateurs de bonne chère. En même temps, d'après les spécialistes, lorsque nous aurons dépassé 12 milliards d'êtres humains sur Terre, le système de production alimentaire actuel ne sera plus suffisant. Il faudra alors se tourner vers d'autres solutions.

Alors, à votre avis, quel sera le premier aliment "imprimé" par cette société ?

La pizza bien évidemment ! C'est plat, ça peut donc s'imprimer par couche sans avoir à mélanger les composants. Le premier prototype d'imprimante à pizza devrait voir le jour dans les semaines à venir, mais on ne sait pas encore quel goût cela aura.

Honnêtement, je suis mitigé par cette annonce. D'un côté, imprimer de la bouffe, ça va permettre de télécharger ses recettes sur The Pirate Bay, de suivre un régime adapté pour perdre du poids et d'envoyer des gus dans l'espace pour des voyages qui dureront plusieurs dizaines d'années.

D'un autre côté, tout risque d'avoir le même arrière-goût... Ça ne sera surement pas très bon. Et les premières versions seront limitées, donnant un aspect (et un goût ?) dégueu à la bouffe. Mais peut-être que dans 30 ans, ce genre d'imprimante sera capable d'imprimer un boeuf bourguignon aussi bon que celui de nos mamans. J'y crois moyen, mais sait-on jamais.

En tout cas, je suis prêt à gouter à cette pizza synthétique !

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Pinterest Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin