Neelie Kroes et la commission ITRE (Industrie) du Parlement Européen qui se sont fait largement bourrer le crâne par les lobbys des géants des télécoms, viennent de faire adopter son rapport Pilar Del Castillo qui permet aux opérateurs d'appliquer des priorités sur la diffusion des datas sur le net.

En gros, cela veut dire qu'à présent, un Internet à plusieurs vitesses est autorisé. Le but est de pouvoir engraisser encore plus les sociétés privées sur le dos des consommateurs. Il y a bien eu une mobilisation citoyenne comme l'explique la Quadradure, mais les membres de l'ITRE n'en ont pour ainsi dire, rien eu à foutre.

Concrètement cela veut dire que les opérateurs vont pouvoir prochainement proposer des forfaits "limités" qui donneront par exemple uniquement accès au web, mais pour avoir accès au reste d'Internet, vous devrez payer plus.

Ils pourront volontairement dégrader ou bloquer les connexions P2P, ou FTP et vous demander de payer un petit quelque chose supplémentaire pour y accéder sans problème. Il pourront vous faire payer une option supplémentaire pour avoir le droit d'utiliser d'autres protocoles que le HTTP (par exemple pour récupérer vos emails en IMAP ou en POP3)..etc. Même chose avec la VoIP.

Même s'ils s'en défendent, c'est une attaque de plein fouet contre la Neutralité du Net. Et ils assimilent le web à Internet pour faire croire aux personnes non averties qu'Internet =  Web, ce qui est faux.

C'est aussi la porte ouverte à un tas de forfaits délirants comme c'est le cas par exemple chez l'opérateur anglais Plusnet. Par exemple, si vous êtes un internaute lambda, vous aurez accès uniquement au web. Facebook, Google, YouTube, Twitter, mon blog...etc. pour XX € par mois. Mais si vous êtes un travailleur du net. Que vous utilisez de la VoIP, du FTP, du VPN, du SSH, du SMTP...etc., vous pourriez être considéré comme un pro et devoir prendre le super abonnement à 20 € de plus. Et je ne vous parle pas du forfait "Download" qui autorisera les protocoles de P2P pour 500 € de plus... Vous l'aurez compris, leur volonté est de séparer le web du reste.

Alors bien sûr pour faire passer la pilule et contourner le principe de neutralité du net, le texte parle d'optimisation de bande passante pour des "services spécialisés". Mais comme on ne sait pas ce que couvre exactement ce terme, on peut très bien imaginer qu'en plus des protocoles, certains "sites" se retrouvent à terme, inclus dans ces services. Par exemple, YouTube est un site web, donc à priori il n'est pas concerné, mais on peut imaginer une dérive qui consisterait à dire que les flux vidéos sont quelque chose de spécial, au même titre que la télévision sur IP et que celui-ci peut être dégradé ou bloqué à la discrétion de l'opérateur.

Vous l'aurez compris, c'est un texte très dangereux pour l'avenir d'Internet. Il sera voté le 3 avril au Parlement Européen. Si vous souhaitez lutter contre les failles de ce texte, je vous invite à vous rapprocher de la Quadrature du Net qui dispose d'un arsenal parfait pour que vous puissiez gratuitement contacter autant de députés européens que nécessaire afin de les aider à mieux comprendre les enjeux et ne pas faire le jeu des lobbys.

Source