Les juges, c'est bien connu, ça ne sert à rien.

C'est en tout cas ce que démontrent une fois de plus nos grassouillets sénateurs qui viennent d'adopter l'article 13 du fameux projet de loi sur la programmation militaire.

Si comme moi, le charabia juridico-politico-bullshit ne vous parle pas, voici un résumé clair et en quelques points de ce qu'est cet article 13.

  1. Cela concerne la collecte (en temps réel ou non) des données que nous échangeons sur le net.
  2. Ce sont les agents du ministère de la Défense, du ministère de l'Intérieur et du ministère des Finances qui auront le droit de collecter ces données.
  3. Ces données seront récoltées via les FAI ou via les services en ligne auxquels vous confiez vos infos (webmail, réseaux sociaux...etc).
  4. Cette collecte ne sera pas ciblée sur des personnes, mais sera massive (NSA style)
  5. Pas de juge, c'est la Commission Nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité (CNCIS) qui nommera un type qui sera seul à décider si une collecte de données est justifiée ou non. À noter que le CNCIS choisira ce gugusse parmi une liste proposée par le 1er ministre. Aucune indépendance donc.
  6. C'est le président de la République qui nomme le président du CNCIS. (Là vous pouvez tomber de votre chaise)
  7. Personne n'a le pouvoir de contrôler ce que fait le CNCIS.
  8. C'est la CNCIS qui décide de quand arrêter la collecte de données.
  9. Tout sera interceptable... infos de géolocalisation, infos de connexion, infos sur les terminaux, infos sur les gens contactés, date et durée des échanges...etc.

Bref, ça va être la fête du slip au pays des abus et des débordements. Ce qui vient d'être voté est une validation pure et simple du concept de Big Brother dans toute sa noirceur. En pleine polémique NSA, on s'aligne sur les Américains.

Comme vous vous en doutez, la CNICS sera aussi indépendante du pouvoir en place que peut l'être Tatayé de son marionnettiste. Le CNCIS ne sera qu'une boite noire qui va permettre aux personnes de pouvoir d'avoir encore plus de pouvoir. Je peux comprendre que la France veuille se donner d'un meilleur système de renseignement, mais là, il s'agit pour notre gouvernement de balayer les libertés individuelles et concevoir un process de validation totalement opaque, incontrôlable et soumis à une poignée d'élite. Cette élite va pouvoir autoriser tous les abus sans répercussions possibles.

Je vomis ce gouvernement, ces sénateurs qui ont voté cette merde, la CNIL qui fait son cou-couche panier traditionnel et notre ministre en charge de l’Économie numérique qui laisse faire et ferme les yeux. Honte à vous !

Pour rentrer un peu plus dans les détails, je vous invite à lire l'excellent dossier de PcInpact.Ps : Le chiffrement est notre seul ami.