Cette beauté, c'est Neelie...

Et Neelie, elle est commissaire européenne chargée de la Société numérique.


Je ne sais pas si vous la connaissez, mais Neelie sait faire le show. En avril 2012, elle avait défendu avec conviction sa position anti-verrou numérique (DRM) en montrant aux spécialistes du web et de la politique lors d'une conférence, une paire de menottes que lui avait envoyées l'ami Richard Stallman. Elle déclarait alors au sujet du DPI : "Nous devons à tout prix éviter que de telles technologies finissent entre les mains de dictateurs !" (source)

On aurait pu alors penser que la dame avait une position pro-neutralité mais si j'en crois cet article de 2011, sa stratégie qui consiste à souffler le chaud et le froid, tout en adoptant la position des opérateurs (ou au mieux une position attentiste), n'a pas fait illusion longtemps.

Neelie a dû croiser la route de lobbyistes depuis bien longtemps déjà... Et aujourd'hui, elle souffle le froid puisqu'elle a décidé de défendre le droit pour les opérateur et FAI européens de segmenter leurs offres non plus uniquement sur le débit ou la quantité de données échangées, mais aussi sur le contenu échangé.

Nous vous y trompez pas, cela existe déjà chez nos amis anglais avec PlusNet. Et le résultat est plutôt catastrophique puisqu’en fonction de son forfait (cher ou pas cher), l'internaute aura le droit de visiter tel site et pas tel autre... ou d'utiliser tel protocole et pas tel autre. Un Internet sous péage sauce DPI qui pour le coup revient à une double prise d'otage.

  • Une prise d'otage des classes les plus modestes et pauvres qui vont se ruer sur le forfait le moins cher. (Par exemple un forfait avec uniquement Facebook et Gmail mais pas Wikipedia ou TED)
  • Une prise d'otage des fournisseurs de contenus ou de technologies qui se verront bloqués dans les foyers sous prétexte qu'ils sont populaires. Tu veux utiliser Skype ? Tu veux aller sur Pluzz ou utiliser un client IRC ou Bittorrent ? Va falloir payer plus cher mon gars...

Pour Neelie, il ne s'agirait que de laisser les consommateurs faire leur choix afin que tout le monde puisse profiter de nouveaux tarifs plus compétitifs. Vous me connaissez, je suis pour laisser le choix... Mais il s'agit ici et selon moi d'une douce illusion marketée par les fournisseurs d'accès Internet.

Les "dictateurs" dans l'histoire (rapport à ceux qu'elle combattait aussi faussement que farouchement l'année dernière en exhibant ses menottes), ce seront cette fois les FAI/opérateurs qui imposeront la dictature de l'argent. Si t’es pauvre, t’es bridé en contenu et en débit, c'est aussi simple que ça (et non, ce n’est pas raciste ce que je dis ^^). Je suis même sûr que certains FAI seraient heureux de faire payer plus cher pour laisser un accès non bridé à YouTube.

C'est clairement une atteinte déguisée de la part de la Commission européenne pour en finir avec la neutralité des réseaux et laisser le champ libre aux opérateurs pour réduire nos pâtures et nous faire cracher encore plus de blé.

Rien n'est encore définitif, mais on sait maintenant dans quelle (mauvaise) direction ça va (Et en France?).

Grrrr.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Pinterest Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin