Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Comment créer un lien symbolique d’un seul clic (Mac et Windows)

Faire un lien symbolique sous Linux ou Mac ce n'est pas très compliqué. Il suffit d'ouvrir un terminal et d'y entrer la commande suivante :

ln -s FICHIER_OU_DOSSIER NOM_DU_LIEN_SYMBOLIQUE

Pour ceux qui ne connaitraient pas les liens symboliques, cela permet de placer une référence qui pointera vers un fichier ou un répertoire, à l'endroit de votre choix. Ainsi, le fichier ciblé par votre lien symbolique sera vu par les autres programmes comme étant physiquement présent à l'endroit où vous avez placé votre lien symbolique. Cela permet d'éviter qu'un fichier se retrouve dupliqué à différents endroits de votre arborescence. C'est très utilisé sous Linux.

Mais si vous êtes sous Mac et que la ligne de commande, ce n'est vraiment pas votre truc, il existe une extension macOS baptisée SymbolicLinker qui permet de créer des liens symboliques d'un simple clic droit sur un fichier ou un dossier.

Rien de plus simple.

Pour télécharger SymbolicLinker c'est par ici.

Et si vous êtes sous Windows, j'ai trouvé l'extension Link Shell qui permet de faire la même chose sur les systèmes en NTFS. Par contre, je n'ai pas pu encore la tester.

Amusez-vous bien !

Source


Réponses notables

  1. “d’un seul clic”, vraiment?
    La version Mac je connais pas, par contre avec Link Shell Extension :

    • sélectionner la cible (clic droit -> “pick link source”)
    • aller dans le dossier ou déposer le lien (un clic minimum sans doute plus)
    • bouton droit, “drop as”, “Symbolic link” (entre 2 et 3 clics)

    On en est déja 4 clics minimum.
    Bon, j’avoue que ça ne retire rien à l’intérêt de LSE, extension sympatique par ailleurs

  2. Aryx says:

    Si je ne me trompe pas, voilà la différence entre ces 2/3 notions :

    Les alias ce sont des raccourcis pour une commande (qui serait trop longue à écrire, ou que l’on écrit trop souvent). Exemple, si je tape souvent :
    powershell
    pour démarrer l’invite de PowerShell; Je pourrais avoir un alias qui se nommerais psll. Ainsi il me suffirait d’écrire psll pour lancer l’invite de PowerShell.

    Un lien symbolique agit comme un raccourci Windows, sauf que le lien est écrit au niveau du disque dur (du système de fichier plus précisément) alors que le raccourci Windows est géré par Windows (un fichier avec extension lnk, compréhensible uniquement par Windows). Ainsi, les autres applications ne savent pas forcément quoi faire de ce genre de liens/fichiers.

    Pour expliquer ce que sont les liens symboliques, on peut prendre l’exemple d’un dossier nommé “monDossierA” qui serait un lien symbolique vers “monAutreDossier”. Ainsi, concrêtement les données sont physiquement présentes au niveau du dossier “monAutreDossier” mais toutes applications (et Windows) qui pointeraient vers l’emplacement “monDossierA” croiront que les données sont dans le dossier nommé “monDossierA”, alors qu’en fait, elles sont dans le dossier “monAutreDossier”. Ce genre de lien fonctionne aussi pour les fichiers bien sur.
    Un lien symbolique c’est donc une forme de raccourci logique vers un emplacement.

    Le “hard link”, c’est un peu différent. Il ne s’agit pas d’un raccourci comme un lien symbolique, mais bien de deux éléments (fichier ou dossier) qui pointeraient vers la même référence physique sur le système de fichiers (vers le même inode). C’est pour ça qu’un “hard link” ne peut se faire que dans le même volume d’un disque. C’est encore plus bas niveau qu’un lien symbolique.

Continuer la discussion sur Korben Communauté

6 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants


Vous connaissez sans doute VMware pour ses solutions de virtualisation notamment en mantière de serveurs. A l’heure où de plus en plus de données sont créées et traitées à l’extérieur de tout datacenter centralisé, grâce à une stratégie multi-cloud, le spécialiste de la virtualisation est devenu un acteur impossible à manquer.


Vous connaissez sans doute VMware pour ses solutions de virtualisation notamment en mantière de serveurs. A l’heure où de plus en plus de données sont créées et traitées à l’extérieur de tout datacenter centralisé, grâce à une stratégie multi-cloud, le spécialiste de la virtualisation est devenu un acteur impossible à manquer.