Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Rage – Le test

Jouer à Rage, c’est déjà s’armer de patience. L’installation est longue, très longue ! Comptez bien 30 minutes pour installer les 3 DVD (si version matérialisée).

25 Go, 2 cafés et 3 clopes plus tard ( je sais c’est mal !) Ouf, on peut enfin commencer.

Le jeu est introduit par une très courte (mais très jolie) cinématique. On y voit un énorme astéroïde, l’Aphophis, qui n’a rien trouvé de mieux que de venir s’écraser lamentablement sur notre belle planète bleue toute polluée.

On assiste donc à une fin du monde programmée soutenue par une mélodie mélancolique. Le jeu commence alors que votre avatar se réveille 106 ans plus tard dans une des Arches (c’est une sorte d’abris). Vous êtes, comme par hasard, le seul survivant. Après un contrôle des systèmes vitaux par l’ordinateur de bord, vous avez droit à un court message de votre président qui pourrait se résumer par « Vous êtes le dernier rempart avant l’extinction de l’humanité« … plutôt rassurant comme réveil !

Vous vous dirigez alors vers la porte de sortie de l’arche. Une fois ouverte, vous êtes aveuglé un instant par la lumière du soleil. Ceux qui ont joué à Fallout 3 y verront peut-être un clin d’œil, ce qui ne serait pas étonnant de la part des développeurs, quand on sait qu’ID software a été racheté par Bethesda, la boite qui a réalisé Fallout 3.

À la question, « Alors il est bien ou pas ce jeu ?« , je vous répondrai que mon avis est plutôt mitigé, car pour un projet qui a duré presque 6 ans et qui sort des cartons des créateurs de Doom et de Quake, le jeu manque à mon sens de finitions. Explications.

Visuellement, le résultat est en demi-teinte. Quand on observe le jeu a une certaine distance (Non, ne vous éloignez pas de votre écran, ce n’est pas ce que je veux dire ;-)!) les graphismes sont magnifiques, très détaillés, avec des effets de lumières saisissants. On serait tenté de reconnaitre que « l’ID Tech 5″(le moteur du jeu) en a sous le capot !

Sauf qu’en y regardant de plus près, c’est une tout autre histoire : les textures sont à peine dignes d’un PC de 10 ans d’âge et on a l’impression d’être myope de -15 dioptries. C’est juste immonde !

Pourquoi le jeu est si beau de loin (et en vision intermédiaire), mais en même temps si moche de près ? Je n’ai malheureusement pas la réponse et avant d’aller voir votre ophtalmo préféré, je me permets d’émettre une hypothèse. Je pense que si les textures avaient été d’une définition supérieure, les PC actuels auraient eu du mal à les afficher convenablement.

Limite du moteur ? Optimisation perfectible ? Qui sait ?

Heureusement, un patch est prévu pour la prochaine mise à jour. Un pack de textures HD serait effectivement le bienvenu.

Soit dit en passant, je n’ai rencontré personnellement aucun problèmes technique sur ma bécane (retard des textures à l’affichage, bugs, plantages, temps de chargements trop longs). Il parait pourtant que c’est assez fréquent. Faites-moi part de vos retours à ce sujet. Et au fait, n’espérez pas faire péter les décors (où quoique ce soit d’ailleurs), car le jeu ne propose pas d’éléments destructibles. Et hop ! -1.

Par contre d’un point de vue artistique, j’ai vraiment accroché. Tout est plutôt crédible (pour un monde postapocalyptique) et les (très) rares villes sont petites, mais regorgent de détails. Bien que l’univers et le style ressemblent à celui de Fallout 3,Rage va plus loin au niveau de la créativité. La sensation d’être d’immergé dans un univers riche et haut en couleur est bien là !

Ce monde regorge de détails et je me suis souvent arrêté de courir et de shooter tout ce qui bougeait, pour prendre le temps de profiter du paysage. Ambiance, ambiance, quand tu nous tiens !

La narration est bien retranscrite, avec de bons doublages et les dialogues font adultes. Le jeu est d’ailleurs déconseillé au moins de 18 ans. L’histoire reste malheureusement assez convenue, du genre « Je suis le gentil et je dois sauver mes fesses et le monde tant que j’y suis« . Croyez-moi, j’exagère à peine !

Personnellement, je m’y attendais un peu, car  n’oublions pas que les géniteurs de Rage ne sont pas connus pour la délicatesse de leur scénario. Cela n’excuse pas malgré tout les développeurs d’avoir bâclés la fin du  jeu. C’est vraiment dommage.

Allez soyons sympa ! L’ambiance musicale mérite d’être félicitée, car elle est de très bonne facture et suit bien le rythme de l’aventure. Mention spéciale pour certains bruitages comme ceux des  armes. On s’y croirait !

Parlons maintenant du cœur du jeu : le gameplay. Il se divise en deux : d’un côté, les phases de shoot pures et dures et de l’autre les moments où vous pilotez un buggy à travers les wastlands.

À pied, et équipé d’un arsenal surpuissant que vous vous procurez tout au long du jeu, vous allez devoir prêcher la bonne parole en pulvérisant, étripant et anéantissant tout un tas de vilains pas beau. La variété du bestiaire rencontré est un des gros points positifs de Rage. Cela va des inconditionnels mutants ,en passant par la horde et les chacals jusqu’au militaires de l’autorité. Ils ont tous un point commun : vous défoncer la tête !

Hostile la nature.

Plus que cette profusion d’ennemis, c’est pour une fois l’intelligence des intéressés qui marque les esprits. En effet, chaque assaillant a sa propre stratégie d’attaque, d’évitement et de replis. L’Intelligence artificielle est donc plutôt bien foutue, comparée à ce qui se fait habituellement. Ce n’est pas parfait, mais au moins vos adversaires semblent avoir un cerveau !

Au niveau des armes, cela va du classique fusil à pompe au rafraichissant windstick (sorte de boomerang évolué que vous pourrez fabriquer). Une huitaine d’armes différentes vous sont proposées. La majorité de l’arsenal peut être upgradé moyennant monnaie trébuchante. À cela s’ajoutent les différentes munitions avec lesquelles vous pourrez équiper vos super joujoux. Dans Rage, se lancer à l’attaque d’un ennemi sans avoir au préalable choisi la bonne arme et les munitions adaptées peut se révéler fort peu efficace.

Si vous choisissez le niveau de difficulté « cauchemar » (le plus élevé parmi les 4 disponibles) les munitions seront une denrée rare. Alors oui, vous tuerez votre cible, mais au final vous aurez gaspillé vos balles. Je me suis retrouvé plusieurs fois à court de munitions et c’est plutôt flippant, voir frustrant !

Lorsque vous mourrez (si si ! ça arrivera, vous verrez !) les sales teigneux, heureux de vous avoir explosé, vont souvent se rapprocher de votre dépouille. À ce moment précis, le jeu vous permet de tous les électrocuter en vous faisant revivre par la même occasion grâce à votre défibrillateur intégré. C’est une capacité qu’ont les survivants des arches, car ils sont légèrement modifiés génétiquement. C’est beau la technologie !

Pour les déplacements en véhicule, vous récupérez très rapidement dans l’aventure un quad et un buggy que vous pourrez upgrader  en dépensant vos deniers difficilement  gagnés. On refait la peinture, on rajoute des gatlings et pourquoi pas un lance-missile.

Le tuning à la Mad Max est de rigueur. N’oubliez pas non plus de faire réparer vos bolides une fois endommagés. Mais pour débloquer ses améliorations, vous devrez participer à des courses (donc la majorité est optionnelle).

Pour ma part, j’ai trouvé très sympa de se balader au volant d’un engin personnalisable, les véhicules se dirigeant de surcroît facilement. On se la joue vengeur solitaire en mitraillant les ennemis qui vous foncent littéralement dessus. Malheureusement, on a vite la sensation de suivre des itinéraires étriqués, fautes aux environnements pas véritablement ouverts .A terme on a un peu l’impression de se balader dans de grands couloirs.

De plus, beaucoup d’endroits pourtant accessibles sont inactifs tant que l’histoire n’a pas progressé : cela donne un côté très scripté, sans vie, qui casse un peu l’immersion du joueur. Personnellement, j’aurai préféré plus de liberté de ce côté-là. Peut-être dans RAGE 2, qui sait ? Mais rassurez-vous, si vous n’aimez pas les combats en véhicules, rien ne vous y oblige grâce à une sorte de kit NOS installé d’origine dans les bolides.

Enclenchez donc la nitro et semez vos adversaires sans combattre. C’est une solution, mais la jeune femme du bar ne vous donnera pas d’argent.

Pas de bras, pas de chocolat !

Vous pourrez en effet gagner de l’argent en accomplissant des quêtes annexes (souvent simples et courtes) données par les NPC (Personnages non-joueur). J’ai d’ailleurs regretté l’absence de réels échanges lors des dialogues. Des réponses à choix multiples auraient été bien venues. Elles auraient renforcé le côté RPG que revendique pourtant ce FPS. Mais bon un peu d’argent, c’est toujours ça de gagné ! Quant à l’histoire principale, elle avance au gré des missions que vous confient les notables du coin (shérif, maire, etc.)

Vous voulez jouer a plusieurs ? Et bien, sachez que le mode multijoueur de rage fait dans le classique avec des courses en coopération et des captures de drapeau. Rien de bien original, mais cela augmente un peu la durée de vie du soft.
Comptez d’ailleurs une bonne dizaine d’heures pour en venir à bout si vous faites le jeu à 100 %. Il est toujours difficile de donner un timing surtout si vous crevez aussi souvent que moi !

En ce qui concerne l’ergonomie, l’inventaire et les menus sont assez « consoleux » (sans être péjoratif): comprenez par cela qu’ils sont assez lourds et plutôt mal foutus pour le PC.
Rassurez-vous il n’y a rien d’alarmant, mais le développement multisupport en est peut être la cause.

En conclusion, Rage n’est pas une daube, mais ce n’est pas non plus le jeu de l’année. En fait, tout dépend de ce que vous recherchez : si vous êtes sensibles à sa direction artistique inspirée et que vous souhaitez jouer à un shoot au gameplay vif et punchy, alors faites-vous plaisir, et achetez-le !

Par contre, si vous attendiez ce jeu comme un blockbuster en puissance justifiant ces 6 longues années de développements, j’ai bien peur que vous soyez quelque peu déçu.

À vous de voir ! Du coup, j’attends vos avis sur Rage dans les commentaires !

Gamez bien !!

Je vous donne ma configuration à titre indicatif (et un peu pour me la raconter) :

Processeur : Intel Core I7 CPU 920 2,67 Ghz
Mémoire vive :6,00 Go
Système : Windows 7 64 bits
Carte graphique :Nvidia Geforce 460 GTX 1 Go

Et pour finir, un grand merci à l’ami Maxime de chez Idealo pour le jeu !

Davil


Travis Touch – Traducteur Électronique Intelligent avec 105 langues

Traductions faciles & Hotspot Internet

105 Langues

Travis Touch est le traducteur intelligent par excellence qui tient dans la paume de votre main. Créez des liens significatifs avec les personnes que vous rencontrez. Que ce soit pour vos loisirs ou les affaires, Travis Touch permet un monde sans barrières linguistiques, traduisant à partir de 105 langues, plus que n’importe quel autre appareil.

Travis Touch écoute ce que vous dites, le traduit dans la langue sélectionnée et lit la traduction en temps réel par son haut-parleur. Votre interlocuteur peut alors s’exprimer dans sa propre langue et Travis traduira pour vous.

En Savoir +



Comment découper une carte SIM sans la bousiller

vec certains téléphone, ça devient une vraie galère au niveau des cartes SIM. Entre la SIM classique (MiniSIM), la MicroSIM et la NanoSIM, difficile de s’y retrouver et surtout de passer d’une plus grande à une plus petite sans devoir attendre que les opérateurs veuillent bien se donner la peine de vous l’envoyer…

Lire la suite


6 outils pour cloner un disque dur sous Windows et Linux

Cloner c’est facile… Bon, ok, cloner un bébé, c’est déjà plus complexe mais un disque dur, c’est l’enfance de l’art… Alors bien sûr le logiciel le plus connu pour ça, est Ghost de Symantec mais au prix de 999,99 euros HT (j’déconne, je ne connais pas le prix en vrai), c’est déjà plus rentable de se mettre à cloner son petit frère artisanalement dans le garage…

Lire la suite