Quantcast
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

A la découverte de Surfshark

sponsorisé par Surfshark

Les VPN ont le vent en poupe. Jadis méconnus et considérés comme des outils « nerdy », peu accessibles et réservés à des gens aux besoins spécifiques (et parfois douteux), ils sont depuis quelques années en pleine lumière et n’hésitent plus à se montrer et faire du pied au grand public. Il faut dire que pour ce dernier, les atouts sont de plus en plus évidents et la question d’adopter un outil de ce type se pose grandement.  

Surfer anonymement, améliorer son offre SVOD en agrégant plusieurs catalogues de grandes plateformes comme Netflix ou Disney + ou encore renforcer sa protection face aux cyberattaques de plus en plus fréquentes et sophistiquées, voilà de louables raisons d’investir dans un abonnement à un VPN. Problème :  l’offre est pléthorique et l’internaute moyen peut vite se retrouver perdu face à ce déluge d’informations, de comparaisons, de revendications et d’offres promotionnelles … Du freemium, du (vraiment) gratuit, du payant, il y en a pour tous les goûts, les attentes et les bourses. Difficile d’évoluer avec aisance dans cette jungle et à moins de vouer un culte à ces systèmes, vous n’aurez pas envie de tous les essayer et les comparer.  

Il semble donc plutôt cohérent, en bon agent rationnel que vous êtes (non), de vous tourner vers des valeurs sûres. Quelques noms sortent du lot : NordVPN est probablement le plus connu, ExpressVPN ou CyberGhost font office d’outsiders sérieux mais des petites nouveaux aux atouts bien galbés passent leur tête par la fenêtre. Et parmi ceux-ci, le plus prometteur est surement Surfshark. Derrière ce nom qui sent bon la folie carnassière et la tripaille saline se cache une entreprise ambitieuse, fondée en 2018 et implantée aux Iles Vierges britanniques, qui souhaite faire de son offre une référence pour ceux qui cherchent un bon compromis entre accessibilité et performance. Petit tour du propriétaire ci-dessous, histoire que vous vous fassiez votre propre avis ! 

Le prix le prix le prix ! 

Le nerf de la guerre avec la performance. Le prix est évidemment une composante essentielle de toute offre, et Surfshark se distingue de ce côté par une politique tarifaire tout simplement imbattable. 

C’est bien simple, aucun VPN de qualité ne propose une offre aussi abordable sur 12 et 24 mois.  A titre indicatif, NordVPN propose actuellement (article rédigé fin juillet 2020) une offre de 6,22€/mois pour un engagement annuel et 4,44€/mois pour un engagement de deux ans. Cyberghost, considéré comme un VPN performant et peu onéreux, propose à son niveau 2,75€ sur 18 mois. …  C’est bien simple, l’offre de 24 mois de Surfshark est le must have du moment en rapport qualité/prix. 

Rappelons avant de poursuivre que le marché du VPN est très dynamique et que les offres changent continuellement. Nous vous conseillons donc de régulièrement vérifier les prix mais à date, aucun autre VPN de qualité ne parvient à concurrencer Surfshark sur les tarifs.  

Des performances et fonctionnalités à la hauteur ? 

Si le prix est évidemment une alléchante promesse, il ne justifie pas à lui seul de s’orienter vers un VPN plutôt qu’un autre. Les performances et les fonctionnalités sont à traiter avec autant si ce n’est davantage d’attention. Et de ce côté-là aussi, Surfshark n’est pas à la traine, proposant malgré son jeune âge un package intéressant de possibilités et des résultats à la hauteur. On fait le point. 

  1. Le débit 

Un VPN va par définition ralentir votre navigation. Un truisme technologique qu’il est bon de rappeler et contre lequel il est impossible de lutter. En passant par un serveur tiers, de la latence « se forme » et vous allez forcément perdre un peu de vitesse. La différence entre un bon et un mauvais acteur du VPN se situe en grande partie là, sur le pourcentage de perte et la capacité à proposer un confort de navigation et de visionnage de bonne facture malgré la surcouche VPN. 

Les tests réalisés ci-dessus se basent sur 3 connexions différentes au même moment de la journée : le premier screenshot correspond à notre connexion classique, sans surcouche VPN quand les deux suivants correspondent à des serveurs US et japonais. On peut donc constater une élévation marquée du ping et des débits descendant/ascendant en baisse. En comparaison d’autres VPN, les chiffres se situent dans la moyenne. La perte est très acceptable sur le download, l’upload est quant à lui un peu en retrait. L’ensemble se tient bien et à l’usage, nous n’avons pas constaté de réel inconfort de navigation. 

A noter que Surfshark propose près de 2000 serveurs dans une soixantaine de pays. Un chiffre en retrait par rapport aux géants du secteur, ce qui est relativement logique étant donné la jeunesse du service. Surfshark continue ses efforts de déploiement et ne devrait pas tarder à compenser une partie importante de son retard. Mais à l’heure actuelle, il ne peut rivaliser sur ce point qui pourrait à terme s’avérer problématique en cas de grande popularité du service (et donc de connexions nombreuses sur les différents serveurs de la société). 

  1. La praticité

Surfshark propose une application épurée, lisible et facilement compréhensible. Le tout s’installe très facilement, même pour un profane. Ci-dessous un screen du dashboard PC qui ne brille pas par sa complexité et c’est tant mieux. 

  1. Le streaming

Si certains VPN ont abandonné cet angle, il reste pourtant un must-have pour de nombreux utilisateurs. L’utilisation peut être double : bénéficier en France du catalogue d’autres pays (le prolifique catalogue de Netflix US par exemple) ou à l’inverse continuer à bénéficier de ses programmes français lorsque vous vous déplacez. Parallèlement, le VPN peut servir à contourner les restrictions géographiques et à bénéficier de chaines étrangères non accessibles normalement depuis la France. 

Après plusieurs essais, tout va bien pour Surfshark qui arrive aisément à accéder à Netflix US, Japon ou Allemagne (les 3 testés). Ne comptez en revanche pas sur ce VPN ni aucun autre pour accéder à Prime Video US, Amazon étant à la pointe sur le sujet et bloquant toute tentative de visionnage de contenu hors catalogue domestique.  

  1. Sécurité et confidentialité

Il s’agit bien évidemment de la promesse de base d’un VPN. Bien nous protéger, assurer notre confidentialité. De ce point de vue-là, Surfshark remplit tous les critères, nos tests montrant que notre IP ne ressortait plus une fois les connexions achevées. Que ce soit à NY, Tokyo ou Tirana, aucun problème rencontré. Le VPN propose aussi un système de double VPN, baptisé ici MultiHop. Cette double protection a néanmoins un effet néfaste sur le débit, elle est à utiliser avec parcimonie. 

A noter que le protocole basique de Surfshark est IKEv2/IPsec mais que ce dernier est modifiable à convenance. 

Côté confidentialité, l’application se targue de ne pas conserver les logs. L’entreprise étant située sur les Iles Vierges britanniques, elle n’est pas tenue de rendre des comptes à qui que ce soit (pas même à la perfide Albion malgré le nom confusant). Surfshark s’engage donc à ne conserver aucune de vos données. 

  1. Les connexions 

Gros point pour Surfshark ici ! Alors que la société propose des tarifs très agressifs comme cela a été évoqué plus haut dans cet article, elle ne restreint pas pour autant le nombre de connexions simultanées. A vrai dire c’est même tout l’inverse puisque Surfshark propose un nombre illimité de connexions simultanées ! Vous pouvez donc faire profiter toute la famille, les amis et même dans votre grande mansuétude vos ennemis. Une exclusivité très intéressante qui renforce le sentiment de très bon plan de Surfshark. Si vous prenez l’offre 24 mois et que vous partagez votre accès avec quelques personnes de votre entourage, faites le calcul et vous verrez qu’il est difficile de faire moins cher que cela pour un tel degré de performance. 

  1. Les fonctionnalités annexes

En sus de tous ces fondamentaux, Surfshark propose quelques appréciables petites fonctionnalités :  

Cleanweb est un adblock stéroidé pour faire simple, proposant une navigation dénuée de pubs et autres trackers. Les différents tests effectués ont montré une belle efficacité de cet outil qui pourrait à terme remplacer vos adblockers traditionnels si vous en utilisez (pas bien !). 

Whitelister permet comme son nom l’indique de désigner et exclure des sites ou applications du protocole VPN. Cela peut être utile si vous voulez éviter de recevoir des messages d’alerte toutes les 5 minutes à cause d’une connexion à l’autre bout du monde.  

Hacklock permet de recevoir en temps réel des alertes lorsque vos mails et mots de passe sont susceptibles d’être compromis. Après essai, j’ai donc été informé que mon mail était compromis à cause d’une fuite de 2016 chez un acteur majeur de la livraison de repas. Ce n’est pas le service le plus ébouriffant mais cela reste une addition intéressante. 

– Enfin Blindsearch est, selon le langage officiel, « un outil de recherche puissant et léger qui n’affiche que les résultats purement organiques. Effectuez des requêtes de recherche web en toute confidentialité sans pubs, sans journaux et sans trackers. ». La curiosité nous a poussés à essayer mais malgré quelques résultats convaincants, nous ne voyons pas dans cette fonctionnalité autre chose qu’un gadget sans intérêt majeur. 

Conclusion  

Au global, quelle belle surprise que Surfshark ! Le VPN fait plus que le café alors qu’il ne coûte pas plus cher que ce dernier. L’entreprise propose des fondamentaux solides, une politique tarifaire très agressive et une absence de restriction sur les connexions. Des points séduisants qui font de ce nouvel acteur un très bon choix ou a minima une alternative plus que crédible aux mammouths du secteur.  


Réponses notables

  1. Avatar for Buen Buen says:

    Mouaip, j’ai toujours été moyen chaud de faire passer tout mon trafic internet par des sociétés situées dans des paradis fiscaux non soumises aux lois, quoi qu’ils promettent, la main sur le cœur « Faite nous confiance ! On ne dira rien à personne ! »
    Une grosse erreur cette mode du VPN…

  2. Non, non, justement le VPN on s’en sert avec parcimonie, et pas pour tout. Par contre ta réflexion est tout à fait justifiée si tu parles de l’utiliser pour interroger ta banque et/ou autres sites qui possèdent des données sensibles (financières, Identité, santé ou autres) sur toi.

    Personnellement j’ai profité d’une offre (deal) de l’ami Ghacks.net pour un VPN à vie pour 40 balles et je regrette vraiment pas, depuis 3 ans que j’en profite, aucune panne de durée (il y a eu quelques « quack », mais le SAV est là et ils ont un temps de réponse des plus raisonnable !) On verra dans 5 ans … mais c’est déjà largement amorti.

    Je n’ai qu’une confiance toute relative en ce fournisseur, à part l’effet d’annonce, quel avantage tirent t’ils d’une telle offre ? Malgré leur « No Logs » annoncé, je l’utilise pour ce qu’il est : en considérant qu’il y à logS tout azimut.

    Je n’irais pas jusqu’à affirmer que parce que c’est Suisse, c’est safe, mais parce que c’est ProtonMail et leurs nombreuses actions vers le libre et la sécurité en général. J’avais déjà partagé un de leur post indiquant qu’il y aurait aussi très bientôt une offre de Cloud (ProtonDrive) dans l’offre ProtonMail payante. A suivre …

Continuer la discussion sur Korben Communauté

6 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants