Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Test de l’imprimante Brother MFC-J6920DW

Je ne sais pas pourquoi, ça doit être la saison, mais voici un nouveau test de matos qui concerne encore une fois une imprimante. Mais cette fois, on part dans la gamme pro / semi pro avec une Brother MFC-J6920DW que m’a envoyé Brother et dont je vais vous conter les qualités, mais aussi les défauts.

Il s’agit d’une imprimante assez imposante qui fait tout ce qu’on peut attendre d’une imprimante professionnelle. Tout d’abord, elle imprime en couleur y compris en qualité photo. C’est une jet d’encre et elle dispose de 2 bacs papier assez haut où mettre beaucoup de feuilles (500 au total). C’est très appréciable quand on a beaucoup de choses à imprimer, car ça évite de devoir recharger l’imprimante avec des feuilles toutes les 3 minutes.

balez

La présence de 2 bacs permet surtout de pouvoir switcher rapidement entre 2 types de papiers… Normal et photo par exemple. On peut aussi imprimer en recto verso, ce qui est super appréciable.

Elle dispose aussi d’un point d’entrée sur le dessus pour pouvoir imprimer sur du A3, ce qui est plutôt cool. Le scanner sur le dessus peut lui aussi monter jusqu’au A3 avec une résolution de 2400 dpi.

EntreeA3

Voilà pour les fonctionnalités de base. Maintenant comme vous le savez, tous les constructeurs rivalisent d’innovations pour rendre leurs imprimantes super-connectées et la Brother MFC-J6920DW n’est pas en reste.

Niveau connectique vous pouvez la brancher en USB, Ethernet, mais aussi WiFi ce qui plutôt sympa quand on est plusieurs à s’en servir. Fidèle à la tradition Brother, cette imprimante fait aussi Fax. On retrouve donc le connecteur qu’il faut à l’intérieur pour brancher une ligne téléphonique. Ça doit être le seul truc que je n’ai pas testé, désolé ^^.

Pour brancher tous ces câbles, il faut les faire courir à l’intérieur de l’imprimante. Prévoyez donc un peu de longueurs en câble RJ.

open

branchements

En façade se trouve des connecteurs pour brancher directement une carte SD ou une clé USB et ainsi imprimer ses photos ou documents directement en naviguant dans les menus de l’imprimante.

connecteurs

Cette Brother dispose d’un écran tactile couleur qui peut se relever sans problème et donne accès à des tas de menus dont je vais vous décrire l’essence.

Fixie_0005

Cet écran permet bien évidemment d’imprimer, faire une copie et numériser vers l’ordinateur, vers un serveur FTP, vers un répertoire partagé, vers un email, vers une clé ou une SD, vers un fichier (ou image) et même lancer une session d’OCR sur le document. Ça fait gagner du temps et tout part vers les logiciels installés sur votre ordinateur. Pour ce genre de numérisation imprimante -> ordinateur, vous devrez bien évidemment connecter le câble USB et installer la suite logicielle Brother.

ecran2

Maintenant les grosses innovations résident dans la connectivité de l’imprimante.

Tout d’abord, Brother offre une connexion à pas mal de services web tels qu’Evernote, Dropbox, Google Drive, SkyDrive, Box, Facebook, Picasa, Flickr. Contrairement aux imprimantes que j’ai pu tester avant, celle-ci nécessite de passer par l’ordinateur pour la connexion initiale. Il faut d’abord se rendre sur bwc.brother.com, choisir le service auquel on veut se connecter, entrer ses identifiants en ligne puis le site fournit un code unique à entrer dans l’imprimante. Ensuite, l’imprimante est liée au compte du service et peut se connecter à celui-ci. Il est ainsi possible de connecter plusieurs comptes d’un même service, ce qui est plutôt pas mal quand on jongle par exemple avec des Google Drive pro et perso.

Fixie_0006

Fixie_0007

Lors de mes tests, tout a fonctionné mis à part Evernote. Impossible d’imprimer quoique ce soit, j’ai rencontré une erreur à chaque document que je testais. C’est peut-être un bug temporaire, je referai un test plus tard. Ensuite, pour Drive, comme le document que vous souhaitez imprimer est téléchargé directement sur l’imprimante, si celui-ci est trop gros, et bien ça ne fonctionnera pas. Des petites limites un peu gênantes.

tropgros

Autre truc qui m’a un poil gêné avec les fonctionnalités embarquées d’impression, c’est qu’on ne peut pas lancer d’autres trucs pendant que ça imprime. Par exemple, je peux lancer l’impression de 3 photos à partir de Facebook, mais je ne peux plus naviguer dans les menus pour lancer d’autres impressions à partir d’autres services ou d’autres supports physiques. Obligé d’attendre que l’impression se termine.

Maintenant, le truc qui m’a le plus plu dans cette imprimante, c’est sa fonctionnalité NFC. En activant le NFC et Beam sur votre téléphone et en installant l’application Brother Android qui va bien, vous pouvez à tout moment imprimer des photos ou des documents directement depuis votre téléphone, simplement en le posant sur l’emplacement prévu sur la façade de l’imprimante.

Screenshot_2014-01-27-09-33-06

Screenshot_2014-01-27-09-34-24

Ensuite, le transfert se lance en WiFi direct et votre document s’imprime. C’est royal ! Première fois que je teste une imprimante NFC et j’avoue que c’est très pratique, car ça évite de passer par des intermédiaires (emails, service en ligne…etc.).

Au niveau prix, elle s’en tire plutôt bien pour une imprimante de ce calibre puisqu’elle se situe dans les 300 euros environ. Le jeu de cartouche tourne quant à lui autour de 15 / 20 €.

En conclusion, c’est une très bonne imprimante multi fonction avec quelques petits défauts logiciels qui seront surement corrigés par une prochaine mise à jour. Je vous rappelle que c’est une imprimante destinée aux gens qui ont un gros besoin en impression / numérisation… Donc des PME ou des indépendants, ce qui explique sa taille, ses capacités et son prix.



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !