Alors qu'en Europe, on pond des lois sur le droit à l'oubli, aux États-Unis, c'est tout le contraire qui se passe... Par exemple, le 26 octobre dernier, Miranda, une jeune femme de 19 ans a percuté une voiture de police au feu rouge.  Pas de blessés, heureusement. Elle avait bu et surtout, elle était très occupée à envoyer des photos d'elle à poil, à son copain, via Snapchat.

View image on Twitter

Normal quoi...

La police de la ville de Bryan au Texas l'a bien sûr arrêté et elle a été libérée contre une caution de 2000 $, jeudi dernier.

Hormis une suite justifiée devant les tribunaux, l'histoire aurait pu se terminer là. Mais la police de Bryan en a décidé autrement, en choisissant de faire de Miranda quelqu'un d'illustre. Ils ont publié son mugshot (selfie de garde à vue) sur leur page Facebook, en donnant son nom, son âge, et tous les détails concernant les nichons à l'air et snapchat.

miranda

Clap Clap Clap la police... Je ne sais pas si on peut appeler ça une "bonne leçon", du non respect de la vie privée, de l'humiliation, ou du harcèlement en ligne / cyberbullying / slut-shaming comme ils disent, mais peu importe, ça me dérange.

D'un coup, sans l'avoir choisi, cette personne se retrouve propulsée star mondiale sur les réseaux, jetée en pâture à tous les tarés qui ont mis la main sur son Instagram, son Facebook, le nom de son université, et ses photos personnelles, y compris en maillot de bain, et qui se partagent tout ça, y compris dans les commentaires du message Facebook de la police de Bryan, qui bien sûr ne modère absolument rien.

Avant, dans la vie du village, quand on était "grillé", il suffisait de changer de village et recommencer une nouvelle vie. Maintenant, le village est planétaire et les gens qui pensent que Miranda retombera dans l'anonymat dans quelques jours, ne savent pas de quoi ils parlent. Elle va devoir porter cette "célébrité" honteuse toute sa vie et il y aura toujours un connard pour lui rappeler qu'elle conduisait alcolisée, ou qu'elle se photographiait à poil, même lorsqu'elle aura 80 balais.

Sachez le, sur le net, on n'a pas le droit à l'erreur, et aucun droit à l'oubli ne pourra arranger ça. Il faut simplement apprendre à vivre avec. Seulement, certains ne le supportent pas et ont parfois des réactions extrêmes (depression, suicide...etc.). Je souhaite à Miranda de bien le vivre et d'essayer d'en faire une force. À sa place, je monterais un business avec des t-shirts et des mugs estampillés "Sexy selfies don't ruin life. Cops do" ou un truc comme ça, histoire de renverser la vapeur et de transformer ça en force.

Quoiqu'il en soit, j'espère que cette double punition ne se généralisera pas dans tous les commissariats américains, car cela risque de faire pas mal de dégâts, beaucoup plus qu'un parechoc embouti.

Source