Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Faites respecter vos droits RGPD avec Incogni

— Article en partenariat avec Surfshark

Vous devez tous savoir ce qu’est le RGPD maintenant, non ?

En application depuis 2018, ce Règlement Général sur la Protection des Données vise à encadrer tout ce qui touche au traitement des données à caractère personnel sur le territoire de l’Union européenne. En gros cela permet à tous les citoyens (vous et moi) de faire valoir ses droits si une de ses données est utilisée à mauvais escient et hors du cadre prévu.

Et ce qui entre dans la catégorie « donnée personnelle » est assez vaste puisqu’il s’agit de tout ce qui permet de vous identifier. Des choses comme votre nom et prénom, votre adresse, votre email, une donnée biométrique ou votre numéro de sécu par exemple. Mais aussi des informations moins directes comme un identifiant sur un site web, vos géolocalisations, vos habitudes de surf, etc. Bref absolument tout ce qui permet de remonter jusqu’à vous, rapidement ou via le croisement de plusieurs données.

Profitez de la promo actuelle ! Du 27 octobre et jusqu’au 4 décembre, Incogni vous propose une super offre à -60% si vous prenez l’abonnement annuel ! Le service vous reviendra donc à environ 4.6€/mois. Pour en tirer parti, il suffit d’inclure le code promo INCOGNI60 lorsque vous effectuez votre achat. De quoi vous faire un petit cadeau de fin d’année et commencer 2023 avec l’esprit un peu plus tranquille 😉

Service Incogni de surfshark

En France toute entreprise doit respecter ce règlement. Petit, grande, publique, privée, association, collectivité, sous-traitant … même une société étrangère qui exporte ou livre des produits en France doit s’y plier. Le citoyen (vous, moi, elle, lui et les autres) a donc une certaine maitrise sur ses propres données et cela à plusieurs niveaux.

Déjà parce que le service que vous utilisez (boutique e-commerce, outil web, inscription à une newsletter …) doit vous fournir une série d’informations avant même d’y souscrire. En général le truc barbant plein de mots que personne ne lit jamais, mais auquel tout le monde consent par flemme. Qui gère le traitement de vos données ? Dans quelles conditions ? Avec quelle finalité ? Est-ce que les données sortent à un moment de l’espace européen ? Etc.

C’est peut-être bête à dire, mais si vous ne voulez pas que vos données personnelles soient mal utilisées … la première chose à faire est de voir si le service en question annonce bien noir sur blanc qu’elles ne seront pas mal utilisées.

source : blog Incogni

Maintenant nous sommes tous humains. On ne va pas chaque fois passer 5-10 minutes à vérifier que le site respecte bien les recommandations RGPD alors qu’on a encore 3,4 millions de vidéos de chats à regarder sur YouTube. Il faut choisir ses combats. Heureusement, même si vous vous rendez compte d’un souci par la suite, il existe ce qui s’appelle des droits. Et vous en avez plusieurs à votre disposition :

  • Droit d’accès : vous permet de savoir quelles données vous concernant sont stockées, d’où elles proviennent et comment elles sont utilisées.
  • Droit de rectification : vous permet de faire modifier certaines données, voire de demander leurs suppressions.
  • Droit d’opposition : vous permet d’empêcher le traitement de vos données pour un motif légitime. Dans certains formulaires on vous demande par exemple de cocher une case pour recevoir des courriers commerciaux, des promotions, etc. En ne la cochant pas, vous invoquez en fait votre droit d’opposition (Opposition votre honneuuuuurr).
  • Droit à la portabilité : qui va vous aider à passer d’un service de traitement de données à un autre (soit directement, soit en récupérant un fichier à transmettre au nouvel organisme).

Bref il y a beaucoup d’options selon les cas, pas toujours simple de savoir quoi faire. Et je ne parle même pas de la prise de tête pour trouver les bonnes personnes à contacter, les bons documents à fournir, le temps de réponse entre chaque communication, etc., etc. Travail à multiplier par plusieurs dizaines de fois si vos données perso se trimballent dans plusieurs de ces services (appelés data brokers) où ils ne devraient pas être présents.

Data brokers

Plus vous passez de temps en ligne, plus vous balancez vos infos à gauche et à droite … et plus vous aurez de chances de vous retrouvez avec des utilisations non voulues de vos donnés. Le plus souvent sans même le savoir ou vous en rendre compte, hormis peut-être via un SMS ou un email d’un projet auquel vous êtes certain de ne jamais avoir donné vos infos.

Et c’est là qu’apparaît, baignant dans son halo de lumière, votre sauveur : Incogni.

Il y a quelques jours j’ai publié un article basé sur mon test du service Incogni. Je vous laisse le lire, mais vous y apprendrez que c’est quasi une centaine de demandes qui ont été gérées en mon nom via le service proposé par Surfshark. Je n’imagine pas les journées entières que j’y aurai passées si j’avais dû tout faire à la main. Donc depuis la date de mon test presque 1/3 des brokers contactés ont agi.

Alors oui le service est payant (moins de 6€/mois, ça reste correct), mais il rend un vrai service. Et lorsqu’un responsable des données reçoit une demande d’un service pro, cela a probablement plus de « poids » que votre mail personnel pour le motiver à appliquer les modifications nécessaires.

Tableau de bord Incogni

Gros avantage aussi, Incogni vous propose un tableau de bord via lequel vous pouvez suivre en temps réel l’avancée du nettoyage. Et connaître ce que chacun de ces data brokers avait comme infos sur vous et comment ils les utilisaient. Il me semble que ces derniers doivent répondre et faire les modifs en 30 jours. De plus l’outil surveillera que vos données ne réapparaissent pas comme par magie dans la base des services après quelques mois.

Cerise sur la tartiflette si vous habitez en Amérique du Nord, Incogni ne fait pas respecter que la réglementation européenne au niveau des données personnelles. Il gère aussi les lois CCPA et PIPEDA, sorte d’équivalent du RGPD en Californie et au Canada.

Tester Incogni


Les articles du moment