Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Portabilité transfrontière des contenus. Une fausse bonne idée de l’Europe. #DSM

Étant abonné Netflix et voyageant régulièrement à l'étranger, j'ai remarqué à plusieurs reprises que les films et séries qui m'étaient proposés différaient selon les pays où je me trouvais.

Je pouvais commencer un film sympa en Suède et ne pas pouvoir le finir en France, car rendu indisponible dans le catalogue FR. Ou alors le commencer en France en version française et n'avoir accès qu'à la version doublée en espagnol en Espagne.

Oui c'est regrettable, mais malgré le fait qu'on soit tous sur Internet, un réseau connecté mondial conçu pour le partage des connaissances, il existe encore des frontières invisibles comme celles-ci.

Et n'allez pas pointer du doigt Netflix ou d'autres acteurs, car il ne s'agit pas spécialement de leur volonté. C'est plutôt, comme toujours, un problème ou plutôt une exigence imposée par les ayants droit pour garder leurs griffes bien accrochées à leurs royalties et continuer encore et toujours à remplir leur porte monnaie avec de la donnée qui ne leur coûte à rien à copier-coller à l'infini sur les serveurs du monde entier.

Mais plutôt que de régler le problème une fois pour toutes en abolissant ces frontières invisibles imposées par le droit d'auteur, notre cher Parlement européen, histoire de faire plaisir à tout le monde, a trouvé la parade.

Dorénavant, une nouvelle loi baptisée Digital Single Market et concernant la "Cross-border portability" (portabilité transfrontière) va permettre aux citoyens européens d'être rattachés à un pays et donc de pouvoir accéder au catalogue FR partout en Europe s'ils sont français. Ça va donc régler la moitié de mon problème qui est de pouvoir finir un film commencé en France, dans un autre pays de l'UE.

Mais l'autre moitié de mon problème à défaut d'être réglé, s'aggrave.

Comment ?

Et bien quand j'allais par exemple en Islande (ou que j'utilisais un VPN islandais – c'est moins cher ^^), je pouvais découvrir de nouvelles œuvres réservées à mes amis vikings. Ainsi, je pouvais m'enrichir culturellement en découvrant les "catalogues" Netflix d'autres pays. C'était bien.

Mais grâce à l'Europe, c'est terminé. En bon petit français, je serai donc cantonné aux productions audiovisuelles que les ayants droit ont décidé de réserver au marché français (oui, car nous sommes un "marché"). Et je parle de Netflix, mais cela vaut aussi pour les restrictions par pays de YouTube et j'imagine que c'est valable pour Amazon Prime Video, Spotify, Deezer…etc.

Cette loi sur la portabilité transfrontière (transfrontalière ?) des données est donc une demi-solution qui règle un petit problème, tout en générant ce qui à mes yeux est maintenant un gros problème : Celui de la censure des contenus en fonction de la nationalité de l'internaute. Avant cela, on pouvait encore contourner la restriction avec des VPN, mais après le 1er avril 2018, date d'application de ces nouvelles règles (oui, et c'est loin d'être une blague), comme votre compte sera rattaché à un pays, même en passant par un VPN allemand, vous continuerez à accéder à du contenu réservé aux Français.

On est donc bien sur une loi qui génère une forme de censure culturelle et intellectuelle et qui emprisonne les utilisateurs de ces services, permettant aux ayants droit de nous diviser en petits groupes pour maximiser leurs profits.

À mon sens, ce que la Commission européenne et les acteurs comme Netflix auraient dû défendre, c'est tout simplement l'abandon de cette notion de frontières dès qu'on parle d'Internet. Les mêmes données, les mêmes contenus pour l'ensemble des habitants de la planète. Et voilà. Problème réglé.

Cela aurait été une avancée majeure pour la culture, mais aussi une manière de combattre la censure et la main mise de certains sur ce qui devrait revenir à l'humanité dans son ensemble. Et pour ceux qui auraient peur de se retrouver avec des milliers de films Bollywood dans leur Netflix, je tiens à leur dire que techniquement ça n'aurait pas été un problème. Il aurait toujours été possible de segmenter les contenus en fonction des intérêts de l'utilisateur comme c'est le cas actuellement par exemple sur YouTube, sans pour autant imposer un blocage ou une censure de contenu étranger au pays d'origine de l'abonné.

Bref, même si ces règles peuvent sembler améliorer le confort des utilisateurs européens, elles génèrent selon moi un effet de bord hyper négatif qu'on peut appeler de la censure.

Mais évidemment, tout est packagé, markété comme étant un bon en avant dans le progrès. Notez donc qu'une fois encore, on nous prend pour des cons.


Réponses notables

  1. Comme d’habitude, 2 poids 2 mesures avec l’UE, quand il s’agit de faire transiter de la marchandise, délocaliser, ramener de la main d’œuvre pas cher, etc là y’a plus de frontières, mais quand là tout d’un coup sur internet il faut en mettre pour faire raquer tout le monde au maximum.

  2. Ça ne veut pas simplement dire qu’au lieu de devoir passer par un VPN pour accéder à du contenu étranger, il faudra simplement créer un compte dans le pays en question ?
    Par exemple, si je veux regarder un film sur le Netflix allemand, je dois me créé un compte Netflix configuré en allemand ?
    Ça sera un peu plus gênant au niveau des abonnements mais il n’y aura plus besoin de VPN.

  3. Jack says:

    Une question : Est-ce que ça va régler le problème des émission TV pas visualisable en replay à l’étranger car réservées au français ? ou même pas ? Style le zapping vu de France 2 ex canal et d’autres…

    Et un constat : Effectivement, on n’est pas dans une mouvance qui supprime les frontières à part quand il y a de la tune à se faire pour les grand groupes internationaux :frowning:

  4. flex says:

    C’est plutôt, comme toujours, un problème ou plutôt une exigence imposée par les ayants droit pour garder leurs griffes bien accrochées à leurs royalties et continuer encore et toujours à remplir leur porte monnaie avec de la donnée qui ne leur coûte à rien à copier-coller à l’infini sur les serveurs du monde entier.

    Tellement cliché et réducteur… J’attendais mieux de ta part. Est ce qu’on parle de tes “griffes” lorsque tu amasses des revenus sur la pub et les contenus sponsorisés ? Est ce que tu considères que tes articles sont de “la donnée qui ne te coûte rien” ?

    Comme tout travail, celui des réalisateurs, acteurs, scénaristes, maquilleurs, assistants etc… (parce que oui, il faut beaucoup de monde et d’investissement personnel pour produire du contenu) mérite amplement rétribution monétaire. Et il se trouve que quand un contenu est vendu à un distributeur comme Netflix, pour s’accorder sur un prix il faut savoir combien de personnes sont susceptibles d’être intéressées et de regarder. L’exploitation d’une oeuvre a un coût qui augmente avec le nombre de pays dans lesquels elle est distribuée (taxes en tout genre, traduction, doublage, sous-titrage, marketing, etc…).
    C’est comme ça que marche notre économie et c’est tout aussi valable pour les produits physiques (un certain modèle de voiture ne sera pas vendu à la terre entière, pour tout un tas de raisons). Tout as un coût, car à l’autre bout il y a des gens qui travaillent et ont besoin de payer leurs factures tous les mois. Alors s’il vous plaît, arrêtons la caricature et le mépris.

Continuer la discussion sur Korben Communauté

8 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants

Comment découper une carte SIM sans la bousiller

vec certains téléphone, ça devient une vraie galère au niveau des cartes SIM. Entre la SIM classique (MiniSIM), la MicroSIM et la NanoSIM, difficile de s’y retrouver et surtout de passer d’une plus grande à une plus petite sans devoir attendre que les opérateurs veuillent bien se donner la peine de vous l’envoyer…

Lire la suite


6 outils pour cloner un disque dur sous Windows et Linux

Cloner c’est facile… Bon, ok, cloner un bébé, c’est déjà plus complexe mais un disque dur, c’est l’enfance de l’art… Alors bien sûr le logiciel le plus connu pour ça, est Ghost de Symantec mais au prix de 999,99 euros HT (j’déconne, je ne connais pas le prix en vrai), c’est déjà plus rentable de se mettre à cloner son petit frère artisanalement dans le garage…

Lire la suite