Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Quand un jeu décède, lâchement tué par son DRM

Dans la série « Les DRM sont l’une des pires inventions de l’Humanité« , je vais vous conter la dernière blagounette qui est arrivée dans le secteur du jeu vidéo.

Si vous êtes gamer, vous connaissez sans doute le jeu Tron: Evolution sorti en février 2011. Peut-être, même l’avez-vous acheté ?

Et j’imagine que depuis 9 ans, vous l’avez délaissé et êtes passé à autre chose. Mais pourquoi ne pas y rejouer pour retrouver un peu de nostalgie ?

Et bien vous ne pourrez pas ! Cheh !

C’est qu’ont découvert des joueurs qui en voulant réinstaller ce jeu, ont eu la désagréable surprise de tomber sur une popup leur annonçant que leur numéro de série avait expiré.

Et peu importe que la version du jeu soit une version Steam ou une version vendue en boite, le message est sans équivoque.

Après prise de renseignements, l’explication est pourtant toute simple.

L’éditeur du jeu qui n’est autre que Disney n’a pas prolongé son abonnement au système d’activation proposé par la société SecuROM. Ces derniers ont donc coupé le service d’activation qu’ils louaient à Disney sous la forme d’un abonnement. Hé oui, toi pas payer, toi pas de service.

Sauf qu’évidemment, ça retombe sur tous les acheteurs du jeu.

La balle est donc dans le camp de Disney. Que vont-ils faire ? Reprolonger leur abonnement SecuROM ? Sortir le jeu sans DRM ? Ignorer les joueurs ?

Bon, apparemment, ils bossent sur un patch mais on ne sait rien de plus.

On verra bien, mais en tout cas c’est un bon rappel sur ce qu’est vraiment un DRM. Un DRM c’est tout simplement un « kill switch » que l’éditeur d’un contenu place sur une oeuvre que vous payez. Et grâce à ce kill switch, il peut vous en retirer l’accès à tout moment, mais aussi, pourquoi pas, vous faire repasser à la caisse s’il en a envie.

Même si on l’oublie, on ne sait jamais quand ce kill switch sera activé. Toutefois il est bien là et un jour, comme dans le cas de Tron: Evolution, il se déclenchera au grand détriment des acheteurs.

En ce qui me concerne, j’essaye toujours de prendre des choses sans DRM, mais quand je ne peux pas, je fais sauter le verrou numérique. Parce qu’on ne sait jamais d’abord et ensuite parce que j’ai un fort esprit de liberté ;-).

À vous de voir maintenant, mais si vous aimez jouer intellectuellement, demandez-vous toujours comment retirer un DRM lorsque vous en voyez passer un ! (Et passez-moi l’info, je ferai des tutos ;-)))


Réponses notables

  1. Non on s’en fout pas, s’en foutre c’est donner un passe droit à l’industrie du « virtuel » pour te claquer la porte au nez au premier ongle incarné. La culture est en danger à cause de ça. Ça se passe dans le monde de l’édition, le cinéma, la musique, par extension tout spectacle capté, le jeu vidéo qui je le rappelle représente depuis 2013 plus de 6 fois celui de la vidéo ou de la musique ou plus imagé représente plus de deux fois le chiffre d’affaire de la vidéo et de la musique cumulé !

    source Les numériques

    Le dématérialisé, ça permet de te spolier en toute impunité, au hasard, un abonnement qui augmente parce qu’ils ont rajouté un service dont tu te contrefout royalement (SFR, Bouygues, Orange p.e.) Bien sûr après ça tu peux batailler un an ou deux pour récupérer tes sous/changer de crèmerie, etc.

    C’est aussi la facilitation à l’extrême de l’entente des prix entre sociétés ce qui est formellement interdit par la loi, mais à moins de whistleblower, vas t’en le prouver.

    Bref, si je ne t’ai pas convaincu, alors, c’est peut être en effet que tu mérite ce sort.

    image

Continuer la discussion sur Korben Communauté

9 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants