Skip to content
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Cardano, la blockchain de 3e génération

Cet article n’est en aucun cas un conseil en investissement, mais simplement la présentation d’un projet technique autour de la blockchain.

Présentation du projet

Quand on se rend la première fois sur le site du projet Cardano, on peut y lire la même chose que tout ce qu’on trouve sur l’ensemble des projets blockchains du moment à savoir que c’est un projet qui va changer et offrir un monde meilleur à tous. Rien que ça. Mais alors de quoi ça cause exactement ?

Et bien en rentrant dans le détail, on comprend que Cardano est une plateforme blockchain décentralisée de 3e génération qui fonctionne sur un principe de preuve d’enjeu (proof of stake) et se repose sur la cryptomonnaie ADA. Le développement de Cardano se fait en respectant une démarche scientifique et une approche axée sur la recherche réalisée par des ingénieurs et des universitaires experts en blockchain et en cryptographie.

D’ailleurs, son initiateur est Charles Hokinson, expert en mathématique et co-fondateur d’Ethereum qui a quitté Ethereum en 2014 après une dispute avec Vitalik Buterin. Le nom Cardano vient d’ailleurs de Gerolamo Cardano, un mathématicien et philosophe du 16e siècle qui a travaillé notamment sur la stéganographie ou encore le calcul de probabilités.

Le projet lancé en 2017 est totalement open source et vise à offrir une infrastructure fiable et sécurisée pour les applications DeFi (applications financières décentralisées), mais également des applications plus sociales, car oui, Cardano se présente également comme un projet inclusif, équitable et résilient jusque dans son code.

Son code, d’ailleurs, parlons-en. Il est écrit en Haskell, un langage de programmation fonctionnel qui se repose uniquement sur des fonctions mathématiques pures. Ainsi pas d’effet de bord puisque pour une même entrée, chaque fonction retourne toujours le même résultat, sans modifier le programme. C’est des maths, c’est scientifique, c’est du costaud. Ce langage permet donc à Cardano de garantir la sécurité de son projet.

Cardano permettra dès cet été 2021 de faire du contrat intelligent (smart contract) comme ce que propose Ethereum, mais avec des fonctionnalités beaucoup plus avancées qui commencent à convaincre de plus en plus d’entreprises voulant créer leurs dApps. Niveau évolution du projet, il respecte un système de gouvernance démocratique et se finance par lui-même notamment grâce à sa crypto ADA.

ADA, nom donné en hommage à Ada Lovelace, une mathématicienne du 19e siècle reconnue comme la première personne à avoir fait de la programmation dans l’histoire de l’Humanité, est donc une cryptomonnaie qui tourne sur la blockchain Cardano et qui est stackable. C’est-à-dire que vous pouvez faire travailler votre crypto pour en gagner plus, soit en lançant votre pool, soit en rejoignant les pools des autres.

Pourquoi Cardano est un projet intéressant ?

Cardano est donc un projet à suivre pour plusieurs raisons. Tout d’abord ses fondements (whitepapers) sont revus et améliorés en permanence par des équipes d’experts à travers le monde, ce qui permet d’en faire un projet plus robuste et plus agile.

Ensuite, Cardano représente la 3e génération de blockchain, celle qui vient après Ethereum et ses smart contracts. Ainsi Cardano tente de répondre à 3 problématiques importantes : l’interopérabilité, la scalabilité et la durabilité.

Cette blockchain promet une blockchain dite à « haut débit », c’est-à-dire permettant d’effectuer un grand nombre de transactions en un minimum de temps. Et pour cela, Cardano se repose sur un algorithme de consensus baptisé Ouroboros (en proof of stake) qui est mathématiquement programmé pour produire un nouveau bloc de chaine toutes les 20 secondes afin de garantir une vitesse de confirmation des transactions très élevée.

Ouroboros traite les blocs de transaction en divisant les chaînes en « epochs », qui sont elles-mêmes divisées en slots temporels. Un leader de slots est élu pour chaque slot temporel et est responsable de l’ajout d’un bloc à la chaîne. Ce mode de fonctionnement permet à Cardano de traiter environ 1 million de transaction par seconde. Pour garantir la mise à l’échelle (scalabilité), les chercheurs de Cardano ont mis au point Hydra, un protocole qui peut être exécuté au-dessus de Cardano, permettant le traitement des transactions et des contrats intelligents en dehors de la chaîne principale, augmentant ainsi naturellement la capacité de traitement global du système.

L’interopérabilité offerte par Cardano permet également l’échange de cryptomonnaies entre différentes chaînes ce qui va permettre à terme de lier toutes ces chaînes de manière transparente. De plus, Cardano permet d’attacher des méta données aux transactions ce qui permettra des interactions plus naturelles avec le monde d’avant, à savoir les banques.

Les frais sur ADA sont largement moins élevés comparés à ceux pratiqué sur Ethereum et l’utilisation de Ouroboros en fait une blockchain peu énergivore surtout comparé à Bitcoin.

Enfin pour assurer la durabilité du projet, Cardano dispose d’un wallet indépendant de tout humain qui s’autofinance en prélevant automatiquement un petit pourcentage sur toutes les transactions. Ensuite, quand un développeur veut contribuer au projet, il soumet son idée, établit un budget et la communauté vote pour son projet. Si c’est voté, alors automatiquement, la blockchain enverra le montant nécessaire au développeur pour son travail à l’aide d’un smart contract. Cela permet à Cardano de financer son évolution sans dépendre d’ICO (levée de fond si vous voulez).

Développer sur Cardano

Cardano est donc l’une de ces briques technologiques sur laquelle peuvent se reposer des projets impliquant de la validation d’accès, de la traçabilité des biens pour lutter notamment contre la contrefaçon, ainsi que des besoins d’identité numérique et tout un tas d’autres choses.

L’écosystème qui se bâti sur Cardano commence déjà à s’amorcer avec du NFT, des places de swapping, des plateformes de financement comme Occam ou CardStarter sans oublier des Oracle dont celui de Wolfram Alpha ou du paiement comme ce qui est proposé par Coti. Même Venus utilisé pour faire du Stablecoin se branche avec Cardano.

Si vous voulez installer un node Cardano, vous pouvez le compiler à partir des sources ou aller télécharger un binaire pour Windows macOS et Linux ici. Une version Docker est également installable comme ceci :

docker pull inputoutput/cardano-node

Ainsi vous pourrez rejoindre le réseau et commencer à créer des transactions, interroger le réseau, proposer des évolutions…etc.

Voici l’architecture d’un node. Comme vous pouvez le voir, c’est très modulaire :

Pour commencer à développer vos premiers smart contracts sur Cardano, il est possible d’utiliser Marlowe, un genre de langage spécifique qui ne nécessite pas de grandes compétences en développement car tout peut se faire visuellement ou via du script simple à prendre en main.

Voici ce que donnerait un algo de swap (échange) entre de l’ADA et du dollar écrit en Marlowe :

When [
  (Case
     (Deposit
        (Role "Ada provider")
        (Role "Ada provider")
        (Token "" "")
        (MulValue
           (Constant 1000000)
           (ConstantParam "Amount of Ada")))
     (When [
        (Case
           (Deposit
              (Role "Dollar provider")
              (Role "Dollar provider")
              (Token "85bb65" "dollar")
              (ConstantParam "Amount of dollars"))
           (Pay
              (Role "Ada provider")
              (Party
                 (Role "Dollar provider"))
              (Token "" "")
              (MulValue
                 (Constant 1000000)
                 (ConstantParam "Amount of Ada"))
              (Pay
                 (Role "Dollar provider")
                 (Party
                    (Role "Ada provider"))
                 (Token "85bb65" "dollar")
                 (ConstantParam "Amount of dollars") Close)))] (SlotParam "Timeout for dollar deposit") Close))] (SlotParam "Timeout for Ada deposit") Close

Après si vous savez coder en JavaScript ou en haskell, vous n’aurez également aucun souci pour réaliser vos smart contracts avec Marlowe.

L’ensemble de la documentation est disponible ici.

Quel est le cours de l’ADA ?

Actuellement, le cours de l’ADA est le suivant :

Comment acheter de l’ADA ?

Si vous voulez acheter vos premiers ADA pour votre projet, vous pouvez passer par des plateformes comme Binance ou Bitpanda.

Ensuite je vous conseille de les stocker sur une clé Ledger pour renforcer leur sécurité. Et si vous voulez les stacker c’est possible sur Binance et d’autres plateformes.

Bon développement à tous !

Avec Fiverr, trouvez le freelance qui vous convient

Comme beaucoup je pense qu’au départ Fiverr a eu un peu l’image de la ferme à graphisme low cost, tous les services étant proposés à bas prix. Mais le marketplace a su se réinventer et propose désormais à des freelances aux talents multiples de s’exprimer selon une palette tarifaire beaucoup plus large (cela va de quelques euros à plusieurs milliers), que ce soit à la mission unique ou via une souscription régulière. La société est aussi entrée en bourse, a racheté plusieurs autres compagnies et a retravaillé son positionnement et son image auprès du public.

Quel que soit votre choix, lorsque vous trouvez une personne qui correspond bien à votre recherche, que vous aimez son travail et son état d’esprit, vous pouvez rester en contact pour qu’elle vous accompagne sur le (très) long terme. Et ça c’est plutôt appréciable lorsqu’on connait la difficulté de trouver la bonne personne avec qui bosser.

Hop découvrez Fiverr


Les articles du moment