Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

La chasse aux Pokémon sauvages

— Article rédigé par l’ami Remouk (DansTonChat) – Merci à lui —

Si vous suivez un peu l’actualité du jeu vidéo, vous avez sûrement entendu parler de ce nouveau volume des aventures de nos monstres de poches préférés, j’ai nommé les Furby les Pokémon bien sûr !

En effet, non content de promettre une révolution rafraîchissante à la formule habituelle, le titre rencontre un certain succès en se vendant à 6,5 millions d’exemplaires en 7 jours seulement (le second meilleur lancement de toute la saga).

Succès mérité ? Si le jeu n’est pas dénué de défaut, j’ai envie de dire oui et de vous expliquer pourquoi :

Tout d’abord, parce que la promesse d’une aventure plus libre, où l’exploration prime, est tenue. Alors soyons clairs dès le début, les graphismes ne sont pas dignes des capacités de la Switch… 🙁 C’est vraiment LE point noir. Mais ça n’empêche pas de se prendre au jeu.

Habituellement, on se balade de ville en ville pour affronter des champions de plus en plus puissants. Ici, l’histoire se recentre sur le remplissage du Pokédex, donc la chasse et l’observation des Pokémon, rien d’autre ! Ça peut décevoir mais les missions sont suffisamment nombreuses et variées pour nous tenir en haleine de nombreuses heures.

Je ne vais pas vous détailler tous les apports et différences de ce jeu, surtout que le looooooong tutorial se fera un plaisir de tout expliquer parfaitement, mais on peut saluer les efforts fournis par Game Freak pour secouer un peu la licence et ne pas rendre l’expérience monotone. Selon moi c’est réussi !

Par exemple le passage en mode « combat » est super bien intégré : on n’a plus l’impression d’être coupé dans notre élan. Et d’ailleurs, les bastons sont enrichies grâce aux styles rapides / puissants, mais aussi moins nombreuses puisqu’on peut désormais capturer des Pokémon sans les tabasser. Déjà c’est plus sympa pour eux, les pauvres… Mais aussi ça rend les sessions plus fluides et agréables.

Il y a pas mal de choses qui rendent la vie plus facile. Les bivouacs dans lesquels on peut se téléporter pour se reposer, etc., le crafting, simple et efficace, qui permet de s’équiper sans se ruiner, les différentes montures, super cools à utiliser… 🙂 Ce que je retiens de ces nouveaux éléments, c’est que peu de choses sont frustrantes !

En fait, ça ressemble pas mal à l’idée qu’on pouvait se faire de Pokémon, à l’époque, avant d’y jouer : on explore des milieux naturels à la recherche de certaines espèces, on les observe, on expérimente jusqu’à trouver la bonne approche pour les capturer, on combat les dangers grâce à nos Pokémon préférés avec lesquels on se lie d’amitié pour la vie entière… 🤗 Bon OK je suis trop sentimental. Mais parfois ça fait du bien.

Acheter Légendes Pokémon : Arceus sur Switch

Sachez que cette aventure aura fait vibrer mon âme d’aventurier, et pour la peine, la prochaine fois je vous parle d’un jeu d’exploration pure ! 🙂


Les articles du moment