Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Un outil pour surveiller en temps réel les performances de votre machine Linux

Si vous gérez votre petit serveur dédié et que pour vous, le suivi des performances en temps réel de celui-ci est important, sachez qu’il existe un outil de monitoring nommé Netdata qui permet de surveiller à la seconde près des tas de paramètres tels que :

  • L’utilisation des CPU
  • L’utilisation de la mémoire (RAM, swap…etc.)
  • Les I/O des disques
  • Les interfaces réseau (bande passante, paquets, erreurs, drops…etc.)
  • Les connexions au firewall iptables / netfilter
  • Les processus (en cours, bloqués, forks…etc.)
  • Les applications systèmes et leur consommation de CPU, mémoire, swap, disque…etc.)
  • L’utilisation d’Apache / Nginx
  • L’utilisation de MySQL (requêtes, locks, threads…Etc.)
  • La queue du serveur mail Postfix
  • La bande passante utilisée par le proxy Squid et les requêtes reçues
  • La température, le voltage, la vitesse des ventilos, l’humidité…etc. du matos
  • Les appareils SNMP

Le plus cool là-dedans, c’est que Netdata est plutôt joli. Voici quelques écrans animés :

67c4002c-f557-11e5-86bd-0154f5135def

4d566494-f554-11e5-8ee4-5392e0ac51f0

c882bbf4-f554-11e5-8863-1788d643d2c0

93b039ea-f551-11e5-822c-beadbf2b2a2e

Pour l’installer sous Ubuntu / Debian, il suffit d’entrer la commande suivante pour installer les dépendances :

apt-get install zlib1g-dev gcc make git autoconf autogen automake pkg-config

Puis cloner le depot git :

git clone https://github.com/firehol/netdata.git –depth=1

Et lancer le script d’install :

cd netdata ./netdata-installer.sh

Enfin, il suffit de lancer netdata comme ceci :

/usr/sbin/netdata

Et il sera accessible depuis l’IP de votre serveur sur le port 19999

http://127.0.0.1:19999/

enfin, pour la mise à jour régulière de netdata, il suffit de refaire un « git pull » à l’endroit où vous avez récupéré le dépôt git, puis de relancer le script d’install netdata-installer.sh.

C’est aussi simple que ça ! Et si vous voulez plus d’infos, toute la doc se trouve ici.

Source


Réponses notables

  1. Merci Korben, c’est effectivement bien sympa, joli et efficace. Le seul petit truc pour mes yeux fatigués ce serait d’avoir d’autres couleurs ou un contraste différent; par ce que gris clair sur gris foncé c’est parfois un peu raide, surtout vers 3h du mat: :smirk:.

  2. Nicnl says:

    Sympa, mais petite préférence pour de l’InfluxDB couplé à du Grafana, quand même.

  3. Pour ceux qui se demande ça marche très bien sur un Raspberry Pi.

  4. Pas de possibilité d’alerte par mail en cas de franchissement de seuil ? :confused:

  5. Bonjour,

    Est ce que quelqu’un sait sur combien de temps la visualisation peut s’étendre ?
    Peut on visualiser l’activité sur 5 jours par exemple. (histoire que je me débarrasse de " atop")

    en vous remerciant,

  6. il manque un “;”, et la commande doit être exécuté en “root”

    cd netdata ./netdata-installer.sh

    ==>

    cd netdata **;** **sudo** ./netdata-installer.sh

    L’installeur mentionne une feature interessante qui permet d’économiser de la RAM: KSM

    $ sudo -s
    # echo 1 >/sys/kernel/mm/ksm/run
    # echo 1000 >/sys/kernel/mm/ksm/sleep_millisecs

    le résultat est vraiment sympa !
    Djannakhan Approved :wink:

  7. kayoo says:

    Mouais… je teste actuellement des outils simple et ponctuelle de monitoring sur Debian.

    Concernant NetData:

    • très jolie
    • Bcp trop d’informations
    • Gourmand en mémoire (même après activation du KSM)
    • Aucune alerte
    • Impossible de remonté la semaine/mois/années.

    Conclusion:
    Un outil “fancy” qui ne sert qu’a analyser la machine en temps réel !
    Dans le même genre (audit instantané) je lui préfère Glances (bcp plus léger et informations direct)

    Si vous avez un besoin (comme moi) de :

    • diagnostique sur la semaine / mois
    • Alerte avec gestion des seuils
    • Exécute auto des scripts pour relancer tel ou tel service
      => monitorix => http://www.monitorix.org/
  8. Stold says:

    Consomme un peu trop de ressources à mon goût et beaucoup trop d’informations !
    Etant nouveau dans le monde de Linux, je n’arrive pas à le désinstaller proprement sous Debian…
    Il n’apparait pas dans les packages dpkg en plus, quelqu’un saurait-il m’aider ? L’installation est toujours facile mais la désinstallation… :sweat:

  9. Ouai c’est souvent le cas, qq soit le système (enfin quasi propre sous OSX).
    En lisant le sh, je fais :

    • sudo killall netdata
    • sudo deluser netdata
    • sudo rm -rf ~/netdata /usr/sbin/netdata /etc/netdata /usr/share/netdata /usr/libexec/netdata /var/cache/netdata /var/log/netdata

    Mais il en reste peut-être. Un autre avis sur la question ? Korben ?

Continuer la discussion sur Korben Communauté

9 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants

Salaire des développeurs : France vs Royaume-Uni : rester ou s’expatrier à l’heure du Brexit ?

Londres reste la première destination en Europe pour les développeurs du monde entier, qui sont désormais près de 360 000 à travailler dans la capitale britannique. Pour autant, les centres technologiques rivaux connaissent une expansion rapide. Maintenant que le Brexit a enfin été annoncé, la France parie qu’elle peut renverser la Grande-Bretagne de son statut de plus grande nation technologique d’Europe. 

Londres est dans une bataille avec d’autres villes européennes pour attirer ces travailleurs hautement qualifiés, et les données suggèrent également que les rivaux européens augmentent leurs effectifs technologiques à un rythme plus rapide, bien qu’à partir d’une base plus faible. Le nombre de développeurs à Paris a augmenté de près de 60% dans le même temps.

Depuis son élection, le Président Macron a séduit les entrepreneurs technologiques avec une série d’initiatives sous la forme d’allégements fiscaux, de subventions et de crédits pour la recherche. En mars 2018, il a promis d’investir 1,5 milliard d’euros dans la recherche en intelligence artificielle jusqu’en 2022. Cela a permis à la France d’ouvrir de nouveaux centres de recherches afin de rester compétitif sur différents sujets. Par exemple, le secteur du jeu vidéo a récemment explosé en France avec la création de nouvelles sociétés (Voodoo et leur 200M$ / 173M€ levés en 2018) et le développement de ses institutions (Ubisoft) qui permettent au pays d’avoir les meilleurs studios de création de jeu au monde. 

Toutefois, les rémunérations françaises proposées aux développeurs sont peu attractives. La société talent.io spécialisée dans le recrutement de profils tech a réalisé une étude en comparant les salaires des développeurs français, allemands et britanniques – selon leurs expériences et le type de poste. Selon les différentes données, la France arrive en bas de chaque classement en étant surpassée à chaque fois par sa rivale britannique. Cependant, talent.io rappelle que le coût de la vie n’est pas compris dans ses données et peut avoir un impact significatif sur le niveau de vie. 

Parier sur la vieille dame ou sur la startup nation? Désormais sortie du Brexit, le Royaume-Uni a quelques cartes à jouer pour rester dans la course de l’innovation et séduire les développeurs.

En recherche de poste ou curieux de découvrir de nouvelles opportunités ? Il est temps de juger par vous-même votre valeur sur le marché. Dans un secteur qui n’a jamais autant évalué, talent.io examine chaque opportunité pour ne vous proposer que le meilleur en France et à l’étranger.

CV, lettre de motivation, candidature ? Rien de tout cela n’est nécessaire, les entreprises postulent directement à vous et l’inscription ne prend que 2 minutes. 

En savoir + sur votre prochain Job