Quand la plupart des gens entendent le mot "geek", ils associent cela à un amour de la technologie. Mais geek, c'est un mot beaucoup plus large qui englobe tous les passionnés. Je pense qu'il y a autant de définitions de geeks que de geeks.

Et s'il y a bien un endroit où tous ces geeks se retrouvent, ce sont les Geek Faëries, un festival en plein air qui se déroule tous les ans à Selles-sur-cher pas très loin d'Orléans. Et cette année, j'ai eu le plaisir d'y être invité.

Et sans en rajouter, j'ai vécu une expérience très forte là-bas, car tout le monde est bienveillant, est passionné, et prend le temps pour peu qu'on discute un peu, d'échanger et de communiquer sur sa passion. J'ai rencontré de très nombreuses personnes et durant 2 jours, j'étais plongé dans une espèce de camp de vacances entre potes. C'était un vrai bol d'air et ce qui fait la force de cet événement c'est vraiment sa communauté.

J'ai donc réalisé quelques petits portraits de geeks de connus et d'inconnus que je tiens à vous partager dans cette vidéo. En la re-re-re-gardant pour faire le montage, j'avais le plaisir de revivre un petit peu ce moment.

Florian Belmonte était aussi de la partie avec de très belles photos sur les Geek Faëries.

Originaire de Paris, Maya enregistre le son pour un reportage réalisé pour Tracks. “Le festival me plait beaucoup, c’est riche, cela fait se poser des questions sur la société”

Julie est la réalisatrice du reportage pour Tracks. Elle reste les trois jours du festival aux côtés de ses deux collègues.

Bruce est originaire de Paris. Il est invité, c’est un vulgarisateur scientifique. “J’ai acheté une machine à fabriquer des badges vu que je venais aux Geek Faeries, j’ai fait quatre cent badges pour ce weekend, un par un et je vais les donner, ça me fait super plaisir”

Léa et Anne viennent de Paris. Anne est jardinière, Léa est vendeuse. C’est un rendez-vous qu’elles attendent chaque année. “On dors dans notre voiture, à sept heures du matin, des personnes nous ont réveillé. Pour se faire pardonner elles nous ont apporté des pains aux chocolats”.

“Je suis lycéen, je viens d’Orléans et je suis la pour animer des cours d’épée longue. J’aime l’univers de ce festival, l’ambiance est géniale, en plus il y a de superbes cosplay” - Edouard

“J’ai onze ans, je viens de Genève, mes parents sont aussi présents sur le festival. C’est la première fois que je viens faire du trollball, c’est marrant, mais il faut faire attention aux haches” - Olwen

“Je viens d’Angers, je suis pâtissier. J’ai toujours besoin d’occuper mes mains., c’est pratique. Je contrôle l’entrée, je ne peux pas faire un truc trop accaparant donc j’ai pris mon handspinner. - Florian

Nous avons lancé Hackingsocial.com et la chaine HorizonGull sur Youtube. Les Geek Faeries sont un festival dont l’horizontalité dans le rapport des festivaliers•e•s. Les différences sont clairement acceptées. C’est un lieu qui est Freaks Friendly. Il n’y a pas de barrières sociales, pas d’oppression. C’est une humeur bienveillante qui se dégage”. - Viciss et Gull

“Je suis géomètre, je vis en Suisse. C’est la deuxième fois que je viens. Je suis avec des potes. L’atmosphère médiégeek est conviviale. C’est organisé avec le coeur. Tu peux discuter de tout, avec tout le monde, sans forcément se connaitre avant. C’est plaisant” - Mathias

“Je suis technicien sur machine industrielles, je vis dans la région Centre. Avant, j’étais un Nolife, je faisais des trucs tout seul, j’étais cloitré dans ma chambre. Maintenant j’ai les Geek Faeries. On se retrouve, il n’y a pas de pression, pas de prise de tête. J’adore ce moment. En plus le cadre est super beau” - Lloyd

“Rien que le fait de marcher au bord de la rivière pour aller du camping au chateau est une promenade reposante et agréable” - Lloyd

“Nous sommes venu•e•s à deux de Tours. Nous sommes étudiant•e•s et nous venons voir certain•e•s youtubeur•euses. Alexis est venu voir E-penser, Joueur du grenier etc et moi j’aime plus l’ambiance, la convivialité, le cadre. C’est un moment très libre” - Camille et Alexis

“Je viens de l’Essone, je suis ferronnier d’art, c’est la troisième fois que j’expose aux Geek Faeries. J’essaye de toucher une clientèle plus geek et ici, il y a vraiment des personnes avec des gouts aussi riches que variés. Je vends mes produits plus facilement ici, c’est la clientèle que j’aime et que je cherche” - Wilson

“Nous sommes tous les deux des Quickos. Nous travaillons chez Quick. On est venu•e•s pour les jeux vidéo rétro et les jeux de rôles. Nos potes sont en train de faire un match de Quidditch, pendant ce temps la, nous jouons à Blazeblue. L’ambiance est ouf, le dialogue se fait entre tout le monde. Il n’y a pas de barrières sociales entre nous” - Kévin et Océane

“Je suis linguiste informatique et Clément est chargé de projet sur la sureté nucléaire. Nous sommes présent•e•s aux Geek Faeries depuis maintenant quatre ans. Nous sommes responsables du pôle quidditch. Nous dormons au camping, le festival est convivial, moins commercial qu’un gros truc genre Japan-expo”. - Clément et Amélie

“Je vis de mon site Dans Ton Chat. Je fais aussi de la musique dans le groupe Kickban et je viens ici depuis deux ans. J’y donne des conférences, des concerts. J’y fais des rencontres, avec des geeks que je trouve passionné•e•s et passionnant•e•s. On peut prendre le temps, c’est une vraie convention, un vrai moment de partage, d’écoute et de convivialité.” - Rémi

“Je suis Suisse, illustratrice et créatrice. Aux Geek Faeries, j’accompagne François, un ami qui fait des critiques et analyses cinéma sur youtube. Je compte la caisse pour vérifier si nous sommes justes dans les comptes." - Lucie

Zoltan

“Je suis originaire de Paris, je loue des appareils photo moyen format à des pros et Ségolène est originaire de Limoge, elle est étudiante infirmière. Nous venons en tant qu’exposant. Le festival est chouette, le seul point négatif, la pluie. Mais on vit avec, on à des tentes pour s’abriter” - Ségolène et Quentin

“Je suis batteur au sein du groupe KickBan. Nous venons aux Geek Faeries depuis maintenant 2 ans. Je bosse dans la sécurité incendie le reste du temps. Ce festival est mortel, on n’enjolive pas, c’est vraiment mortel !” - Damien

“Je suis réalisatrice, monteuse et costumière sur Paris. Je viens aux Geek Faeries depuis 5 ans, j’aime venir y retrouver les copains•Ines. Je trouve l’ambiance plaisante, pas de pression, pas de personnes ayant de mauvaises intentions. - Lou

“Je suis organiste de métier. J’ai adoré le festival en visiteur, j’ai décidé de m’y impliquer, je suis maintenant dans l’équipe de bénévoles. Je suis, cette année attaché à un des points de restauration. C’est un festival riche de différence et d’écoute de l’autre. Je m’y sens bien et les rencontres sont, malheureusement, trop courtes” - Clément

Je suis photographe, je viens de terminer un projet super cool dans un cabaret. J’accompagne des ami•e•s qui viennent rencontrer leur public pendant ce festival. J’ai rencontré plein de personnes très cool” - Anna Celestine

“Je suis chargé de com chez Framasoft. Je viens aux Geek Faeries depuis maintenant trois ans. J’aime ce festival, c’est un espace de bienveillance, c’est un endroit ou tu auras toujours ta place. Tu es toujours lea bienvenu•e. C’est une sorte de Zone autonome temporaire (TAZ) pour les geeks !” - Pouhiou

Florian est dans l’équipe des bénévoles. Il vient au camping vérifier si les festivalier•e•s n’ont aucun souci. Justine, étudiante en Game Design est la avec des amis, il et elle vont bientôt retourner au festival pour écouter une conférence. - Florian et Justine

Deux amis originaires de Franche Comté. L’un est cuisinier, l’autre dirige un centre de loisirs pour enfants. “Nous venons ici pour voir nos amis, des youtubeurs•eueses que nous aimons, c’est en plus simple de les approcher, il n’y a pas de prise de tête là-dessus. C’est un rendez-vous annuel très important, nous nous voyons une fois par an, mais c’est toujours très fort !” - Mammouth et Crevette

Merci à Naya et à tous les organisateurs et bénévoles des GF. C'est un événement qui est important en France car il permet à toutes ces communautés de se rencontrer et d'échanger. J'espère vous y voir nombreux en 2018.