Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Automobilistes, otages du gouvernement ?

L’automobile est une vaste arnaque… Bon, je vous épargne les discours sur le prix de l’entretien d’une voiture, sur le coût de l’essence, la pollution et les accidents car ça on le sait tous et on fait avec… et je vais juste vous parler rapidement de 3 points qui m’ont particulièrement agacés cette semaine

Les avertisseurs de radars

On commence tout d’abord par l’interdiction sans concertation décidée par le gouvernement, de supprimer à la fois les panneaux indiquant les radars automatiques et surtout d’interdire complètement l’utilisation, la détention, la fabrication, l’importation et la vente de ce qu’on appelait jusqu’à maintenant les avertisseurs de radar « légaux ». Raison officielle : Cela nuit à la politique de sécurité routière, donnant un sentiment d’impunité aux conducteurs.

Moué, on y croit moyen… ce qu’on voit surtout c’est que c’est un bon moyen de faire encore plus d’argent car n’importe qui, même respectant les limitations de vitesse se fera forcement flasher. C’est mathématique… Un petit moment d’inattention, un panneau qu’on a raté parce qu’on a doublé un camion à ce moment là, ou une urgence qui nécessite une accélération rapide pour éviter un accrochage… Pas besoin d’être un chauffard. Interdire les avertisseurs de radars va probablement permettre d’augmenter le nombre d’infractions (en plus de mettre une partie des gens qui travaillent dans ces sociétés au chômage). Je me trompe peut être mais on verra bien. Des associations d’automobilistes comme l’AFFTAC protestent activement, soutenus par les fabricants.

La question que je me pose maintenant, c’est surtout une question pratique… Comment vont-ils pouvoir interdire ça ?

Ce genre de système est aussi présent dans les GPS et les téléphones. Doit-on les interdire aussi ? Va-t-on donner à la police des droits supplémentaires pour fouiller dans nos téléphones portables ? Et est-ce qu’interdire aux utilisateurs de s’informer les uns les autres de la présence de ces radars est une entrave à la liberté d’expression ?

Oui, je sais, ça fait plus qu’une question mais ce sont des vraies interrogations. Je n’aime pas trop quand le gouvernement prend une décision aussi rapidement sans prendre le temps de s’informer auprès d’experts, surtout quand cette décision impacte un grand nombre de français. Si vous avez un avertisseu de radar légal, allez vous arrêter de l’utiliser ? Si j’étais fabricant de ce genre d’appareil, je crois que je jouerai le jeu jusqu’au bout en continuant à les vendre, tout en amenant cette histoire en justice.

Quelle sera la prochaine étape ? Interdire les phares sur les voitures sous pretexte que les gens s’en servent pour se prévenir ?

Le prix des carburants

Le deuxième point que je voulais aborder, c’est le prix du carburant… Enfin, plus exactement le site www.prix-carburants.gouv.fr proposé par le gouvernement, qui permet de connaitre le prix de l’essence dans les stations autour de chez soit. Très pratique, gratuit et vraiment « gentil » de la part de nos dirigeants… Sauf qu’il y a un hic… Il n’y a pas d’application mobile officielle pour ce genre de service. En général, quand on cherche une station essence, on est déjà en voiture. Donc avoir un beau site web, c’est bien, mais avoir une véritable application (ou version HTML) mobile, ce serait vraiment efficace pour aider les automobilistes à consommer intelligemment. Mais cela ne semble pas dans les priorités de l’Etat. Du coup, des développeurs indépendant ont utilisés ces données accessibles gratuitement pour faire leur propre application.

Je pense par exemple à CarburantFuté ou AndroCarbu, 2 applications pour Android qui permettent de connaitre le prix de l’essence de manière géolocalisée… Ou plutôt qui « permettaient » car depuis quelques jours, les créateurs de ces applications ont reçu des plaintes de la part du site officiel, qui leur réclame tout simplement 35 000 €/an pour utiliser leurs données. Ça fait un peu cher pour des développeurs d’applications gratuites, je trouve. Les dév comme les utilisateurs sont tout simplement dégoutés et Prix-Carburants.gouv.fr garde ainsi le monopole sur l’affichage de ses données. Moins de gens peuvent comparer les prix de l’essence, mais ça ils s’en foutent. Dans la mesure ou ce site a été créé avec nos impôts, je ne vois pas pourquoi les données ne seraient pas distribuées en open data et donc accessible à tous. C’est juste naze et je pense qu’on peut encore attendre avant que le site gouv se lance dans la conception d’une appli iPhone/Android/WP7.

Bref, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi j’hésite entre une volonté de faire un bon petit racket à l’ancienne ou une volonté de freiner des quatre fers cette jolie initiative. Dommage…

Le fichier des cartes grises

Enfin, le dernier point dont je voulais vous parler concerne nos données personnelles. Depuis 2009, la loi permet au gouvernement de vendre à des entreprises privée, l’intégralité des informations nominatives présentes sur nos cartes grises. En gros, pour un prix allant de 0,087 € à 0,2 € en fonction des quantités de données achetées, n’importe quelle société peut s’approvisionner un bon petit fichier client contenant les noms, prénom, sexe, date et lieu de naissance, adresse postale, le numéro d’immatriculation, les caractéristiques techniques de la voiture (marque, modèle, couleur…etc) ainsi que la date du dernier contrôle technique.

Cette vente est effective depuis le 11 avril de cette année et personne ne nous a demandé notre avis. Il y a 40 millions d’automobilistes en France… L’intégralité de ces données ne couterait « que » 3,4 millions… Autant dire une pacotille pour les grosses boites. Heureusement, dans les déclarations récentes, vous pouvez cocher une case indiquant que vous ne voulez pas « être vendu », mais que faire lorsqu’on est déjà immatriculé depuis longtemps ? A qui s’adresser ? Logiquement à la préfecture mais personne ne sait réellement quelles démarches il faut faire.

Ça peut sembler anodin mais la vente de ce genre de fichier par l’Etat, est un véritable abus. De quel droit font-il cela ? Sans en informer véritablement les français, et d’une manière assez sournoise car c’est en oubliant de cocher la case que vos informations personnelles seront vendues. Un espèce d’accord tacite par omission, sans parler de tous ceux qui comme moi n’ont pas eu à donner leur avis. On peut aussi s’interroger sur l’utilisation que feront ces sociétés privées de toutes ces informations. La plupart, ce sera pour nous saouler avec le contrôle technique mais les autres ?

Et une fois que les infos sont vendues, si je fais ma demande de radiation de ce fichier commercial, est ce qu’il faudra en plus que je déménage et que je change d’immatriculation pour ne plus recevoir toutes ces infos commerciales ? Et enfin, que la fait la CNIL ?

Je sais bien que la France a besoin d’argent en ce moment, mais faire ce beurre sur le dos et dans le dos des français, c’est difficilement supportable. Si vous voulez plus d’infos sur cette histoire de fichier de carte grise, je vous invite à lire cet excellent article.

Merci à Jeff et Jonathan

[Photo]



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !