Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Orange, Ô désespoir

Amis abonnés Orange, renseignez-vous, car apparemment, certaines conditions ont changé. C’est en tout cas ce que m’a expliqué Benjamin (merci) et soutenu par mes amis de Reflets.

Après s’être abonnés à l’ADSL avec Livebox Star pour 34,90 €/mois, ses parents ont reçu un email de confirmation de commande qui contenait le petit texte suivant :

Par l’acceptation de cette offre, vous autorisez France Télécom à utiliser les données relatives à votre trafic afin de pouvoir vous proposer les produits ou services de France Télécom pouvant répondre à vos besoins, et ce pour une durée de douze (12) mois à compter de leur émission. Vous pouvez vous opposer à cette utilisation à tout moment en contactant l’Orange Service Clients – Gestion des données personnelles – 33734 Bordeaux cedex 9.

Edit : Et on retrouve ce petit laïus sur toutes les conditions générales disponibles ici.

Cela signifie que les abonnés Orange acceptent à l’insu de leur plein grès de se mettre à poil face à Orange pour que ces derniers puissent analyser leur trafic Internet (avec du DPI – Deep Packet Inspection) pour ensuite leur cibler de la pub, leur vendre des conneries, ou tout simplement dresser un profil digne du plus curieux des Big Brother. Tout ce que vous faites sur le net n’aura plus de secret pour eux.

La confiance ?

MOUAHAHAH…

Alors bien sûr, le scandale, mis à part le DPI, c’est que personne n’a le choix et que par défaut tout le monde semble basculer en mode « espionné ». Et pour que cette surveillance s’arrête, il faudra envoyer un courrier. Franchement, je ne les comprends pas chez Orange. Ils le savent pourtant que ce genre de truc va créer un n-ième scandale ? Pourquoi est-ce qu’ils insistent ? C’est si dur que ça d’avoir une éthique ?

En tout cas, je pense que les abonnés vitaminés attendent en retenant son souffle la réponse officielle d’Orange. (Biz aux girls !)

Edit : Orange m’a contacté et voici leur communiqué.

La clause à laquelle vous faites référence était bien présente dans nos Conditions Generales de Ventes avant le mois de janvier 2012 tout comme l’était la formulation remontée dans les mails de confirmation de commande (au moins depuis 2008).
L’article 21 vise l’analyse des données de facturation ou d’usage, afin de proposer à nos clients des offres plus adaptées. Il s’agit, par exemple, de proposer une offre tarifaire ou une option en fonction de la fréquence d’appel vers les mobiles. A travers cet article l’Opérateur Orange n’analyse en aucun cas le trafic internet ou la navigation des clients et n’utilise pas de DPI.
Pour mémoire l’article L34- 1- IV du CPCE autorise les opérateurs à réaliser un traitement des données relatives au trafic en vue de commercialiser leurs propres services de communications électroniques ou de fournir des services à valeur ajoutée, si les abonnés y consentent.

Pour mémoire, extrait de la clause 21 :  » Les données personnelles du client nécessaire à la réalisation des contrats le liant à France Télécom, pourront être transmises à des partenaires commerciaux.  »

Cette clause concerne la transmission de données à des partenaires de France Télécom agissant pour notre compte à l’occasion de la fourniture au client des produits ou services que nous commercialisons (exemple ; sous-traitants, prestataires techniques…).

Je les crois mais je pense qu’il est urgent de virer le mec qui rédige les CGV car à part créer du bad buzz, il ne sert pas à grand chose pour le coup 🙂


Salaire des développeurs : France vs Royaume-Uni : rester ou s’expatrier à l’heure du Brexit ?

Londres reste la première destination en Europe pour les développeurs du monde entier, qui sont désormais près de 360 000 à travailler dans la capitale britannique. Pour autant, les centres technologiques rivaux connaissent une expansion rapide. Maintenant que le Brexit a enfin été annoncé, la France parie qu’elle peut renverser la Grande-Bretagne de son statut de plus grande nation technologique d’Europe. 

Londres est dans une bataille avec d’autres villes européennes pour attirer ces travailleurs hautement qualifiés, et les données suggèrent également que les rivaux européens augmentent leurs effectifs technologiques à un rythme plus rapide, bien qu’à partir d’une base plus faible. Le nombre de développeurs à Paris a augmenté de près de 60% dans le même temps.

Depuis son élection, le Président Macron a séduit les entrepreneurs technologiques avec une série d’initiatives sous la forme d’allégements fiscaux, de subventions et de crédits pour la recherche. En mars 2018, il a promis d’investir 1,5 milliard d’euros dans la recherche en intelligence artificielle jusqu’en 2022. Cela a permis à la France d’ouvrir de nouveaux centres de recherches afin de rester compétitif sur différents sujets. Par exemple, le secteur du jeu vidéo a récemment explosé en France avec la création de nouvelles sociétés (Voodoo et leur 200M$ / 173M€ levés en 2018) et le développement de ses institutions (Ubisoft) qui permettent au pays d’avoir les meilleurs studios de création de jeu au monde. 

Toutefois, les rémunérations françaises proposées aux développeurs sont peu attractives. La société talent.io spécialisée dans le recrutement de profils tech a réalisé une étude en comparant les salaires des développeurs français, allemands et britanniques – selon leurs expériences et le type de poste. Selon les différentes données, la France arrive en bas de chaque classement en étant surpassée à chaque fois par sa rivale britannique. Cependant, talent.io rappelle que le coût de la vie n’est pas compris dans ses données et peut avoir un impact significatif sur le niveau de vie. 

Parier sur la vieille dame ou sur la startup nation? Désormais sortie du Brexit, le Royaume-Uni a quelques cartes à jouer pour rester dans la course de l’innovation et séduire les développeurs.

En recherche de poste ou curieux de découvrir de nouvelles opportunités ? Il est temps de juger par vous-même votre valeur sur le marché. Dans un secteur qui n’a jamais autant évalué, talent.io examine chaque opportunité pour ne vous proposer que le meilleur en France et à l’étranger.

CV, lettre de motivation, candidature ? Rien de tout cela n’est nécessaire, les entreprises postulent directement à vous et l’inscription ne prend que 2 minutes. 

En savoir + sur votre prochain Job