Après mon tout petit coup de gueule contre la Fnac contre sa non-indication de présence de DRM sur les ebooks, voici quelques petits retours que j'ai eu à gauche et à droite.

Tout d'abord, c'est 5 jours après ma demande au service client pour avoir un epub sans DRM ou un remboursement, que j'ai enfin eu une réponse me demandant sur quel appareil je voulais lire cet epub. Je leur ai répondu gentimment de laisser tomber, que je m'étais débrouillé autrement et je leur ai listé une fois de plus, tous les avantages à proposer des livres sans DRM.

Concernant mon article, il n'y a pas eu de réponse officielle de la Fnac, mis à part cette ligne sur Clubic.

La Fnac « reconnait que son site mérite quelques améliorations »

J'ai eu ensuite quelques échos non-officiels et non vérifiables qui m'ont confirmé que la Fnac, en interne, était en discussion avec les éditeurs pour retirer les DRM ou au moins les mentionner clairement. En effet, même si la Fnac était fautive de ne pas indiquer clairement quels livres avaient quels DRM, ce sont les éditeurs qui sont responsables de la présence de ces DRM. S'ils proposaient tous des livres sans DRM, la Fnac se ferait un plaisir de les distribuer sans DRM. D'ailleurs, je trouve ça bien que la Fnac utilise sa position de distributeur "important" pour "convaincre" les éditeurs de l'inutilité des DRM.

Et justement, bonne nouvelle ! Je suis retourné sur le site de la Fnac pour constater quelques améliorations...

Tout d'abord, le livre que j'avais acheté est maintenant indiqué comme ayant des DRM. Bon, c'est en bas de page, donc peu visible mais c'est mieux que rien ! En tout cas, si il y avait eu ça plus tôt, je n'aurai pas perdu mon temps.

Autre point remarquable, une nouvelle rubrique a fait son apparition : Ebooks sans DRM ! Woohooo !

Bref, tout ça pour dire que la Fnac a été très réactive sur le coup, et je la félicite. Bon, c'est encore loin d'être parfait mais je ne désespère pas qu'un jour, ils proposent un catalogue d'ebooks 100% sans DRM. Reste aux éditeurs à faire le bon choix... Je sais que certains éditeurs historiques sont complètement coupés des réalités de ce monde concernant Internet et la dématérialisation, et je ne saurai que trop leur conseiller de prendre quelques heures pour se pencher sur la question. Ça les aidera peut être à passer à côté du bourbier qu'a emprunté l'industrie musicale.

En conclusion, je saurai rester modeste et humble, et je ne dirai qu'une chose : Encore une victoire de canard ! \o/

[Photo]