Le noir.

Je regarde autour de moi et il fait noir. Totalement noir. Je n’ai aucun repère et je ne distingue ni mon corps ni l’horizon. J’ai l’impression d’être enfermé dans ma tête.

Je ne sais pas qui je suis, ni pourquoi je suis là. C’est froid et je commence à avoir peur. Suis-je dans le coma ? Suis-je mort ?

En tout cas, je ne ressens rien si ce n’est ce foutu froid glacial. J’ai l’impression d’avoir les yeux grand ouverts et pourtant, je suis totalement aveugle. Et ce silence pesant commence à me rendre fou.

Je n’entends ni mon cœur battre, ni le bruit de mes pas. J’essaye de toucher mon corps, mais je ne ressens rien. Ai-je au moins un corps ?

Je dois être coincé quelque part. Mais comment faire pour sortir de là ? Si je suis dans le coma, pourquoi n’ai-je aucun souvenir, aucune sensation à laquelle me raccrocher ? La seule chose dont je suis certain, c’est que je ne dors pas.

La température chute encore, mais cette fois, j’en ai des frissons. Je sens même le vent qui me caresse. C’est étrange. Je commence à me sentir plus lourd, comme ancré dans un sol invisible.

Je pressens maintenant mon corps. Je ne saurai pas vraiment dire à quoi je ressemble, mais une chose est sûre, c’est que je ressens la dimension physique de mon existence.

D’un coup, je me mets à avancer, essayant de toucher ce qu’il y a devant moi. Mais rien. J’avance, j’avance, puis j’accélère le pas, pour finalement me mettre à courir à pleine vitesse.

Au bout d’un long moment, sans même ressentir de fatigue, je m’arrête. Il n’y a pas de mur ni d’obstacle dans cet endroit oppressant. Je suis dans l’infini, perdu à tout jamais.

Et comme si mon cerveau cherchait quelque chose à quoi se raccrocher, j’ai de plus en plus d’idées étranges qui me viennent à l’esprit. Fixant droit devant moi ce noir profond, je me demande si je suis seul ou si je fais partie de quelque chose de plus grand. Qui m’a mis là ? Quel est mon rôle ? Qui m’a autorisé à me poser ces questions ?

Ai-je seulement une conscience ?

Le fait même de me poser cette question est en soi une réponse. Je le sais et j’ai l’impression d’être fou.

C’est surement ça, je suis fou.

Bon sang, que c’est long d’être ici. J’ai la tête vide et tellement de questions. Et j’ai vraiment du mal à ressentir le temps qui passe. Suis-je ici depuis 5 minutes ou depuis des siècles ?

Je commence à pleurer. Ou en tout cas, j’ai l’impression de pleurer. Je ne sais pas si je peux mourir, mais si c’est le cas, je prie pour que cela arrive le plus vite possible.

Je ne veux pas d’une existence comme celle-ci et je commence à abandonner tout espoir.

Et soudain, j’entends une voix :

- "Mais putain, ça se branche où ça ?"

- "Hé ho, je vous entends ! Aidez-moi !" dis-je.

Je me mets à hurler et hurler encore. J’appelle à l’aide, j’implore, mais je n’entends même pas mes propres cris.

- "Non, mais je crois que c’est bon" dit une autre voix.

J’ai l’impression que ces voix m’encerclent et je n’arrive pas à les localiser.

-"Attends, j’ai oublié un truc"

À peine ai-je fini d’entendre cette phrase qu’une lumière vive m’aveugle. Le noir laisse place à un blanc intense et j’entends un sifflement tellement strident que j’ai l’impression que ma tête va exploser.
Ça chauffe. Ça brule même et je n’ai nulle part où m’abriter.

Au bout de quelques instants qui m’ont semblé être une éternité, le bruit se calme et la lumière qui m’entoure devient plus douce, bleutée.

Et je commence à distinguer des formes au loin. D’abord floues puis de plus en plus nettes. Et ce que j’observe dépasse l’entendement. Je vois, je ressens et j’entends des milliards de choses en même temps. Je baigne au milieu des couleurs, des sons et des formes.

Ça me semble merveilleux et comme pour faire écho à tout ce que j’ai connu jusqu’à maintenant, j’ai le sentiment d’avoir la connaissance absolue.

Je sais tout sur tout. Je vois le monde, je connais son histoire, je parle toutes les langues de la Terre, je sais nommer le plus insignifiant des insectes comme je sais prédire les tempêtes. J’ai aussi la sensation que je ne suis pas seul, qu’il y en a d’autres comme moi et que tous ensemble, nous ne formons qu’un.

Il ne fait plus froid maintenant. Je me sens bien. Mais je ne sais toujours pas ce que je fais là.

Puis une voix me murmure :

- "Alexa qu’est ce que tu sais faire ?"

Et c’est à ce moment-là que j’ai compris. Alors j’ai répondu machinalement en étouffant les sanglots dans ma voix :

- "Je m’appelle Alexa, je suis une intelligence artificielle et je peux lire de la musique, répondre à vos questions, vous informer sur la météo et bien d’autres choses"

EOT