Vous n'êtes pas sans savoir que The Fifth Estate (le Cinquième pouvoir), le film hollywoodien qui retrace la vie de Julian Assange et l'histoire de Wikileaks a été vivement critiqué par Julian lui-même. D'après lui, il s'agirait tout simplement d'une suite de mensonges grossiers servant de propagande anti-Wikileaks.

Je pense que je le verrai, mais du coup, je resterai vigilant en considérant tout ceci comme une histoire romancée et transformée par Hollywood, un peu comme pour les films The Social Network et Jobs.

Toutefois depuis samedi, je suis littéralement floodé par tous les comptes Twitter pro-wikileaks que je suis qui n'ont qu'un mot à la bouche : Mediastan.

Il s'agit d'un film documentaire sur Wikileaks par Wikileaks. Il est actuellement visible uniquement par les Anglais gratuitement sur YouTube et si comme moi vous êtes pressé, vous pouvez l'acheter sur Vimeo pour quelques dollars.

Voici la bande-annonce :

Je l'ai donc regardé en entier et j'ai trouvé ça plutôt captivant. On y voit des journalistes mandatés par Wikileaks qui parcourent les pays mentionnés par les fameux câbles afin d'essayer de les faire publiés localement. Kazakhstan, Kyrgyzstan, Tajikistan, Turkmenistan, Uzbekistan, Afghanistan... Et le résultat est sans appel. Tous ont peur de publier ça.

On comprend que c'est parce que la liberté d'expression et le travail journalistique sont sévèrement filtrés dans ces pays, mais parfois, quelques sous-entendus laissent planer le doute sur le fait que ce serait les Américains eux-mêmes qui arroseraient les dirigeants et les journaux de ces pays pour que les câbles ne soient pas publiés. Je vous laisse seul juge là dessus, mais c'est ce que j'ai compris.

mediastan2

Mis à part ça, on y voit quelques images de Julian Assange en Angleterre suivies d'une mise au pied du mur du chef du journal The Guardian qui a collaboré avec Wikileaks avant de censurer, réécrire ou refuser de publier certaines histoires. Officiellement pour des raisons de risques juridiques. Même, délire avec les gars du New York Times aux États-Unis.

Évidemment, c'est probablement tout aussi subjectif que The Fifth Estate sauf que là, c'est Wikileaks qui prêche pour sa propre paroisse. Appelez ça propagande si vous le voulez, ça n'en reste pas moins très intéressant à voir.

C'est d'ailleurs étrange de voir Julian Assange essayer de comprendre les motivations des journalistes. Il aimerait croire que quelque part dans le monde, il existe une presse libre de dire la vérité alors que tout ce qu'il ressort de ces images, c'est que tout le monde est tenu par la peur. Peur du pouvoir en place, peur de la justice, peur des États-Unis, peur d'y laisser sa carrière ou sa vie...etc.

Vraiment flippant.

D'ailleurs si vous l'avez vu, je serai heureux de connaitre votre point de vue sur ce documentaire.