Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

J’ai lu « Menace sur nos libertés », le bouquin de Julian Assange et de Jeremie Zimmermann

Ce week-end, j’ai acheté et lu d’une traite le livre « Menace sur nos libertés : Comment Internet nous espionne, comment résister« . Pour ceux qui auraient passé l’hiver dans une grotte en Afghanistan, ce livre, c’est celui de Julian Assange, Jacob Appelbaum, Andy Müller-Maguhn et l’ami Jérémie Zimmermann.

Bon, Julian Assange, vous le connaissez puisque c’est lui qui a mis la zone IRL avec son site Wikileaks

Jérémie Zimmermann, vous en avez aussi surement entendu parler. C’est ma rockstar à moi, le cofondateur de la Quadrature du Net qui fait un boulot formidable pour informer sur le logiciel libre et lutter contre toutes les lois liberticides que les gouvernements nous pondent toutes les semaines.

Ensuite, les 2 autres zigotos, c’est Jacob Appelbaum qui participe très activement au projet TOR et Andy Müller-Maguhn du CCC (Chaos Computer Club), le plus ancien et le plus célèbre des regroupements de hackers.

Le livre fait 245 pages, mais comme je l’ai lu en version électronique, je ne saurai pas vous dire s’il est épais ou non. Par contre, une chose est sûre, c’est que c’est très agréable à lire puisqu’il s’agit d’une conversation ouverte entre nos 4 compères retranscrite à l’écrit. On a l’impression d’être avec eux dans la même pièce et d’écouter les mots qui sortent directement de leur bouche.

Maintenant de quoi ça parle ?

Et bien ça parle tout simplement du laisser-aller dont nous faisons tous preuve en confiant nos données personnelles sur la toile à des tiers, principalement américains. Ça parle de Facebook, de PayPal, de Google, mais aussi et surtout des agences de renseignement comme le FBI ou la CIA qui n’hésite pas à aller se servir dans ces bases. Ça parle du choix que nous avons et que nous ne faisons pas, de conserver nos données à l’abri de ces yeux étrangers trop curieux.

Ils y parlent des outils que possèdent les gouvernements pour enregistrer toutes les communications électroniques (voix, SMS, emails), des recoupements de fichiers qui sont faits, de la censure, des pressions politiques, de la folie des ayants droit, et des risques que nous prenons à trop faire confiance à toutes ces sociétés…

Surtout, ce livre nous montre la direction qu’est en train de prendre le monde.

Je dois dire que ça m’a remué un peu. J’aborde de nombreux sujets sur ce site, et j’essaye de les varier au maximum… Je parle ici très souvent de logiciels libres, d’anonymat, de lois liberticides et des risques qu’il y a à confier ses data chez x ou y, mais je parle aussi de Facebook, de logiciels propriétaires, ou de services clouds sympas.

Quand je fais ça, j’essaye autant que faire se peut d’expliquer que même si tel ou tel service est cool, les données partent on ne sait où, et qu’il faut en avoir conscience. Par exemple, Facebook est un outil formidable, à condition de ne pas y mettre sa vie. Dropbox est un outil génial à condition de ne pas y mettre des données trop perso.

Mais en lisant ce bouquin, je me suis rendu compte que je considérai peut-être un peu trop cela comme acquis par les gens qui me lisent. Quand je dis « Cela », je parle de l’importance de ne pas confier des données personnelles sensibles à des sociétés qui nous considèrent comme le produit (puisque c’est gratuit), de l’importance de soutenir et d’utiliser des logiciels libres pour garder le contrôle, de l’important d’autohéberger ou à minima héberger en France ses données, de chiffrer ses communications…etc.

Comme beaucoup de monde, j’ai moi aussi de très mauvaises habitudes. J’ai donc commencé depuis hier à faire le ménage dans les services tiers que j’utilise. J’ai commencé à auto héberger certains trucs, à relocaliser sur le sol français d’autres choses, à chiffrer certaines connexions…etc. Je ne vais pas m’étendre là dessus dans cet article, car je n’ai pas encore fini tout ce que j’ai prévu de faire, mais comptez sur moi pour partager avec vous ces gros changements dans ma vie numérique. J’ai l’impression d’être un fumeur qui est en train d’arrêter la clope. Je perds pas mal de confort, je dois m’habituer à de nouveaux outils, je dois tout reprendre de zéro. Pas simple, mais je pense que c’est faisable… En tout cas, je vais essayer en sacrifiant le moins de confort possible. Ça va, je ne pars pas de trop loin non plus, mais j’ai quand même pas mal de petites choses à améliorer…

Ce livre fait du bien, car il permet de clarifier les choses, de remettre du bon sens dans ses habitudes et permet surtout d’avoir un regard plus global sur tout le merdier de fichage, de contrôle et de censure qui se profile à l’horizon. Je vais m’arrêter là pour cet article et je vous invite vraiment à le lire de toute urgence !

Edit : Et voici, voilà le lien torrent !



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !