Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Savez-vous ce qu’il y a dans l’air que vous respirez ? Air-Q vous le dira !

— En partenariat avec AirQ —

Fondée en 2015 en Allemagne, AirQ est une entreprise qui développe et commercialise des capteurs de toutes sortes, notamment des capteurs permettant d’analyser l’air et les gaz contenus dans l’air.

Car vous ne le savez peut-être pas, mais ce qu’on respire chaque jour a un impact. Sur notre santé à long terme bien sûr, mais également sur notre bien être du moment, et même nos performances physiques ou intellectuelles. Si je vous dis pollution, vous allez peut-être penser « usines » et « voitures » quand on parle de qualité de l’air, ça va encore plus loin.

En effet, l’air de nos intérieurs est souvent extrêmement chargé en produits nocifs. Cette pollution provient de nos meubles, des colis que nous recevons, des objets qu’on amasse, des moquettes mal nettoyées…etc. Les facteurs de pollutions sont extrêmement nombreux et c’est pourquoi il faut souvent aérer son domicile ou son bureau même l’hiver.

Mais si vous voulez aller plus loin et savoir exactement ce qu’il y a dans l’air que vous respirez, je vous emmène à la découverte de l’air-Q, l’appareil de mesure de la qualité de l’air grand public le plus performant sur le marché.

Qu’est-ce que l’air-Q ?

Grâce à ces capteurs intelligents, ce petit appareil, qui se connecte au Wifi, est capable de mesurer, surveiller et analyser l’ensemble de votre environnement en temps réel. Ainsi, le air-Q mesure tout un tas de choses comme les polluants atmosphériques (particules fines), le monoxyde de carbone ou encore l’ozone, il peut également surveiller le climat intérieur et même le niveau de bruit.

L’air-Q peut être configuré via un ordinateur, mais c’est surtout grâce à l’application mobile Android / iOS que vous allez pouvoir apprécier la haute précision de l’appareil. Au travers de l’application, vous aurez accès à l’ensemble des mesures prises à intervalle de 2 minutes ainsi qu’à une évaluation en pourcentage de la qualité de l’air sur votre santé et sur vos performances physiques ou intellectuelles. Vous pouvez bien sûr voir le niveau de chaque élément en temps réel, mais également sur des périodes plus longues grâce à l’historique des mesures.

Un assistant virtuel vous signale également lorsque certaines limites sont dépassées et non seulement vous en donne les raisons possibles, mais également des conseils pour y remédier. En cas d’incendie ou de fumée / monoxyde, l’air-Q peut également se mettre à sonner pour vous prévenir. C’est super cool, mais attention, juridiquement, il ne peut pas remplacer un détecteur de fumée ou de monoxyde habituel, car il ne fonctionne pas avec des piles, mais sur secteur. Je trouve également la sonnerie pas très forte même poussée à son maximum, donc il vaut mieux conserver vos détecteurs traditionnels.

Enfin, au niveau du paramétrage sur air-Q, il y a des choses très cools comme la possibilité de stocker les mesures dans le cloud, mais également de régler les indicateurs lumineux en façade pour connaître l’état général ou des mesures plus spécifiques comme les COV ou le taux de particules fines. C’est vous qui choisissez.

Que mesure l’air-Q ?

Je vais passer en revue l’ensemble des mesures prises par le air-Q Basic que j’ai reçu.

Dioxyde de carbone

Il s’agit ici de mesurer le CO₂ contenu dans l’air. Vous le connaissez bien puisque c’est l’un des gaz à effet de serre le plus important. Et malheureusement, trop de CO₂ chez vous va entraîner une certaine fatigue pouvant aller jusqu’à la mort si ça devient trop concentré. Ce gaz est produit lorsque vous brûlez des choses donc si vous avez une cuisinière à gaz, un four à bois, que vous fumez ou que vous aimez allumer des bougies, vous allez en produire. Mais même sans ça, les humains et animaux présents chez vous produiront aussi naturellement ce gaz avec leur respiration.

COV

Cela signifie Composés Organiques Volatils. Ce sont des substances carbonées qui s’évaporent à basse température. Cela peut être produit par les êtres vivants via différents processus de décomposition biologiques, mais sont également produits par tout un tas de colles, des vernis, de solvants, de produits ménagers ou de cosmétiques. Tous les COV ne sont pas toxiques, mais ils ont un effet sur la concentration, le mal de tête, la fatigue, les allergies…etc.

L’humidité relative et absolue

On sous-estime souvent l’humidité, mais si son taux est trop élevé, cela peut nuire à la régulation de la température du corps humain, et favoriser l’apparition de moisissures qui à leur tour provoqueront des allergies, des problèmes respiratoires ou autre. Et si le taux d’humidité est trop bas, vous risquez d’avoir des irritations des muqueuses et des difficultés à respirer. Un bon taux d’humidité relative doit se situer entre 40% et 60%.

L’humidité relative, c’est le rapport entre la densité de la vapeur d’eau et l’humidité maximale. On l’exprime en %.

Alors que l’humidité absolue décrit la densité de la vapeur d’eau, c’est-à-dire la masse de vapeur d’eau contenue dans un volume d’air donné. On l’exprime en g/m³.

Température

La température joue également un rôle sur notre bien être. Entre 23°C et 28°C, vous serez intellectuellement ramolli et au delà votre régulation thermique sera plus difficile. Combinez une température plus élevée avec un taux d’humidité élevé et bonjour les acariens et les moisissures.

Bruit

En ce qui me concerne, je suis très sensible au bruit. Au-dessus de 65 dB le jour, il y a un risque sur la santé si l’exposition est prolongée. Actuellement, dans mon bureau, je suis autour de 13 dB, alors je peux dire que je suis relativement pas mal.

Des pics sonores élevés ou un bruit de fond continu trop élevé va non seulement nuire à votre audition, mais également engendrer du stress ou des acouphènes. Chez moi, le bruit génère immédiatement une forte irritation au niveau de mon humeur.

Particules fines

Les particules sont des particules solides et liquides qui sont en suspension dans l’air. Ce qui fait qu’on les respire. C’est de la poussière qui va avoir un impact sur la santé et cela, peu importe son niveau de concentration. Cela irrite les voies respiratoires, favoriser les allergies, voire même abimer les alvéoles de vos poumons. On distingues différentes tailles de particules fines : PM1, PM2,5 et M10. Les particules les plus fines (PM1, PM2,5) peuvent même passer dans le sang et avoir des effets cancérigènes (comme l’amiante). Ces particules fines peuvent être d’origine naturelle (volcans, feu de forêt, érosion du sol, spores, virus, pollens…etc.), mais également d’origine humaine (trafic routier, élevage intensif, usines, cheminées…etc.). Et tout cela se dépose chez nous avant de se retrouver à nouveau dans l’air au moindre coup d’aspirateur.

Monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone (CO) est sans doute l’un des gaz les plus dangereux. Il provient de la combustion incomplète de carbone. Il est inodore et incolore et au-delà de 170 mg/m3, il commence à entrainer de la fatigue et des vertiges. Au-delà de 460 mg/m3, c’est votre vie qui est en danger. Bref, gaffe à vous si vous avez un poêle à pellet ou une cheminée chez vous.

Dioxyde d’azote

Le NO₂ est émis principalement par des véhicules à moteur ou certaines chaudières. Il est toxique à haute dose, mais comme il pique, on le sent venir. Toutefois, à petite concentration, il peut provoquer des maux de tête, des vertiges ainsi que tout un tas de troubles de santé. Par exemple, j’ai pu constater qu’à certaines heures de la journée, il y avait des pics chez moi probablement dus au trafic routier proche. Dans ce cas, mieux vaut fermer la fenêtre à ces moments-là.

Pression atmosphérique

Cela vous paraîtra étrange, mais la pression atmosphérique a également un impact sur la santé. En effet, certaines personnes sont « météo sensibles » et un changement de pression atmosphérique pour avoir un impact sur leur santé. D’anciennes blessures qui se réveillent, les fameux rhumatismes, des problèmes respiratoires, des migraines et même des allergies.

La pression atmosphérique évolue en fonction des mouvements des masses d’air dans l’atmosphère.

Point de rosée

Enfin le point de rosée, c’est la température à partir de laquelle l’humidité de l’air est de 100% et commencer à se condenser en eau. C’est les coulées d’eau sur les murs ou les fenêtres et cela va provoquer à terme le développement de moisissures et de ses conséquences.

Les autres air-Q

Comme je vous le disais, j’ai reçu l’air-Q Basic d’une valeur de 399 €, mais il existe toute une gamme d’appareils air-Q qui vont de la version basique light (249 €) à la version experte pour les scientifiques avec encore plus de capteurs (629 €). Il est d’ailleurs possible d’ajouter ou de remplacer certains capteurs en fonction de vos besoins et ça, c’est vraiment génial.

J’ai démonté l’appareil et j’ai été bluffé par la qualité de la carte mère et son côté pratique avec tous les emplacements pour ajouter les capteurs. C’est vraiment du bon boulot.

Comment ça s’installe ?

Au niveau de l’installation, c’est hyper simple. Vous pouvez le faire depuis un ordinateur ou un smartphone. Vous vous créez un compte chez AirQ, vous scannez le QR Code de l’appareil, vous lui faites rejoindre votre réseau wifi et le tour est joué.

Conclusion

Cela fait donc quelques semaines que je l’utilise et que je surveille les mesures. Ce que je peux vous dire c’est qu’au niveau des capteurs, on est sûr du très bon qui remonte les infos sans jamais défaillir. L’application mobile est parfois un peu lente je trouve et elle ne rend clairement pas hommage à la qualité de l’appareil. C’est dommage, mais ça s’améliorera probablement au fur et à mesure des mises à jour. En effet, le produit est encore assez jeune.

J’adore le côté customisable des appareils et surtout j’ai beaucoup apprécié toute la littérature aussi bien dans l’application que sur le site, qui m’a permis d’apprendre beaucoup de choses sur les polluants et les gaz notamment leur origine, leur dangerosité, mais surtout comment remédier à leur excès. Ce que je veux dire par là, c’est que air-Q n’est pas simplement un super capteur qui nous bombarde d’infos. C’est avant tout un compagnon qui nous alerte et nous guide. Et ça, c’est vraiment ce que j’ai apprécié dans cet appareil.

Bref, si vous êtes des geeks de la qualité de l’air ou de la santé, c’est certain que ce genre d’objet électronique va vous plaire. D’autant plus que l’appareil est assez ouvert, comme vous avez pu le voir, y compris sur les données collectées qui sont tout simplement stockées sur une carte micro SD et que vous pouvez ensuite vous approprier pour importer ça dans vos propres outils. Au top !


Les articles du moment