Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Test du NAS LG N2B1

LG NAS B2N1

J’ai dans les mains (en prêt) depuis quelques jours le nouveau petit NAS (serveur personnel) de LG : le N2B1 et après un petit sondage sur Twitter, vous sembliez intéressé pour que je vous donne mon ressenti sur cette bestiole. So leeet’s go !

Au niveau matos, le N2B1 est équipé d’un petit processeur à 800 Mhz et de 128 Mo de mémoire vive. A l’arrière, on y trouve un port éthernet, un port eSATA, et au total 3 ports USB ainsi qu’un lecteur de cartes mémoires (MMC, MS, SD et XD). Celui qui m’a été livré contient 2 disques SATA II de 500 Gb chacun. Au niveau des dimensions, il mesure 16,2 cm x16,5 cm x 23 cm pour un poids de 4,2kg

2 disques dur, ça permet au NAS de supporter du

  • RAID 0 => Pas de redondance de données donc si un disque lache, vos données sont cuites mais vous doublez votre espace de stockage
  • RAID 1 => C’est du mirroring. On reste donc à 500 Gb de place mais si un disque lache, l’autre reste en backup
  • NRAID (ou JBOD) => Couplé à RAID 0 ou RAID 1, cela permet de remplir les disques dur séquentiellement… Lorsqu’un premier disque est plein, on rempli le suivant. Ça permet de cumuler la totalité de la capacité des disques (en RAID 0 + JBOD) ou une partie (en RAID 1 + JBOD)

Le choix du RAID dépend donc de ce que vous souhaitez faire mais la plupart du temps, si c’est pour assurer la pérénité de vos données, le RAID 1 est la solution idéale.

(Avec des morceaux de chat dedans)

Au niveau des fonctionnalités, il embarque les trucs de base de tous NAS (gestion utilisateurs, accès FTP, connexion réseau IP Fixe / DHCP (pas de Wifi bien sûr), partage d’imprimante, accès WebDAV/Samba, et module de gestion des disques)

menu

Mais ce n’est pas tout…

Il prend en charge les onduleurs, ce qui lui permet de s’éteindre tranquillement en cas de coupure d’électricité.  Il permet de stocker sa bibliothèque iTunes (pratique pour la partager entre plusieurs ordinateurs), il est compatible TimeMachine, et supporte le iSCSI, ce qui veut dire que vous pouvez voir le NAS comme un disque dur local et non plus comme un disque réseau. Je l’ai testé sur Linux et est bien sûr compatible Windows et Mac (wouhou !)

ups

itunes

La fonctionnalité Bittorrent est aussi très pratique pour télécharger ses petits films de vacances, même si avec les temps qui courent, la possibilité de configurer un petit VPN n’aurait pas été de trop. Dommage.

torrent

Une fonctionnalité que j’ai beaucoup apprécié, c’est le backup automatique de périphériques USB. En effet, une fois que votre clé USB ou que votre disque externe est reconnu et configuré dans l’interface, il vous suffira de le brancher pour que le backup se fasse tout seul (complétement ou de manière incrémentale)

syncusb

Le protocole DLNA permet aussi à ce NAS d’être reconnu par tous les appareils compatibles de la maison comme une Livebox, une PS3 ou une Freebox. J’ai d’ailleurs testé avec la Freebox mais elle ne l’a pas vu. Pourquoi ? Je n’en sais rien, mais je n’ai peut être pas bien configuré un truc… Faudra creuser.

Enfin, il possède un graveur DVD BluRay pour les backups, ce qui n’est pas courant pour les NAS.

Ce que je regrette par contre, c’est qu’il est un peu trop « simpliste » pour moi… En effet, on ne peut pas par exemple y greffer des plugins comme sur un Synology pour le transformer en serveur SVN ou autre. La mise à jour des firmware n’est pas automatique, il faut encore aller le chercher sur le site de LG avant de l’uploader soi-même sur le NAS et au niveau des logs et informations sur l’état des disques dur, c’est très light… On sait qu’il y a un souci mais sans plus et l’interface ne nous guide pas trop pour savoir comment « réparer » ou changer un disque défectueux.

firmware

logs

Autre petit bug que j’ai remarqué (mais qui sera peut etre résolu avec un flash firmware), le NAS (enfin, tout au moins celui que j’avais dans les mains) reboote de temps en temps tout seul, vas savoir pourquoi ? Ce n’est pas très génant en soi, sauf qu’au démarrage, il émet un joli petit BIP comme sur la vidéo, ce qui peut etre agaçant si vous êtes en train de vous endormir. Par contre, son silence et sa petite taille lui permettent facilement de se faire oublier.

Je l’ai quand même pas mal bourriné… J’ai retiré des disques dur à chaud pendant la copie, et j’ai pu reconstruire le machin comme je voulais… Je l’ai même éteind pendant un formatage (oui, je sais c’est paaaas bien) et après une phase de checkdisk un poil longue (normal sur des disques de cette capacité), il est reparti comme en quarante. Il semble donc assez costaud.

Bref, pour conclure, je dirai que c’est un bon petit NAS de milieu de gamme qui fait le strict nécessaire sans casser les pieds aux non geeks mais qui reste frustrant pour moi qui aime installer des tas de trucs (plugins ou autres comme on peut le faire sur une Fonera2n par exemple). Le prix moyen est de 400 € avec 2 disques de 1 To et 200 € sans disque dur.



Surfshark : dévorez le Black Friday à pleines dents [bon plan]

— Article en partenariat avec Surfshark —

Aujourd’hui je vous partage un très bon plan à l’occasion du Black Friday qui arrive sous peu. En effet le fournisseur de VPN Surfshark s’est fendu d’une offre défiant pas mal de concurrents avec une réduction de 83% + 3 mois offerts. Vous payerez donc moins de 2.3€/mois durant 27 mois, TVA incluse, imbattable (ou pas loin) ! L’offre est temporaire donc pour sécuriser votre surf à moindres frais ne tardez pas !

Faisons un petit tour de l’outil pour les petits nouveaux qui ne connaissent pas encore Surfshark. Il s’agit tout simplement de l’un des VPN les plus solides du marché à l’heure actuelle. Pas forcément celui qui vient à l’esprit tout de suite, mais un outsider aux dents aiguisées qui commence à faire parler de lui en bien, et cela autant pour ses fonctionnalités que sa fiabilité.

Interface Surfshark

Le débit en download comme en upload est dans la moyenne des autres gros VPN du marché, ce qui vous permettra de streamer vos catalogues Netflix sans trop de soucis.

Surfshark possède actuellement autour des 3200 serveurs répartit dans 65 pays, chacun disposant de DNS privé et adapté au P2P. C’est moins que d’autres services établis depuis des années, mais la liste s’allonge plutôt vite (plus de 1000 ajouts rien que sur l’année en cours). À ce rythme il n’y aura plus de différence très bientôt.

Par défaut le protocole utilisé sera IKEv2/IPsec (que vous pouvez le modifier pour OpenVPN ou WireGuard si vous préférez). Niveau petit plus il propose également une fonctionnalité, nommée MultiHop, qui permet de se connecter via plusieurs pays afin d’augmenter la confidentialité et la sécurité. Il s’agit d’une option de double VPN, ce qui se ressentira forcément un peu sur la vitesse de connexion.

Surfshark IKEv2/IPsec

Je pourrai encore citer le bouton Kill Switch, le mode camouflage (qui brouille les pistes même pour votre FAI), le chiffrage des données via l’algorithme AES-256-GCM ou encore un système de liste blanche (split tunneling). Cette dernière est plutôt pratique pour les sites et applications qui ne supportent pas les connexions VPN (les applis bancaires par exemple), vous pourrez malgré tout vous y connecter sans avoir à couper/remettre en marche le VPN.

À ne pas négliger, l’interface assez minimaliste et très simple à prendre en main. Si vous n’êtes pas trop geek et/ou que c’est le premier outil du genre que vous utilisez, foncez ! C’est super simple.

Le MultiHop de Surfshark

Est-ce que je vous ai dit que l’offre vous permet en plus de connecter un nombre illimité d’appareils et sans limites de bandes passantes ? Que toutes les plateformes sont supportées (macOS, Linux, Windows, Android, iOS, FireTV, Apple TV, Chrome, Firefox, PlayStation …) ? Qu’il dispose d’un anti-pub/anti-tracker intégré ?

Niveau des paiements c’est plutôt complet aussi par rapport à certains concurrents. Vous pouvez régler via une CB classique (ou, mieux une carte Curve), PayPal, Amazon Pay, Google Pay ou encore les méthodes de paiements en ligne comme Sofort et Direct Debit. Petite cerise sur le gâteau, Surfshark accepte depuis quelques jours (fin novembre 2020) le paiement en crypto. Bitcoin, Ethereum, Ripple & co vous sont proposés via les services CoinGate et CoinPayments.

Bref pour profiter de l’offre Black Friday de Surfshark c’est par ici.

Encore merci à Surfshark de soutenir korben.info !