Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Tous des gros cons ?

Il y a quelques jours, je me faisais interpeller sur Twitter :

Oui, je sais, il y a un gros mot dans ce tweet… Mais ne vous arrêtez pas à ça car c’est un moyen comme un autre d’attirer l’attention et sur le fond il a peut être raison…

En effet, si on se réfère à la vision basique qu’ont les gens sur le téléchargement illégal, il y a 2 catégories de personnes… Les pirates (ou les sales voleurs) qui ne payeraient même pas 20 centimes pour un MP3 et les gens honnêtes (les bons pigeons) qui achètent tout ce qui leur fait envie.

A la bonne époque, celle d’eMule et de Bittorrent, c’était le partage qui était à l’honneur. On se connectait en p2p pour partager tout ce contenu avec son prochain. Pas question de payer car c’était toujours trop cher… mieux c’était un état d’esprit.

Mais avec l’arrivée de la loi Hadopi, la donne a changé… du peer 2 peer, une majorité de gens sont passés au téléchargement direct : Megaupload, Rapidshare, dl.free.fr, Fileserve, Gigaup…etc. Il existe des milliers de services similaires qui proposent aux gens de partager et de télécharger tout et n’importe quoi. Enfin, « partager », le mot est un peu désuet car il n’est plus vraiment question de partager ici. Pas au sens p2p en tout cas… La majorité de ces services sont d’ailleurs payants (pour un bon débit et pas de limitations). Certains comme la galaxie Mega* (megaupload, megavideo, megashare) sont des sociétés au fonctionnement assez obscur, basées dans des paradis fiscaux… Autant dire qu’ils sont intouchables. Certains parlent même de connexions avec les mafias pour certains de ces services… Ce ne serait pas forcement étonnant.

Je reviens sur le concept de pirate… De la vision binaire (les pirates qui ne payent rien VS les gens qui achètent), on est passé à un modèle composé :

  • Des gens qui achètent légalement
  • Des irréductibles pirates qui ne lachent pas un centime pour une oeuvre
  • Des pirates qui payent pour télécharger illégalement

Ces derniers sont-ils plus pigeons que les premiers (ou des « gros cons » comme le dit dabYo) ? Je m’en fiche… L’important ici, c’est plutôt de comprendre comment ils sont arrivés là. Et la réponse est toute trouvée : Hadopi et la merdicité des offres légales.

Hadopi en imposant une paranoïa générale sur le p2p, a provoqué une ruée vers ces services de téléchargement direct, permettant à des sociétés étrangères de s’engraisser sur le dos des internautes, que ce soit via la pub ou via des abonnements payants. En y réfléchissant bien, les pirates qui payent pour télécharger illégalement des films, ne sont pas des gros cons. Ce sont juste des consommateurs qui cherchent une offre légale qui fonctionne, qui ne soit pas trop chère et qui propose un catalogue de films très large. Pas de chance, ça n’existe pas… Ils se tournent donc vers des équivalents dont le catalogue est 100 % illégal.

Pour ce qui est de la musique, Spotify et Deezer proposent de la musique en streaming sous la forme d’un abonnement qui reste raisonnable et je suis sûr que ces services ont contribué à faire baisser le téléchargement illégal de mp3… sans pour autant le tuer car les gens ont encore besoin de MP3 pour les graver sur un CD, les balader sur leur baladeur MP3…etc. On n’est pas loin mais on n’y est pas encore.

Il ne faut pas se leurrer, le téléchargement illégal existera toujours. Mais la catégorie des « pirates qui payent pour télécharger illégalement » est une catégorie de gens qui sont parfaitement dans la cible des abonnements illimités ou licence globale. Et malheureusement, on ne leur propose rien ou pas grand chose… Ils sont tellement demandeurs d’une telle licence globale ou abonnement, qu’ils sont capables de lacher leur N° de carte bleue sur des services inconnus à l’étranger. Autant dire que le faire pour une offre légale qui corresponde à ces trois critères (catalogue, prix, simplicité), serait assez vite vu pour ces gens là…

L’industrie du disque étant morte (ou presque), il serait temps d’essayer de nouvelles choses afin d’aider les artistes à être rétribués pour leurs oeuvres… Comme le proposait mon copain Bluetouff en 2009, un modèle comme celui-ci serait moins complexe à mettre en place qu’un mouchard Hadopi et rapporterait certainement plus d’argent à ceux qui le méritent vraiment : les artistes.

Open HAPI

Les créatifs devraient être remis au centre de la distribution de musiques ou de films sur internet…

En ce qui me concerne, je suis assez fataliste sur le sujet. Pour moi, Megaupload et tous ces services ne sont pas les méchants. Ils sont juste la réaction logique à une politique mondiale de lutte contre le téléchargement illégal complètement erronée. On ne peut pas les blâmer… Il y avait un marché, ils se sont engouffrés dedans sans état d’âme. Les gens qui payent pour un abonnement rapidshare ou megaup ne sont, à mon sens, pas des gros cons… Ce sont juste des paresseux qui ne veulent pas stresser sur les réseaux p2p et qui ne trouvent pas d’offre équivalent qui soit légale. Du coup, ils payent et s’en foutent… Et ils ont raison car même si le partage est malheureusement une valeur du passé propre au p2p, ça fonctionne bien, ça va vite, y’a du choix et ce n’est pas trop cher. Et on ferme les yeux sur la destination de tout cet argent…

On ne va pas dire d’un lion qu’il est méchant parce qu’il mange un bébé antilope… Il a la dalle, il bouffe et basta… Même chose ici… Les internautes ont la dalle, alors ils payent et ils téléchargent (illégalement). Pas de morale et pas de honte à avoir ici car il n’y a aucune alternative. Enfin si, celle de ne regarder aucun film et de n’écouter aucune musique parce qu’on n’a pas d’argent pour les payer… Y’en a qui le font il parait et ce serait la solution la plus logique… Mais les gens sont comme ça… Ils chourravent pour le sport, parce que c’est simple et qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir toute cette drogue culturello-divertissante. La copie ne peut pas être comparée à du vol car personne n’est dépossédée de l’oeuvre, mais même si vous le faites, vous ne pouvez pas comparer tous ces films et ces musiques à une voiture volée ou de la bouffe piquée dans un supermarché. C’est plutôt un besoin irrationnel comme un drogué qui piquerait sa came. Il en veut sans cesse et ne peut pas toute se l’offrir car elle est trop chère. Ça n’excuse pas mais ça explique… ça veut surtout dire qu’il va falloir composer avec en « légalisant » certaines choses plutôt que de laisser les dealers s’en mettre plein les fouilles en toute impunité.

Tout le monde est fautif… Les maisons de disque et distributeurs qui ne s’adaptent pas, les internautes qui payent, alimentent le système et oublient leurs valeurs de partage, le gouvernement qui se trompe de chemin, les artistes qui sont les bonnes vaches à lait (ou moutons à lait) qui suivent l’opinion générale et les prestataires techniques qui jouent sur leur status d’hébergeur pour faciliter les échanges de fichiers.

Tous coupables dans ce business qu’est l’industrie culturelle. Chacun essaye de tirer la couverture vers lui pour avoir un maximum de consommateurs. Et malheureusement, ce sont les prestataires techniques (megaupload, rapidshare and co) qui sont en train de gagner la bataille.

Sarkozy a beau faire de fausses excuses toute molles sur le foirage hadopi, histoire de rattraper les électeurs en fuite pour 2012, c’est trop tard… Et ce n’est pas en faisant un hadopi 3 ou 4 et un mouchard à base de DPI que ça réglera le problème. Au contraire, ça va le déporter sur d’autres services à l’étranger comme les VPN par exemple… Les gens payeront pour chiffrer leurs connexions et continuer à télécharger illégalement en espérant qu’un jour une offre légale voit le jour.

Je pense qu’il est grand temps de remettre sur le tapis une licence globale et de revoir les modèles de distribution et le prix des oeuvres dématérialisées…

[Photo]


Raspberry Pi 4 Modèle B Version 2GO

Cette nouvelle version du Raspberry Pi : Le Raspberry Pi Modèle 4 offre 3 fois plus de performance que l’ancienne génération.

★ Il est équipé d’un SoC Broadcom BCM2711B0 avec ARM Cortex-A72 4 coeurs cadencés à 1.5 GHz.

Et parce qu’il n’y a pas que les gamers qui ont besoin de puissance, l’ordinateur OMEN servira au mieux tous les développeurs, notamment ceux qui bossent sur la VR avec une expérience de réalité virtuelle fluide et transparente, pour un code de sortie propre et efficace.

En Savoir +