Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Lien affilié – 🍒🍕🥝🍔🥑🥗 ~ 10 € offerts sur vos prochaines courses de bouffe avec JOW avec le code 2LE2QR ~ 🍒🍕🥝🍔🥑🥗

— Article rédigé par l’ami Remouk (DansTonChat) – Merci à lui —
— Contient des liens affiliés Amazon —

Un enfant qui tombe dans l’eau, un poulpe qui le sauve, voilà le début d’une grande amitié… Et d’une grande aventure ! 🚀 Dans Promenade (sur Switch, PC, Xbox ou PlayStation), on incarne le jeune Nemo et son pote poulpe, qui parcourent un monde imaginaire, à la croisée des rêves, dans le but de réparer « le grand ascenseur » et découvrir ce qu’il y a, tout là haut !

Disclaimer : je connais personnellement Maxence (designer du jeu et un de deux développeurs) ainsi que Manon (animatrice 2D). Donc mon avis sera biaisé, mais (spoiler) j’ai très sincèrement passé un excellent moment à finir cette aventure, je trouve qu’ils ont fait un taff de zinzin, c’est bien foutu sur tous les plans alors que c’est leur 1er jeu, donc ça mérite un petit coup de projecteur !

Promenade se présente comme un jeu de plateforme/exploration « ouvert », à la manière d’un Mario Odyssey mais en 2D, avec un hub dans lequel on se balade à notre guise, où l’on remplit les objectifs que l’on veut, dans l’ordre que l’on veut. Certains accès (portes, trous…) nous amènent dans des donjons à énigme, ou face à des petits challenges, voire nous transportent vers des niveaux bien plus complets, ce sont d’autres univers carrément, bref y a pas mal de choses à faire et à découvrir. 😁

Le monde se dévoile progressivement, soit en réparant « le grand ascenseur », soit en débloquant de nouveaux pouvoirs pour notre poulpe adoré, ce qui nous permet d’aller dans des endroits auparavant inaccessibles. L’idée initiale du gameplay, plutôt originale, c’est d’attraper ennemis et objets à distance en lançant le poulpe dessus, puis de s’en servir pour faire un double saut… Voire triple ou quadruple saut si on récupère quelque chose alors qu’on est encore en l’air !

Il y a aussi une roulade à la Donkey Kong Country, des jumps « allongés », et peut-être même quelques surprises. 🤫 Les contrôles sont réactifs et l’inspiration Nintendo, dans la manière dont est conçu le jeu, est évidente. Le level design nous fait comprendre instinctivement les différentes mécaniques, et profite de tous les mouvements à disposition, c’est souvent malin et astucieux, perso c’est toujours un chouette sentiment de satisfaction quand on comprend quoi faire, comment le faire, et qu’on y arrive. 🙂

Dans la même veine, l’aspect exploration est composé de petites énigmes calées un peu partout, il faut un bon sens de l’observation et faire preuve de logique (y a des trucs bien planqués). De mémoire, rien ne m’a semblé être tiré par les cheveux, et je crois qu’il n’y a aucun dialogue ou énigme basée sur du texte, tout est fait à partir de pictogrammes, et ça fonctionne bien ! Cool pour les plus jeunes.

J’ai terminé l’aventure en une douzaine d’heures (pas loin du 100%), et si voir la fin me semble accessible de 7 à 77 ans, y a quelques passages qui vont demander un esprit affuté ou une certaine dextérité (ou les deux). Les gamers aguerris pourront chercher le 100%, voire s’adonner au time-attack pour un challenge + relevé. Ah mais j’ai pas dit : les musiques, même si elles manquent parfois un peu d’ampleur, sont ultra jolies et nous mettent grave dans l’ambiance, et est-ce que j’ai dit que les animations de Manon sont incroyables ? Parce qu’elles le sont. 😁 C’est trop choupi, on croirait du dessin animé, ça rend tous ces mondes et créatures super vivants.

Conflit d’intérêt oblige, je ne vais pas mettre de note, mais je vous invite au moins à tester la démo qui est dispo sur toutes les plateformes du moment. Ça c’est gratuit. Ensuite si ça vous plaît, sachez que Promenade est dispo entre 20€ et 35€ selon les plateformes et la version souhaitée (physique ou dématérialisée). 💰

Acheter Promenade en physique sur SwitchPS4PS5
En démat sur SteamSwitchPlayStationXbox


A tous les fondus d’analyse de code, aujourd’hui, j’aimerais vous présenter De4Py, un déobfuscateur Python avancé qui s’est donné pour mission de révolutionner le domaine pour les analystes de malwares et les experts en reverse engineering.

Développé par le duo Fadi002 et AdvDebug, cet outil se distingue non seulement par son interface conviviale, mais aussi par un ensemble de fonctionnalités avancées conçues pour, entre autres, déchiffrer les fichiers Python.

Ce toolkit prend en charge toute une gamme d’obfuscateurs populaires, incluant Jawbreaker, BlankOBF, PlusOBF, Wodx, Hyperion et l’obfuscateur de pyobfuscate.com. Cette polyvalence vous assure de pouvoir décoder un large éventail de fichiers obfusqués avec une grande facilité.

L’une des fonctionnalités phares de l’outil est sa capacité d’exécution de code. Cela permet aux utilisateurs d’exécuter du code Python au sein de l’outil. Par exemple, ils expliquent sur le Github, que grâce à ça, si un programme demande une licence pour fonctionner dans son intégralité, De4py permet d’accéder directement aux fonctionnalités principales de l’outil, et par conséquent de contourner les restrictions liées à la licence.

La fonction de Dump de chaînes de caractères est un autre atout crucial. Elle facilite l’extraction de textes du processus Python et les sauvegarde dans un fichier, rendant plus aisée l’extraction de données de la mémoire, y compris des informations sensibles comme les webhooks. Il est capable également d’identifier les chaines de caractères « interessantes » comme les IP, les sites web et les mots-clés liés à des informations sensibles.

De4py aborde également le défi que représentent ces programmes Python qui tentent de s’auto-terminer lorsqu’ils détectent un débogueur ou une machine virtuelle. En supprimant la fonction de sortie, il vous permettra de ne plus galérer avec des sorties de programme surprises. De4py dispose aussi d’une fonctionnalité qui permet de récupérer et d’accéder à toutes les fonctions se trouvant dans le processus, ce qui est pratique si on veut modifier certaines fonctions en mémoire de manière plus précise.

Il y a également un analyseur de fichiers pour détecter si un programme Python est « packé ». Il tente alors d’extraire les programmes qui s’y trouvent en utilisant pyinstaller. Enfin, De4Py est capable de surveiller le comportement du programme sur votre système à savoir tout ce qui est manipulations de fichiers, activités de processus, interactions avec la mémoire, et même les communications via socket, avec détail de la taille des données transmises / reçues et des adresses IP. Cette fonctionnalité permet également l’extraction du contenu des sockets et le déchiffrement du contenu chiffré OpenSSL directement dans un fichier.

Bref, que ce soit via son interface graphique ou en mode terminal, De4Py est un super outil pour tous les amateurs de reverse engineering qui font notamment de l’analyse de malware.

Vous en saurez plus ici sur leur Github et le site officiel est ici.


J’aime bien faire un peu de Python de temps en temps et il m’arrive parfois de vouloir jouer un son dans mes scripts pour signaler qu’un traitement est fini ou tout simplement mettre un peu de fun. Jusqu’à présent j’utilisais des libs comme Pygame, Playsound ou encore Pydub mais ces trucs-là ne sont pas forcément bien supportés par tous les OS, ou nécessitent des dépendances comme FFMpeg.

Toutefois, une lib baptisée Nava vient de faire son apparition et c’est la simplicité même. Elle fonctionne sur tous les OS (Linux, macOS, Windows), et n’utilise aucune dépendance ou logiciel tiers. Vous pouvez lui faire lire du WAV et du MP3 et la lecture se lance immédiatement.

Pour l’installer, rien de plus simple :

pip install nava

Et ensuite, il suffit de l’appeler dans votre code et de lui indiquer le morceau à jouer.

from nava import play
play("son.mp3")

Vous pouvez même lancer une lecture en asynchrone pour ne pas bloquer votre script. Dans l’exemple ci-dessous, on lance un time sleep qui peut donc couper la lecture du son au bout de 4 secondes et qui comme vous le voyez, n’est pas bloqué puisque nava est lancé en mode asynchrone avec le paramètre async_mode=True :

import time
from nava import play, stop
sound_id = play("son.wav", async_mode=True)
time.sleep(4)
stop(sound_id)

Voilà, j’espère que ça vous sera utile 🙂


Si vous êtes à la pointe de la technologie web, vous utilisez forcement du SVG pour les éléments graphiques de votre site web.

Ça bouffe beaucoup moins de bande passante, ça charge plus vite qu’un JPG et surtout c’est vectoriel !

Mais saviez qu’il est possible de les optimiser encore plus ? Grâce au site SVGOMG, vous allez pouvoir réduire drastiquement la taille de vos SVG en compressant et en enlevant des éléments de ce dernier afin de grappiller quelques kb.

Le site est assez simple à prendre en main. Vous uploadez votre SVG puis vous jouez avec les boutons pour compresser, enlever de la précision ou supprimer des instructions XML et autres commentaires du SVG.

Vous pouvez même visualiser le code du SVG tout en le modifiant pour voir directement ce que ça enlève ou pas.

Vous verrez alors jusqu’à combien vous arrivez à réduire le poids de votre fichier sans pour autant modifier sa qualité. Vous pourrez également télécharger la nouvelle version et ensuite la mettre sur votre site.

Bref, un super site pour gratter quelques secondes de perf et faire des économies de CO2.


Écrire de la CSS, c’est comme frotter ses doigts sur une râpe à fromage. C’est délicat.

Et quand notre feuille de style est finie, on est content de nous, on s’ouvre une bière et on se dit qu’on a vraiment fait du bon boulot et que finalement, y’avait pas besoin de payer cet intégrateur freelance.

GRAVE ERREUR ! Car en soumettant votre site à l’analyse de Wallace, vous verrez toutes les boulettes que vous avez commises dans votre CSS. En effet, Wallace est ce genre de petit outil en ligne bien pratique qui à partir d’une simple URL de site web, analyse en profondeur l’ensemble de votre feuille de style pour vous fournir des stats d’abord, mais également des critiques (constructives, rassure-vous) sur la qualité de votre code.

Vous pouvez même cliquer sur les éléments mis en avant par Wallace et celui-ci vous les montrera directement dans votre CSS.

Ainsi, en suivant ses recommandations, vous saurez ce qu’il vous reste à faire pour optimiser encore un peu plus votre CSS et la faire ressembler à une oeuvre d’art plutôt qu’à la version papier de France Souar.

Comme ça, vous pourrez même tenter d’améliorer les notes de maintenabilité, de complexité et de performances qu’il vous donne. Voici celles de mon site, sans n’avoir rien changé. Paaaas maaaal. :

Voilà, c’est un excellent outil d’analyse de CSS qui non seulement permet d’augmenter les performances de chargement de votre site, mais surtout vous aider à alléger la complexité de celle-ci pour en faciliter la maintenance. Et pour les plus fifous qui aiment passer par le terminal ou automatiser ce genre d’analyse, il existe même un projet Wallace en ligne de commande ici.

Merci à Maitre Tofu pour l’info !