Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Tu aurais voulu découvrir cette astuce avant tout le monde ? Alors rejoins-moi sur Patreon !

Un interpréteur Python 3 flambant neuf, entièrement réécrit en Rust, ça claque, non ? Pour ceux qui hibernent, Rust, c’est le langage de programmation qui monte, qui monte et qui cartonne notamment grâce à sa rapidité légendaire et son bon niveau de sécurité.

Et en fusionnant avec Python, on obtient le meilleur des deux mondes, puisque ça permet d’utiliser Python comme un langage de script dans vos applications Rust. Vous pourrez ainsi, grâce à RustPython, profiter de la simplicité et de l’expressivité de Python, tout en bénéficiant des performances et de la robustesse de Rust.

RustPython peut aussi être compilé en WebAssembly, ce qui permet d’avoir du Python directement dans votre navigateur, sans installer quoi que ce soit et ainsi, votre code s’exécutera à la vitesse de la lumière. Évidemment ce projet est open-source et libre comme l’air et pour l’utiliser, c’est simple comme bonjour.

Tout d’abord, assurez-vous d’avoir installé Rust sur votre machine. Si ce n’est pas le cas, filez sur rustup.rs dare-dare ! Ensuite, clonez le dépôt GitHub de RustPython :

git clone https://github.com/RustPython/RustPython

Placez-vous dans le répertoire RustPython fraîchement cloné, puis lancez la démo :

cd RustPython
cargo run --release demo_closures.py

Et voilà, vous venez d’exécuter du code Python à la vitesse du son grâce à RustPython ! Notez que cet outil dispose également d’un compilateur JIT expérimental qui compile les fonctions python en code rust natif.

Si vous avez envie d’en savoir plus, rendez-vous sur https://rustpython.github.io.

Source



Ça y est, la nouvelle version de Video DownloadHelper est enfin disponible !

Ça fait plus de 15 ans que Mig et son équipe bossent d’arrache-pied sur cette extension de téléchargement de vidéos, et ça se voit puisque des années après, elle drainent encore et toujours des millions d’utilisateurs sur Firefox, Chrome et Edge. Video DownloadHelper est un incontournable.

Pour cette version 9, l’équipe a fait appel à Paul Rouget (Salut Paul !), un vétéran de chez Mozilla qui a passé 17 ans à enrichir Firefox… alors, autant vous dire qu’avec un tel CV, il s’y connaît en extensions ! Et concrètement, qu’est-ce que ça nous apporte ?

Eh bien, un paquet de nouveautés bien intéressantes.

Déjà, l’interface a eu droit à un bon coup de polish. C’est plus moderne, ça supporte enfin les thèmes sombres (indispensable pour préserver nos petits yeux fatigués), et en prime, c’est navigable au clavier pour une meilleure accessibilité.

Mais la fonctionnalité la plus cool, c’est la barre latérale dans laquelle vous pouvez accrocher Video DownloadHelper pour avoir une vue en temps réel des vidéos disponibles au téléchargement, de celles en cours de download et des vidéos déjà récupérées. C’est hyper pratique pour garder un œil sur ses téléchargements sans quitter la page sur laquelle on est.

Et si vous souhaitez juste récupérer l’audio d’une vidéo pour créer une playlist ou écouter un discours sans stocker la vidéo complète, c’est maintenant possible puisque Video DownloadHelper peut extraire uniquement la piste audio, ce qui est parfait pour gagner en espace disque et vous créer des petits podcasts personnels à écouter en voiture ou dans les transports.

En parlant de format, la dernière version gère également la conversion d’un format à l’autre (merci FFmpeg) et supporte tout un tas de qualités (de l’Ultra HD à la basse définition) et de conteneurs (MKV, MP4, WebM, etc.). Bref, vous aurez l’embarras du choix.

De plus, l’extension supporte le téléchargement de vidéos depuis plus de 1 000 sites web, y compris les vidéos YouTube et les flux en direct, ce qui vous permettra de mater tout ça offline tranquillement plus tard.

Bref, vous l’aurez compris, l’équipe de Video DownloadHelper a vraiment mis les petits plats dans les grands pour nous offrir une version 9 de haute volée. C’est chouette de voir une extension durer aussi longtemps et continuer d’évoluer pour toujours mieux répondre aux besoins. Et le taf de Paul sur cette release se ressent vraiment surtout au niveau de l’interface qui est vraiment hyper agréable et hyper pratique à utiliser.

Bref, si ça fait longtemps que vous n’avez pas jeté un œil à Video DownloadHelper, je pense que c’est le moment de la réinstaller et de retester le téléchargement de vidéo sur votre site préféré (Youtube, X, Facebook, Vimeo…etc.)

Encore bravo à Mig, à Paul et à tous ceux qui participent à ce projet, pour ce nouvel opus de qualité !

A télécharger ici !

Source


Vous rêvez de créer des visuels de fou pour vos réseaux sociaux ?

Ne cherchez plus, SocialScreenshots est là ! Développé par Gabriel, un jeune développeur toulousain de 29 ans, cet outil ingénieux vous permet de capturer, recadrer et améliorer vos captures d’écran en quelques clics, directement depuis votre navigateur.

Inspiré par l’interface de Screen Studio, Gab a développé son site uniquement avec ReactJS et canvas, en créant lui-même tout l’habillage et le résultat est très sympa !

Grâce à ce site, vous pouvez créer un screenshot directement depuis un site web, puis le recadrer automatiquement au format voulu (Pour X, Facebook, Instagram, Linkedin et les résolutions d’écran classiques), et l’améliorer grâce à l’éditeur afin d’obtenir des rendus dignes d’un graphiste en herbe en ajoutant une ombre, en arrondissant les coins, et en choisissant un joli fond ou un dégradé pour l’arrière-plan.

C’est gratuit, y’a pas de filigrane ni de limite de temps, vous n’avez rien à installer et pas même besoin de créer un compte. Et toutes les manipulations se font localement dans votre navigateur, pour un maximum de simplicité et de confidentialité.

À découvrir ici


Vous en avez marre que votre carte graphique soit bridée sous Linux ? Vous rêvez de pouvoir overclocker votre GPU comme un pro pour booster les perfs dans vos jeux préférés ? Alors laissez-moi vous présenter votre nouveau meilleur pote : CoreCtrl !

Ce logiciel open source va vous permettre d’exploiter enfin tout le potentiel de votre GPU AMD sans vous prendre la tête. Plus besoin d’être un champion de la ligne de commande pour régler les fréquences, les voltages et autres joyeusetés. Avec CoreCtrl, tout se fait en quelques clics depuis une interface super facile à prendre en main.

L’outil embarque une tripotée de fonctionnalités pour les power users. Vous pourrez par exemple créer des profils d’overclocking personnalisés, monitorer en temps réel les températures et les performances, gérer finement la vitesse des ventilateurs, et même undervolt votre GPU pour réduire sa consommation.

Et le top du top, c’est que CoreCtrl est compatible avec un tas de cartes graphiques AMD, des anciennes générations aux derniers modèles. Bref, que vous ayez une vieille Radeon HD qui traîne ou une RX 6900 XT flambant neuve, vous pourrez en tirer le meilleur.

Certains relous me diront : « Oui, euuuh, mais overclocker son GPU, euuuuh, ça fait fondre la carte et ça annule la garantieuuuu« .

Alors oui, forcément si vous poussez les curseurs dans le rouge en permanence, votre GPU risque de partir en fumée. Mais utilisé avec sagesse, l’overclocking peut vraiment donner un boost appréciable notamment pour tout ce qui est traitement GPU et gaming (sous linux, lol), sans forcement réduire la durée de vie de votre matos.

D’ailleurs, CoreCtrl intègre des garde-fous bien pensés pour éviter ce genre de déconvenues. Vous pourrez donc définir des seuils de sécurité pour les températures et les voltages, histoire de ne pas tout cramer. Et si jamais vous sentez que vous êtes allé trop loin dans l’optimisation, pas de panique : il suffit de recharger le profil par défaut et hop, votre carte retrouve son état d’origine.

Si ça vous branche de tester, c’est sur le dépôt GitLab du projet ou installable avec cette commande :

sudo apt install corectrl

Par contre, je ne serais pas responsable si vous faites de la merde, hein.

Happy overclocking les amis ! 😄


Des chercheurs de l’Université de Chicago ont voulu tester les capacités de GPT-4 dans le domaine de l’analyse financière, et pas n’importe quelle analyse hein, ils sont allés directement au cœur du sujet à savoir la prédiction des bénéfices futurs des entreprises à partir de leurs états financiers !

Normalement, c’est un boulot d’expert réservé aux analystes financiers chevronnés, car il faut savoir décortiquer les bilans comptables, calculer des ratios clés, interpréter des tendances… Bref, c’est complexe et les machines n’étaient pas vraiment censées rivaliser avec le flair et l’expérience des pros.

Sauf que… Surprise ! Les résultats de l’étude sont bluffants.

GPT-4, sans aucune formation spécifique, s’est révélé meilleur que la moyenne des analystes humains pour prédire si les bénéfices allaient augmenter ou baisser ! L’IA a même fait jeu égal avec les modèles de machine learning spécialisés, entraînés pendant des heures sur des tonnes de données financières. Pas mal comme performance !

Pour y parvenir, les chercheurs ont préparé des données en anonymisant les états financiers comme ça, pas moyen pour GPT-4 de tricher en allant piocher dans sa mémoire. Il a donc dû se débrouiller comme un grand, en analysant uniquement les chiffres fournis… Il repère les tendances clés, calcule les bons ratios, interprète finement les résultats… bref, il effectue un vrai travail d’analyste !

Les chercheurs ont même montré qu’un réseau de neurones entraîné uniquement sur les commentaires fournis par GPT-4 arrivait à prédire les bénéfices presque aussi bien que l’IA elle-même.

Évidemment, GPT-4 a encore du mal avec les cas tordus, genre les petites boîtes qui font des pertes et les analystes humains gardent un avantage quand ils ont accès à des infos « soft » en plus des chiffres, donc rassurez-vous l’IA ne va pas piquer leur job demain (mais après-demain ?).

N’empêche, ces résultats ouvrent des perspectives plutôt excitantes ! Premièrement, ça pourrait démocratiser l’analyse financière en la rendant accessible au grand public. Deuxièmement, les hedge funds pourraient utiliser GPT-4 pour détecter des opportunités d’investissement.

Les chercheurs ont d’ailleurs testé une stratégie de trading basée sur les prédictions de l’IA, et ça marche plutôt bien ! L’étude montre que la stratégie « long short » basée sur les prédictions de GPT-4 génère des rendements supérieurs au marché, avec des ratios de Sharpe et des alphas significatifs. L’IA semble particulièrement douée pour dénicher de la valeur dans les petites capitalisations, là où les analystes humains et même les réseaux de neurones traditionnels ont plus de mal.

Mais attention, il faut rester prudent. Une IA qui joue en bourse, ça peut être risqué et il va falloir plus de garde-fous. Et puis n’oublions pas que ça reste une étude expérimentale et pas la réalité du terrain.

Mais je trouvais ça assez cool pour vous en parler.

Source