Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Le CSA – Couches, Sénilité & Apathie

BFTM TV a réussi a sortir une version du projet de loi « Création » brandit par Aurélie Filippetti et le contenu n’est pas triste. Même si ce n’est encore qu’un projet et qu’il faudra encore de longs mois avant que les parlementaires s’y attaquent, on y apprend sans surprise que c’est le CSA qui est pressenti pour devenir la nouvelle autorité en charge des contenus audiovisuels, cinématographiques et sonores sur Internet.

Ou comment faire du neuf avec des vieux.

Du coup, le CSA, qui n’a connu que la télévision et qui prend la poussière depuis les années 90 va donc avoir le droit de décider si ce que les Français regardent sur le net est conforme à leurs principes moraux. Si on transpose ce qui se fait de mieux à la TV, on devrait donc voir apparaitre des déclinaisons mutantes de ses missions. Un quota sur les temps de parole des politiciens, l’impartialité des sites « publics », le respect des droits des programmes audiovisuels, la défense de la langue française, les quotas de chansons françaises, la protection des enfants…etc.

« Quotas », « autorisations » et « obligations » vont devenir les maitres mots des savants fous de cette autorité qui vont d’ailleurs en profiter pour renvoyer à Pôle Emploi, les clowns d’HADOPI. Une sorte de chimère mêlant les 2 entités qui si elle remplit son rôle sera à coup sûr néfaste pour Internet et ceux qui le font.

Sites proposant des œuvres piratées, internautes friands de P2P, radios en ligne, plateformes vidéos, sites web des chaines de TV…etc. devraient à priori entrer dans leurs champs d’action. Et comme le CSA a les dents longues, il souhaite aussi mettre le nez dans les stores d’applications. Je me demande aussi si les podcasteurs et les youtubeurs seront touchés par eux. J’espère en tout cas qu’on ne verra pas apparaitre des avertissements -10 / -12 / -16 / -18 sur tous les sites français… Si c’est le cas, on aura perdu.

Leur champs d’action n’est pas encore très clair puisque ce n’est qu’un projet et qu’il n’a pas été diffusé directement, mais ça n’augure rien de bon surtout quand on voit qu’il pourrait même toucher à la neutralité du net en obligeant les FAI à favoriser certains acteurs avec des débits plus rapides. (Donc en ralentissant le débit de la concurrence ?)

C’est moche et ça débarquera sur nos Internets en 2015. Après, connaissant le niveau des lascars, il y a de fortes chances qu’ils fassent beaucoup de dégâts tout en se ramassant une grosse taule dans l’exercice de leur fonction comme ce fût le cas pour l’Hadopi…

Mais restons vigilant. Ah et si vous souhaitez en savoir plus sur ce qu’est le CSA et ceux qui le composent, je vous invite à lire ce livre.

Source


Salaire des développeurs : France vs Royaume-Uni : rester ou s’expatrier à l’heure du Brexit ?

Londres reste la première destination en Europe pour les développeurs du monde entier, qui sont désormais près de 360 000 à travailler dans la capitale britannique. Pour autant, les centres technologiques rivaux connaissent une expansion rapide. Maintenant que le Brexit a enfin été annoncé, la France parie qu’elle peut renverser la Grande-Bretagne de son statut de plus grande nation technologique d’Europe. 

Londres est dans une bataille avec d’autres villes européennes pour attirer ces travailleurs hautement qualifiés, et les données suggèrent également que les rivaux européens augmentent leurs effectifs technologiques à un rythme plus rapide, bien qu’à partir d’une base plus faible. Le nombre de développeurs à Paris a augmenté de près de 60% dans le même temps.

Depuis son élection, le Président Macron a séduit les entrepreneurs technologiques avec une série d’initiatives sous la forme d’allégements fiscaux, de subventions et de crédits pour la recherche. En mars 2018, il a promis d’investir 1,5 milliard d’euros dans la recherche en intelligence artificielle jusqu’en 2022. Cela a permis à la France d’ouvrir de nouveaux centres de recherches afin de rester compétitif sur différents sujets. Par exemple, le secteur du jeu vidéo a récemment explosé en France avec la création de nouvelles sociétés (Voodoo et leur 200M$ / 173M€ levés en 2018) et le développement de ses institutions (Ubisoft) qui permettent au pays d’avoir les meilleurs studios de création de jeu au monde. 

Toutefois, les rémunérations françaises proposées aux développeurs sont peu attractives. La société talent.io spécialisée dans le recrutement de profils tech a réalisé une étude en comparant les salaires des développeurs français, allemands et britanniques – selon leurs expériences et le type de poste. Selon les différentes données, la France arrive en bas de chaque classement en étant surpassée à chaque fois par sa rivale britannique. Cependant, talent.io rappelle que le coût de la vie n’est pas compris dans ses données et peut avoir un impact significatif sur le niveau de vie. 

Parier sur la vieille dame ou sur la startup nation? Désormais sortie du Brexit, le Royaume-Uni a quelques cartes à jouer pour rester dans la course de l’innovation et séduire les développeurs.

En recherche de poste ou curieux de découvrir de nouvelles opportunités ? Il est temps de juger par vous-même votre valeur sur le marché. Dans un secteur qui n’a jamais autant évalué, talent.io examine chaque opportunité pour ne vous proposer que le meilleur en France et à l’étranger.

CV, lettre de motivation, candidature ? Rien de tout cela n’est nécessaire, les entreprises postulent directement à vous et l’inscription ne prend que 2 minutes. 

En savoir + sur votre prochain Job