Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Un outil pour bloquer les mises à jour forcées de Windows 10

Des Windowsiens passionnés et la presse spécialisée hurlent depuis des jours, depuis que Microsoft a mis en place une procédure de mise à jour obligatoire sur son Windows 10. En effet, comme la plupart des utilisateurs lambdas s’en battent les couilles de la sécurité de leur OS, Microsoft a trouvé de bon ton, de forcer les mises à jour automatiques en particulier sur les versions Home, afin d’éviter tout problème de sécurité futur.

Seulement, voilà… Sur certaines config, ça a cassé des trucs côté Explorer.exe. Autant dire que ça s’est vu…

C’est pourquoi Microsoft a eu une idée de génie : Continuer à forcer les mises à jour automatiques !

Mais si vous êtes assez érudit, vous pouvez en consulter la liste et bloquer au cas par cas, celles dont vous ne voulez pas.

Mouarf !

block updates windows 10

C’est moins pratique que ce qu’il y a avait avant mais bon, faudra faire avec. Donc si vous voulez bloquer celles qui ne vous conviennent pas, rendez-vous ici pour installer le petit patch qui va bien.

Source


Réponses notables

  1. staki says:

    Et comment saura-t-on à l’avance si une MAJ est foireuse ? Il faudra tout bloquer par défaut, se taper une recherche sur gogol pour chaque MAJ pour lire les retours d’autres utilisateurs, et décider si oui ou non on l’installe ?
    Vachement pratique… :frowning:

  2. LDI says:

    Le problème, c’est que cette “unification” tue encore plus le choix de l’utilisateur Windows. Comme le montre l’article, on peut avoir de très bonnes raisons de ne pas installer une update. Du coup ces utilisateurs, Microsoft ne les prend même pas en considération.

    Alors évidemment, ça reste intéressant pour eux de faire ça : leur parc logiciel se retrouve un peu plus à jour…et tant pis si certains essuient les plâtres. A mon avis, ce serait plus efficace de réfléchir à un bon moyen d’éduquer les utilisateurs sur l’importance des updates (c’est quand même le strict minimum en informatique…même si on voit ça comme un simple outil). En faisant ça ils risquent juste de braquer une partie de la communauté, pas sûr que ça en vaille la peine.

    La “cohérence” comme tu dis n’est pas la solution à tout (le joyeux bordel d’Android non plus, mais là les principaux responsables sont pour moi les constructeurs, encore que ça tend à s’améliorer).

    [Troll] Sinon ce serait bien qu’ils réfléchissent à un moyen d’optimiser l’installation des updates Windows, qui à ce niveau là, ont beaucoup à apprendre des systèmes GNU / Linux. Mais bon pour ça faudrait’ revoir tout le kernel ^^. Perso’, mettre à jour un *Linux, c’est la routine, et c’est vite fait. Mettre à jour un Windows, c’est une torture. [/Troll]

  3. LDI says:

    Sur un *Linux, le nom du paquet suffit généralement à savoir à quoi il sert, avec une ou deux recherches sur ton moteur préféré. Après évidemment, madame Michu ne va pas chercher à faire lesdites recherches (pas le temps, pas l’envie, etc). Mais l’idée générale, c’est que si tu veux vraiment savoir, tu peux. Un article pas trop mal que j’ai pu trouver (sans trop creuser…). Globalement, l’ouverture du système a pour conséquence qu’il est plus simple de savoir si une mise à jour est supposée casser quelque chose ou non. La plupart du temps, ce n’est évidemment pas toi qui effectue ce diagnostic, mais les mainteneurs du système Linux en question.

    Pour faire la même analyse avec les mises à jour Windows (notamment sur les couches basses), bonne chance.

    Au final, la principale différence immédiatement visible pour “un blaireau comme toi” se situe dans le fait que la totalité des logiciels de ton système sont mis à jour, contrairement à Windows qui ne met à jour QUE le système en lui-même (ça tend à devenir de moins en moins vrai avec le Windows Store). Mais c’est un autre sujet :p.

Continuer la discussion sur Korben Communauté

6 commentaires supplémentaires dans les réponses

Participants