Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Si vous utilisez Steam pour vos jeux, vous avez peut-être déjà remarqué que celui-ci pompait quand même pas mal de RAM. La faute au client qui utilise un composant web (WebHelper) assez gourmand pour ouvrir les pages web liées au « magasin » Steam.

Comparaison des quantités de RAM utilisées par Steam et d'autres applications similaires
Capture d'écran de l'interface utilisateur de Steam avec des paramètres de réduction de la consommation de RAM

Toutefois, il est possible de désactiver ce composant et d’utiliser Steam pour lancer uniquement vos jeux grâce au mode mini.

Alors, comment faire ? Et bien, fermez Steam (et tuez les processus qui pourraient rester en arrière-plan avec le gestionnaire de tâches) puis créez un nouveau raccourci sur votre bureau et donnez comme chemin d’accès :

"C:\\Program Files (x86)\\Steam\\steam.exe" -no-browser +open steam://open/minigameslist

Le paramètre -no-browser permet de désactiver le composant WebHelper de Steam et le paramètre +open steam://open/minigameslist permet de lancer Steam en mode mini.

Lancez ensuite Steam via ce nouveau raccourci, et voici ce que vous verrez :

Graphique montrant l'impact de la réduction de la consommation de RAM de Steam sur les performances du système

En observant la consommation de RAM, vous verrez que vous êtes passé de plusieurs centaines de Mo de RAM à quelques dizaines. Cool non ?

Illustration d'un ordinateur portable avec un ventilateur en surchauffe

Et si vous repassez Steam en version « large » via le menu « Afficher », vous pourrez effectivement constater que le composant web browser n’est pas chargé.

Photo d'un technicien en informatique remplaçant la RAM d'un ordinateur

Source


La mode, en ce moment, est au clavier entièrement configurable. Et c’est dans cet esprit que Carson Britt a mis au point un générateur et configurateur de clavier en 3D qui a la particularité d’être parfaitement fonctionnel.

Ce simulateur de clavier baptisé keyboardsimulator.xyz vous permet de choisir le modèle de clavier, les légendes sur les touches, les couleurs…etc.

Clavier 3D personnalisé avec touches imprimées en 3D

On peut tout configurer, mais bizarre pas l’arrangement des touches. Ce sera donc QWERTY ou crève.

Ce qui est amusant c’est que vous pouvez ensuite tester votre clavier, y compris mesurer votre vitesse de frappe sur celui-ci.

Processus de création de clavier personnalisé en 3D

Une fois votre créativité totalement libérée, vous pourrez partager le lien vers votre clavier 3D ou en faire une jolie image PNG sur fond transparent.

Keyboard Simulator n’est pas un concept qui changera la face du monde, c’est certain, mais ça vous amusera 5 minutes, ce qui est déjà pas mal.


Si vous êtes sous Linux, macOS ou Windows WSL (donc Linux) et que vous cherchez éditeur de code à utiliser dans un terminal qui dépote, j’ai sûrement ce qu’il vous faut.

Il s’agit de Ox Editor, un IDE développé en Rust qui permet d’accompagner les développeurs dans l’expression de leur labeur, à l’aide de fonctionnalités bien pensées pour leur simplifier la vie.

Capture d'écran de l'interface d'Ox Editor avec des exemples de code affichés dans le terminal

Ox reprend les caractéristiques que nous aimons tous de certains éditeurs bien connus comme Vim ou Nano. Voici ce qu’explique son développeur sur sa page :

Vim : Vim fournit un système de plugin pour y ajouter des fonctionnalités, car il est très minimal et ne fournit que des outils d’édition de texte de base par défaut. Il est très complet et possède son propre langage de programmation pour la configuration et l’écriture de plugins. Il a une courbe d’apprentissage rapide, car il est un éditeur de texte « modal », ayant des modes spéciaux pour l’édition de texte. Ox est plus facile à utiliser que Vim parce qu’il ne possède pas de modes où le clavier est réorienté, mais il reprend l’idée d’être un éditeur uniquement basé sur le clavier et de pouvoir agir comme un IDE après une certaine configuration.

Nano : Nano est un éditeur très simple à appréhender grâce à ses raccourcis clavier intuitifs tels que Ctrl+S pour sauvegarder et Ctrl+ ? pour le menu d’aide, etc. Ox a pris l’idée des raccourcis clavier de cet éditeur, ils sont simples à retenir, Ctrl+F pour « Find », Ctrl+Q pour « Quit », ce qui signifie que Ox n’a pas une courbe d’apprentissage aussi dure.

Micro : Micro a un système de plugin qui est programmé avec un langage appelé Lua, cependant je ne peux pas trouver de plugin à jour pour ce système et il manque des fonctionnalités telles qu’un arbre de fichiers. C’est Micro qui m’a inspiré l’idée d’ajouter une fonctionnalité de souris et d’autres caractéristiques.

Emacs : Emacs est toujours activement utilisé aujourd’hui en raison de sa liberté de modifier et de changer le code source. Ox a pris l’idée de la personnalisation et de l’extensibilité d’Emacs et a créé un système de configuration où vous pouvez changer les couleurs et l’apparence de l’éditeur.

Xi : Xi est également écrit en Rust mais est purement un backend pour le moment, j’ai décidé de faire d’Ox à la fois un frontend et un backend, car Xi a de nombreux frontends, mais la plupart d’entre eux sont cassés et il manque beaucoup de fonctionnalités.

Kiro : Kiro est un éditeur de texte étonnant écrit en Rust et qui ajoute des fonctionnalités telles que le support Unicode, une meilleure palette de couleurs et des petites choses comme le redimensionnement. Ox a repris les idées d’amélioration de Kiro, mais les a mises en œuvre différemment. Le code source de Kiro semble également être assez avancé dans certains domaines, j’ai donc décidé de garder Ox aussi simple que possible.

https://github.com/curlpipe/ox

Pour installer Ox Editor, vous aurez besoin de Cargo (Rust oblige). Lancez ensuite la commande suivante sous Linux :

cargo install --git https://github.com/curlpipe/ox

Pour les gens qui ont la chance d’être équipés d’un Mac, vous pouvez utiliser brew :

brew install ox

Ensuite pour lancer la bête, tapez simple « ox » dans votre terminal. Vous pouvez faire suivre la commande d’un chemin vers le fichier que vous voulez ouvrir :

ox /chemin/vers/fichier

Après au niveau des commandes, vous pouvez utiliser :

PageUp - Aller au début du document
PageDown - Aller au bas du document
Home (Début) - Aller au début de la ligne actuelle
End (Fin) - Aller à la fin de la ligne actuelle
Logo d'Ox Editor représentant une tête de taureau avec les lettres Ox en dessous

Ensuite vous pouvez écrire votre code ou votre texte. Il y a bien sûr quelques raccourcis clavier à connaître, que je vous livre maintenant sans plus tarder :

  • Ctrl + Q – Quitte l’onglet en cours ou l’éditeur si un seul onglet est ouvert.
  • Ctrl + S – Enregistre le fichier ouvert sur le disque.
  • Ctrl + W – Vous demande un nom de fichier et l’enregistre sur le disque sous ce nom de fichier.
  • Ctrl + P – Enregistre tous les fichiers actuellement ouverts sur le disque.
  • Ctrl + N – Crée un nouvel onglet avec un document vierge.
  • Ctrl + O – Vous demande un fichier et ouvre ce fichier dans un nouvel onglet.
  • Ctrl + F – Recherche dans le document n’importe quelle chaîne de caractère. Vous pouvez appuyer sur ↑ et ← pour déplacer le curseur sur l’occurrence précédente de la requête et sur ↓ et → pour passer à l’occurrence suivante de la requête. Appuyez sur « Entrée » pour annuler la recherche à la position actuelle du curseur ou sur « Echap » pour annuler la recherche et revenir à l’emplacement initial du curseur. Note : cela vous permet d’utiliser des expressions régulières.
  • Ctrl + U – Annule votre dernière action. Les modifications sont enregistrées dans la pile d’annulations chaque fois que vous appuyez sur la barre d’espacement, que vous créez / détruisez une nouvelle ligne et lorsqu’il n’y a plus d’activité après un certain temps, ce qui peut être utilisé pour capturer des points où vous faites une pause pour réfléchir ou prendre un café etc…
  • Ctrl + Y – Refait votre dernière action. Les modifications sont enregistrées dans la pile d’annulations chaque fois que vous appuyez sur la barre d’espacement, créez / détruisez une nouvelle ligne et lorsqu’il n’y a pas d’activité après un certain temps qui peut être utilisé pour capturer des points où vous faites une pause pour réfléchir ou prendre un café etc…
  • Ctrl + R – Permet de remplacer des occurrences dans le document. Utilise les mêmes raccourcis clavier que la fonction de recherche : ↑ et ← pour déplacer le curseur sur l’occurrence précédente de la requête et ↓ et → pour passer à l’occurrence suivante de la requête.
    Vous pouvez également appuyer sur « Entrée », y ou « Espace » pour effectuer l’action de remplacement. Pour quitter le mode de remplacement une fois que vous avez terminé, vous pouvez appuyer sur « Echap » pour annuler et revenir à la position initiale du curseur. Note : cela vous permet d’utiliser des expressions régulières.
  • Ctrl + A – Exécute une option de remplacement par lots. Il vous demandera une cible à remplacer et ce par quoi vous voulez la remplacer et remplacera ensuite chaque occurrence du document.
    Note : cela vous permet d’utiliser des expressions régulières.
  • Ctrl + D – Permet de passer à l’onglet précédent.
  • Ctrl + H – Permet de passer à l’onglet suivant.

Fastoche non ?

Et évidemment, Ox est personnalisable, il suffit d’aller gratter dans son fichier de conf :

~/.config/ox/ox.ron.
ou là
$XDG_CONFIG_HOME/ox/ox.ron


Si pour votre projet web, vous cherchez un éditeur de texte WYSIWYG qui soit compatible avec tous les navigateurs du marché (desktop et mobile), qui soit entièrement paramétrable et qu’on puisse étendre avec des modules spécifiques (coloration syntaxique, historique…etc.), j’ai ce qu’il vous faut.

Ça s’appelle Quill et c’est un projet libre développé entièrement en JavaScript qui permet d’implémenter rapidement ce genre d’éditeur de texte riche, 100% personnalisable et disposant d’une API.

Capture d'écran de l'interface de Quill

Quill permet non seulement de disposer de tout ce qu’il faut en termes de formatage de texte (gras, italique, insertion d’images, passage en code HTML…etc.) mais également la possibilité d’une sauvegarde automatique, une compatibilité avec les formulaires, une hauteur d’éditeur adaptable à la longueur du texte, la possibilité d’ajouter des polices et des class / style personnalisés.

Pour installer cet éditeur, vous pouvez télécharger l’archive ici, l’installer sous forme de dépendance NPM comme ceci :

npm install [email protected]

Ou pour ceux qui n’ont pas peur de ralentir un peu leurs pages web, vous pouvez opter pour la version hébergée sur leurs CDN. Donc insérez ce code directement dans vos pages (prenez ce que vous voulez, à savoir Quill avec ou sans Thèmes et avec ou sans modules) :

<!-- Main Quill library -->
<script src="//cdn.quilljs.com/1.3.6/quill.js"></script>
<script src="//cdn.quilljs.com/1.3.6/quill.min.js"></script>

<!-- Theme included stylesheets -->
<link href="//cdn.quilljs.com/1.3.6/quill.snow.css" rel="stylesheet">
<link href="//cdn.quilljs.com/1.3.6/quill.bubble.css" rel="stylesheet">

<!-- Core build with no theme, formatting, non-essential modules -->
<link href="//cdn.quilljs.com/1.3.6/quill.core.css" rel="stylesheet">
<script src="//cdn.quilljs.com/1.3.6/quill.core.js"></script>

Merci Geeks de France pour l’info.


Si vous utilisez Microsoft Edge comme navigateur, vous avez sans doute remarqué qu’il y avait tout un tas de contenu merdique au lancement d’un nouvel onglet.

C’est notamment de l’actualité bien déprimante, des résultats de sport dont tout le monde se contrefout et la météo qui tombe juste une fois sur trois.

Capture d'écran d'un onglet Microsoft Edge surchargé

Bref, tout cela encombre votre délicate petite bande passante. Heureusement, il est possible de désactiver ça en cliquant sur la petite roue en haut à droite.

À vous ensuite de choisir un paramétrage qui vous plaît, à savoir le mode minimaliste, artistique, informatif et surtout personnalisé qui vous permettra de choisir plus finement les options d’affichage de votre onglet.

Graphique comparant la vitesse de chargement des onglets Edge allégés et non allégés

Voici ce que j’ai choisi :

Icône de l'extension Edge que nous recommandons pour alléger les onglets

Microsoft Edge utilise le moteur de Chromium avec une surcouche de fonctionnalités propres à Microsoft et c’est un excellent navigateur que je vous invite à tester, tout comme Brave, mais plus sérieusement, si je devais vous conseiller un navigateur précis, je vous renvoie vers Firefox qui a mes yeux est aussi un excellent navigateur.

Schéma illustrant le fonctionnement de l'extension Edge pour alléger les onglets

Firefox mérite d’exister pour éviter qu’on se retrouve avec un marché des navigateurs 100% Chromium. Je suis pour la diversité et le choix, et ce serait dommage qu’on n’en ait plus, surtout si derrière, ça laisse le champ libre à Google. Donc, gros soutien à Firefox.