Quantcast
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Korben Upgrade your mind

Microsoft vient de clôturer la seconde phase de son projet Natick qui consiste a mettre un datacenter sous l’eau. Microsoft réfléchit à l’avenir sur cloud notamment pour servir la population se trouvant sur les côtés du monde entier et donc d’offrir des accès plus rapides aux données.

L’avantage d’immerger un datacenter, c’est de disposer d’un environnement contrôlé, mais également refroidi naturellement grâce à l’eau environnante. L’autre avantage l’inaccessibilité du matériel qui de fait améliore la sécurité des données. Ce genre de datacenter n’est pas « visitable » quand on est sous l’eau pour faire de la maintenance donc il se doit de fonctionner en parfaite autonomie, alimenté exclusivement par des énergies renouvelables. Cette autonomie sans maintenance est estimée à 5 ans pour le moment.

Les datacenters Natick ont été conçus en partenariat avec Naval Group à Brest et ne produisent aucune émission ni déchet et sont conçus pour être entièrement recyclables à la fin de leur vie.

Durant la phase 2 que vous pouvez voir en vidéo, ce datacenter a été immergé à 35 mètres de profondeur dans la mer au nord des Orcades en Écosse.

Sur le papier, ça a l’air cool même si au final la chaleur finit par réchauffer un peu la mer donc à voir écologiquement si c’est une révolution ou pas grand-chose. En tout cas, par contre, pour placer des data centers à des endroits où n’a pas la place de mettre des data centers classiques, ça peut effectivement être super cool ! Je pense aux gens qui habitent sur des petites îles ou à ceux qui tapent des CDN à l’autre bout de leur pays parce qu’ils habitent sur la côte.

Évidemment, un petit data center comme ça planqué dans les eaux internationales pour y mettre un bon vieux site de Warez, ça peut être une bonne idée pour éviter les perquisitions du FBI :-)))

Plus d’infos sur le projet Natick ici.


Voilà une extension Firefox, Chrome, Edge qui va faire plaisir aux chatouilleux de la vie privée. Vous le savez, quand vous allez sur Twitter, Instagram, Google Maps ou YouTube, une copie complète de votre ADN est empaqueté dans un Coronavirus puis transmis via les antennes 5G de votre masque chirurgical, directement à Bill Gates qui répartit ensuite la donnée dans les data center de Jeff Bezos (Amazon).

Heureusement, pour vous protéger de cela, une seule solution : Privacy Redirect.

Privacy Redirect a pour but de vous protéger de Twitter, Instagram, Google Maps et YouTube en redirigeant toutes les requêtes qui leur sont adressées vers des services libres et alternatifs comme Nitter, Invidious, Bibliogram, OpenStreetMap. Mais cela vous permet aussi de profiter de ces services sans rencontrer les problèmes de bulles ou de recommandations biaisées proposés par les algorithmes.

Le plus beau, par exemple pour YouTube, c’est que ça remplace même les players intégrés dans les pages web de vos sites préférés.

Et Privacy Protect permet de choisir les instances de ces services alternatifs, donc si vous voulez, vous pouvez vous monter vos propres instances de

Sur votre propre serveur et ainsi récupérer un peu de vie privée sur la toile.

Félicitations à vous si vous faites ça !

Vous pouvez télécharger Privacy Redirect ici pour :


Hnet est un service en ligne qui permet de convertir des fichiers dans tous les sens et cela gratuitement.

Tout d’abord les fichiers audio, n’importe quel format vers du MP3 uniquement. Pour les images, ça converti vers du webP, du SVG, du PNG, du GIF, du JPG mais vous pouvez également décompresser celles-ci ou tout simplement zipper ou dézipper des fichiers.

Si vous le souhaitez, hnet propose aussi de transformer du PDF en format image, des images en icône et vice versa, sans oublier tous les outils textuels permettant de changer la casse d’un texte, de compter les mots, des comparer des textes et j’en passe.

Hnet propose également des outils un peu à côté comme un générateur de mot de passe, un outil pour redimensionner les images ou pour vous fabriquer des GIFs animés.

Amusez-vous bien !


À découvrir

Le youtubeur At0mium, spécialisé dans la création de jeux vidéos, a mis en ligne une vidéo baptisée « Créer son jeu vidéo : Comment se lancer ?« .

Dans cette vidéo que j’ai trouvé super, il explique très clairement comment débuter dans la création de jeux vidéos. Les questions qu’il faut se poser, les outils à regarder, l’animation, le sound design, les bonnes chaines à suivre pour se former…etc.

At0mium parle d’un tas de liens et de ressources dans sa vidéo, que Micaël dans les commentaires s’est amusé à recenser. Merci à lui !! Je vous les remets ici pour que ce soit plus pratique d’accès pour vous.

J’ai testé un peu l’éditeur GB Studio recommandé qui permet de créer des jeux GameBoy et franchement, c’est super cool et pas trop complexe, je vous le recommande.

Merci à At0mium pour sa super vidéo, j’espère qu’elle vous donnera envie de suivre sa chaîne et/ou de vous lancer dans la création de jeux vidéos indépendants.

Le Game Design

Les moteurs de jeux traditionnels

Les moteurs de jeux simplifiés

Les moteurs de jeux spécialisés

Pour le Pixel Art

Un outil dont j’ai parlé, Piskel

Pour le sound design

Des ressources sonores et graphiques

⚠️ Gaffe aux licences si vous utilisez ces ressources.

Des tutos !!

Et si vous voulez vous lancer dans les GameJam ou creuser sur d’anciens jeux indés


J’aime beaucoup IPFS, à tel point que j’en avais fait un article élogieux en 2016 et depuis, ce système de fichier interplanétaire n’a eu de cesse d’évoluer.

Il existe maintenant de très nombreux services autour d’IPFS, dont ce projet open source baptisé Slate. Imaginé par les gens derrière la blockchain Filecoin, Slate permet de stocker, partager et organiser vos fichiers directement sur le réseau IPFS avec tous les avantages que cela comporte, à savoir une décentralisation totale et donc une absence de censure possible. Filecoin est très connu des adorateurs de cryptomonnaie et de blockchain et dans le même genre, vous avez également le projet SIA qui permet aussi de faire du stockage à l’aide d’une blockchain.

Slate dont vous trouverez le code source ici pour l’héberger chez vous utilise la blockchain Filecoin, mais également le service Textile permettant le déploiement d’applications basées sur IPFS.

Ainsi, en créant des « albums » pour vos photos, mais également d’autres types de fichiers (doc, csv, pdf…etc.), ils seront déposés ad vitam aeternam sur IPFS et ainsi accessibles par tous via un simple ID unique. Attention, il n’y a pas moyen de supprimer le fichier, mais si personne n’épingle (pin – n’indexe) le fichier, celui-ci tombera dans les limbes du réseau et ne sera plus distribué.

Vos fichiers seront ensuite accessibles via le site de Slate ou directement via leur CID (Content ID) à l’aide de passerelles que vous pouvez trouver ici.

L’outil Slate au-delà de ses fonctionnalités de stockage sur IPFS offre également la possibilité d’ajouter des contacts à suivre et de partager des fichiers ou des albums avec eux. Pratique si vous avez l’habitude de partager des documents ou des photos avec vos amis ou vos clients.

Top non ?


Mes gazouillis

Déployer automatiquement sur Github Pages avec Github Actions #kbn https://t.co/z0EDYwpbSK
Nouveau concept : LE BLUETOOTH DANS LA SAUCE. Merci à la communauté Korben sans qui cette vidéo n'aurait pas vu le… https://t.co/jl42BvpeNr