Korben - Site d'actualité geek et tech

Comment optimiser la vitesse de chargement de son site internet ?

Article rédigé dans le cadre de la Hacker's Challenge et sponsorisé par Radware

C'est un article que je souhaite écrire depuis longtemps et j'en ai enfin l'occasion. L'objectif ici est de vous donner toutes les pistes pour optimiser au maximum les temps de chargement de votre site. C'est quelque chose de très important, d'abord pour l'internaute, car si le chargement de vos pages est trop lent, celui-ci fermera vite l'onglet de son navigateur (on estime par exemple à 3 secondes maximum la patience de l’utilisateur d’un site e-commerce). Mais c'est aussi quelque chose de primordial pour le référencement, car les moteurs de recherche ont tendance à favoriser les sites qui répondent vite.

Je vais donc passer en revue tous les points à regarder lorsqu'on souhaite optimiser son site. Je vais partir du principe que votre hébergeur est correct et je ne vais pas forcement entrer dans tous les détails techniques, car ce serait trop long, mais je vous mettrais tous les liens.

Avant d'attaquer le vif du sujet, ce que je vous propose c'est d'abord de benchmarker votre site. C'est-à-dire de savoir exactement en combien de temps vos pages s'affichent. Pour cela, je peux vous recommander d'utiliser l'un des outils suivants :

Tous donnent des notes, des détails et plein de conseils et mon préféré est Webpagetest.

Les premiers éléments qui sont évalués sur ce genre de services sont :

  • Le TTFB (Time To First Byte) : C'est le temps que le serveur prend pour renvoyer sa première réponse.
  • Le Start Render : C'est le temps pour que quelque chose soit affiché sur l'écran. Avant ça, l'écran de l'internaute est blanc.
  • Le Fully Loaded Time : C'est le temps pris pour que la page et tous ses éléments soient chargés totalement.
  • Le Byte in : C'est la quantité de données que doit récupérer le navigateur pour afficher entièrement la page et tous ses éléments.

Les sites que je vous ai mentionnés vous expliquent bien sûr tout cela et vous indiquent quelques conseils pour tenter d'obtenir de meilleures notes.

En gros, vous allez devoir agir à 4 endroits différents : Au niveau de vos pages HTML, au niveau de votre base de données, au niveau de votre serveur et au niveau des fichiers tiers appelés par vos pages.

Avant toute chose, ce que je vous recommande de faire, c'est d'utiliser un système de mise en cache côté serveur. Cela a pour effet de rendre statiques des pages qui sont dynamiques. L'idée c'est d'économiser les ressources du serveur et lui éviter de travailler inutilement. Je pense par exemple à Varnish, Memcached ou encore APC qui font ça très bien. Si vous utilisez aussi un CMS, il est possible d'installer aussi des plugins spécifiques pour mettre les pages en cache. Par exemple pour WordPress, je vous conseille fortement WP-Rocket (payant, mais de loin le meilleur) ou WP Total Cache ou WP Super Cache. Ce genre de plugins possèdent aussi d'autres fonctionnalités qui permettent de grappiller quelques secondes sur le chargement.

L'autre grosse étape dans l'optimisation du chargement de votre site, c'est la "minification". Ce concept au terme anglophone signifie réduire la taille de certains fichiers en y supprimant par exemple les espaces, en réduisant la taille des variables ou en refactorisant le code.

Vous pouvez d'abord "minifier" vos pages HTML puis passer aux fichiers CSS et enfin aux fichiers JavaScript. Attention, parfois ça passe mal, donc testez bien l'affichage et le fonctionnement de votre site après un passage dans la moulinette. Il existe des outils en ligne pour faire ça, mais Notepad++ propose aussi cette possibilité, sans oublier de nombreux plugins WordPress.

Ensuite, il faut compresser vos contenus. En effet, les navigateurs et les serveurs web comme Apache ou Nginx savent gérer un petit niveau de compression. Dans Apache, pouvez activer cela grâce au fichier .htaccess présent à la racine de votre site.

Toujours via le .htaccess, il est aussi possible d'ajouter des marqueurs Expire Headers pour indiquer au navigateur combien de temps il doit garder un fichier dans son cache. Par exemple si la home de votre site est régulièrement modifiée, vous pouvez spécifier une entête d'expiration (expire header) très courte. Par contre pour des fichiers un peu plus statiques comme les images ou les CSS, vous pouvez rallonger cette durée à plusieurs mois. Notez aussi que la désactivation des Etags permet de gagner du temps de chargement et de la bande passante.

Ce qu'il faut bien comprendre aussi c'est que dans un process de chargement classique, l'affichage d'une page se fait de manière séquentielle... Header (entête), corps de la page puis footer (pied de page). Malheureusement, certains fichiers JavaScript (ou autres comme les images, les CSS...etc.) peuvent prendre du temps à charger, ce qui bloque les autres éléments à charger derrière. À vous de faire le tri entre les ressources indispensables à l'affichage de votre page et les ressources plus secondaires. En fonction de ce que vous aurez déterminé, vous pourrez alors appeler ces ressources dans le footer au lieu de les appeler dans le header. Ainsi vous éliminerez l'effet de blocage visuel et vos visiteurs auront l'impression que le contenu leur est affiché rapidement alors que tous les éléments de la page ne sont pas encore totalement chargés.

L'autre gros poids lourd de vos pages sont les images. Vous pouvez les compresser avec des outils ou utiliser des plugins pour votre CMS qui feront ce travail automatiquement. Sur les images qui constituent l'habillage de votre site, vous pouvez mettre en place des "maps" ou utiliser des images vectorielles au format SVG. Même chose pour les polices que vous utilisez (fonts).

Un plugin ou un code type LazyLoad permet aussi de décaler dans le temps le chargement des images en les faisant apparaitre lorsque l'utilisateur scrolle vos pages. Ainsi, aucune image non visible à l'écran est chargée inutilement.

Si vous utilisez un CMS, supprimez tous les plugins inutiles. Ensuite, avec ce qui vous reste de plugins, faites des mesures de chargement (comme avec le plugin P3 pour WordPress) afin de déterminer les plugins les plus gourmands. Si vraiment certains posent problème, vous devez envisager de les recoder ou de les remplacer par des équivalents moins consommateurs de ressources.

Concernant la base de données, je vous recommande aussi d'en faire une bonne analyse pour voir si vous n'avez pas quelques goulots d'étranglement. Vous pouvez activer le log des requêtes "lentes" (Slow Query) dans les paramètres de MySQL et ensuite optimiser vos tables (en y ajoutant par exemple des clés) afin de les rendre plus rapides.

Évidemment, il existe tellement d'astuces d'optimisations que je n'ai pas pu tout vous passer en revue... Mais vous avez déjà là une bonne base de départ. Dans tout ce que je viens de vous décrire, il y a des choses techniques et des choses un peu plus faciles, mais globalement, si vous voulez être tranquille avec la vitesse d'affichage de vos pages web, vous pouvez aussi opter pour des services payants comme Cloudflare, Cedexis ou encore le Cloud Web Acceleration Service de Radware qui s'intercale entre vos visiteurs et votre serveur et qui permet en toute transparence la mise en place d'un CDN, d'optimiser les ressources de votre site et de gagner ainsi plus de 40% sur les temps de chargement de vos pages.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Portraits de geeks – Geek Faëries 2017

5

Quand la plupart des gens entendent le mot "geek", ils associent cela à un amour de la technologie. Mais geek, c'est un mot beaucoup plus large qui englobe tous les passionnés. Je pense qu'il y a autant de définitions de geeks que de geeks.

Et s'il y a bien un endroit où tous ces geeks se retrouvent, ce sont les Geek Faëries, un festival en plein air qui se déroule tous les ans à Selles-sur-cher pas très loin d'Orléans. Et cette année, j'ai eu le plaisir d'y être invité.

Et sans en rajouter, j'ai vécu une expérience très forte là-bas, car tout le monde est bienveillant, est passionné, et prend le temps pour peu qu'on discute un peu, d'échanger et de communiquer sur sa passion. J'ai rencontré de très nombreuses personnes et durant 2 jours, j'étais plongé dans une espèce de camp de vacances entre potes. C'était un vrai bol d'air et ce qui fait la force de cet événement c'est vraiment sa communauté.

J'ai donc réalisé quelques petits portraits de geeks de connus et d'inconnus que je tiens à vous partager dans cette vidéo. En la re-re-re-gardant pour faire le montage, j'avais le plaisir de revivre un petit peu ce moment.

Florian Belmonte était aussi de la partie avec de très belles photos sur les Geek Faëries.

Originaire de Paris, Maya enregistre le son pour un reportage réalisé pour Tracks. “Le festival me plait beaucoup, c’est riche, cela fait se poser des questions sur la société”

Julie est la réalisatrice du reportage pour Tracks. Elle reste les trois jours du festival aux côtés de ses deux collègues.

Bruce est originaire de Paris. Il est invité, c’est un vulgarisateur scientifique. “J’ai acheté une machine à fabriquer des badges vu que je venais aux Geek Faeries, j’ai fait quatre cent badges pour ce weekend, un par un et je vais les donner, ça me fait super plaisir”

Léa et Anne viennent de Paris. Anne est jardinière, Léa est vendeuse. C’est un rendez-vous qu’elles attendent chaque année. “On dors dans notre voiture, à sept heures du matin, des personnes nous ont réveillé. Pour se faire pardonner elles nous ont apporté des pains aux chocolats”.

“Je suis lycéen, je viens d’Orléans et je suis la pour animer des cours d’épée longue. J’aime l’univers de ce festival, l’ambiance est géniale, en plus il y a de superbes cosplay” - Edouard

“J’ai onze ans, je viens de Genève, mes parents sont aussi présents sur le festival. C’est la première fois que je viens faire du trollball, c’est marrant, mais il faut faire attention aux haches” - Olwen

“Je viens d’Angers, je suis pâtissier. J’ai toujours besoin d’occuper mes mains., c’est pratique. Je contrôle l’entrée, je ne peux pas faire un truc trop accaparant donc j’ai pris mon handspinner. - Florian

Nous avons lancé Hackingsocial.com et la chaine HorizonGull sur Youtube. Les Geek Faeries sont un festival dont l’horizontalité dans le rapport des festivaliers•e•s. Les différences sont clairement acceptées. C’est un lieu qui est Freaks Friendly. Il n’y a pas de barrières sociales, pas d’oppression. C’est une humeur bienveillante qui se dégage”. - Viciss et Gull

“Je suis géomètre, je vis en Suisse. C’est la deuxième fois que je viens. Je suis avec des potes. L’atmosphère médiégeek est conviviale. C’est organisé avec le coeur. Tu peux discuter de tout, avec tout le monde, sans forcément se connaitre avant. C’est plaisant” - Mathias

“Je suis technicien sur machine industrielles, je vis dans la région Centre. Avant, j’étais un Nolife, je faisais des trucs tout seul, j’étais cloitré dans ma chambre. Maintenant j’ai les Geek Faeries. On se retrouve, il n’y a pas de pression, pas de prise de tête. J’adore ce moment. En plus le cadre est super beau” - Lloyd

“Rien que le fait de marcher au bord de la rivière pour aller du camping au chateau est une promenade reposante et agréable” - Lloyd

“Nous sommes venu•e•s à deux de Tours. Nous sommes étudiant•e•s et nous venons voir certain•e•s youtubeur•euses. Alexis est venu voir E-penser, Joueur du grenier etc et moi j’aime plus l’ambiance, la convivialité, le cadre. C’est un moment très libre” - Camille et Alexis

“Je viens de l’Essone, je suis ferronnier d’art, c’est la troisième fois que j’expose aux Geek Faeries. J’essaye de toucher une clientèle plus geek et ici, il y a vraiment des personnes avec des gouts aussi riches que variés. Je vends mes produits plus facilement ici, c’est la clientèle que j’aime et que je cherche” - Wilson

“Nous sommes tous les deux des Quickos. Nous travaillons chez Quick. On est venu•e•s pour les jeux vidéo rétro et les jeux de rôles. Nos potes sont en train de faire un match de Quidditch, pendant ce temps la, nous jouons à Blazeblue. L’ambiance est ouf, le dialogue se fait entre tout le monde. Il n’y a pas de barrières sociales entre nous” - Kévin et Océane

“Je suis linguiste informatique et Clément est chargé de projet sur la sureté nucléaire. Nous sommes présent•e•s aux Geek Faeries depuis maintenant quatre ans. Nous sommes responsables du pôle quidditch. Nous dormons au camping, le festival est convivial, moins commercial qu’un gros truc genre Japan-expo”. - Clément et Amélie

“Je vis de mon site Dans Ton Chat. Je fais aussi de la musique dans le groupe Kickban et je viens ici depuis deux ans. J’y donne des conférences, des concerts. J’y fais des rencontres, avec des geeks que je trouve passionné•e•s et passionnant•e•s. On peut prendre le temps, c’est une vraie convention, un vrai moment de partage, d’écoute et de convivialité.” - Rémi

“Je suis Suisse, illustratrice et créatrice. Aux Geek Faeries, j’accompagne François, un ami qui fait des critiques et analyses cinéma sur youtube. Je compte la caisse pour vérifier si nous sommes justes dans les comptes." - Lucie

Zoltan

“Je suis originaire de Paris, je loue des appareils photo moyen format à des pros et Ségolène est originaire de Limoge, elle est étudiante infirmière. Nous venons en tant qu’exposant. Le festival est chouette, le seul point négatif, la pluie. Mais on vit avec, on à des tentes pour s’abriter” - Ségolène et Quentin

“Je suis batteur au sein du groupe KickBan. Nous venons aux Geek Faeries depuis maintenant 2 ans. Je bosse dans la sécurité incendie le reste du temps. Ce festival est mortel, on n’enjolive pas, c’est vraiment mortel !” - Damien

“Je suis réalisatrice, monteuse et costumière sur Paris. Je viens aux Geek Faeries depuis 5 ans, j’aime venir y retrouver les copains•Ines. Je trouve l’ambiance plaisante, pas de pression, pas de personnes ayant de mauvaises intentions. - Lou

“Je suis organiste de métier. J’ai adoré le festival en visiteur, j’ai décidé de m’y impliquer, je suis maintenant dans l’équipe de bénévoles. Je suis, cette année attaché à un des points de restauration. C’est un festival riche de différence et d’écoute de l’autre. Je m’y sens bien et les rencontres sont, malheureusement, trop courtes” - Clément

Je suis photographe, je viens de terminer un projet super cool dans un cabaret. J’accompagne des ami•e•s qui viennent rencontrer leur public pendant ce festival. J’ai rencontré plein de personnes très cool” - Anna Celestine

“Je suis chargé de com chez Framasoft. Je viens aux Geek Faeries depuis maintenant trois ans. J’aime ce festival, c’est un espace de bienveillance, c’est un endroit ou tu auras toujours ta place. Tu es toujours lea bienvenu•e. C’est une sorte de Zone autonome temporaire (TAZ) pour les geeks !” - Pouhiou

Florian est dans l’équipe des bénévoles. Il vient au camping vérifier si les festivalier•e•s n’ont aucun souci. Justine, étudiante en Game Design est la avec des amis, il et elle vont bientôt retourner au festival pour écouter une conférence. - Florian et Justine

Deux amis originaires de Franche Comté. L’un est cuisinier, l’autre dirige un centre de loisirs pour enfants. “Nous venons ici pour voir nos amis, des youtubeurs•eueses que nous aimons, c’est en plus simple de les approcher, il n’y a pas de prise de tête là-dessus. C’est un rendez-vous annuel très important, nous nous voyons une fois par an, mais c’est toujours très fort !” - Mammouth et Crevette

Merci à Naya et à tous les organisateurs et bénévoles des GF. C'est un événement qui est important en France car il permet à toutes ces communautés de se rencontrer et d'échanger. J'espère vous y voir nombreux en 2018.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin

Synology RackStation RS217 - Serveur NAS 4 To

  • Serveur NAS 2 baies
  • Le RS217 ne fait que 12 pouces de profondeur et peut être installé dans un rack à 2 piliers ou un rack à montage mural, idéal pour les entreprises pour lesquelles l'espace compte.

{En savoir +}

Galaxy S8 : vers l’infinity et au-delà ? test complet

2

Après dune semaine d'utilisation, Jérôme vous livre ses impressions sur le nouveau bébé de Samsung.

Après une année en demi teinte du côté du constructeur, Note 7 qui fini en combustible pour BBQ et le galaxy S7 qui a redonné des couleurs à Samsung, la marque propose son nouveau flagship, le Galaxy S8.

Pour éviter une nouvelle boulette industrielle, Samsung a fait, avec ce S8, des choix forts tant en terme technique que de design et c'est tout ça que vous explique Jérôme dans son test.

Le Samsung Galaxy S8 est disponible actuellement à partir de 537 € (prix de départ évolutif)

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin

OpenSnitch – Le clone du firewall Little Snitch pour GNU/Linux

6

Si vous êtes sous Mac, vous connaissez sans doute LittleSnitch, ce firewall (payant) qui permet de détecter et d'alerter l'utilisateur de toutes connexions entrantes ou sortantes sur la machine.

Mais sous Linux, si vous n'êtes pas un cador d'iptables, c'est peut-être un peu pénible pour vous de gérer ce genre de choses. Heureusement, il existe OpenSnitch, l'équivalent barbu et libre de LittleSnitch qui utilise évidemment iptables couplé à NFQUEUE et ftrace présent par défaut dans le noyau.

OpenSnitch va ainsi vous permettre de détecter et d'alerter l'utilisateur d'un poste client Linux que quelque chose ne tourne pas rond. Top pour détecter les trucs louches comme l'exploitation d'une faille ou une fuite de données.

Pour l'installer sous Ubuntu :

git clone https://github.com/evilsocket/opensnitch && cd opensnitch

sudo apt-get install build-essential python3-dev python3-setuptools libnetfilter-queue-dev python3-pyqt5

cd opensnitch

sudo python3 setup.py install

Et pour le lancer :

sudo opensnitch

Ensuite, si vous voulez faire une mise à jour, faite simplement un git pull du dépôt :

git pull origin master

Et voilà !

Source

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin

La Nuit Du Hack arrive bientôt et j’ai des places à vous faire gagner

0

Saviez-vous que cette année, nous allons célébrer les 15 ans de La Nuit du Hack ?

Évidemment, comme tous les ans, je serai au Centre de Conventions de l'Hôtel New York à Disneyland Paris pour profiter de cet événement exceptionnel qui cette année se déroulera du 24 au 25 juin.

En termes de talks, on va se régaler :

  • 10h00 : (FR) Keynote par Freeman
  • 10h30 : Ouverture du Bug Bounty
  • 10h45 : (EN) Where Cypherpunk Meets Organized Crime: The Shifting
    Landscape of Underground Economies and Crypto-driven Privacy par
    Benjamin BROWN
  • 11h30 : (FR) Build your own low-cost FPGA password
    cracker on the blockchain for fun and profit! par Renaud LIFCHITZ
  • 12h15 : (FR) Le combat numérique au cœur des opérations par Arnaud
    COUSTILLIERE
  • 14h00 : (FR) Assignation des permissions
    Android, des packages aux processus par Julien THOMAS
  • 14h45 : (EN) When encryption is not enough: Attacking Wearable - Mobile
    communication over BLE par Eliza Chelleng & Sumanth Naropanth
  • 15h30 : (FR) Make hardware great again ! par Damien CAUQUIL
  • 17h15 : (EN) Le nouveau Sheriff en ville est une machine: Les
    problèmes liés à l'utilisation d'IA, les analyses prédictives et les
    Big Data pour combattre le crime et dénicher les "terroristes" par
    Jennifer LYNCH
  • 18h00 : (FR) NTFS, forensics, malwares et
    vulnérabilités par Stéfan LE BERRE (HEURS)
  • 18h45 : (EN) How to fool antivirus software? par Baptiste DAVID
  • 19h30 : (FR) Windows 10 Pool Party par Corentin BAYET
  • 21h15 : (EN) How my SV Machine nailed your Malware par Nikhil KULKARNI
  • 22h00 : (FR) Hack ta voiture ou ton hélico par RatzillaS

Niveau workshops, si vous aimez mettre les mains dans le cambouis et tester des trucs, vous pourrez vous faire plaisir avec les ateliers suivants :

  • Privacy on steroids v2 par Bruno Kerouanton
  • Android Malware Reverse Engineering par Cryptax
  • Atelier crochetage par Alexandre Triffault & MrUbex
  • Hardware hacking for dummies par Yggdrasil
  • Getting the Most Out of Windows Event Logs par davidszili
  • Hack de voitures par RatzillaS
  • Retromeetup par Arnaud Velten

Et bien sûr comme chaque année, il y aura un :

Évidemment, le Bug Bounty c'est YesWeHack qui s'en occupera. On ouvrira plusieurs programmes exclusifs lors de la NDH avec des enveloppes allant jusqu'à 5000 euros par programme. Si vous souhaitez participer, je vous invite à lire les règles. Et si vous êtes une société, vous avez encore 2 jours pour vous inscrire ici.

Vous vous en doutez, la NDH2017 c'est complet, mais j'ai 5 places à vous faire gagner. Je n'ai pas vraiment le temps de mettre en place un widget de concours, donc on va faire simple. Retweetez simplement ce tweet, et je ferai un tirage au sort mercredi à 11h parmi les RT.

En espérant vous voir là bas !

Merci à Géraldine et Hackira pour les places !

En attendant de hacker quelque chose je vous invite à tester ce soft:

Semaphor – Un clone de Slack chiffré de bout en bout

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin

Philips Détecteur de mouvement Hue Motion Sensor

Amazon.fr: Petits prix et livraison gratuite dès 25 euros d'achat sur les produits Philips. Commandez Philips Détecteur de mouvement Hue Motion Sensor.

Rencontre avec Gaël Musquet, hacker citoyen

3

Salut les gens,

Je suis encore à l'aéroport de Nantes au moment où je rédige ces quelques lignes. En effet, j'étais à Nantes pour le Web2Day et c'était vraiment cool. J'ai pu rencontrer pas mal de gens qui font du web là bas et c'était très enrichissant. J'ai aussi participé à un panel pour causer sécurité et plus particulièrement de bug bounty (of course !).

Mais surtout, j'ai pu retrouver Gaël Musquet alias RatZillaS sur Twitter, que je croise souvent dans ce genre d'événement web, sécu ou libres. Et cette année, au Web2Day, Gaël est venu sensibiliser les gens sur l'importance du hacking en exposant pendant ces 3 jours, une Tesla Model X sur laquelle il a réussi à se connecter pour en extraire toutes sortes de données. L'objectif est de permettre à tout le monde de reprendre la main sur des ordinateurs roulants, qui bien que vous appartenant sur la carte grise, sont encore aux mains des constructeurs qui peuvent à tout moment effectuer des actions à distance sur votre véhicule.

Bref, je ne vais pas m'étendre sur le sujet, car Gaël parle de ça mieux que moi. Il est aussi à l'origine avec ses amis, de la création d'un lieu baptisé l'Hermitage où se mêlent le hacking, la permaculture, les initiatives de transition énergétique...etc. Bref, un véritable hacker space en pleine nature.

Encore merci à Gaël d'avoir pris le temps de partager tout cela avec nous.

Vous pouvez retrouver Gaël Musquet sur Twitter, soutenir le projet Hermitage et surtout venir le rencontrer lors de la prochaine Nuit du Hack.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin

Gulden – La monnaie virtuelle PoW² pour la vraie vie

76

Les Néerlandais ont sorti une application plutôt cool qui s'appelle Gulden et qui permet de transférer de l'argent ou de payer ses achats sans avoir recours à un intermédiaire bancaire. Cela ne vous rappelle rien ?

Oui c'est aussi une blockchain et, vous l'aurez deviné totalement inspiré du Bitcoin et d'autres monnaies virtuelles.

Mais si le Gulden a retenu mon attention, c'est pour plusieurs raisons. Tout d'abord en termes de développement, l'équipe est super active depuis 2014 et des wallets (porte-feuilles électronique) sont déjà disponibles pour Windows, Linux et Mac (Pas encore iOS). Et à la création de votre wallet, vous obtiendrez une clé secrète qu'il faudra noter dans un coin et conserver en lieu sûr pour être certain de récupérer votre argent même si vous perdez votre appareil sur lequel sont stockés vos Guldens.

Fini les histoires à la con, genre "J'ai jeté mon disque dur et j'ai paumé les 350 Bitcoins que j'avais minés en 2012, ouin."

Ensuite, c'est qu'ils sont pas mal actifs en termes de partenariats et même si ça reste très limité aux Pays Bas, cela montre bien leur envie d'en faire une monnaie de tous les jours qu'on pourra utiliser aussi bien en ligne que chez les commerçants du coin.

L'autre truc c'est que se procurer des Guldens (nom de code : NLG) c'est possible assez facilement chez des brokers comme Litebit ou Changelly. Actuellement, le Gulden vaut dans les 0.057 €. On est encore loin des 2000€ du Bitcoin, mais comme pour le Bitcoin, le Gulden subit aussi l'inflation et en gros (sauf pépin majeur) plus le temps passera, plus vos Guldens vaudront cher.

Bon, tout ça c'est très bien, mais ce n'est pas ce qui différencie vraiment le Gulden d'autres monnaies virtuelles. Si à mon avis, ce projet à de l'avenir, c'est parce que leur blockchain PoW² (Proof of Work 2) est vraiment bien pensée. Les transactions sont ultra rapides et ne nécessitent que 1 ou 2 confirmations pour être approuvées, il est possible de faire travailler son argent pour faire du profit (un peu comme avec votre Livret A, mais en mieux ) et pour le moment, c'est encore raisonnablement "minable" (du verbe "miner") pour ceux qui veulent.

Si vous êtes développeur et que Gulden vous intéresse, vous trouverez les sources ici  et tout ce qui concerne le développement, les outils, l'intégration et le mining ici.

Enfin, l'équipe derrière le Gulden s'est sérieusement penchée sur les faiblesses des blockchains en matière de sécurité et a réussi à régler pas mal de problèmes. Ça dépasse un peu mes compétences techniques, mais je vous invite à consulter leur livre blanc à ce sujet.

Ce qu'il faut en retenir, c'est que le Gulden, bien qu'encore au stade du développement, est évolutif dans le temps, sera capable d'encaisser jusqu'à 4 fois plus de transactions que le Bitcoin, propose une sécurité renforcée et surtout est conçu pour du paiement rapide. À terme il sera aussi possible directement depuis l'application, de faire des virements sur des comptes IBAN ou vers des marchands qui ne veulent que du Bitcoin.

Bref, un projet de cryptomonnaie à surveiller de prêt qui sera peut-être un jour en mesure de concurrencer le Bitcoin. Qui sait ?

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Flattr ! Bitcoin DogeCoin

  • DANS TON CHAT (BASHFR)

    <melo> si tu devai te définir en trois mot ce serai koi?
    <the yahyah> vingt
    <the yahyah> huit
    <the yahyah> centimètres

    -- http://danstonchat.com/4762.html
  • La Crosse Technology – MA10200 Capteur température et hygrométrie – A ajouter au kit de démarrage MA10001

    La Crosse Technology – MA10200 Capteur température et hygrométrie – A ajouter au kit de démarrage MA10001: Amazon.fr: Jardin

  • RSS Emplois sécurité

  • Site hébergé par
    Agarik Sponsor Korben
  • Selection de contenus

  • Une astuce pour rendre Windows 10

    plus rapide

    Si vous trouvez que Windows 10 est un peu lent, que vos applications ne se lancent pas très vite, que vos compilations prennent du temps, voici une petite astuce débusquée par Brominou pour accélérer le bouzin. Cliquez dans la zone de...

    Wifi ouvert – Attention aux faux hotspot

    Vous kiffez le hotspot wifi gratuit ? Les FreeWifi et ce genre de trucs offerts par votre opérateur ? C'est bien, mais êtes vous certains que vous vous connectez vraiment sur un vrai spot et pas sur un truc destiné à pomper tous vos mots de passe ?...